target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

04/12/2014

Un bon moyen de claquer le beignet de M.Gattaz….

Un bon moyen de claquer le beignet de M.Gattaz….

 

 

Que M.Macron fasse diffuser largement l’étude dont il est question dans cet article publiée ,cela calmera les ardeurs qui après nous avoir promis jurer 1 millions d’emplois si le gouvernement savait faire les efforts qu’il fallait vient se plaindre des incohérences de ce dernier.M.Gattaz ferait mieux d’inciter ses adhérents à aller chercher des parts de marché,d’innover et de mettre en place un réel dialogue social.Parler du modèle allemand,c’est fort intéressant ,ça fait sèrieux.Le mettre en oeuvre,c’est autre paire de manche.reste que pendant que nos patrons de PME PMI achètent des cadenas allemands pour faire les malins,ce sont les allemands qui leur vendent.Alors où est ce qu'il est le fabricant de cadenas.....français!Il attend que François Hollande lui apporte des commandes sur un plateau tout en lui promettant qu'il baissera encore les charges s'il réussit à les fabriquer!

Je n’ose parler du respect des engagements de chacun de nos partenaires sociaux.Les escrocs cachés sous l’habit de certains journalistes ont oublié que c’est d’abord,il y a plusieurs mois,M.Berger,secrétaire général de la CFDT,qui avait annoncé l’échec du pacte de responsabilité à cause du blocage,je dis moi sabotage,de ce dernier par le MEDEF et par son président.

Alors du calme,les escrocs de information comme les baltringues de bfm,les escrocs de la politique comme M.Douillet,apprenez à lire un interview,cessez de mentir aux français si tant est qu’ils vous écoutent.

Soyez honnêtes devant l'information,vous le devez à vos auditeurs.

Quant aux gredins,ils ne peuvent pas gagner la prochaine partie sans mentir sur ce qu’ils ont fait et ce qu’ils vont faire.


Les entreprises françaises sont peu compétitives parce que mal gérées

Une étude américaine classe au sixième rang sur 20 la qualité du management des sociétés hexagonales, loin derrière les firmes américaines, japonaises et allemandes

 

PAR JÉRÔME BARTHÉLÉMY

Pas un jour ne passe sans que l'on déplore le déficit de com­pétitivité des entreprises françaises par rapport à leurs concurrentes étrangères, en invo­quant le coût

du travail, le manque d'innovation. Mais la (mauvaise) qua­lité de leur management ne serait-elle pas aussi un facteur explicatif de ce décrochage ?

Depuis plus d'une dizaine d'années, une équipe de chercheurs réunie autour de Nicholas Bloom (professeur à Stanford) et John Van Reenen (pro­fesseur à la London School of Econo­mies) étudie l'influence des techni­ques de management sur la performance des entreprises. Leurs re­cherches initiales portaient sur quel­ques centaines de firmes dans quatre pays. Les plus récentes se fondent sur plus de 10 ooo entreprises dans vingt pays. Elles sont riches d'’enseigne­ments pour les sociétés françaises. Avec l'aide d'un cabinet de conseil réputé, Bloom, Van Reenen et leurs collègues ont commencé par dévelop­per une batterie de dix-huit indica­teurs mesurant l'utilisation de trois techniques « de base » dans le do­maine du management.D'abord,

la mise en place d'objectifs (« targets »). L'entreprise se fixe-t-elle des objec­tifs ? Evalue-t-elle si ces objectifs sont atteints ? Prend-elle les mesures qui s'imposent lorsque ce n'est pas le cas ?

Ensuite, la mise en place d'incita­tions (« incentives »). Les employés sont-ils rétribués et promus sur la base de leurs performances ? L'entre­prise cherche-t-elle à attirer et fidéli­ser les employés

les plus perfor­mants ? Sait-elle gérer ses « talents » ? Enfin,

la mise en place de mécanis- mes de suivi de la performance (« monitoring »). La société évalue-t-elle en permanence sa performance ? Utilise-t-elle ces informations

pour améliorer son fonctionnement ?

Lorsqu'on les interroge, près de 80 % des dirigeants répondent que leur firme est bien gérée. Pourtant, c'est loin d'être le cas... Seules 15 % des en­treprises américaines et

moins de 5 % des entreprises dans le reste du monde obtiennent une note supé­rieure à 4 (sur une échelle

de 1 à 5) pour l'utilisation de ces trois techni­ques de management. C'est dommage, car un bon management améliore très sensiblement la performance des en­treprises. Pour chaque point gagné sur l'échelle de 1 à à 5, la productivité aug­mente

 de 23 %, la capitalisation bour­sière de 14 % et la croissance annuelle du chiffre d'affaires de 1,4 % (Bloom, Sadun et Van Reenen, Harvard Busi­ness Review, novembre 2012).

PERFORMANCES MOYENNES

Les résultats les plus récents portent sur un peu plus de 9 ooo PME et en­treprises de taille intermédiaire (ETI) industrielles (Bloom, Genakos, Sadun et Van Reenen, Academy of Manage­ment Perspectives, février 2012). Ils montrent qu'il existe des différences très importantes d'un pays à l'autre. La performance des entreprises françai­ses est moyenne. Avec une note de 3,02 sur 5, elles arrivent à la sixième place sur vingt (ex aequo avec les aus­traliennes, italiennes et anglaises), loin derrière les firmes américaines, japonaises et allemandes... et juste devant les sociétés néo-zélandaises

et mexicaines. Notons également qu'el­les évitent le pire grâce à leur bonne note en matière de suivi de la perfor­mance (3,41 sur 5). La note sur les inci­tations, cruciales pour la performance des entreprises, est particulièrement décevante (2,73 sur 5). Idem pour les objectifs (2,95 sur 5).

Pourquoi certaines sont-elles mieux gérées que d'autres ? Bloom, Van Reenen et leurs collègues propo­sent plusieurs pistes pour répondre à cette question. Certaines explications sont structurelles. Par exemple,

 la fai­blesse des sociétés françaises dans la gestion

des « talents » doit beaucoup à la rigidité de la législation sur le tra­vail. Certaines caractéristiques

des entreprises influencent également la qualité de leur management. Les en­treprises publiques obtiennent les moins bonnes notes, alors que les fi­liales de multinationales obtiennent les notes les plus élevées. Toutefois, la décision d'utiliser (ou de ne pas utili­ser) une technique de management reste largement la prérogative du di­rigeant. Ainsi, les entreprises familia­les obtiennent de meilleures notes lorsqu'elles sont dirigées par un PDG qui n'est pas issu de la famille que lorsqu'il l'est.

On reproche souvent aux entrepri­ses françaises d'être moins compétiti­ves que leurs concurrentes étrangères (et notamment allemandes). Si de nombreux éléments ont été avancés pour expliquer ce déficit de compétiti­vité, la question du management a ra­rement été évoquée. Paradoxalement, le retard français dans le domaine du management est plutôt une bonne nouvelle. Car il est plus facile (et moins coûteux) de mettre en œuvre des techniques de management que d'améliorer la capacité d'innovation ou de remettre à plat la stratégie... Les entreprises françaises ont donc la pos­sibilité d'améliorer rapidement leur compétitivité, à condition qu'elles prennent conscience de leur retard dans le domaine du management. Ce n'est pas gagné ! Comme on l'a vu, la plupart des dirigeants sont persuadés que leur société est bien gérée...

Pour conclure, on peut noter que le management ne se résume pas uni­quement à la mise en place d'objectifs, d'incitations et de mécanismes de suivi de la performance. Il existe bien d'autres techniques. On pourra égale­ment objecter que la mise en œuvre de ces trois techniques a pour objectif d'enrichir les actionnaires au détri­ment des employés. Ce n'est pas forcé­ment le cas. Les entreprises qui utili­sent le plus les trois techniques de management sont également celles qui traitent le mieux leurs employés. Elles sont notamment beaucoup plus susceptibles de leur proposer des pra­tiques de travail compatibles avec leur vie de famille, constate l'équipe des chercheurs américains (Bloom, Kretschmer et Van Reenen, Stratégie Mana­gement Journal, vol. 32, n° 2, 2011).

Jérôme Barthélémy est professeur à l’Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec)

17/09/2014

Medef/UMP:La vérité sort de la bouche des enfants!

Medef/UMP:La vérité sort de la bouche des enfants!

Le fiston à Serge a encore frappé.Si une partie de la gauche était encore hésitante quant au rôle que veut jouer le Medef et son président dans la mise en ouvre du pacte de responsabilité,M.Dassault junior les aura rassurés.

Hier M.Le Roux,président du groupe socialiste,désignait l’ump comme le représentant du Medef dans l’hémicycle ,malgré leur grognements de protestation les  propos de leur collègue viennent confirmer ce que nous sommes un certain nombre à redouter,le Medef ne jouera pas le jeu et tentera par tous les moyens d’en obtenir le plus possible sans contreparties.

C’est dommage et je regrette,une fois de plus,que nous n’ayons pas en face de M.Valls les patrons allemands.  

21/08/2014

UMP:Le mage Pecresse a parlé….

UMP:Le mage Pecresse a parlé….

pecresse,oat 10 ans,ump,hollande,lexpress,sarkozy,le figaro,bigogne,institut montaigne,l'express,barbier,christine kerdellant,gattaz,medef,retraite portugal

http://media.rtl.fr/online/image/2014/0423/7771374935_phi...

« Si par malchance les taux d'intérêt se mettaient à remonter parce que la Banque centrale américaine arrêtait sa politique monétaire accommodante, la France se trouverait quasiment en cessation de paiement « 

 

Outre deux beaux mensonges comme Mme Pecresse les adorent « les dépenses publiques ont baissée en 2011 » et nous avons commencé par baisser les impôts et nous les avons augmentés en fin de mandant (et pour cause ),la Barbie de la finance internationale nous a indiqué involontairement la piste que va exploiter l’ump dans les prochains jours.Aprés les impôts,la dette !

Les dépenses publiques ont baissé en 2011 c’est faux,n’ont cessé d’augmenter en 2012 et 2013,c’est vrai mais ce sont les soldes qui comptent.En 2012,en terme de dépenses publiques c’est 50/50.

Quant aux détails des baisses de dépenses par ministère,je renvoie à la lecture des Echos qui les avaient publiées en long et en large. :

Mme Pecresse nous a fait son grand laïus sur les dangers de la dette,qu’elle nous explique comment ont été financés les différentiels dépenses/recettes entre en 2008,2009,2010 et 2011

Au contraire de ce qu’avait affirmé un autre expert M.Fiorentinno selon lequel à l’arrivée de socialistes mangeurs d’enfants les taux d’intérêt allait s’envoler, les taux à ce jour s’établissent à 1.40 à 10 ans pour la France et 1.01 pour l’Allemagne,l’Espagne qu’on nous donne en modèle,le modèle de Mme Pecresse,s’en prend pour 2.47.Ce qui prouve qu’on peut faire de la croissance en sacrifiant son peuple sans pour cela avoir une économie saine

Quand Mme Pecresse affirme que  « Si par malchance les taux d'intérêt se mettaient à remonter parce que la Banque centrale américaine arrêtait sa politique monétaire accommodante, la France se trouverait quasiment en cessation de paiement « ,elle pense « j’espère que les taux vont remonter…. ».

Mieux,pourquoi cette experte reconnue au plan international comme une des plus douée de sa génération ne nous indique pas  le  niveau  d’augmentation qui ferait que notre pays se retrouve dans la situation qu’elle lui souhaite.

Ainsi,à ce jour nous tournons autour de 1.40,en mai 2012,date à laquelle Mme Pecresse officiait en tant que ministre du budget ce taux était de 2.7518.Etions nous à l’époque en situation de cessation de paiement.En mai 20011,il était 3.4892,étions-nous en cessation de paiement.

pecresse,oat 10 ans,ump,hollande,lexpress,sarkozy,le figaro,bigogne,institut Montaigne,l'express,barbier,Christine Kerdellant,gattaz,medef

 

pecresse,oat 10 ans,ump,hollande,lexpress,sarkozy,le figaro,bigogne,institut Montaigne,l'express,barbier,Christine Kerdellant,gattaz,medef

Y compris si les pseudo prévisions de Mme Irma ,+1,+2 et pourquoi pas 4 ou 5 devenaient une réalité mais alors ce n’est pas que le France qui chutent !

Je répète ma question à quel taux d’OAT à 10 ans,allons nous subir les foudres que prévoit Mme Pecresse puisqu’avec des taux 3 ou 4 fois supérieurs,la France n’a pas connu la situation souhaitée ardemment par Barbie...

La difficulté avec cette brave personne c’est qu’elle raconte souvent n’importe quoi et pire ne sait pas compter :


Valérie Pécresse n'a pas le niveau 3ème en maths ! par ODBruges 

Remarquez que son chef était pire,normal puisqu’il était son chef….

 
Sarkozy ne sait pas compter par sarkophage

4000 heures par an ça fait 11 heures par jour 7j/j et 365j/an

 

En tout état de cause,l’Union européenne et la BCE,et l’Allemagne aussi,ne pourraient accepter la situation tant espérée par Mme Pecresse et l’ ump.

En tout de cause,Mme Pecresse a fait son petit numéro pensant qu’elle allait faire le buzz du jour,le méchant M.Juppé lui a coupé son effet.Il est vrai que la candidature de l’ancien premier ministre à la primaire de 2016 contre Sarkozy,si celui-ci a la courage d’affronter une primaire,c’est autre chose que les blagues à deux balles de Mme Pecresse.

 

La droite ne peut pas revenir si la gauche réussit ainsi en aval on nie les réformes et les baisses d’impôts,on tente par tous les moyens de démonétiser le pacte de responsabilité sans craindre de contredire le patron du Medef,on s’acharne sur la loi Duflot qui vient d’être remaniée et amont on nie son propre bilan.

Le reste de l’entretien est toujours de la même veine.Du  « y’a qu’à »,du  « faut qu’on »…en veux tu en voila et Mme Pecresse a fait son petit programme.on propose tout ce qu’on n’a pas fait pendant 10 ans par manque de courage et la farce continue.

Dire qu’en 2017,on risque de se les tartir elle et sa copine Morano car entre temps elles seront redevenues les meilleures amies du monde,on a du souci à se faire….

Une paire d’incompétentes de ce niveau quand on sait les responsabilités qu’elles ont occupées c’est navrant et franchement dangereux .Une ministre du budget qui prétend sans honte ni retenue que les heures défiscalisées avaient fait baisser le cout du travail faut le faire,faut l’entendre.Ils nous avaient le même coup avec la suppression de la taxe professionnelle,avec les même résultats.Le coût du travail n’a jamais baissé comme il avait été prévu et pire ils ont asséché les finances locales.Résultats,ils ont été obligés de faire voter une TVA sociale à la ramasse,certains qu’ils ne seraient plus là pour la mettre en œuvre.Bilan pour industrie française:encore 5 ans de perdus qu’on demande aux socialistes de rattraper sinon même Pecresse fait un caprice.

Que Mme Pecresse nous parlent des 600 milliards que nous ont légués elle et son nouveau  champion qui se prend pour Monsieur Thatcher et qui nous a laissé la France dans le même état qu’il l’avait trouvée avec 600 milliards de dette en plus:plus en faillite,on lui rappellera en 2017.

A voir les commentaires qui succèdent à l’entretien accordé à M.Chapuis,journaliste assez tonique,on doute que les français aient encore envie de goûter à la soupe de Mme Pecresse.Même si la soupe de François est devenue la soupe à la grimace,on a encore le temps de la rendre meilleure à leur palais.

Question :Mme Pecresse entre-t-elle dans le cadre du principe de Peter….

N’étant pas bégueule et respectueux des compétences de chacun y compris qu’on  ne les a pas démontrées leurs réelles validités,je voudrai connaitre l’avis du ministre de tutelle de Mme Irma j’ai nommé  l’incomparable M.Baroin qui après de brillantes études de journalisme et une non brillante carrière s’est retrouvé ministre de l’économie et des finances à la place de M.Le Maire car son caprice a été plus convaincant auprès de petit Nicolas.

Enfin comme tout est prévisible dans la stratégie de la droite politique et médiatique,je disais supra que la nouvelle piste que va exploiter l’ump était,après les impôts,la dette et la cessation de paiement,la faillite en somme,l’Express comme par hasard publiera ce jour son nouveau numéro avec cette couverture:

la faillite.jpg

Attendez vous ensuite à vous coltiner un C’dans l’air sur la prochaine faillite de la France avec M.Barbier et sa fidèle éditorialiste Mme Christine Kerdellant,des débats interminables et souvent incompréhensibles sur bfm où Mme Elkrief ne manquera pas de s’emparer de ce débat qui durera autant de temps qu’une nouvelle information,déclaration ou lubie la mettent au rencart de l’information permanente.

Et s’il y a l’Express dans la combine il faut bien la feuille d’information de l’ump y soit aussi,le Figaro ne pouvait pas ne pas participer à la petite fête à François.

la dette francaise le figaro.jpg

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/08/20/20002-20140...

Le Figaro a été fort aimable avec François ,c’est tellement rare;il cite M.Bigogne de l’institut Montaigne qui vient de découvrir les simulateurs de décomptes de notre dette présents,depuis au moins 10 ans,sur la toile …. » «La France est la cinquième puissance (tiens quand François l’a dit on s’est foutu de lui chez bfm et I télé) économique du monde, elle a tous les atouts pour créer un choc de croissance soutenable, mais pour cela le pays doit absolument maîtriser ses dépenses publiques»

Il poursuit : «C'est à la France de remonter la pente, pas à l'Europe de l'y aider.L'exécutif doit arrêter d'installer ce climat délétère de suspicion sur nos partenaires européens. A plus de 4% de déficit budgétaire, nous ne pratiquons pas de politique de rigueur budgétaire, encore moins d'austérité. Nous n'avons même pas commencé à faire des efforts. La France doit prendre conscience que l'Irlande et l'Espagne ont fait des efforts importants et en retirent les fruits».

Que M.Bigogne demande aux français et non au gouvernement s’ils sont prêts à faire les mêmes sacrifices,imposés et non consentis comme ces beaux messieurs voudraient nous le faire croire,que leur voisins ibériques ou portugais.

A au sujet du Portugal,autre modèle de la gente néo libérale qui ne sera jamais touchée par les sacrifies qu’elle demande aux autres plus pauvres qu’eux,les petites affaires de la droite ne se déroulent pas si facilement que cela.

Portugal : le premier ministre renonce à réformer les retraites

Le Monde.fr avec AFP | 16.08.2014 à 03h45 • Mis à jour le 16.08.2014 à 11h22

LA COUR CONSTITUTIONNELLE « A UNE VISION ÉTRANGE DE L'ÉQUITÉ »

La Cour constitutionnelle avait rejeté jeudi une taxe qui devait entrer en vigueur en 2015 et pérenniser les coupes dans les pensions de retraite déjà appliquées dans le cadre du plan d'aide international dont le Portugal a bénéficié jusqu'en mai. Cette taxe de 2 % à 3,5 % sur les pensions à partir de 1 000 euros, censée rapporter 372 millions d'euros l'an prochain, a été retoquée car elle n'était « pas intégrée au sein d'une réforme structurelle cohérente assurant l'équité entre générations », a expliqué le tribunal.

Rappelant que son gouvernement avait déjà augmenté l'âge de départ à la retraite et les contributions des actifs au système de sécurité sociale, M. Passos Coelho a accusé la Cour constitutionnelle d'avoir « une vision étrange de l'équité ».

La plus haute instance judiciaire du pays a en revanche validé des réductions dans les salaires des fonctionnaires jusqu'à fin 2015, tout en les considérant anticonstitutionnelles à partir de 2016. Le gouvernement pourra donc rétablir à partir de septembre la réduction de 3,5 % à 10 % pour les salaires des fonctionnaires à partir de 1 500 euros, appliquée depuis 2011. Cette solution, qui représentera des économies de 34 millions d'euros par mois jusqu'à la fin de l'année, viendra remplacer en partie une mesure inscrite au budget 2014 et rejetée à la fin mai par la Cour constitutionnelle.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/08/16/portugal-...

 

Equité,principe d’égalité,si ça ne vous rappelle pas quelque chose à la différence notable  que le gouvernement français voulait donner et le portugais en prendre encore un peu beaucoup.C’est toute la différence.

Grosse différence aussi,c’est qu’au Portugal le chef du gouvernement peut se permettre de critiquer le Conseil constitutionnel.Il est de droite il est vrai !

Quoiqu’il en soit ,le bouquet final attendu avec impatience sera la version de Valeurs Actuelles.

Je note que le nombre articles présents sur le site du figaro démontre bien que tout cela a été organisé.Pour minimiser les annonces du gouvernement,de l’annonce que le  nombre de français qui bénéficient de baisse d’impôts plus important que prévu,au contraire de ce qu’ avait prétendu l’ump.Je note également que seul le Figaro évoque ce  sujet aussi massivement,j’attend Le Monde de ce soir.

Le voile de la Morano 1 semaine,la faillite de la France 2 semaines …et tout ce beau monde gagnera grassement sa vie tout en donnant des leçons à plus compétents qu’eux mais qui on le désavantage absolu d’avoir les mains dans le cambouis tout en enjoignant aux français de faire des sacrifices et pour en faire le plus longtemps possible de bien vouloir partir à la retraite le plus tard possible.

Hier nombreux étaient les économistes,pas seulement classés à gauche,à affirmer que austérité allait casser la machine,aujourd'hui M.Bigogne prétend qu’il faudrait une bonne cure d’austérité,à l’instar de l’Espagne et de l’Irlande.Or,il a été démontré que les fruits qu’évoque M.Bigogne ne sont récoltés qu’à cause des baisses des salaires,de charges,pensions et autres prestations sociales.Et à la baisse massive d’ impôts suite à la casse des services publics.

Si les français acceptent ce traitement,pourquoi pas.Pour l’heure,il ne me semble pas avoir compris que nos compatriotes voulaient subir la même purge que les espagnols.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu