target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

29/07/2012

Estrosi:L’homme qui sait tout…

Estrosi:L’homme qui sait tout…

estr casqu renault.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=kgu3m2uoo80

http://www.wat.tv/video/christian-estrosi-rapprochement-2...

http://www.dailymotion.com/video/xbug4j_rencontre-entre-c...Sitôt sorti,le même s‘est mis à tailler des costumes en tôle à M.Ghosn…

 Renault mis au pilori,M.Ghosn quasiment dégagé de Renault,un conseil d’administration à sa botte M.Estrosi devait imposer sa loi chez Renault et gare à celui qui se mettrait devant sa route.

Resultat,viré pour manque de résultats et en particulier  à cause de certains propos fort gênants et pour le gouvernement et fort déplaisant aux oreilles de Mme Parisot.Ca la foutait mal,exit M. Estrosi et ses rêves de grandeur et de puissance.Le bougre a continué à assaillir les établissements Renault et son PDG,il est à l’UMP,le parti des tout permis alors il en avait donc le droit,par contre si un ministre socialiste ose demander des comptes à M.Thierry Peugeot c’est sacrilège aux yeux de M.Fillon et Copé,les deux font la paire depuis qu’ils sont adversaires.Comprenne qui pourra.

Quoiqu’il en soit notre gland stratège s’est mis le doigt dans l’œil et profondément,si j’ose dire.Aujourd’hui,M. Ghosn est porté au pinacle,il en a l’habitude au Japon,c’est Carlos San.Au Japon,on le vénère pour avoir sauvé Nissan,en France il se voit vilipendé et insulté par une espèce d’ignorant qui n’a jamais su ce qu’était un plan d’exploitation.

J’avais prévu,il y a un certain temps,la revanche de l’étranger,du cosmopolite – c’est de cela qu’il s’agit,M.Ghosn ne fait pas partie du sérail,trop intégré à la mondialisation,en plus il a un salaire qui dépasse l’entendement certes mais si Nissan lui consent,c’est le problème de Nissan pas du gouvernement français et encore moins de M.Estrosi.

Aujourd’hui, on salue M.Ghosn et on a oublié le passage de M.Estrosi au ministère de l’Industrie,je dirais même plus qui s’en souvient si ce n’est les salariés de Molex,de Plyrosol et quelques éclopés victimes des fameux plans sociaux négociés par ce monsieur.

Je voudrais vous parler de mon étonnement devant tant de mansuétude de la droite à l’égard des responsables du groupe PSA.Compte tenu de l’histoire et les relations très intimes de ce groupe avec la droite française,je me questionne…Un jour,je vous raconterai l’histoire de la CFT.

estrosi,renault,peugeot,ghosn

9/2/12 Christian Estrosi: "Renault mène une politique criminelle"

L'ancien ministre de l'Industrie Christian Estrosi dénonce les choix de Renault, qui a inauguré ce jeudi une usine géante au Maroc.

Comment réagissez-vous à l'implantation au Maroc d'une usine Renault ?
Je suis choqué par cette décision qui va à l'encontre des intérêts industriels de la France. C'est inadmissible de choisir le moment où Nicolas Sarkozy prend des mesures contre les délocalisations, en baissant notamment de 5,4% les charges qui pèsent sur les entreprises, pour dire : "Rien à cirer, je délocalise quand même". Je me demande si Renault pourra être longtemps considéré comme une entreprise française. Il n'y a plus qu'un petit pas à franchir.

Carlos Ghosn assure que "ce n'est pas quelque chose qui se fait au détriment de la France"...
Comment peut-on dire que l'on va produire des véhicules au Maroc parce que la main d'œuvre y est de 250 euros, puis qu'on les rapatriera pour les vendre en France, laissant d'ailleurs au passage une empreinte carbone considérable, et affirmer que ce sera bon pour le pays ? Moi je regarde la politique que Carlos Ghosn conduit. Il n'a cessé de délocaliser, et de délocaliser tout. L'an dernier, le marché de Renault produit en France a baissé de 6,4%. Si je compare à PSA, Citroën a dans le même temps augmenté sa production de 10,4%, et Peugeot est resté stable. Pourquoi une entreprise où l'Etat n'est pas actionnaire a-t-elle un comportement extrêmement vertueux quand Renault, fleuron de l'automobile française, mène une politique criminelle à l'égard de la politique industrielle de notre pays ?

Quelle doit être l'attitude de l'Etat ?
Carlos Ghosn continue à avancer tranquillement tant qu'on ne lui dit pas : "Stop, ça suffit." Nous l'avions fait en décembre 2009, lorsqu'il voulait produire la Clio 4 en Turquie, et il avait reculé. Ça veut bien dire que quels que soient ses propos et son attitude, l'Etat peut et doit agir. Par ailleurs, nous allons maintenant avoir un débat parlementaire sur les mesures proposées par Nicolas Sarkozy pour lutter contre les délocalisations. Je me prononcerai pour que les entreprises qui ont de telles pratiques ne bénéficient pas de la réduction de charges.

http://www.metrofrance.com/info/christian-estrosi-renault...

10/11/11 Estrosi : "mensonge de Renault"

Christian Estrosi, ex-ministre de l'Industrie, a dénoncé jeudi "le mensonge permanent des dirigeants de Renault" coupables à ses yeux de "faire produire par son partenaire japonais les batteries électriques de l'usine de Flins".

"Cette décision est ahurissante", écrit dans un communiqué Christian Estrosi, renvoyant à son livre "Le battement d'ailes du papillon" sorti le 4 novembre. "J'explique que Carlos Ghosn avait pris des engagements très forts envers le président de la République et moi pour favoriser le 'Fabriqué en France'. Je constate, une nouvelle fois, que cet engagement n'est pas tenu", ajoute le député-maire UMP de Nice, en citant le responsable de Renault.

"Comment accepter qu'une voiture produite par Renault n'ait que 40% de ses composants français?", écrit Christian Estrosi, qui "souhaite que le premier actionnaire de Renault c'est-à-dire l'Etat agisse et s'entretienne rapidement avec les dirigeants de cette grande entreprise pour témoigner son soutien aux ouvriers, aux techniciens, aux ingénieurs qui ne doivent pas partager la stratégie de cette entreprise".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/11/10/97001-201111...

bonus:

http://www.caradisiac.com/Colere-sourde-Christian-Estrosi...

estrosi,renault,peugeot,ghosn

Pourquoi Renault s'en sort bien mieux que PSA

 Par Julie de la Brosse - publié le 27/07/2012 à 17:07

L'écart se creuse entre les deux constructeurs français, pourtant pénalisés par la chute du marché européen. Alors que PSA s'enfonce dans le rouge, Renault parvient à maintenir la tête hors de l'eau. Explications.

Renault a publié ce vendredi ses résultats semestriels. Sans être mirobolants, ils sont bien meilleurs que ceux de son éternel rival, PSA.

L'écart se creuse entre les deux constructeurs français. En guise de dénouement à cette semaine chargée en actualité automobile, Renault a publié ce vendredi ses résultats semestriels. Sans être mirobolants, ils sont bien meilleurs que ceux de son éternel rival: PSA a en effet annoncé une perte nette de 819 millions d'euros au premier semestre, tandis que Renault, lui, a réussi à rester bénéficiaire, avec un résultat net de 746 millions d'euros. La capitalisation boursière des deux groupes surtout, s'en ressent aujourd'hui: quand celle de Renault avoisine les 10 milliards d'euros, celle de PSA est récemment tombée sous les 3 milliards. Pourtant, tous deux souffrent de la chute de leurs immatriculations en Europe : les ventes de Renault ont reculé de 14,9% sur les six premiers mois, les ventes de PSA de 18%. Alors comment expliquer que l'ex-régie s'en tire beaucoup mieux PSA? Les explications de L'Expansion.com.

Renault est plus internationalisé

C'est bien sûr la grande différence entre les deux constructeurs. Alors que Renault a commencé à se préoccuper des marchés émergents relativement tôt, grâce notamment à son alliance avec Nissan, PSA a eu une stratégie d'internationalisation plus tardive et plus faible. Aujourd'hui, le groupe en paye le prix fort car les marchés européens souffrent bien davantage de la crise que les marchés émergents. Au premier semestre, PSA a ainsi réalisé 60% de ses ventes sur le Vieux continent là où Renault limite sa dépendance à 53%.

Au premier semestre, la firme au losange a même réalisé des résultats record hors Europe, avec des ventes en hausse de 14,3%. Le Brésil est aujourd'hui le deuxième marché de Renault, devant l'Allemagne, la Russie et l'Argentine. Ce vendredi, le constructeur a d'ailleurs fait savoir que les négociations pour implanter une usine en Algérie et en Chine étaient bien avancé.

Sa stratégie low-cost est un succès

C'est le succès incontestable de Renault ces dernières années. Le groupe a surpris tout le monde avec sa gamme low-cost Dacia initialement prévue pour l'Europe de l'Est et les pays émergents, mais qui a fini par séduire les marchés à maturité, comme la France. Cette année, les Logan, Sandero, Duster et Lodgy devraient représenter plus du tiers des ventes du groupe dans le monde. Mieux, alors que les constructeurs perdent souvent de l'argent sur leurs entrées de gamme, Dacia serait désormais la gamme la plus profitable de l'entreprise, avec plus de 6% de marges, selon Carlos Ghosn.

A l'inverse la stratégie de montée en gamme de PSA suscite de plus en plus d'interrogations. Le groupe a choisi cette politique pour se diversifier vis-à-vis des concurrents asiatiques de plus en plus agressifs sur le marché bas et moyen de gamme. Mais cette stratégie coûteuse a été mise en place tardivement, et met beaucoup de temps à porter ses fruits. Certains observateurs craignent surtout que la firme au lion ne soit jamais en mesure de concurrencer ses homologues allemands ultra-dominants sur le marché du haut de gamme.

Renault a plus délocalisé

C'est l'envers du décor. Pour pouvoir continuer à dégager des marges sur des voitures à faible coût, le constructeur a rapidement et fortement délocalisé ses structures de production en Europe de l'Est et récemment au Maghreb où le coût du travail est beaucoup plus faible. Selon Renault, produire la future Clio IV en Turquie coûterait 1300 euros de moins qu'en France. Dans ces conditions, pourquoi privilégier le made in France? Aujourd'hui le constructeur au losange assemble 21,5% de ses véhicules en France, contre 41% pour PSA, qui emploie 81 000 salariés dans l'Hexagone, contre 54 000 chez Renault. Avec la fermeture d'Aulnay-sous-Bois et les 8000 suppressions de postes, c'est pourtant PSA qui est sous le feu des critiques...

Renault brûle moins de cash

Les deux constructeurs ont beau tous deux avoir des usines qui tournent au ralenti -les usines françaises par exemple tournent à 60% de leur capacités de production-, PSA brûle beaucoup plus de cash que Renault: 200 millions d'euros par mois environ, contre 200 millions d'euros sur l'année pour la firme au losange. Outre des volumes de ventes plus élevés chez Renault, cette différence s'explique aussi par une meilleure utilisation de ses capacités de production par Renault, qui aurait mieux anticipé la crise que son concurrent.

L'effet Nissan

On se souvient de Sergio Marchionne qui disait en 2008 qu'un constructeur produisant moins de 6 millions de véhicules par an n'aurait plus la taille critique pour survivre. Vraisemblablement Renault l'avait compris bien avant Fiat. Grâce à l'alliance avec Nissan conclue en 1999, et à la récente acquisition d'Avrovaz, le groupe a produit près de 9 millions de véhicules en 2011 et réalise d'importantes synergies. De quoi maximiser les économies d'échelle.

Actionnaire à 43,4% de Nissan et à 25% d'Avtovaz, Renault reçoit aussi une part des bénéfices de ses partenaires, ce qui lui permet de garder la tête hors de l'eau. Au premier semestre, sur les 746 millions d'euros de bénéfices, 630 millions venaient de ses partenaires industriels.

De son côté PSA a rechigné pendant des années à se trouver un partenaire étranger, la famille actionnaire souhaitant préserver son contrôle sur le groupe. Ce n'est que très récemment qu'il a fait le grand saut, en scellant une alliance capitalistique avec General Motors. Les deux industriels cherchent à partager leurs plates-formes de véhicules, de composants et souhaitent créer une société commune, destinée aux achats, pour réaliser des économies d'échelle. D'importantes synergies sont donc attendues, mais pas avant des années...

http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/pourquoi-renault...

09/01/2012

Ghosn salaud,Estrosi aura ta peau…

Ghosn salaud,Estrosi aura ta peau…

On s’étonne de ne pas avoir le ministre de l’industrie à perpétuité se réjouir de cet accord qui va porter la qualité Renault au niveau de celle du groupe Daimler.Une « Das auto » française voila qui nous fera le plus grand bien tant sur le marché national qu’international.

Il a oublié,aussi,de se réjouir de la 4 ème place du groupe Renault - Nissan dans les rangs des constructeurs mondiaux.

Il est vrai qu’il considère M.Ghosn non comme un grand patron mais pour un mercenaire à la solde du grand capital.En vérité,il avait quelques difficultés à comprendre le minimum de stratégie de développement à l’international considérant encore que le meilleur business plan de l’industrie nationale est celui de Peugeot.Il est vrai qu’entre celui que l’on appelle le shachô - élevé au rang de mangas -au Japon et celui qui se prend pour le Phébus de la Côte,il y a de la marge.

daimler.jpg

Vers une coopération franco-allemande pour le développement d'une pile à combustible? C'est ce qu'a laissé entendre le patron du constructeur allemand Daimler lundi 9 janvier, en partenariat avec Renault-Nissan. 

"Nous examinons les opportunités qu'il y a dans ce domaine", a déclaré Dieter Zetsche lors d'une rencontre avec la presse au premier jour du salon automobile de Detroit, mais "aucune décision n'a été prise".

Lune de miel franco-allemande

Daimler et l'alliance constituée par le français Renault et le japonais Nissan viennent d'élargir leur alliance à la production de moteurs.

A partir de 2014, des moteurs quatre cylindres seront fabriqués dans l'usine Nissan de Decherd, dans le Tennessee, aux Etats-Unis. La production pourra atteindre 250.000 moteurs par an.

Ces moteurs conçus par Daimler équiperont des modèles de Mercedes-Benz (groupe Daimler) et de la marque de luxe de Nissan, Infiniti, née et principalement présente en Amérique du Nord, mais qui produit encore bon nombre de ses voitures au Japon.

Renault-Nissan et Daimler avaient annoncé au printemps 2010 qu'ils allaient joindre leurs forces pour développer des petites voitures, accord qui s'est aussi traduit par des prises de participations croisées.

Ils ont depuis élargi cette coopération à d'autres domaines. Leur travail en commun "se développe bien plus vite que ce que nous pensions au départ", a relevé Dieter Zetsche.

Plusieurs constructeurs se sont lancés dans le développement de véhicules fonctionnant à la pile à combustible (hydrigène), comme Toyota, Honda, Hyundai et Mercedes. Une course contre la montre s'est engagée avec l'idée de mettre sur le marché un tel véhicule le plus vote possible, peut-être dès 2015.  Toutefois, des voitures à pile à combustible roulent déjà, comme le FCX Clarity de Honda, mais n'ont été proposés qu'en très petit nombre d'exemplaires.

http://www.challenges.fr/entreprise/20120109.CHA8951/daim...

renault chine.jpg

Le PDG des constructeurs Renault et Nissan, Carlos Ghosn, a affirmé ce lundi à Detroit que le français allait produire des véhicules en Chine avec son partenaire local Dongfeng à partir de 2014-2016. "Cela va arriver, cela ne fait aucun doute", probablement "entre 2014 et 2016", a déclaré M. Ghosn lors d'une table ronde avec des journalistes, précisant que "tout projet Renault en Chine se déroulera avec Dongfeng comme partenaire".

"Renault vend déjà des voitures en Chine mais en nombre limité. Maintenant, Renault, pour jouer un rôle plus important dans ce pays, doit y produire", a poursuivi Carlos Ghosn. Nissan produit déjà en Chine, a-t-il rappelé, tout en soulignant que la production chinoise ne serait pas exportée. "Nous avons besoin de toute voiture fabriquée en Chine pour le marché chinois. Nous restons très optimistes pour la Chine", a-t-il conclu.

http://www.20minutes.fr/ledirect/855888/renault-va-produi...

09/12/2011

Un petit cadeau pour M.Estrosi...

Un petit cadeau pour M.Estrosi...de la part de M.Ghosn.

clio rs 4.jpg

Renault-clio-4-RS-photoshop-576x384.jpg

La prochaine version de la Clio sport de Renault sera construite à l'usine Alpine-Renault de Dieppe (Seine-Maritime). "Les équipes projet vont bientôt commencer à travailler pour une sortie de la Clio RS 4 en 2012 ou 2013", a indiqué un porte-parole de la direction qui précise que le personnel a été avisé de cette nouvelle hier.

Les syndicats, qui craignaient que ce modèle dont la version actuelle est déjà fabriquée à Dieppe n'échappe à leur usine, ont fait part de leur satisfaction. "C'est une bonne nouvelle, car cela permet de maintenir l'activité à Dieppe mais ce n'est pas un miracle", a déclaré Sylvain Bienaimé, délégué CFDT.
La fabrication de la version sport de la Clio, au rythme de 20 à 25 véhicules par jour, assure du travail pour la majorité des 325 salariés de cette usine, selon les syndicats. "Il nous faudrait un autre véhicule spécifique, intermédiaire entre une berline et un modèle sport, pour conforter vraiment l'usine", estime Sylvain Bienaimé.
Outre l'assemblage de la Clio sport, l'usine Alpine de Dieppe installe des kits GPL sur des véhicules essence, peint des portes de coffres pour les Laguna et les Espace et construit, en petite quantité, des véhicules de compétition ainsi que des prototypes. Dans les années 1990, elle a fabriqué l'Espace avant que ce modèle ne soit transféré à l'usine de Sandouville, près du Havre.

http://abcmoteur.fr/futurs-modeles/renault-clio-4-rs-phot...

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu