target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

03/04/2012

Estrosi:il est très attendu à Toulouse

Estrosi:il est très attendu à Toulouse!

C’était le 24 octobre 2010

estroi molex.jpg

http://www.leparisien.fr/economie/christian-estrosi-l-eta...

On l’attend vivement pour qu’il puisse témoigner de son action et appui au benefice de ces pauvres ouvriers oubliés de tous sauf par lui et le président des pauvres…

190 ex salariés de Molex devant le Conseil des Prud’hommes de Toulouse jeudi

Le jeudi 5 avril 2012, à 9H du matin, le Conseil des Prud’hommes de Toulouse Section Industrie va entendre 190 ex-salariés de Molex qui contestent leur licenciement pour raison économique, afin de le faire requalifier en licenciement abusif sans cause réelle et sérieuse. Cette audience aura lieu au Tribunal de Grande Instance de Toulouse, place du Salin.

Un rassemblement de soutien est organisé à partir de 11h30, place du Salin, à l’appel de l’intersyndicale molex, de l’association Solidarité molex et des différentes organisations politiques et associatives qui ont soutenu leur lutte durant de longs mois.

Située au nord de Toulouse, l’usine Molex avait fermé ses portes dans des circonstances contestées. De nombreux responsables politiques s’étaient ému de cette situation. L’affaire rebondit en pleine campagne pour les élections présidentielles.

 

http://www.toulouse7.com/2012/04/03/190-ex-salaries-de-mo...

 

15/01/2011

Estrosi :Y’a bon les impôts !

Fallait y penser.

Ca change de ton au ministère de l’industrie

 

Un excédent d'impôt versé par Molex pour payer une partie des indemnités de licenciement

Jeudi 13 janvier, 15h34

Un excédent d'impôt versé par le groupe américain Molex va être utilisé pour payer une partie des indemnités de licenciement des anciens représentants du personnel, a-t-on appris jeudi de source syndicale. Lire la suite l'article

En marge du déplacement du chef de l'Etat à Toulouse chez Airbus, les anciens représentants des salariés de l'usine Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) ont été reçus par un conseiller du président. Celui-ci leur a annoncé qu'un trop-perçu d'impôt d'un million d'euros provenant du groupe de connectique automobile américain allait servir à payer en partie leurs indemnités de licenciement.

"Le conseiller de Nicolas Sarkozy nous a expliqué que Molex avait trop payé d'impôts, a priori de taxe professionnelle, et qu'il avait oublié de récupérer cet excédent avant de partir", a déclaré à l'Associated Press Denis Parise, ancien secrétaire CGT du comité d'entreprise du site de Villemur-sur-Tarn.

"Ce trop-perçu d'un million d'euros devrait revenir dans les caisses du liquidateur judiciaire et servir à payer en partie les indemnités de licenciement des 19 représentants du personnel", a-t-il ajouté en précisant que ces indemnités vont de 50.000 à 140.000 euros suivant le statut et l'ancienneté des salariés.

"Nous ne devions avoir que les indemnités légales des AGS, ce qui ne représente pas grand-chose. C'est donc une bonne nouvelle mais le but, c'est que Molex paie l'intégralité des indemnités de licenciement", a précisé Denis Parise dont le congé de reclassement a pris fin le 5 janvier.

Le 13 octobre 2010, un an après la fermeture du site de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) et en réponse à l'action en justice engagée devant le tribunal des Prud'hommes de Toulouse par 188 anciens salariés qui contestent leur licenciement pour motif économique, le groupe américain avait annoncé qu'il cessait de financer le plan social.

L'Association pour la gestion du régime de garantie des salariés (AGS) s'est jusqu'à maintenant substituée à Molex pour le paiement des congés de reclassement de 19 anciens représentants du personnel. L'inquiétude des anciens salariés protégés ne concernait plus que le versement des indemnités de licenciement.

Denis Parise dit aussi avoir profité des vœux au monde économique du président Sarkozy pour "interpeller" Christine Lagarde, la ministre des Finances, pour que le cas de Molex "ne se reproduise plus".

L'usine Molex de Villemur-sur-Tarn a fermé ses portes en octobre 2009, entraînant le licenciement de 283 salariés. Ces derniers s'opposaient depuis plusieurs mois à cette décision, estimant que le site était économiquement viable.

A l'époque de la fermeture de l'usine, le ministre de l'Industrie de l'époque, Christian Estrosi, avait obtenu la signature d'un PSE de plus de 27 millions d'euros et le maintien d'une activité industrielle sur le site. Le 15 septembre 2009, le fonds d'investissement américain HIG avait signé une reprise partielle de l'activité de l'usine de connectique automobile et s'était engagé à reprendre entre 20 et 60 salariés la première année. Actuellement, 52 anciens employés de Molex travaillent au sein de la société Villemur-Industrie, la filiale d'HIG créée spécialement pour reprendre le site. AP

 

http://fr.news.yahoo.com/3/20110113/tfr-social-molex-56633fe.html

 

 

Reflexions :

-         ils ont supprimé la taxe professionnelle.

-         Estrosi et ses collaborateurs cherchent encore les motifs d’accusation du procès international qu’ils voulaient intenter à la direction de MOLEX US.

estro molex.jpg

 

 

 

estro molex coup de bluff.jpg

30/10/2010

Estrosi:Ce n'est pas moi qui le dit!

Ce guignol d'Estrosi

L'annonce par Molex d'un bénéfice record dont vont profiter ses actionnaires, alors que l'équipementier automobile américain refuse de financer le plan social de son usine française fermée en 2009, a déclenché, mercredi, la colère du gouvernement français et des syndicats (...) Le ministre de l'Industrie Christian Estrosi a immédiatement appelé les constructeurs automobiles français Renault et PSA à cesser de travailler avec Molex. SOURCE : LePoint.fr -- 27.10.2010

j’ai demandé ce matin à Renault et à PSA de cesser toute commande à l’égard de Molex pour qu’il n’y ait plus le moindre échange commercial”.

Force est de constater que le ministre de l'industrie Christian Estrosi est un pignouf indigne d'occuper cette fonction. Prendre un faciès menaçant pour appeler Renault et Peugeot-Citroën à cesser immédiatement leurs relations commerciales avec Molex, c'est comme si mon médecin me menaçait de finir par attraper une maladie d'estomac si je continuais à boire du cola-cola : je n'en bois jamais, et ni Renault ni PSA n'ont actuellement de relations commerciales directes avec Molex !

Et quand bien même ! Est-il normal qu'un ministre appelle au boycott ? Est-ce un acte responsable qu'un ministre décide de perturber la chaîne logistique de nos deux constructeurs automobiles ? Est-il sain de laisser un irresponsable comme Estrosi encourager implicitement les industriels à aller fabriquer ailleurs qu'en France ?

Voici ce que dit le journaliste Christian Menanteau sur RTL : On est dans l'incantation. Le ministre danse pour faire pleuvoir. Demander à PSA et Renault de cesser toute relation commerciale avec ce sous traitant est impossible. Juridiquement, le boycott est répréhensible. Financièrement, il est catastrophique. Les sous traitants qui travaillent avec des contrats à long terme et selon un cahier des charges, qui, fixé par les constructeurs peuvent exiger de grosses indemnités. Techniquement, c'est une balle dans le pied de PSA et Renault. Ils devront trouver d'autres fournisseurs, ce qui est long et compliqué.

http://grincheux.typepad.com/weblog/2010/10/estrosi-molex.html

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu