target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

06/05/2009

Joyeux anniversaire Monsieur le président!

rtr23xo6_3.jpg

Le voila ce fameux sondage(1),le premier d'une longue série qui marquera l'échéance bisannuelle du quinquennat,dont toute la presse fait écho,2 ans de mandat,voilà un cap qui mérite toute l'attention des commentateurs et des politologues de tout bord.2 ans de mandat mêlé d'enthousiasme - l'état de grâce des 53% - et de déception face aux réponses de notre président  à la crise et au désarroi des Français qui souffrent et qui sont à la peine.

2 ans de mandat  qui porteront - quoiqu'on en dise - la tache indélébile de la crise financière et du bouclier fiscal.Cette crise,la pire que l'on pouvait envisager - serait-elle la seule cause de désamour ? Outre le fait qu'il serait intéressant de comparer les courbes d'opinion des Français dans la période précédant le déclenchement réel des effets de la crise - celle-ci était larvée depuis fort longtemps - il conviendrait - et c'est le boulot des spécialistes qui sont rémunérés pour cela - d'analyser les réelles motivations de ce désenchantement.Il semble avéré que les Français ne sont pas enclins à faire endosser à Nicolas Sarkozy  la responsabilité de la crise,en tant que telle,ils lui reprochent l'inefficacité et les conséquences sociales des réponses que celui-ci tente d'y apporter.Au dela,les réformes menées au train d'enfer et qui ne donnent aucun résultat tangible,des lois votées dans la précipitation alors qu'elles ne répondent en rien aux attentes authentiques des Français, des lois peu ou pas appliques et qui par vois de conséquence ne changent pas le quotidien des mêmes.Tout cela,ce n'est pas la crise des subprimes,c'est les effets d'une gesticulation,d'une réformite aigue. Arrêtez-moi sinon je fais un malheur semble être la stratégie du président de la  république.Et cela,ce n'est pas la crise financière !

Or en voulant tout expliquer par cette fameuse crise - elle a bon dos cette crise - on passe à coté des véritables raisons de ce divorce,largement,consommé.A 65% d'insatisfaits, on ne peut trouver d'autre mot.A 65%,ce n'est plus de la grogne....

Ont-ils oublié,ces sondés,le période bling-bling qui venait contredire tous les discours de campagne sur l'effort commun,sur l'importance  du pacte républicain et du respect du travail face au financier ,ont-ils oublié,ces sondés,que le lieu fondateur de la république sarkozienne fut le Fouquet's comme si le luxe était réservé aux amis du président et l'effort aux autres.Comme si le discours de St Etienne avait été réservé à celles et à ceux qui mettent le bulletin de vote dans la boite à pouvoir et le bouclier fiscal,en gestation, à ceux qui ont le pouvoir de l'argent.Ont-ils oublié,ces sondés,les grands principes de Guaino en totale contradiction avec les frasques médiatiques de la Garde des Sceaux,création de Nicolas Sarkozy. Création et instrument de cette fameuse politique de rupture qui a,en fait, rompu avec la morale  et la tradition républicaine. Admirer Mandel et s'enticher de Rachida Dati ,voila qui est surprenant !

Ce sondage vient apporter la réponse que tout le monde pressentait tant elle était prévisible.Seuls les pantins de l'Union des Mal Partis font mine d'y croire encore....Convaincus qu'ils sont que l'UMP,c'est la France !

Oui,les Français sont déçus et la déception est à la hauteur des espoirs qu'ils fondaient dans le projet politique  et la personnalité de Nicolas Sarkozy .Le volontarisme politique s'est  rapidement transformé en gesticulation !La rupture en copinage tous azimuts.

Et l'espoir en déception.

Cette déception est d'autant plus grande que les Français furent  tellement séduits par le candidat qu'ils s'attendaient à un grand président  et en cela elle est politiquement,différente,de ce que nous avions connu avec les précédents présidents dés lors que ces baisses  de popularité correspondaient à des changements de cap politique alors que ce n'est pas le cas avec Nicolas Sarkozy,c'est la  persévérance dans sa politique qui est la raison objective de son impopularité.

Et les résultats de ce sondage viennent sanctionner la culture de la candidature permanente,la différence qui s'établit entre un très bon candidat et un piètre élu.Un très bon candidat et,une fois élu,un président qui l'est moins...Beaucoup moins !

Car s'il est indéniable que Nicolas Sarkozy est sans aucun doute un tacticien hors pair,un manœuvrier de première,il est non moins indéniable que sa perception de rôle et de la place du président de la république ne correspond pas,tout à fait,à celle que s'en font les français.

Elle est là la vraie rupture.

Et le fait que Jacques Chirac soit devenu, le mois dernier, la personnalité politique la plus populaire auprès des français est là pour en attester.

Grand père,oui et merci Mme Albanel.Grand frère ou meilleur copain, assurément non !

Et les amis de Nicolas Sarkozy devraient,en permanence,rappeler à leur mentor que si le gaullisme n'existe plus en tant que courant politique et partisan,l'image tutélaire du fondateur de la Vème république est bien présente dans la mémoire et l'imagerie  populaire.

Le rang de la France et de son président ,l'indépendances nationale,une certaine idée de la France sont des principes dont les Français sont totalement imprégnés.Une certaine idée de la France et non une idée certaine de soi-même.Ca fait la différence !

Le Général de Gaulle disait que la politique de la France ne se faisait pas à la corbeille,les  Français ,au fond d'eux-mêmes, considèrent que la politique de la France ne se fait pas au Fouquet's et encore moins au Bristol.Et qu'il vaut mieux nourrir ses enfants que d'avoir un Rolex au poignet.La vraie gêne est apparue avec la remarque idiote et tout aussi stupide qu'inutile de M.Séguéla.Nicolas Sarkozy et ses amis n'ont pas la même idée de la réussite que la majorité des Français.Il est vrai qu'ils ne vivent pas les mêmes difficultés.

A l'heure ou 60 % des Français disent leur inquiétude quant au fait de se retrouver,un jour ou l'autre,SDF,comment peut-on s'étonner du fossé qui s'est creusé entre les gouvernants - et en particulier avec le premier de ceux-ci - et les Français.

Alors existe-t-il une réelle rupture entre les Français et Nicolas Sarkozy ?Pour notre part,nous le croyons.Nous sommes nous même en état de rupture.Sarkozien,plus que sarkozyste,depuis 2003 - ce qui indique que je n'ai pas attendu le 6 mai 2007 à 20h00 pour m'engager - réellement imprégné de la pensée de Nicolas Sarkozy,si tant est que ses livres et entretiens exprimaient, véritablement,sa pensée,me voila déçu et quelque peu hostile.

Quand on a cru que l'admiration que vouait celui qui devait devenir président de la république à Georges Mandel,martyr de la nation et de la république,était sincère.Quand on a cru que les valeurs historiques et patriotiques portées par la Résistance et le Général de Gaulle allaient enfin trouver leur défenseur à la première place.Quand on a cru que notre pays allait devenir plus sur parce plus juste,que nous allions sévir contre les pires et aider les meilleurs.Quand on a cru que la Vème république allait enfin connaitre sa phase de  rénovation de notre fonctionnement démocratique,quand on a cru que la France resterait cette voie universelle que tant de peuples écoutent et respectent.Quand a on a cru en tout cela,on est déçu et qui ne le serait pas.

Quand on respecte - et adule à certains égards - Georges Mandel,comment peut-on peut passer si facilement à de l'admiration pour Silvio Berlusconi !

Comment expliquer un tel grand écart !

On ne l'explique pas ...On s'oppose !

Le pouvoir justifie l' énergie dés lors que cette dernière est profondément ancrée en celui qui est choisi.Dans le cas de Nicolas  Sarkozy ,c'est la volonté de pouvoir qui se suffit à elle-même.C'est cela son énergie.

Voila le vrai problème .Les Français lui ont fait confiance parce qu'ils le percevaient comme porteur d'une volonté indestructible et surtout collective,ils ont eu à la place un homme du « tout pouvoir »,et si possible solitaire.Car si Nicolas Sarkozy aime à être entouré et consulte souvent, lui seul détient le pouvoir et aime consolidé celui-ci.Or si constitutionnellement c'est vrai, politiquement il en est autrement.Autre cause du divorce consommé.....Trop,c'est trop !

La crise,elle, a bon dos,écrivions nous plus haut.Pour s'en persuader il convient de comparer les taux de popularité des autres dirigeants au plan européen.Eux aussi frappés par la crise financière et la montée des mécontentements.On ne pourra pas nous dire que la situation de l'Allemagne est bien différente de celle que connait la France  en terme d'effet de la crise financière .On ne pourra pas nous dire que l'Italie de Berlusconi est dans une situation administrative et économique qui la protège des effets de la crise financière .Et l'Angleterre,itou.Au contraire, tous les spécialistes s'accordent à dire que le système de protection sociale  développé dans notre pays est un réel amortisseur - le fameux amortisseur social - contre les effets dévastateurs de la crise du système que nous connaissons.Oui,la crise n'est pas la seule explication au désamour que connait, aujourd'hui,le président de la république.

Qu'on en juge......

Quelles sont les cotes de popularité des gouvernants européens,du moins les principaux...

Angela Merkel.55% d'opinions positives en février contre 58% en janvier.

Silvio Berlusconi.55% d'opinion favorable en février.

Gordon Brown.59% d'opinion negative pour 33% positive.

Voulez-vous que nous parlions de la star internationale,le président Obama,qui aurait préféré engager son mandat sous d'autres auspices.69% des Américains approuvent son action.93% des démocrates et 36% des républicains en font partie.

Ainsi l'impopularité de Nicolas Sarkozy serait-elle due à la crise financière...et la popularité de ses homologues, sauf pour Gordon qui fait mieux que notre président,serait le résultat contraire...Une mauvaise crise pour Nicolas,une bonne crise pour les autres !Décidément,on aura tout entendu !

Ainsi,les commentateurs y vont sans ambages et excusent tout à leur si cher Nicolas.De contradiction en contradiction, on nous expliquera demain que les Français ne méritent pas leur président et que tout est de leur  faute.Par exemple,le sieur Emmanuel Rivière ,directeur politique de TNS Sofres n'hésite pas à commenter,ainsi,son sondage,je cite : « Ce niveau de mécontentement n'a rien d'exceptionnel pour un chef de l'Etat à ce stade de son mandat, tempère Emmanuel Rivière, directeur du pôle politique de TNS Sofres. François Mitterrand, après le tournant de la rigueur, et Jacques Chirac, après avoir renoncé à résorber la fracture sociale, obtenaient des scores similaires. Ce qui est inédit pour Nicolas Sarkozy, c'est que ce niveau de mécontentement n'est pas lié à un revirement par rapport à des engagements électoraux, mais est très lié à un contexte : la crise ».Et de rajouter,en pleine contradiction,je re-cite : «  Tandis que les plans sociaux se multiplient, le chef de l'Etat, qui avait bâti son succès sur sa promesse de "travailler plus pour gagner plus", doit chaque mois faire face à la dégradation des chiffres du chômage. "Il est contraint de réinventer de nouveaux schémas pour s'adapter, analyse Emmanuel Rivière, et le problème, c'est qu'ils ne produisent pas de résultats immédiats, alors même que Nicolas Sarkozy a construit son élection sur des engagements concrets et rapides." Une situation d'autant plus difficile que, souligne Emmanuel Rivière, "le Président n'abordait pas la crise avec un socle élevé de popularité, celui-ci ayant déjà été effrité par les déceptions sur le pouvoir d'achat et les problèmes de posture 'bling-bling' de sa première année de mandat. »

Et voila...Une fois,l'impopularité est très liée à un contexte :la crise.Une autre, le Président n'abordait pas la crise avec un socle élevé de popularité, celui-ci ayant déjà été effrité par les déceptions sur le pouvoir d'achat et les problèmes de posture 'bling-bling' de sa première année de mandat.».Et une couche supplémentaire,le président doit réinventer de «  nouveaux schémas pour s'adapter alors que plus haut on peut lire du même : « Ce qui est inédit pour Nicolas Sarkozy, c'est que ce niveau de mécontentement n'est pas lié à un revirement par rapport à des engagements électoraux. »(2).

Faudrait savoir,soit il n'ya pas de revirement politique soit il y a des schémas nouveaux.Il nous prend pour des perdreaux de l'année,le sieur Rivière !

En fait,les commentateurs ont de plus en plus de mal à expliquer la tendance,qui perdure,à une impopularité croissante du président de la république.Et dés lors,on voit fleurir autant d'explications vaseuses que des sondages de ci,de là,aussi différents les uns que les autres.Se contredisant à 2 jours d'intervalles et comme c'est matraqué par les médias,tout le monde y croit.

Tout le monde...pas toujours.

Ainsi Paris Match publie un sondage IFOP dans lequel on peut lire : « La cote d'approbation de Nicolas Sarkozy est inchangée en mai par rapport à avril, à 43%, et celle de son Premier ministre François Fillon a perdu deux points à 50%.

A la question "approuvez-vous ou désapprouvez-vous l'action de Nicolas Sarkozy comme président de la République", 56% des personnes interrogées ont répondu qu'ils ne l'approuvaient pas, contre 57% en avril et 43% approuvent (=). Les personnes qui ne se prononcent pas sont 1% (0 en avril). »Qu'en pensez-vous,Ami lecteur !

N'en demeure pas moins,et c'est bien là le problème,que Nicolas Sarkozy est impopulaire à cause de sa politique et non à cause d'un quelconque revirement. Les Français lui reprochent la non-adaptation de la politique du gouvernement à une nouvelle situation. C'est le vrai problème de Nicolas Sarkozy et le seul problème des français.

Pour conclure ce billet un peu long,permettez,M.le président de la république à un modeste citoyen, scribouillard à ses heures perdues, de vous donner un simple conseil :écoutez les Français,allez manger à la cantine de l'usine Continental  sans vos sbires de l'UMP,essayez de vivre un mois - avec Carla -en dépensant 2260€ comme la majorité des couples de notre pays(2) et vous verrez...Vous changerez de politique et d'attitude.Et les sondages changeront aussi.

L'UMP n'est pas la France et le public sélectionné de vos messes médiatiques,ce n'est pas la France.La vraie France,elle n'a pas le temps d'aller vous écouter lui tenir de beaux discours.Elle bosse ou elle tente de le faire ,la vraie France !Cette vraie France,c'est celle qui a cru en vous,celle que vous avez déçue.Prenez garde qu'elle s'en souvienne !

(1)sondage TNS Logica pour Metro

http://www.metrofrance.com/infos/sarkozy-un-anniversaire-...

(2)Evolution de la popularité de Nicolas Sarkozy

lasarkocote.jpg

(3)selon l'INSEE « Revenus et patrimoine des ménages ».

patrimoine.jpg

31/03/2009

Quand le chef suprême des Mexicains se déplace,c’est nous qu’on trinque….

article_photo_1237928720968-10-0.jpg

Le meeting de l'UMP à St Quentin recevait l'ancien président de ce mouvement et actuellement président de tous les Français.C'est sans doute pour cela que seuls les militants ou adhérents UMP,triés sur le volet et munis de cartons d'invitation aux armes de la présidence de la republique,étaient admis à entendre la bonne parole.

3357208563_cd49bd66a0_m.jpg

Que l'UMP,au travers de sa fédération locale,organise des meetings pour son leader naturel,nul n'y trouvera un quelconque inconvénient .

Que les fonds publics financent une grande messe pour ce parti politique,voila qui,en temps de crise,pose quelques questions à celles et ceux qui ne cessent de s'inquiéter du gaspillage de ces mêmes fonds et de la gloutonnerie de certains patrons voyous comme le proclame à tort et à travers le président de tous les Français,surtout s'ils sont adhérents à l'UMP.

Tout le monde l'aura compris,Nicolas Sarkozy fait partie de ceux-là et son discours à St Quentin devait marquer sa désapprobation de l'utilisation,par certains dirigeants d'entreprise,de fonds publics à leur intérêt personnel.Et à cet égard,nul ne pourra venir contredire les propos de notre président de tous les Français,surtout s'ils sont adhérents à l'UMP.

Reste que les faits sont têtus :

  • 300000€ pour la sécurité de la réunion publique.
  • 100000€ pour les frais annexes.L'envoi de cartons d'invitation,par la poste,par exemple,un vin d'honneur après la prestation du président de la République.

Soit 400 000€ selon le député socialiste Dosière qui s'est spécialisé dans l'examen très attentif des frais engagés par la présidence de la republique.Bizarrement,dans les rangs de l'UMP,l'Union Mexicaine du Parti pris,silence radio.Circulez,on n'a rien à dire....

400 000€,c'est 10 salaires à 40 000€,de quoi vivre confortablement avec sa petite famille,au taux imposé,le temps de quelques passages dans la presse nationale,par le chef des Mexicains de Nice.c'est aussi 400 salaires à 1000€ ou 200 salaires moyens chez Continental !

J'arrête là sinon les Mexicains vont me traiter de mauvaise langue et de mauvais français puisque je ne suis pas adhérent à l'UMP.

A la question publique du député Dosière,Mme Alliot Marie,présentement ministre de l'intérieur,a repondu,à propos du cout de cette réunion publique,je cite : « Il est inscrit,tout naturellemnt,dans le budget que vous votez chaque année. ».

Et quand un patron,voyou selon le chef suprême des Mexicains,répondra aux pourfendeurs des gros salaires et des très grosses primes « le montant de mon parachute doré a été voté par le conseil d'administration »,on lui enverra Mme Alliot Marie....C'est à mourir de rire......

Les 400 000€ pour prendre les Français non encartés à l'UMP,pour des imbéciles ont-ils été votés au budget de l'Elysée.Assurément,non.

L'utilisation de ces fonds reste à la discrétion du président et de ses principaux collaborateurs .

Haro sur les patrons gloutons et mort aux c... !

Indubitablement,le combat contre les dégâts causés par la deuxième catégorie ,n'est pas gagné. d'avance.

Bon courage,quand même !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu