target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

10/06/2011

Scènes de vie ordinaire en Sarkoland


st ouen.jpg

http://paris-ile-de-france.france3.fr/info/operation-ecol...

stop st Ouen.jpg

Ils étaient environ 150 mardi soir à manifester contre l'implantation des trafics de drogue dans leur quartier.

À Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), les habitants du quartier Zola-Arago ont partagé leur ras-le-bol lors d'une marche à l'initiative d'une dizaine d'associations.
"La marche a permis aux gens de se retrouver, de discuter, l'ambiance était bonne", témoigne Abdallah Fraygui, de l'association Pasteur-Zola-Arago, joint par Le Post. Nous sommes passés devant le 32 et le 34, rue Émile Zola, deux des immeubles qui servent de point de vente".
Dans ce quartier construit au milieu des années 70, dealers et trafiquants mettent à profit la proximité des transports en commun et du périphérique pour attirer une clientèle considérable venue de Paris et sa région. "Dans mon hall, c'est le magasin. Les clients font la queue, on dirait une colonne de fourmis. Et c'est comme ça tout le temps, la semaine et le week-end, jusqu'à 23 heures", témoigne Fatima, habitante dans l'un des immeubles qui sert de point de vente, dans L'humanité.
Même son de cloche du côté d'un autre participant à la marche contacté par Le Post. "Voilà près de 30 ans que j'habite ici et j'ai vu le quartier se dégrader. Mais depuis qu'on bouge, la présence policière est plus visible". "L'État a voulu supprimer la police de proximité, regrette-t-il. Ce n'était pas la panacée mais un début de solution à un problème profond qui touche toute la commune".
Comme à Sevran, où le maire demande l'intervention d'une force d'intervention militaire après des tirs à proximité d'une école, trafics et règlements de compte empoisonnent la vie des riverains. "Quand ils sont poursuivis par la police, les voyous sautent par une passerelle et se réfugient dans la cour de l'école, raconte
Abdallah Fraygui.
Des CRS patrouillent depuis la marche
Fin mai, les enseignants et personnels de l'école maternelle et primaire Robespierre-Emile Zola avaient organisé une journée "école morte" pour protester contre le trafic de drogue autour de l'établissement. "Il y a quelques jours, en allant chercher ma fille, un jeune homme m'a demandé où j'allais. (...) Il m'a laissé passer mais j'avais réellement le sentiment d'entrer sur son territoire", témoigne un papa dont l'enfant est scolarisé à la même école, cité par 20 Minutes.
"Depuis mercredi, au lendemain de la marche, un groupe de CRS patrouille dans la cité", a constaté Abdallah Fraygui. Au lendemain de l'opération "école morte", la maire communiste de Saint-Ouen avait annoncé renforcer les effectifs de la police municipale aux heures d'ouverture des portes de l'école "afin que parents et enfants puissent y accéder tranquillement".
Un important projet de réaménagement du quartier est sur les rails depuis plusieurs années. "On espère que cela aboutira en septembre", explique au Post Abdallah Fraygui. En attendant, il compte bien occuper le terrain pendant l'été avec les associations du quartier. "En septembre, on organisera un autre événement, de plus grand ampleur, et plus festif", assure-t-il.

http://www.lepost.fr/article/2011/06/09/2518652_un-quarti...

Pierrefitte réclame un commissariat

AFP
09/06/2011 | Mise à jour : 17:43 Réactions (4)

Le maire PS de Pierrefitte-sur-Seine, Michel Fourcade, et une délégation de son conseil municipal sont venus au ministère de l'Intérieur pour réclamer la construction d'un commissariat dans cette ville de Seine-Saint-Denis et un renfort d'effectifs policiers.
"Nous demandons un commissariat (dans) la ville, car Pierrefitte, avec 30.000 habitants, n'en a pas et c'est inacceptable", a déclaré M. Fourcade, à l'issue d'une rencontre avec trois conseillers de Claude Guéant, qui était à Luxembourg pour une réunion du Conseil Justice-Affaires intérieures (JAI) de l'Union européenne.
En attente "de la construction de ce fameux commissariat, nous avons demandé que des effectifs (supplémentaires) soient attribués au commissariat de Stains (compétent pour Pierrefitte), et que des +patrouilleurs+ interviennent" dans la ville, a ajouté le maire.
M. Fourcade ne met "pas en cause les policiers", mais souligne qu'ils sont "120 pour 70.000 habitants (sur l'ensemble de la circonscription), ce qui est insupportable", a-t-il estimé.
Aussi, a-t-il ajouté, "on a des nuits où le commissariat est fermé, on a des journées où les policiers ne peuvent pas venir; une personne qui se fait agresser, elle attend 24 ou 48 heures avant de voir un policier et, parfois, elle n'en voit pas", a regretté M. Fourcade.
A l'appui de leurs demandes, les élus ont déposé "500 lettres d'habitants qui (y) relatent leur vécu, ce qu'ils ressentent", a précisé M. Fourcade en indiquant que les principaux actes de délinquance enregistrés dans la ville sont "cambriolages, vols à la portière, agressions gratuites, actes d'incivilité importants qui irritent la population".
Enfin, il a évoqué la récente demande du maire de Sevran, Stéphane Gatignon, en faveur d'une intervention militaire: "le maire de Sevran réclame l'intervention de l'armée et je pense que si le ministre de l'Intérieur n'a pas la possibilité de fournir des effectifs, peut-être faudra-t-il, effectivement, que nous fassions appel" à l'armée", a-t-il conclu.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/06/09/97001-201106...

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu