target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

08/08/2011

Estrosi:Record de baratin pas encore battu…

Estrosi:Record de baratin pas encore battu…

 

estro vardon.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=UvdYwpOZmAE

 

Mais il garde espoir,le bougre.

L’entretien téléphonique enregistré dans cette vidéo est en tout état de cause un monument de mensonges et de fausses barbes qui fera date.Je crois que le journaliste de RTL n’est pas resté dupe devant tant de contre-vérités.En particulier sur la mosquée….et cette prétendue alliance FN-Vardon qui est sortie directement d’un cerveau détraqué du cabinet du maire.Seul J.Peyrat a réuni FN et Identitaires et M.Estrosi le sait parfaitement puisqu’il lui a mis dans les pattes un candidat FN revenu du diable Vauvert….l’insipide Baeza.Sans quoi,son adjointe Mme Sassone passait à la trappe dès le premier tour.

Il peut raconter n’importe quoi sur l’antenne de RTL – les auditeurs de cette station ne sont pas forcément informés des infortunes que connait notre ville – mais il y a des limites,les journalistes et commentateurs sont quand même un peu plus informés par quelque bonnes âmes des travers de notre bien aimé.

Cet enregistrement doit être conservé à titre de pièce à convictions.En 2014,il nous sera très utile.En 2012,aussi…

Quoiqu’il en soit,il nous est confirmé que les prières dans les rues ont recommencé,aucun commentaires de celui qui se targuait d’avoir trouvé un accord avec les musulmans de sa ville pour les faire cesser en douceur…et profondeur si j’ose dire quand on pense à M.Barack qui s’attendait à autre chose qu’une préemption de son local,local qu’on l’avait autorisé d’acheter contre la promesse de faire cesser les prières publiques….Le tout à la grande satisfaction de M.Guéant qui l’avait pris comme exemple et voulait étendre l’exemple niçois à d’autres villes….Des rigolos non,des nuls !Des baratineurs,il n’a pas à tortiller….

 

Nissa Rebela et Jacques Peyrat disent « non au quartier halal ! »

 

afp.jpg

 

Non au quartier halal en plein cœur de Nice », tonne Philippe Vardon, chef de file des Nissa Rebela. Lequel n’a pas vocation à faire croire qu’il a élevé les cochons aux côtés de ses voisins de la rue de Suisse. Et pour cause, le mouvement politique identitaire niçois tient, depuis 4 mois, Notre-Dame dans son viseur. En cause ? Le fait que ce quartier à prédominance musulmane soit, selon lui, victime de
« ghettoïsation » mais aussi « d’occupation », une formule fraîchement empruntée à Marine Le Pen. Soit autant d’euphémismes de bienséance destinés à déguiser l’idée sous-jacente d’islamisation en rapport au thème de la prière musulmane dans l'espace public. « Bien qu’avorté, l’apéro porchetta-rosé du 5 mars avait permis de mettre, à la fois un terme à cette pratique illégale qui dure depuis 3 ans, mais aussi de mettre en lumière cette situation catastrophique » explique ce dernier tout en se félicitant d’avoir su attirer l’attention des élus. « Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, n’a d’ailleurs pas hésité à revendiquer cet arrêt des prières au nom de l’UMP », ironise-t-il. Un comble pour Philippe Vardon, mais rien de vraiment étonnant de la part de Claude Guéant, récemment adoubé membre d’honneur du FN.

« Mais voilà que depuis deux semaines, en réaction à la préemption par la mairie du local servant de mosquée, les Musulmans occupent de nouveau la rue de Suisse chaque vendredi », annonce-t-il.

« On se croirait à Beyrouth »

S’ajoute aussi à sa vindicte l’esprit de campanilisme qui y règne. « Une mosquée, sept boucheries halal, des librairies coraniques. On se croirait à Beyrouth », peste l'ancien porte-parole des Jeunesses Identitaires, tout en pointant du doigt l’arrivage massif d’immigrés clandestins.

« Même les restaurants asiatiques, présents ici depuis des décennies, désertent peu à peu. Le dernier vendeur de liqueurs a même été sommé de fermer boutique en vertu des principes qui régissent l’Islam », explique-t-il. Pour le chef du parti, tout cela ne vient donc pas jouer en faveur de la diversité nécessaire entre membres d'une même cité, mais œuvre plutôt à ce qu’une minorité se tienne à l'écart de la société et de sa municipalité. Une fois n’est pas coutume, Philippe Vardon a ainsi livré ses meilleures flèches pour Christian Estrosi.

Une mosquée municipale ?

« Autant que je sache, c’est bien une mairie UMP qui a fermé les yeux pendant 11 ans en n’exécutant pas l’arrêté d’expulsion qui avait été adressé à Al Baraka pour sa mosquée illégale, rue de Suisse. Puis, c’est cette même mairie qui tolère les prières de rue depuis trois ans ! Or, nul n’est censé ignoré la loi. Et encore moins Estrosi ! ». Et là, Philippe Vardon va plus loin dans ses accusations en reprochant au député-maire de vouloir intervenir en rachetant un local via les fonds publics. Le but : y installer une mosquée, marquée par le sceau de la municipalité. « Si les faits s’avèrent exacts, Christian Estrosi serait en contradiction immédiate et évidente avec le principe de laïcité et la loi de 1905 concernant la séparation des églises et de l'État. La question est donc de savoir si un concordat entre la religion musulmane et la Ville de Nice aurait été signé à notre insu ! Nice, sera-t-elle la première ville de France à passer le culte musulman en régie municipale ? », s’interroge celui-ci. Nul ne le sait. Mais la situation de la rue de Suisse n’est pas la seule qui préoccupe Nissa Rebela. Autre cas : la Place Saëtone.

« Le centre-ville s’enfonce »

Selon la figure de proue du parti identitaire, une mosquée de 250m² devrait même succéder, d’ici le mois de septembre, à « La Petite Biche », un restaurant traditionnel. Le tout, suite à une escroquerie présumée. « Le propriétaire, refusant de vendre pour que son local devienne un lieu de culte, des religieux l’ont dupé en missionnant un marchand de biens italien qui a conclu la vente », explique Philippe Vardon. « C’est intolérable ! Une ville se juge au centre. Et si ce centre s’enfonce, il entraîne avec lui toute la ville », déclare-t-il tout en citant Auguste Verola, adjoint au maire chargé des cultes. « Et c’est le triste sort qu’a connu Marseille », prévient ce dernier. Puis, séquence émotion et nostalgie avec Jacques Peyrat, ancien sénateur-maire de Nice. Lequel dit vouloir « apporter tout son soutien à Philippe Vardon ». Au passage, il prend aussi le temps de s’auto-complimenter en expliquant comment il s’y était pris, sous ses mandats de maire, pour éviter la création d’une grande mosquée, rue Hancy. « Il parait normal de laisser les Musulmans exprimer leur culte, c’est vrai. Mais en poussant à l’excès ce phénomène communautaire, cela risque de bouleverser la vie habituelle d’un pays », explique-t-il d’un ton chiraquien.

« Voilà pourquoi je demande à l’autre de respecter le territoire dans lequel je suis établi depuis des millénaires ». C’est dans cette optique qu’il affirme avoir mis en place les travaux du tramway, dès 2003. « Petit à petit, les enseignes de kebab remplaçaient nos magasins, drainant avec elles une clientèle chouette (sic) ! Et les Galeries Lafayette menaçaient de partir », se souvient Jacques Peyrat. « Si j’ai fait tout ça, c’est pour sauver le centre-ville ! ».Au problème d’assimilation, les deux rebelles n’opposent finalement qu’une solution : diluer les « ghettos » en vue de déporter la minorité musulmane dans une partie moins visible de la ville. Ces derniers semblent, de fait, oublier que le fichage des minorités ethniques est strictement interdit au sein de l’UE. Quoiqu’il en soit, Nissa Rebela persiste et annonce qu’une nouvelle manifestation se tiendra, à la fin du mois, dans le quartier Notre-Dame. La « Socca Dance » n’a pas fini de faire trembler la scène politique niçoise.

Olivier Porri-Santoro

http://lepetitnicois.fr/node/45930

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu