target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

06/07/2014

Estrosi:Un conseil d’ami….

Estrosi:Un conseil d’ami….

estrosilelab.jpg

http://lelab.europe1.fr/Christian-Estrosi-veut-faire-supp...

Monsieur « faire parler de moi,y à que ça qui m’intéresse » est bien servi…. »Aaller porter plainte contre ce rappeur qui n’attend,peut être,que ça,pour se faire une petite célébrité à l’instar de celui qui ne vit que pour ça est une erreur majeure.Au vieux principe moliéresque selon lequel « qui se sent morveux se mouche,M.Estrosi est en un train de donner raison à celui qu’il accuse de le diffamer….

J’espère qu’il ne va pas  faire voter une délibération pour que la ville de Nice règle les frais engagés pour faire supprimer cette ballade poétique.Si action il y a,car injure il n’ y a pas,M.Estrosi n’a pas le BAC,il en fait sa marque de fabrique.Pour le reste,faudra démontrer que ce qui est dit dans cette chanson est faux.Jamais le parquet ne retiendra ce type de plainte et les tribunaux sont assez engorgés pour qu’on perdre du temps avec ce genre de peccadille.

Si Mme Taubira ou François Hollande devaient déposer plainte contre celles et ceux,entre autre M.Estrosi,qui les insultent copieusement,on aurait pas fini.

Il s’est ridiculisé avec son arrêté totalement bidon,le voila qui s’en remet une couche tout seul dans son coin.

Sans ce cirque,cet énième cirque,jamais on aurait entendu parler ce rappeur et de son morceau.Reste à avoir si ce monsieur le maire ce V ème vile de France comme s’il disait de la V ème république ne fait pas ça pour qu’on parle de lui une nouvelle fois et comme son gourou qui se présente comme une victime du complot de la gauche qui aurait peur de son retour comme s’il était le messie,le valet nous fait le même coup avec ces rappeurs à la solde des socialistes.Il faut bien entretenir sa petite clientèle car bien évidemment c’est François Hollande et le cabinet noir de l’Elysée qui sont derrière tout ça.

On nous dit de source sure c’est à dire M.Legendre,auteur de roman d’espionnage à Valeurs actuelles,que ce cabinet noir -vieille lubie et pure intention de M.Sarkozy - s’intéresserait dorénavant à la candidature du monsieur « faire parler de moi y a que ça qui m’intéresse » car François craint que si Sarkozy est empêché qu’il pourrait laisser la place libre à M.Estrosi.Le président de la république,le vrai,aurait  indiqué que s’il était candidat en 2017 il voulait bien se faire la Le Pen au premier tour mais deux Le Pen - l’originale et  la copie - ce ne serait pas possible dés lors il a donné ordre de s’occuper sérieusement des abattis de ce putatif candidat de l’ump qui pourrait être un vrai danger pour la gauche en 2017.

Petit détail à l’attention du  stagiaire qui a écrit cet article,Monsieur ne veut pas être président de l’ump mais président de la république.La nuance est de taille.

 

Nota :selon Le Lab,cette vidéo a été vue et écoutée 10 00 fois,à ce jour(5/07/2014) c’est 27 778,à cet heure 39807 visites.Bien joué M.Estrosi!

La chanson qui ne casse pas trois pas à un canard.


Estrosi:Les honneurs du Canard,mazette !.....Le Canard c’est un peu comme les Guignols il faut que t ‘y sois...

Estrosi:Les honneurs du Canard,mazette !.....Le  Canard c’est un peu comme les Guignols il faut que t ‘y sois...

drapeux estro.jpg

Pour sur,mon bien aimé,que pour être un bon candidat à la président de la république faut avoir sa trombine aux Guignols et passer au moins deux fois par mois dans le Canard.Pour les Guignols faudra patienter,mais avec des arrêtés comme celui sur l’interdiction drapeaux étrangers,la plainte contre le rappeur et autres aventures du même genre,sur qu’il va l’avoir…

Texte de l’article du canard :

Drapeaux de chagrin

On l'a échappé belle. Pour un peu, les Le Pen père et fille, réconciliés autour de leur natio­nal-chauvinisme, nous rejouaient leur grand air des binationaux en­nemis de l'intérieur. Question à cent balles par eux posée : si l'Al­gérie s'était qualifiée contre l'Al­lemagne et avait affronté les Bleus en quart de finale du Mondial, qui les Français nés de parents al­gériens auraient-ils soutenu ? Quel drapeau auraient-ils sorti ? Etreinte par le doute, Marine Le Pen a pro­posé de mettre fin à la double na­tionalité pour effacer les drapeaux algériens. Elle ne parle pas encore d'interdire aux descendants d'Ita­liens d'avoir un petit faible pour la Squadra Azzura, aux fils d'Hi­dalgo de pleurer la sortie préma­turée de la Roja et aux Portugais de Paris de souffrir devant la dé­chéance de Cristiano Ronaldo, dommage !

Les Le Pen aiment le foot, qui leur permet de décerner des bre­vets de francitude : ils dénoncent les traîtres à la patrie, les joueurs qui ne chantent pas « La Mar­seillaise », l'équipe pas assez blanche, les sélectionnés pas as­sez d'appellation d'origine, les Blacks-Blancs-Beurs de 1998 trop mélangés. Une posture aussi fa­cile qu'avantageuse.

Quand les jeunes à Barbes crient « Pour les Bleus, pour les Verts, c'est pareil ! On va rien casser », les Le Pen restent sourds. Ils ne veulent voir que les voitures qui brûlent, à l'instar des provocs du Bloc identitaire, qui invente des histoires d'Eglise brûlée surles réseaux sociaux. Mais, pas de chance pour Marine, les Fennecs ont été héroïques, mais ils ont cédé face à la Mannschaft. Il n'y aura pas de confrontation entre les 23 Français de l'équipe de France et les 16 binationaux qui ont choisi d'honorer la sélection algérienne. Par amour du pays de leurs pa­rents, mais aussi par envie de se frotter aux grandes compétitions internationales qu'ils n'étaient pas sûrs de connaître sous le maillot bleu. L'amour de la patrie, à quoi ça tient !

Le pire, c'est qu'il y a toujours des imbéciles à droite pour agiter le drapeau des Le Pen, au prétexte de les combattre. Christian Estrosi est un récidiviste, qui, en 2012, avait terminé une marche des pieds-noirs à Nice par « Vive l'Al­gérie française ! ». Cette fois, il a réussi le prodige d'interdire dans la capitale de la Riviera, qui vit du tourisme, les « drapeaux osten­tatoires ». Pas une voiture n'a brûlé à Nice, mais Estrosi veut « maintenir l'ordre ». Il mériterait que sa ville n'accueille aucun match pendant l'Euro 2016, pour ne pas l'obliger à débaptiser la Pro­menade des Anglais, au cas où les rosbeefs se qualifieraient.

Les médias ne sont pas en reste qui ont vu « Le Point » poser sur son site la question que Marine Le Pen suggérait : « Faut-il ôter aux Français d'origine algérienne leur double nationalité ? » Une « connerie », a dit son directeur. Avec Marine Le Pen, elle devient la chose la mieux partagée.

J.-M. Th.

01/07/2014

Estrosi:Ses drapeaux vont se transformer en fichus…

Estrosi:Ses drapeaux vont se transformer en fichus…

Rappel:

 

Apparemment M.Marshall interroge M.Sopo sans connaitre le contenu de l’arrêté...hypercentre,pas vu M.Marshall

N’étant pas grand spécialiste en la matière,je me demande si cet arrêté est sujet au contrôle de légalité du préfet dés lors appeler le préfet à faire respecter ce dernier est d’une imbécilité totale tant qu’on connait pas l’avis de ce denier sur la  légalité de l’arrêté.

Drapeaux étrangers interdits à Nice : l'objectif d'Estrosi est légitime. L'arrêté, illégal

Publié le 30-06-2014 à 17h31 - Modifié le 01-07-2014 à 07h20

Par Gaspard Benilan

Avocat

LE PLUS. Finis les drapeaux étrangers. À Nice, le temps de la Coupe du monde, les supporters n'auront le droit qu'aux drapeaux français. À quelques heures du match qui opposera l'Algérie à l'Allemagne, le maire de Nice explique vouloir "maintenir l'ordre et la sécurité" dans la ville. L'arrêté municipal pris par Christian Estrosi est-il légal ? Réponse avec Gaspard Benilan, avocat.

Édité et parrainé par Louise Pothier

 

L'Algérie affrontera l'Allemagne en huitième de finale ce lundi soir. Un match qui s'annonce historique. Mais à Nice, les supporters n'auront pas tout à fait le droit de manifester leur joie comme ailleurs. Et pour cause, Christian Estrosi a annoncé avoir pris un arrêté interdisant "l'utilisation ostentatoire" de drapeaux étrangers dans l'hypercentre de la ville et ce tous les soirs jusqu'à la fin de la Coupe du monde.

L'argument avancé : "Maintenir l'ordre et la tranquillité publique et éviter les débordements, comme ceux qui ont pu se dérouler dans la nuit du 26 au 27 juin dans l'agglomération parisienne, dans la région lyonnaise, à Marseille et dans le Nord."

Mais la mesure pose question et le débat fait rage. Le maire de Nice a-t-il le droit de prendre une telle disposition ? 

 

Le but et le motif de l'arrêté sont légitimes 

Aux termes de l’article L2212-2 du code des collectivités territoriales, "la police municipale a pour objet d'assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. Elle comprend notamment :

[…]

2° Le soin de réprimer les atteintes à la tranquillité publique telles que les rixes et disputes accompagnées d'ameutement dans les rues, le tumulte excité dans les lieux d'assemblée publique, les attroupements, les bruits, les troubles de voisinage, les rassemblements nocturnes qui troublent le repos des habitants et tous actes de nature à compromettre la tranquillité publique ;"

Pour qu’une mesure prise sur ce fondement soit légale, il est nécessaire que le but, le motif et l’objet de celle-ci soit légitime.

Le but de la mesure, c’est le résultat recherché. Ici, le but est d’éviter les troubles liés aux rassemblements les soirs de match. Le but apparaît légitime car ces rassemblements peuvent effectivement être dangereux et difficilement contrôlables.   

Le motif d'un acte administratif est la situation de droit ou de fait qui a amené l'administration à accomplir cet acte. Le motif d'une décision de police municipale est donc le trouble ou la menace de trouble à l'ordre public qui pousse le maire à prendre un arrêté de police municipale.

Compte tenu des troubles provoqués à la suite du match Algérie-Russie, on peut considérer que le risque de trouble risque réellement de se reproduire et qu’il est assez grave, qu’il est donc légitime de prendre des mesures, sans considération du type de mesure pour l’instant, afin de se préserver dudit trouble. 

Mais ce n'est pas une mesure licite

Enfin, pour qu'une décision de police soit légale, il ne suffit pas qu'elle ait pour but l'ordre public et pour motif la nécessité d'agir en vue de maintenir ou rétablir cet ordre. Il faut encore que son objet soit licite. L'objet d'un acte administratif est l'effet de droit qu'il produit, la modification qu'il apporte à l'ordonnancement juridique, le moyen qu'il met en ouvre pour atteindre le but poursuivi. C’est ici que le bât blesse.

En effet, pour que l’objet de la décision soit licite, trois critères sont à prendre en compte :

1. La proportionnalité des moyens : non

Ce principe de proportionnalité signifie que l’autorité de police municipale ne peut prendre des mesures que nécessaires pour mettre fin au trouble. Or interdire "l’utilisation ostentatoire d’un drapeau étranger" est-elle une mesure qui va permettre de mettre fin au trouble ? Est-ce que c’est l’utilisation des drapeaux étrangers qui créée le trouble ?

C’est peu probable et même en y mettant toute la bonne volonté du monde, on imagine mal comment on peut rendre responsable l’utilisation d’un drapeau étranger, qu’il soit algérien, américain ou coréen, créateur ou même amplificateur des troubles de jeudi dernier.

Un drapeau étranger est une chose qui n’est pas une arme ni par nature, ni par destination. Sa mise en cause et son interdiction ne sont absolument pas proportionnées (pour ne pas dire autre chose, le lexique juridique nous contraignant fort heureusement à une certaine tenue).

2. Le respect des libertés individuelles ou publiques : oui

L’interdiction promulguée par Christian Estrosi peut être considérée comme conforme à ce critère. En effet, celle-ci ne restreint pas outre mesure la liberté des citoyens d’aller et venir, ceux-ci étant parfaitement libres de descendre dans la rue les soirs de victoire dès lors qu’ils s’abstiennent de prendre sous leur bras un drapeau étranger. 

3. Le principe d’égalité des citoyens : non

Les pouvoirs de police sont encore limités par le principe d'égalité des citoyens. Ce principe s'oppose à ce que les discriminations soient faites entre des personnes se trouvant dans des situations identiques ou comparables.

Cette condition est très "intéressante" puisqu’elle amène à se poser la question suivante : un fêtard français et niçois brandissant le drapeau français est-il dans une situation comparable à un fêtard français et niçois brandissant le drapeau algérien ?

Ce qui revient à se poser la question moins juridique suivante: le drapeau français est-il plus fort que le drapeau algérien ?

La réponse est dans la question. Que sur le plan patriotique, certains établissent les "valeurs" des drapeaux du monde entier, libres à eux. Mais il est probable (pour ne pas dire évident) que d’un point de vue juridique, le juge administratif refuse de se pencher sur ce type de considération et considère de facto qu’un arrêté qui distingue une interdiction selon la couleur du drapeau que l’on porte, est discriminatoire.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1219464-drapeaux...

 

Un avocat niçois veut faire annuler l’arrêté Estrosi sur les drapeaux

INFO JDD - L’avocat niçois maître Sefen Guez Guez, s’apprête à déposer un référé-liberté pour faire annuler l’arrêté pris par le député-maire de Nice, Christian Estrosi, visant à faire interdire "l'utilisation ostentatoire de tous les drapeaux étrangers sur l'hypercentre" de la ville pendant la durée de la Coupe du monde de football. Interview.

Quand allez-vous déposer le recours?
Il est 16h15, cela signifie que le tribunal administratif est fermé. Je déposerai donc le référé-liberté mardi matin. A partir de ce moment là, le tribunal administratif a 48 heures pour se prononcer.

En quoi cet arrêté est illégal, selon vous?
Cet arrêté interdit expressément l’utilisation "ostentatoire de drapeaux étrangers" dans l’hypercentre de Nice. Cette interdiction viole deux libertés fondamentales : la liberté d’expression et la liberté de réunion. Ce n’est pas parce qu’on est maire de la ville de Nice qu’on peut faire tout et n’importe quoi.

Dans son arrêté, Christian Estrosi vise l'ensemble des drapeaux étranger sans citer spécifiquement les drapeaux algériens. Est-ce que cela peut tenir devant le tribunal administratif?
Lorsque Christian Estrosi parle de drapeaux étrangers, il ne parle en réalité que de drapeaux algériens. C’est un habillage juridique qui ne résiste pas à l’épreuve des faits. Cet arrêté est discriminatoire puisqu’il interdit l’utilisation des drapeaux étrangers mais il n’interdit pas utilisation des drapeaux français.

Michaël Bloch - leJDD.fr

http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/Un-avocat-nicois-veut...

 


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu