target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

23/02/2013

Cameron:Son triple A est passé sous le tapis rouge…

Cameron:Son triple A est passé sous le tapis rouge…

«Quand la France instituera un taux de 75% pour la tranche supérieure de l’impôt sur le revenu nous déroulerons le tapis rouge, et nous accueillerons plus d’entreprises françaises, qui paieront leurs impôts au Royaume-Uni»

cameron.jpg

 

Alors que Standards and Poors se félicite des efforts du gouvernent de bolchéviques qui vont passer la France au moyen âge,M.Cameron qui prétendait dérouler le tapis rouge devant nos entreprises qui fuiraient l’incurie socialiste se fait étaler par Moody’s qui lui retire son tripe A.Plus grave,me semble-t-il,sont les raisons de cette dégradation,en effet on peut lire dans le communiqué motivant cette décision des choses fort intéressantes qui devraient alerter  certains éditorialistes comme M.Roquette du Figaro magazine qui n’ont dans la bouche et sous le stylo qu’admiration pour les politiques menées en Grande Bretage,Espagne et Italie,je laisse de côté les effluves budgétaires de Mme Pecresse dit Bamby dans les milieux autorisés qui singent les tenants de l’austérité sauvage et nous promet des propositions sérieuses(sic) pour permettre des réductions de dépenses publiques de l’ordre de 20 milliards sur le champs.Ce qu’elle n’a pas fait quand elle était aux manettes du budget de notre pays.Il est vrai que les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

"Plusieurs facteurs se combinent mais il y a principalement un processus de désendettement du secteur privé et public qui a sans aucun doute étouffé la croissance", a indiqué à l'AFP Sarah Carlson, analyste en chef de Moody's pour la Grande-Bretagne, évoquant également une "inflation élevée" qui pèse sur les ménages. »
« A l'heure où le gouvernement conservateur de David Cameron s'est lancé dans un vaste plan d'austérité, l'agence de notation s'inquiète également du niveau de la dette britannique et souligne le "défi" posé par l'assainissement budgétaire. »

« La perspective du pays a d'ailleurs été relevée de "négative" à "stable", a indiqué Moody's.
"Le risque de contagion (par la zone euro, ndlr) est limité par la politique monétaire indépendante (du Royaume-Uni, ndlr) et par le fait que la livre sterling bénéficie du statut de monnaie de réserve internationale", souligne Mme Carlson. ». »

On ne pouvait pas faire mieux.La contagion de la zone euro,le processus de désendettement du secteur privé et public alors que la droite française nous vante les avantages de la politique de désendettement à marche forcée qu’impose M.Cameron à ses concitoyens.

 « Abaissant la note d'un cran à Aa1, Moody's évoque "la faiblesse continue des perspectives à moyen terme" de la Grande-Bretagne, et dit désormais s'attendre à ce que l'activité économique atone du pays "s'étende à la deuxième moitié de la décennie".

A  eux qui pensent dans notre beau pays de France que M.Cameron est un exemple,qu’il a réussi à remplacer le couple franco allemand par le couple britanno-germanique,ne vous réjouissez pas trop vite.L’alliance thé et de la bière,ca ne marche pas longtemps…D’abord compte tenu des détails connus maintenant sur le budget européen il s’avère que M.Cameron n’a rien gagné du tout,quand Mme Merkel va s’apercevoir que l’Europe court à sa perte en se suicidant économiquement elle n’hésitera pas à se démarquer de M.Camreon…Mme Merkel ne gouverne que pour les intérêts immédiats de son pays –ce qu’on ne peut lui reprocher – dés lors que M.Cameron de correspondra plus à ses intérêts Mme Merkel le lâchera comme une vielle chaussette….en fil d’Ecosse.

A l’attention de  nos entreprises et faisans divers devant lesquels M.Cameron souhaitait dérouler le tapis rouge,faites gaffe son tapis est mité ….

Guetté par la récession, le Royaume-Uni privé de son triple A par Moody's

« Abaissant la note d'un cran à Aa1, Moody's évoque "la faiblesse continue des perspectives à moyen terme" de la Grande-Bretagne, et dit désormais s'attendre à ce que l'activité économique atone du pays "s'étende à la deuxième moitié de la décennie".

"Plusieurs facteurs se combinent mais il y a principalement un processus de désendettement du secteur privé et public qui a sans aucun doute étouffé la croissance", a indiqué à l'AFP Sarah Carlson, analyste en chef de Moody's pour la Grande-Bretagne, évoquant également une "inflation élevée" qui pèse sur les ménages.
Selon Moody's, la dégradation de la situation dans la zone euro, un des principaux partenaires commerciaux de la Grande-Bretagne, a également "eu des retombées négatives" de l'autre côté du Channel.
A l'heure où le gouvernement conservateur de David Cameron s'est lancé dans un vaste plan d'austérité, l'agence de notation s'inquiète également du niveau de la dette britannique et souligne le "défi" posé par l'assainissement budgétaire.

La perspective du pays a d'ailleurs été relevée de "négative" à "stable", a indiqué Moody's.
"Le risque de contagion (par la zone euro, ndlr) est limité par la politique monétaire indépendante (du Royaume-Uni, ndlr) et par le fait que la livre sterling bénéficie du statut de monnaie de réserve internationale", souligne Mme Carlson.
Londres peut toutefois s'attendre à subir le feu des deux autres grandes agences de notation. Mi-décembre, Standard and Poor's (SP) avait annoncé qu'elle envisageait de priver le Royaume-Uni de son triple A en cas de dégradation de ses "performances budgétaires et économiques".
Fitch continue, de son côté, à juger que la perspective du pays est "négative". »

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/moody-s...

 

14/02/2012

Sarkozy :Un président qui ne trompe jamais !

Sarkozy :Un président qui ne trompe jamais!

"La crise financière s'apaise". "Nous sommes exactement dans notre trajectoire de réduction du déficit". "La question n'est pas de faire un nouveau plan d'économie". Le déficit public ramené en 2011 à "5,4 peut-être 5,3% du PIB"     

30/1/12 – intervention télévisée Nicolas Sarkozy.

http://www.france24.com/fr/20120129-principales-annonces-...

sarko moodys.jpg

 http://videos.tf1.fr/infos/2012/agence-de-notation-le-tri...

 jacob mood'ys.jpg 

http://www.deputes-ump.fr/index.php/communique-de-presse/...

Fatalitas !

moodys abaisse.jpg

Plus question, aujourd'hui au gouvernement, de parler de la note "triple A" de la France comme d'un "trésor national". Et les commentaires sur les décisions des agences de notation se font désormais très discrets. En témoigne le sobre communiqué de François Baroin diffusé après l'annonce, tard lundi soir, du placement sous perspective négative de la note française par Moody's. Le ministre des Finances a "pris acte", en soulignant que, pour l'heure, la fameuse note était certes menacée... mais pas abaissée.

Le ton a radicalement changé depuis que Standard & Poor's, il y a tout juste un mois, avait, la première, dégradé la note française. Le ministère de l'Economie avait relativisé l'annonce, attendue ; et lorsque Moody's, autre grand nom du tiercé mondial des agences de notation, avait décidé pour sa part de maintenir le sacro-saint "AAA" pour la dette souveraine française, Nicolas Sarkozy s'était félicité de ce qu'une agence "cinq fois plus importante que Standard & Poor's" avait respecté le triple A français. En bouleversant, au passage, la hiérarchie des agences, puisque la première au monde, c'est bien, et de loin, Standard & Poor's... Mais désormais, c'est précisément cette même agence Moody's qui menace à son tour la note française. Autre annonce symptomatique, Moody's a fait état de l'abaissement des perspectives des dispositifs publics de soutien aux banques françaises. Après la faillite de la banque d'affaires américaine Lehman Brothers en 2008, en effet, le gouvernement français avait mobilisé une enveloppe globale de 360 milliards d'euros, dont 320 milliards d'aide à la liquidité via la Société de financement de l'économie française (SFEF) et 40 milliards pour le renforcement des fonds propres via la Société de prises de participation de l'Etat (SPPE).

Pourquoi Moody's fait la moue

La France est-elle seulement victime de la crise de la dette qui concerne toute l'Europe ? Il y a de ça, bien sûr. C'est d'ailleurs l'explication avancée par François Baroin dans son communiqué. Mais elle n'est pas la seule. Avant l'annonce de ce lundi, Standard & Poor's et Moody's s'étaient inquiétées de la dérive des finances publiques françaises tout en mettant en garde contre le risque que les réformes économiques du gouvernement fragilisent la croissance, pilier sur lequel s'appuie justement Paris pour tenter d'atteindre ses objectifs de consolidation. De fait, le gouvernement a repoussé la semaine dernière de 2013 à 2014 la baisse de son ratio dette sur produit intérieur brut en raison de la participation de la France au Mécanisme européen de stabilité, qui doit soutenir les Etats de la zone euro en difficulté, et de prévisions de croissance ramenées de 1% à 0,5% cette année. Les engagements de réduction du déficit public sont toutefois confirmés, à 4,5% du PIB fin 2012 et 3% en 2013. Mais la Cour des comptes, qui certifie les comptes de l'Etat, a estimé qu'à peine 10% de l'effort total qui doit permettre de ramener à zéro le déficit structurel de la France - en 2016 d'après Bercy - avait été accompli l'an passé.

Mais il est vrai que le contexte européen de crise de la dette reste LE gros problème - et d'ailleurs, la France n'est pas la seule à voir sa note menacée de dégradation, voire carrément révisée à la baisse. Moody's a également placé sous perspective négative les notes du Royaume-Uni et de l'Autriche, et a abaissé celles de six autres pays européens, dont l'Italie, l'Espagne et le Portugal. Autant de pays susceptibles, selon elle, d'être affectés "par les risques financiers et macroéconomiques grandissants émanant de la crise de la zone euro". Autre facteur d'explication selon Moody's, "le fait que les perspectives pour l'économie européenne sont de plus en plus médiocres, ce qui menace la mise en oeuvre des programmes d'austérité et les réformes structurelles nécessaires pour promouvoir la compétitivité". Pour l'agence, ces facteurs vont continuer d'affecter la confiance "fragile" des marchés" vis-à-vis de l'Europe. 

L'annonce de Moody's intervient au lendemain du vote en Grèce du programme d'austérité exigé par les créanciers du pays, qui devrait aboutir à l'adoption par la zone euro d'un plan de sauvetage d'une ampleur sans précédent dans le monde. Elle intervient aussi alors qu'en France, le gouvernement présente cette semaine à l'Assemblée nationale un projet de loi de Finances rectificative dont la mesure phare, un relèvement de la TVA pour financer la protection sociale, est très contestée par l'opposition et les syndicats - et a subi un camouflet symbolique en commission des Finances. Une lueur d'espoir transparaît tout de même dans le communiqué de Moody's : l'agence reconnaît que "l'engagement des autorités européennes à préserver l'union monétaire et à mettre en oeuvre toutes les réformes nécessaires pour restaurer la confiance des marché est un facteur important ayant limité l'ampleur des ajustements de notes" annoncés lundi. Et l'agence indique qu'elle considère appropriées les notes "Aaa" qu'elle attribue à l'Allemagne, au Danemark, à la Finlande, au Luxembourg, aux Pays-Bas, à la Suède et, surtout, au Fonds européen de stabilité financière (FESF). Enfin, un autre élément vient relativiser cette perspective négative de Moody's : depuis l'annonce par Standard & Poor's de l'abaissement de la note "triple A" de la France, le pays n'a pas eu, jusqu'à présent, davantage de difficultés à se financer, ni n'a vu ses taux d'emprunt exploser...

http://lci.tf1.fr/economie/conjoncture/a-son-tour-moody-s...

 

sarkozy,moodys,crise financière

http://www.lavoixeco.com/Fiches/Conseils/Trouver_un_emplo...

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu