target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

28/06/2011

Ciotti:Merci Paul!

ciotti barelli.jpg

Un journaliste du cru qui en a….

 

Nice correspondant - Jean-Pierre Pernaut devait présenter, lundi 27 juin, dans le journal de 13 heures de TF1, les "excuses" de la chaîne à propos d'un reportage diffusé jeudi 23 juin. Il était consacré au contrat de responsabilité parentale (CRP), mis en place dans le cadre de la loi contre l'absentéisme scolaire par le président (UMP) du conseil général des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti. Une mère de famille témoignait : "J'ai un enfant qui ne va plus à l'école, qui commence à sécher. Je suis un peu inquiète." Elle vantait l'action du conseil général.

Peu après, Jacques Victor, président du groupe communiste au conseil général, révélait, sur France Info : "Cette femme n'a pas d'enfant : c'est l'attachée de presse d'Eric Ciotti." Samedi, le directeur de la communication du conseil général, Eric Doré, confirmait. "Pendant le reportage, une maman devait témoigner, elle n'est pas venue, la journaliste a alors proposé à l'attachée de presse de jouer les témoins, ce qu'elle a malheureusement accepté, a-t-il affirmé à l'AFP. On ne fait pas ça, normalement." "Comment une attachée de presse a-t-elle pu se livrer à une telle comédie sans l'aval de sa hiérarchie ?", s'interroge M. Victor.

"Faute professionnelle"

Contactée par Le Monde, la jeune femme s'est refusée à tout commentaire. Après avoir visionné le reportage, M. Ciotti a convoqué l'attachée de presse qui lui a remis sa démission, ce qu'il a accepté. "Je n'étais pas au courant. C'est une faute professionnelle", a t-il indiqué, précisant qu'elle avait témoigné "à la demande des journalistes". Le sujet n'a pas été réalisé par TF1 mais par deux journalistes d'une filiale de Nice Matin, NMTV, travaillant pour la première chaîne. Ils ont été mis à pied trois jours.

"Ce n'est pas à TF1 de sanctionner les fautifs, a réagi Catherine Nayl, la directrice de l'information de la Une. Je suis en colère par rapport à la façon dont les journalistes de Nice Matin, qui travaillent dans le cadre de nos accords avec la presse quotidienne régionale (PQR), ont réalisé leur reportage." Mme Nayl a assuré au Parisien qu'il s'agissait d'"un acte individuel". "Ni le conseil général des Alpes-Maritimes ni TF 1 n'en sont responsables", a-t-elle affirmé.

Cette affaire ne concerne "absolument pas " la rédaction du quotidien régional, a estimé Frédéric Touraille, directeur général délégué de Nice Matin et gérant de la filiale NMTV. "C'est une filiale qui réalise les reportages dans le cadre de contrats de correspondance avec TF1, pas la rédaction. Je ne veux pas que cette affaire lui porte préjudice." Ce dossier confirme les "liens étroits entre la rédaction de Nice Matin et le conseil général", avance un ancien gestionnaire du journal. Le quotidien, géré par le Groupe Hersant Média (GHM), survit en partie grâce aux publicités institutionnelles du conseil général, de la communauté urbaine Nice Côte-d'Azur.

"La rédaction, dès lors, n'a presque plus de marge de manoeuvre éditoriale. Certains jours, on lit "Ciotti Matin" et "Estrosi Matin" ! ", ironise cet expert de la PQR. Ce que conteste la direction de Nice Matin.

La communication du conseil général est aussi mise en cause par des journalistes du Club de la presse Méditerranée 06, des rédactions de France Bleu Azur et France 3 Nice. Ils ont envoyé, le 28 mai, une lettre à Eric Doré. Ils y dénoncent "l'attitude consistant à privilégier certains médias". Le 26 mai, une double page de Nice Matin était consacrée à la lutte du conseil général contre la fraude aux aides sociales, alors qu'une conférence de presse sur ce sujet était programmée par le conseil général depuis une semaine le même jour.

Paul Barelli Article paru dans l'édition du 28.06.11


 

Paul Preziosi 27/06/11 - 23h38

Cette histoire est particulièrement consternante mais ce qui l'est encore plus c'est la façon dont les responsables se renvoient la balle et se défaussent sur une sous-fifre.

Pascal 27/06/11 - 23h37

Je suis français vivant en Grande-Bretagne et franchement quand je vois ce genre d'info (qui ne semble intéresser personne ) ça me met hors de moi. Qui peut être assez naïf pour gober que cette attachée de presse ait fait cela sans concertation avec son patron. La Grande-Bretagne a bien des défauts mais dans un cas comme celui là des têtes tombent et pas seulement des sous-fusibles.

claude emeri 27/06/11 - 21h25

Questions naïves : 1/ Pourquoi M. Ciotti n'a-t-il pas licencié son attachée de presse pour faute professionnelle grave ? 2/ Pourquoi n'a-t-il pas dénoncé ces bidonnages au Procureur de la République ? 3/ Pourquoi le CSA ne s'est-il pas autosaisi de cette infraction pour sanctionner éventuellement TF1 ? 4/ Pourquoi les "éditocrates" des medias restent-ils aussi discrets sur ces dérapages qui confirment la crise mortelle que connaît la profession de journaliste et dont ils mourront bientôt ?

yves judde de larivière 27/06/11 - 18h49

Vivement une nouvelle loi présentée par Ciotti l'incorruptible pour interdire les faux témoignages à TF1 !

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu