target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

21/02/2014

Valls :Quel nul….

Valls :Quel nul….

J’espère que messieurs Hortefeux et Ciotti songeront à féliciter le ministre de l'intérieur.

Espoir déçu d’avance,ami.Quand la police arrête des  trafiquants de drogue de  ce niveau tout le mérite en revient à  la police quand le ministre est de gauche,quand le ministre est de droite c’est le ministre qui doit être félicité,et le président de la république quand il s’appelle Sarkozy.


15/08/2013

Estrosi:c'est toujours risqué d'être au zapping

Estrosi:C'est toujours risqué d'être au zapping!

 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

 

Ainsi messieurs Ayrault et Valls seraient les auteurs de circulaires demandant aux policiers de ne pas enregistrer les plaintes de nos concitoyens...(voir 3:33)

Et le pitre d'ajouter que personne ne le contestera....à voir cher monsieur Estrosi.

Le passage introduit au zapping Canal + a été diffusé à 12 h35,comme en atteste la capture d'écran ci-dessous...

estrosi,valls,ayrault,police nationale,depot de plainte

Or cette séquence n'apparait pas dans la video publiée sur le site BFM.Où est passée cette partie de la vidéo diffusée sur la chaine BFM...On se le demande et surtout pourquoi a-t-elle disparu si M.Estrosi est tellement sur de lui dans ses affirmations tout autant infamantes que diffamantes...compte tenu du fait qu' à l'habitude c'est le genre de déclarations qui fait le tour de toutes les redactions.Seul le Figaro a osé interroger M.Estrosi sur ce sujet et il a remis le couvert si jose dire,avec un gros bémol:"Trop souvent, les victimes sont découragées. Ce ne sont pas les agents qui sont en cause, ce sont les consignes. Eh bien moi, je veux que le dépôt de plainte soit un droit pour les victimes et que le refus de l'enregistrer soit passible de sanctions. Je viens d'ailleurs de rédiger une proposition de loi en ce sens. La victime pourra même saisir le tribunal administratif si ce droit fondamental est remis en cause. Le juge aura alors deux mois pour statuer.

Pas de bol ce monsiur Estrosi...Un ignorant je vous le dis,un fanfaron...cette loi existe déjà.

"Ainsi, les services de police ont l'obligation d'enregistrer votre plainte et n'ont absolument pas le pouvoir d'en apprécier le bien fondé, le Procureur de la République étant seul compétent pour décider de poursuivre l'infraction ou de classer la plainte sans suites.

En effet, la loi du 15 juin 2000 renforçant la protection de la présomption d'innocence et les droits des victimes a instauré le "guichet unique" en ce qui concerne le dépôt des plaintes auprès des commissariats de police.

Une circulaire du 15 mai 2001 a précisé que l'article 15-3 du Code de procédure pénale obligeait les services de police à enregistrer les plaintes,même lorsqu'elles ressortaient de la compétence territoriale d'un autre commissariat.

Cette circulaire précise que " l'objectif principal est de simplifier les démarches des victimes, spécialement de celles qui ont été atteintes par des infactions courantes, comme par exemple, les vols".

Dès lors, si malgré votre insistance, vous vous heurtez à un refus catégorique d'un policier d'enregistrer votre plainte, n'hésitez pas à adresser un courrier en recommandé avec accusé de réception directement au Procureur de la République.(1) 

Il y a sans doute un rapport entre l'estrosade du jour et la publication d'un rapport de l'IGA qui dénonce des manipulations de chiffres dans les statistiques durant la période bénie pendant laquelle la délinquance baissait à coup de batonnets...

J'espère que le ministère de l'intèrieur va réagir avec tous les moyens juridiques mis à sa disposition,un syndicat de police ou des citoyens qui en ont assez de voir nos responsables,nos policiers insultés par ceux qui avaient institué le maniement perpendiculaire des batonnets sur les états de statistiques comme principe de calculs des résultats de la lutte contre l'insécurité. 

(1)http://www.avocat-glorian.com/l-obligation-pour-les-polic...

21/07/2013

UMP :Pour en finir avec la fable nauséabonde…

UMP:Pour en finir avec la fable nauséabonde…

À BRÉTIGNY COMME DANS LA JUNGLE ?

COMMENT UN DÉRAILLEMENT DE TRAIN EST DEVENU  UNE  ATTAQUE DE PIRATES

A l'horreur de l'accident se sont ajoutés de sinistres fantasmes.La rumeur a parlé de jeunes pilleurs et de caillassages. Des politiques s'en sont mêlés, sans aucune mesure. Au total, quelques comportements inciviques, mais guère plus. par Frédéric Ploquin - Marianne

flic bretigny.jpg

A Brétigny, dans l'Essonne, le bruit de la méchante rumeur a vite recouvert le fracas de la taule froissée du train Paris-Li­moges. Cadavres « dépouillés » ? Scènes de pillage ? Ce n'est pas sur les six morts et les 16 blessés que se foca­lisent les médias, mais sur les « mal­faisants » qui peuplent par dizaines ce territoire « sauvage » en bordure sud de la capitale... presque 1 Afrique noire. Ce n'est plus un train qui déraille, c'est l'information. Avec le « jeune de ban­lieue » dans le rôle du pirate.

Comme dans tous les feux d'arti­fice,il y a une mèche. Ce soir du 12 juillet 2013, elle prend la forme d'une déléguée départementale du syndicat Alliance, le deuxième dans la police, longtemps supporteur du sarkozysme policier. La jeune femme n'est pas sur les lieux du « crime ». Elle est au commissariat d'Arpajon. Mais elle est en contact avec plusieurs de ses adhérents qui depuis le terrain l'alarment : ils évoquent le « caillassage » des secouristes, mais surtout le dépouillement de voyageurs sonnés par l'accident... L'horreur, en somme. Lorsqu'elle témoigne au micro d'Europe 1, la syndicaliste relaie ces informations sans les avoir vérifiées.

Parmi les. auditeurs, nombreux sont ceux qui croient, à cet instant, que celle qui s'exprime porte la parole officielle du ministère de l'Intérieur. Le fantasme prend corps. Ce n'est peut-être pas un simple accident, mais un guet-apens. La syndicaliste (certainement sincère) ne dit pas que ces jeunes ont fait dérail­ler le train, mais cela revient au même : ils étaient là, prêts à fondre sur leur proie, comme ils le font régulièrement, pour occuper leurs soirées, avec les flics ou les pompiers... Une sorte d'attaque du train postal en version caïds des cités. Forcément sans foi ni loi.

RÉFLEXES CONDITIONNÉS

Vérité vraie ? LAgence France-Presse note que «plusieurs sources policières » refusent de confirmer. Et pour cause : destinataires des mêmes rumeurs par SMS, d'autres responsables syndi eaux trouvent l'information tellemen énorme qu'ils y regardent à deux fois Un CRS répercute bien cette histoin de valises disparues en direction de cités du secteur, mais ce n'est pas m témoin direct : c'est un collègue d< la sécurité publique qui le lui a dit.. Lorsque Nicolas Comte, secrétairi général adjoint du syndicat majoritaire Unité SGP Police FO, parvient à joindn un policier présent parmi les premier intervenants, il dément avoir essuyi des jets de pierres. Il a même vu dei jeunes secourir des victimes. Quelque cailloux ont bien volé, mais plus tard lorsque les responsables du dispositif ont décidé d'élargir le périmètre de sécurité. Il a fallu repousser badaud;et curieux,qui dans ces quartiers réa gissent moins civiquement qu'ailleurs. Des cris ont fusé. Une dizaine de jeunes ont ramassé des objets, réflexe condi­tionné ou presque, et les ont lancés en direction des voitures de pompiers qui affluaient (apparemment sans parvenir à les atteindre)...

SILENCE DES "ANGÉLIQUES" ?

Une réalité dont n'ont pas vraiment cure les réseaux sociaux qui, déjà, s'enflam­ment contre ces « voyous qui bientôt iront violer des tombes » et dénoncent la « censure » qui sévit dans les grands médias, chaînes de télé comprises, ritournelle entêtante sur le mode « on nous cache tout ». Le préfet n'a-t-il pas appelé deux compagnies de CRS en renfort ? Réflexe classique, en fait, à entendre ce haut responsable de la sé­curité publique : « On est dans un dépar­tement qui bouge, à une heure de grande affluence, en période de vacances, alors on préfère prendre nos précautions. » Les plus respec­tables des hommes politiques s'en mêlent, à l'instar de Nicolas Dupont-Aignan, maire de Yerres, une com­mune voisine des lieux de la catas­trophe, qui surfe sur les sites Internet et se dit que « les jour­nalistes n'ont pas pu inventer tout ». D'autant que ce que lit l'élu coïncide à la virgule près avec ce qu'il sait de la vie quotidienne dans les banlieues. « On est confronté tous les jours à des hordes en état préinsurrectionnel, se Justine- t-il. Tant qu'ils ne touchent pas aux belles vitrines parisiennes, tout le monde s'en moque. » Et d'épingler les «politiquement corrects » qui préfèrent dissimuler les faits au risque d'accrédi­ter l'idée, déjà présente sur le Net, qu'il s'est passé quelque chose de grave à Brétigny, mais que nos « angéliques » gouvernants ont choisi de taire...

« II y avait dans le secteur bon nombre d'abrutis, mais aucun pilleur n'a été recensé », affirme un policier présent sur les lieux. H y a bien eu un vol, mais pas aux dépens des voyageurs du train fou. Les auteurs présumés (des jumeaux de 16 ans et deux jeunes de 18 ans) ont été interpellés deux jours plus tard : profitant d'une bousculade, ils ont délesté un urgentiste de son téléphone portable. Pas le signe d'une action concertée, d'un plan machiavé­lique, tant pis !

Les faits ne valent pas la légende, surtout quand il s'agit de trains : quelques semaines plus tôt, la presse s'était régalée d'une « attaque de train » dans ce même département, sauf que la réalité était plus prosaïque : une bande de jeunes avait coincé des voyageurs sur les quais, à la sortie du RER, pour leur faire les poches.

les droites extremes.jpg

Rumeurs et propagande à Brétigny-sur-Orge (épisode 1)_ les droites extrêmes surfent sur la mort et la douleur... - Debunkers, démolisseurs, des rumeurs_hoax d’extrême droite.pdf

embellemeny mediatique.jpg

Rumeurs et propagande à Brétigny-sur-Orge (Episode 2)_ EMBALLEMENT MEDIATIQUE à BRETIGNY - Debunkers, démolisseurs, des rumeurs_hoax d’extrême droite.pdf



 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu