target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

14/07/2015

14 juillet:Merci…

14 juillet:Merci…

police 14 juillet.jpg

Merci à la gauche laxiste,anti sécuritaire,allergique à l’ordre,qui n’a pas de valeur,anti républicaine - tant qu’on y est….Merci à cette gauche soit disant soixantarde,merci à la gauche d’avoir pensé à mettre à l’honneur de la nation les fonctionnaires de police et les militaires de la gendarmerie nationale,élite de ces corps,qui ont fait tant pour notre pays quand la folie s’est abattue sur lui….D’aucun nous ont dit et répéter que l’esprit du 11 janvier n’était qu’une invention politique servant les intérêts du François…Ils se trompent,ceux qui affirment cela n’étaient pas à la manifestation,ceux-là ne croit plus en la France et à la force de mobilisation d’une certaine partie des français.ceux- là ont considéré que de manifester à l’appel du président de la république serait considéré comme un soutien a son action….ceux-là ce sont toujours les mêmes….vous les reconnaîtrez facilement il n’ont que le mot France à la bouche pour mieux la débiner,l’abaisser,la critiquer ….ils sont l’anti France. 

03/04/2012

Affaire Merah :Des services qui rendent bien des services !

Affaire Merah :Des services qui rendent bien des services !

 

 sarkozy,merah,raid,dcri

La dignité de qui?

 

Les liaisons dangereuses du tueur de Toulouse avec les flics.

La police connaissait bien Mo­hamed Merah et sa famille. Et pour cause : de mars à no­vembre 2011, les services de renseignement ont « branché » le tueur de Montauban et de Toulouse, son frère et leur mère. Une vingtaine de fois, sous le couvert de la lutte antiterroriste, la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) a de­mandé et obtenu de Matignon que les conversations téléphoniques et les connexions Inter­net du jeune Mohamed, comme celles de son frère et de sa mère, soient placées sous surveillance. Saisie, la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité a chaque fois émis un « avis favorable ». C'est que le « FBI à la française » soupçon­nait la famille d'appartenir à un réseau d'islamistes radicaux. Puis, subitement, en novembre 2011, « à la demande de la DCRI » elle-même, les écoutes ont cessé. Etrange.

Assurance touriste

A la même époque, Mohamed Merah rentre d'un périple de deux mois en Afghanistan et au Pakistan, et montre fièrement aux flics les photos rapportées de son « parcours touristique (sic) », selon Bernard Squarcini, interrogé par « Le Monde » (23/3). Un agent de la DCRI convoque en effet le voyageur et le reçoit à Toulouse. « II fait preuve d'une excellente coopé­ration, d'éducation et de cour­toisie », précise encore, pas fièrement, le patron du Rensei­gnement. Encore un peu et il lui donnerait Allah sans confes­sion...

Merah semble alors « traité » comme un indic ou en voie de l'être. Ce que Squarcini dément fermement. Quoi qu'il en soit, « le Squale » et ses services se sont laissé avoir comme des bleus par un délinquant converti au djihad...

 

Droit dans ses chaussures à clous, Squarcini prétend au contraire avoir « fait gagner du temps » dans l'enquête sur la folie meurtrière de Merah. Il est formel : « Nous ne pouvions pas aller plus vite. «Pourtant, outre les écoutes, la DCRI disposait depuis belle lurette d'« éléments à charge » contre le tueur de Toulouse. Dès 2006, sa famille figure dans un fichier de la DST après un voyage en Syrie et une incursion en Irak. Quatre ans plus tard, Mohamed, déjà jugé et condamné pour vols et autres babioles, est en vadrouille -avec quel pognon ? - au Proche-et au Moyen-Orient. Le 22 no­vembre 2010, il est arrêté par l'armée américaine après un contrôle routier à Kandahar, en Afghanistan, puis « signalé » par le renseignement militaire français à la DCRI. A son re­tour en France, le 5 décembre, Bernard Squarcini affirme « avoir mené une enquête pour voir ce qu'il [valait] ». Résultat : « II n'y a rien. » Le patron du Renseignement serait-il mal renseigné ?

 

Fermez le taliban

Six mois plus tôt, en effet, le 25 juin 2010, une famille du quartier des Izards, à Toulouse, porte plainte contre Merah pour violences volontaires. Il a flanqué « deux gifles » à une jeune femme qui lui reprochait d'avoir « retenu » son petit frère de 15 ans pour « l'embrigader ». A son domicile, Merah avait montré à l'adolescent des vidéos vantant les exploits guerriers et sanglants de talibans ou de djiadistes. Interrogé par la police en janvier 2011 - sept mois après les faits ! - sur sa «proximité » idéologique et religieuse! avec les islamistes radicaux, le jeune homme répond effrontément : « Je ne suis pas en accord avec ces gens-là. » S'il le dit...

En janvier 2012, les mêmes poulets toulousains l'interrogent de nouveau dans la même af­faire des deux baffes. Cette fois, ils ne prennent même pas la peine de le sonder sur ses copinages éventuels avec l'isla­misme radical. Deux mois plus tard, au nom d'Allah, le jeune Toulousain bascule dans la folie meurtrière.

Mais, lorsque son nom apparaît, aussitôt après les meurtrier de Montauban, aucune alarme ne sonne immédiatement. Il faudra attendre quatre jours Comme si Merah était inconnu.Ou trop connu ?

Didier Hassoux

Le Canard enchainé

26/03/2012

Merha:La mort d’une ordure en direct

Merha:La mort d’une ordure en direct!

mehra.jpg

http://www.seneweb.com/news/International/exclusivite-ave...

Je ne voulais pas mettre cette vidéo sur mon blog.

J’ai change d’avis pour que vous puissiez entendre les deux coups de feu des snipers du raid et détecter quelques faiblesses dans les propos de certains affranchis.

Un type qui a le corps criblé de balles est vraiment un phénomène s’il parvient à faire un  saut de carpe pour s’échapper….

Question:qui a posté celte  vidéo ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu