target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

17/08/2014

Hollande:Ils ont raison au Figaro,il est aussi nul que la commission européenne

Hollande:Ils ont raison au Figaro,il est aussi nul que la commission européenne...

bruxelles estime.jpg

On se souvient que nos élites s’étaient gaussées des propos de François Hollande,repris dans le Monde,enjoignant,sans lui donner de leçons, Mme Merkel de plus participer à plus à la croissance en Europe en augmentant la demande intérieure et les investissements publics dans son pays.Je précise que les élites en France,ca va du paquets d’économistes qui font qui font les beaux jours des matinales et autres exercice médiatiques à la mode,ce sont les Thréard et autres journalistes qui s’affichent à droite sans ambages,affirme qu’ils sont la pour démolir François(entendu lors dune prestation du Bozo du Figaro au cours d’un  C’dans l’air) –il est vrai que d’inviter des analystes,des économistes ou journalistes d'accord avec François ce n’est  pas bancable – c’est la palanquée d’invités de C’ dans l’air – toujours les mêmes - et enfin tout ce qui traînent à l’ump de spécialistes en tout dés lors qu’ils ont été ministre de ceci ou de cela.Ainsi M.Longuet est spécialiste des affaires de défense, Woerth du budget ….nouveau venu dans le cheptel le sieur Chatel,ancien DRH chez L’Oréal,ce qui lui confère évidemment toutes compétences pour critiquer les positions économiques  d’un pantin sorti de l’ENA et d’HEC et  entouré de ce qui se fait de mieux en terme de conseiller.

Etant donné qu’il est devenu normal et a la mode de prendre François hollande pour un nul ,tout ce qu’il dit ce qu’il écrit est objet de moquerie et de jacasseries diverses et variées sauf qu’à plus informé le plupart des journalistes qui jacassent n’ont pas plus de compétences en la matière  que le pékin qui les lit ou les écoute.

Je voudrai faire un exception à ce fatras de papier qu’on nous sert tous les jours,c’est le quotidien les Echos que je recommande chaudement à la lecture de M.Brezet directeur du Figaro et digne successeur de M.Mougeotte en mieux,si j’ose dire,puisqu’il vient lui aussi de Valeurs actuelles me semble-t-il.Serge Dassault considérant que cet hebdomadaire est la meilleure pépinière de journalistes de droite.Des militants bien dociles en somme.

Si François Hollande s’est embarqué dans cette opération est qu’il savait que c’est le point crucial des prochaines discussions .Ce n’est pas pour rien que la banque centrale d’Allemagne  demande une augmentation de salaire et le président de cette dernière l’explique fort clairement  dans Le Monde ».

« La Bunsdesbank,réputée attachée à la rigueur salariale, s'est prononcée pour la hausse des salaires allemands. Pourquoi?

Nous n'avons pas demandé une hausse des salaires et notre position sur le sujet n'a pas changé.Face à une situation de chômage structurel élevé,l'Allemagne a connu une longue période de modération salariale dans les années 2000. Aujourd'hui, la donne est différente. Nos capacités de production tournent quasiment à plein régime,le taux de chômage au plus bas. Nous avons dit que dans une telle situation,et c'est bien ce qui se passe, il est normal les salaires augmentent plus que par le passé et plus que dans les pays   de la zone euro où l’économie est plus faible. ».

C’est exactement le même discours que tient le commissaire européen  Andor.

«Il serait très important que l'Allemagne multiplie les investissements publics, stimule la demande et réduise ses excédents commerciaux excessifs, qui font du tort à ses voisins européens. Dans cet objectif, un changement de la politique salariale est indispensable, du point de vue de la commission», s'est risqué à expliquer le commissaire européen chargé de l'Emploi et des Affaires sociales, Laszlo Andor, dans une interview au quotidien allemand Die Welt.

Et le Hongrois d'insister : «La hausse des salaires est restée en retrait par rapport à l'évolution de la productivité» depuis plus de dix ans en Allemagne. Ainsi, «ce serait préférable si les salaires augmentaient parallèlement à la productivité».

Que  M.Weidmann,président de la Bundesbank ou M.Andor commissaire européen disent la même chose que François Hollande n’étonne pas le landernau médiatique francais.Le second est  définitivement un con,leurs des autres des génies,tout en disant le même chose.Et quand M.Renzi dit la même chose que François c’est lui aussi un génie.Quand il distribue 80 euros  aux italiennes et italiens c’est un génie,quand M.Valls distribue 520 euros il brise le sacro saint principe de l’égalité devant la contribution.Ce pays est devenu un cauchemar non pas parce que la situation est difficile malgré tout moins que dans d’autres contrées mais parce que certains s’ingénient à le dénigrer en permanence.un cauchemar car c’est le système qui bloque tout et celles et ceux qui l’utlisent.Et je met dans le même paquet certains syndicaux et responsables politiques tels que les Jacob,Copé,et autres petits calibres qui au lieu de laisser 520 euros par mois (fourchette haute) à nos salariés préfèrent les en priver par pur esprit partisan malsain.C’est ça le sabotage...

De qui se moque-ton dans ce pays,de qui se moquent les auxiliaires de ce sabotage organisé …

Comment le Figaro peut il justifier son titre « Hollande rattrapée parle désastre économique » alors que les pages intérieures ne le démontrent pas.Que la situation de notre pays n’est pas celle là.Produire autant que l’année dernière n’est pas une catastrophe surtout si on a pour la première fois depuis longtemps créer 15 300 emplois.

Vous imaginez l’effet de cette merde,de cette saloperie qui ne correspond en rien à notre situation sur les investisseurs,sur les petits patrons qui se cassent ce que je pense pour faire tourner leurs entreprises – il est vrai que le Figaro lui s’engraisse sur les malheurs de François -.Le problème,l’autre problème,c’est que le patron des patrons est dans le même tempo alors que son entreprise est en pleine expansion.Qu’il augmente même son salaire et ses dividendes.Alors qu’il nous promettait 1 millions d’emplois si François l’écoutait,on a vu le résultat.Ce n’est pas a François Hollande qu’il faut demander des comptes mais à M.Gattaz !

Quand l’Allemagne était l’homme malade l’Europe,vous imaginez le patron des patrons allemands tenir de tels propos.

Plus on leur en donne moins ils en rendent….

On aimerait savoir à quoi à quoi ont servi les chèques servis au titre du CICE,par exemple.En bon gestionnaire de leur propres deniers nos dirigeants d’entreprise devraient comprendre et soutenir le fait qu’une bonne gestion des deniers publics est tout autant indispensable que la  bonne gestion de leur trésorerie.Ce n’est pas une question de compensation mais de confiance et d’engagement devant la nation.

De qui se moque –t-on quand une éditorialiste,patronnne de l’Expansion –le Pif gadget  la presse économique –M.Boissonnat doit se retourner dans sa tombe - écrit dans l’Express –accrochez vous au bastingage :« LA FRANCE VICTIME  SYNDROME DE CUBA.

Il fait le faire…faut oser le croire mais aussi plus grave le penser aussi je conseille  l’auteur de cette ouvre magistrale Mme Christine Kerdellant   de vite quitter notre pays pour demander le droit d’asile  économique aux états unis ou en grande Bretagne,en Russie ou en Chine pays de son cœur.

Qu’avons nous besoin de telle intelligence dans notre pays et surtout que fait Mme Christine Kerdellant  dans ce pays en déconfiture…Je suis convaincu quelle ferait une fulgurante carrière d’éditorialiste ou directeur de news magazine aux Etats Unis,en Russie sauf qu’elle n’a pas intérêt à voir ces investisseurs potentiels se mettent à examiner le contenu de l’Expansion.

Ce n'est pas parce qu’on est le coqueluche des émissions de M.Calvi et par voie de conséquence de toutes les émissions dans lesquelles on traite de la politique économique du gouvernement qu’on a la science infuse et un certain talent d’analyse et de commentaires,à l’évidence cet éditorial en est la preuve évidente.Il est vrai que cette vedette se ballade depuis la création du cice sur tous les plateaux de télé et studio de radio en affirmant la main sur le cœur que le cice est trop compliqué….alors qu’il suffit d’indiquer un seul chiffre sur sa déclaration et d’attendre,chose très compliquée,son chèque.

On dit souvent qu’un mensonge répété à foison ne devient pas une vérité,Mme Christine Kerdellant étant devenue une référence parmi les milieux autorisés allant du Figaro au Journal du Dimanche en passant pas l’Opinion sa version est devenue la bonne pour tous les medias qui ne peuvent sentir François Hollande,qui ne supportent pas la gauche au pouvoir.

Le mal dont souffre la France est, au fond, identique à celui qui ronge Cuba : l'une et l'autre tuent l'esprit d’entreprise.

Mais les riches partent, et les aisés ne le sont plus,d'où la diminution des emplois à domicile et la recrudescence du travail au noir. C'est ce même refus d'accepter la logique de l'économie de marché qui a fait s'effondrer les mises en chantier de logements en France.

Quand les forces vives d'un pays n'ont plus envie d'inventer, d'innover, de prendre des risques pour faire fortune, lorsque personne ne peut prendre des initiatives pour améliorer son sort, le pays s'arrête. Il ne recule pas en valeur absolue - effet trompe l’œil du court terme -,mais il reste scotché, im­mobile, quand le reste du monde, autour de lui, caracole.

L’esprit d’entreprise parlons en :le nombre d’auto entrepreneurs explose mais selon Mme expansion l’esprit d’entreprise n’inspirent plus les français.

C’est drôle.c’est ballot plutôt,pas plus tard que ce midi FR3 diffusait un reportage sur le monsieur qui repris Repetto au bord du gouffre et la remis à flot même plus qu’à flot,manifestement Mme Christine Kerdellant ne le connait pas il est vrai que lorsque ton périmètre d’action,de vision se résume à la rédaction de l’Express ou dans l’Expansion,des studios de C’dans l’air ou Mots Croisés,les diners en ville entre élite autoproclamée,les salons de l’ump,on ne va pas voir M. Jean-marc Gaucher.Un ringard de province qui évoque les nouveaux de développement de son entreprise et pas de baisse de charges ou de les 75% d’Hollande,un fou furieux qui travaillent sans geindre  pour toute cette élite qui conseille et ne fait que ça alors qu’elle n’a jamais misé un kopeck de sa poche dans une entreprise sauf sous forme d’actions.Quand Mme Christine Kerdellant signera les chèques de salaires à l’Expansion, avec son argent,celui dont elle est comptable,le sien donc,elle pourra la ramener.

C’est malheureux d’écrire à prés n’importe quoi pour rester dans le French basdhing -cher à la clientèle de l'Express - sauf que Mme a oublié qu’elle était française,la même semaine M.Tavares nouveau patron de PSA annonçait une reprise en avance sur le calendrier prévu,que M.Niel annonçait qu’il aller s’attaquer au marché américain….que Peugeot avait vendu plus d’automobiles en Chine qu’en France bien que les ventes d’automobiles reprennent dans notre pays –les Cadillac à moteur de Lada c’est bon pour les bouffées délirante de Mme Christine Kerdellant.

Un pays paralysé,à l’agonie,avec 900 kilomètres de bouchon au mois d’aout,c’est pas Cuba….L’Express le reconnait d’ailleurs,il y a encore des automobiles qui roulent sur les autoroutes en France.

samedsi rouge lexpress.jpg

Pour conclure,je vais vous donner un bon conseil.Si la France veut réussir elle a une obligation :ne pas écouter les corbeaux et oiseaux de mauvaise augure comme M. Christine Kerdellant.

Le sort de notre pays,il est dans les mains de ses habitants,de ses compétences,elles commencent à se raréfier à tous les niveaux faute de réelle formation scolaire et d’investissement personnel,de conscience professionnelle comme on disait de non temps,mais rien n’est perdu...Ce sera difficile certes mais si les allemands ont réussi à se sortir du trou profond où ils étaient tombés les français peuvent le faire,avec patience.Le plan Schröder n’a pas donné de résultats  immédiatement.C’est sur cela que jouent les semblables et complices de Mme Christine Kerdellant d’autant qu’il souhaitent ardemment l’échec de la gauche.Et pour une bonne raison si la gauche réussit au plan économique et de la sécurité intérieure,la droite en a pour 50 ans de purgatoire.

Quand on connait les méthodes de certains d’entre eux on comprend une partie de notre situation et on se dit que si la pente est forte la bonne route n’est plus à droite….

Fin de l'envoi :que Mme DE sorte un peu de son quartier.Des riches en France,il y a en encore et de plus en plus,l’Express s’est amusé tout l’été à nous fait découvrir leur splendides villas et demeures….

Que Mme DE lise au moins le sommaire de l’Express avant d’écrire sa chronique.

28/05/2013

UMP:les chiffres,rien que le chiffres.

UMP:les chiffres,rien que le chiffres.

sarko defend les fonctionnaires.jpg

Alors que la clique à Copé s’échine à nous faire croire que ce gouvernement,ce président ne sont que des mauvais socialistes dépensiers comme le sont toujours les gauchistes – c’est comme cela que M.Jacob tous les gens qui pensent à gauche -,qu’ils creusent le déficit alors qu’eux l’avaient diminué,qu’ils creusent la dette alors qu’eux l’avaient augmentée,pardon ça ils ne le nient,M.Sarkozy n’est pas responsable de la crise lui,François lui ne peut s’en prévaloir pire il en est responsable … qu’ils n’engagent pas assez de réductions de dépenses publiques alors qu’ils les avaient augmentées,encore la crise… Alors,alors,alors les chiffres rapportés par Les Echos,grand féal médiatique de François Hollande comme on le sait,viennent démentir formellement les mensonges et vilénies de la clique nauséabonde.dementir,pardon je assassine la clique nauséabonde et son gourou : »Non remplacement des fonctionnaires:Hollande fait mieux que Sarkozy ».

Venant de l’Expansion qui n‘est autre que le périodique économique de M.Barbier,c’est à marquer d’une pierre blanche sur long chemin e l’action du Françou….

« Cela équivaut pour l'année passée à un taux de non-remplacement de 61,3%, alors que le taux le plus élevé atteint sous l'ère Sarkozy a été de 50% en 2011. » est-il établi.

Oh!Certains ne se réjouiront de voir la gauche supprimer des postes de fonctionnaires,les mêmes accuseront François Hollande de trahir la classe ouvrière,M.Mélenchon nous rasera avec un de ses traits d’humour ou tweet assassin,et alors.Rejouissons-nous,tout simplement,de voir un gouvernement tenir réellement ses engagements alors que son prédécesseur en parlait sans l’avoir fait tout en reprochant à son successeur de ne pas le faire…

Hollande,le président qui dit ce qu’il fait et fait plus qu’il n’en dit…

h comme hollande.jpg

Non-remplacement des fonctionnaires: Hollande fait mieux que Sarkozy

L'Expansion.com - publié le 28/05/2013 à 10:04

Le gouvernement a dépassé ses objectifs de suppressions de postes de fonctionnaires, et atteint un taux de non-remplacement plus élevé que sous l'ère Sarkozy, à 61,3%.

Selon des informations des Echos, 27 000 postes de fonctionnaires ont été supprimés en 2012, en dépit des embauches d'enseignants qui ont été réalisées à la rentrée scolaire par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Cela équivaut pour l'année passée à un taux de non-remplacement de 61,3%, alors que le taux le plus élevé atteint sous l'ère Sarkozy a été de 50% en 2011.

Ces 27 000 postes sont 1000 de plus que prévu que dans le collectif budgétaire de l'été 2012, qui tablait sur 26 000 suppressions, mais il faut souligner que le gouvernement Fillon avait programmé 30 258 suppressions dans son budget 2012. Sans les embauches décidées par Vincent Peillon à l'Education nationale, il y aurait eu environ 31 000 suppressions effectives de postes. Le nombre de suppressions de postes de fonctionnaires s'est élevé à 31 000 en 2010 et à 32 000 en 2011, et 150 000 postes au total ont été supprimés sous le quinquennat Sarkozy.

Le taux record de non-remplacement de 61%, qui aurait même atteint 70% sans les embauches d'enseignants, s'explique par les emplois à la Défense qui ont diminué plus vite que prévu, et par le moindre nombre de départs à la retraite de fonctionnaires, 44 000 au lieu de 64 000 en 2011. La fin de la possibilité de départ anticipé pour les parents de trois enfants a entraîné un grand nombre de départs cette année-là.

Les économies réalisées en 2012 par ces suppressions de postes se sont élevées à 4 milliards d'euros en brut, soit 2 milliards une fois déduit le coût des mesures catégorielles accordées en contrepartie. Cela a stabilisé la masse salariale de l'Etat qui n'a progressé que de 01% contre 0,5% en 2011 et 0,7% en 2010.

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/27-000-postes-de-f...


23/02/2012

TVA Sociale:Quand le Figaro truque une étude de l’INSEE.

TVA Sociale:Quand le Figaro truque une étude de l’INSEE.

Décidément le Figaro ne résistera a aucun effort pour tenter de sauver –auprès de ses lecteurs il est vrai - la  politique de ce gouvernement finissant et d’un candidat président et inversement qui manque cruellement de propositions et programme sérieux.

Le sénat après l’assemblée nationale examinent le projet de loi de finance rectificative visant à mettre en œuvre une TVA sociale.Patratas,une étude de l’INSEE vient mettre à bas tous les arguments de la droite et du centre sur la différence notoire et défavorable à notre pays au plan des coûts de travail dans les deux pays.

Imperturbablement,le Figaro continue et continue à écrire à peu prés n’importe quoi,se contredisant au moins trois fois dans le même article.

Pour plus de clarté,je vous propose d’abord l’article du Figaro à comparer ensuite avec celui du JDD que l’on ne peut soupçonner de sympathie pour la gauche et  celui de l’Expansion qui me semble-t-il peut faire référence.

M.Fillon évoquait la responsabilité de son gouvernement,souhaitons lui de ne pas avoir à venir dire aux français comme il l’a fait pour le bouclier fiscal que la TVA sociale était une erreur en période de crise et de manque de croissance intérieure.

Croyons aussi qu’il va en prendre l’habitude après mai 2012.

"Notre responsabilité, c’est de baisser le coût du travail pour mettre un coup d’arrêt aux délocalisations. Il faut sauver et créer des emplois en France!"

François Fillon

cout fig.jpg

La France est handicapée dans les services mais fait jeu égal dans l'industrie.

Les sénateurs entament mercredi l'examen du texte sur la TVA sociale, qui transfère 13 milliards de cotisations patronales sur la TVA et la CSG. Cette étape devrait être rapide: la gauche, majoritaire, devrait adopter une «question préalable», ce qui revient à rejeter en bloc le projet de loi. L'étude que l'Insee publie mercredi aurait pourtant de quoi nourrir de longs débats sur les causes du manque de compétitivité de l'industrie française...

 7c2e4dc4-5cdb-11e1-9af1-716adb3c47c9-493x425.jpg

Selon une analyse des coûts de main-d'œuvre dans l'Union européenne, la France avait en 2008 le même coût horaire, peu ou prou, que l'Allemagne dans l'industrie manufacturière: 33 euros. Mais avec des écarts importants selon les secteurs. Le coût français était supérieur de 25% à celui outre-Rhin dans l'industrie alimentaire (à 25,70 €), mais inférieur de 29% dans l'automobile (à 33,38 €).

En revanche, dans les services marchands - 70% des emplois en France -, la balance ne penchait clairement pas du côté de l'Hexagone, l'écart étant de plus de 6 euros en faveur de l'Allemagne.

«Coûts salariaux unitaires»

Au final, le coût horaire de la main-d'œuvre allemande, pour l'ensemble de l'économie marchande, était alors presque 3 euros inférieur à celui des salariés français: 29,36 € contre 32,19 €. Il faut dire que l'Allemagne a fait un gros effort en douze ans pour revenir au niveau de la France, voire le dépasser. La hausse du coût horaire du travail dans l'industrie manufacturière y a été de 1,9% par an depuis 1996, contre 3,4% en France. Dans les services marchands, il a évolué de 1,3% l'an, contre 3,2% dans l'Hexagone.

L'Insee a également comparé les «coûts salariaux unitaires», qui mesurent le coût moyen de la main-d'œuvre par unité pro­duite, c'est-à-dire en tenant compte de la productivité. Là encore, les résultats sont surprenants. L'évolution du coût unitaire salarial des deux côtés du Rhin a été identique depuis 1996 dans l'industrie manufacturière, reculant de 0,5% par an en France et de 0,7% en Allemagne. L'essentiel de la baisse s'est produite entre 1996 et 2000 dans l'Hexagone, lors de la mise en place des 35 heures dans les entreprises volontaires et sous forte croissance. Le repli n'est intervenu en Allemagne qu'à partir de 2002. Dans les services, les deux coûts unitaires salariaux ont en revanche été orientés à la hausse mais dans des proportions différentes. Avec l'Autriche, l'Allemagne a connu la plus faible évolution des pays de l'Union (+0,2% l'an), soit un rythme huit fois moins rapide qu'en France.

 tva sociale.jpg

C'est bien connu,le travail coûte plus cher en France qu'en Allemagne. C'est vrai, mais pas dans tous les secteurs. Et notamment dans l'industrie, où les deux pays font jeu égal, contrairement à une idée très répandue. A tel point que Nicolas Sarkozy ou encore François Fillon se sont appuyés sur cet argument pour vanter les bienfaits de la TVA sociale. "Notre responsabilité, c’est de baisser le coût du travail pour mettre un coup d’arrêt aux délocalisations. Il faut sauver et créer des emplois en France!", indiquait à plusieurs reprises en janvier François Fillon pour justifier la TVA sociale, qui doit permettre de faire baisser les cotisations patronales.

Le 13 février, dans la Somme, le Premier ministre ajoutait : "Nous ne pouvons plus esquiver la question du coût du travail" et nous devons "recaler nos coûts par rapport à nos concurrents de la zone euro." Mêmes arguments sur la compétitivité du côté de Nicolas Sarkozy qui, lors de son émission diffusée sur huit chaînes le 29 janvier, expliquait que la France se vidait de son "sang industriel" pour ces raisons. Lors de ses vœux aux Français le 31 décembre, il avançait qu'il fallait "alléger la pression sur le travail."

Même les 35 heures ne sont pas en cause…

Dans une étude sur l'évolution des coûts de la main d'œuvre en Europe publiée mercredi, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) remet les pendules à l'heure et fait s'écrouler ces arguments. En 2008, la différence de coût des salaires dans l'industrie manufacturière entre chaque côté du Rhin n'était que de 21 centimes d'euros. Au profit de la France.

Dans ce secteur, le coût horaire de la main d'œuvre était de 33,16 euros en France contre 33,37 en Allemagne. Dans le seul domaine de l'automobile, le coût moyen est de 33,38 euros dans l'Hexagone contre… 43,14 euros en Allemagne. Outre-Rhin, les salaires bénéficiaient déjà de la TVA sociale locale, quand la France n'y passera qu'en octobre. Les salaires français couteront bientôt encore moins cher. Ce qui montre que la raison de perte de compétitivité de l'industrie française est ailleurs. Du côté des 35 heures, comme l'expliquait François Fillon dans la Somme? Non plus.

Le coût salarial unitaire, c'est-à-dire le coût de la main d'œuvre par unité produite, a baissé en France entre 1996 et 2000. Soit au moment de la mise en place des 35 heures pour les entreprises volontaires, mais avant leur généralisation. "Depuis cette date et jusqu'en 2007 le coût salarial reste stable, la productivité horaire évoluant parallèlement au coût horaire", explique l'Insee. La réduction du temps de travail n'aurait pas eu d'effets sur la compétitivité, mieux, elle l'aurait même aidé au début de sa mise en place. Les raisons du manque de compétitivité de l'industrie française sont à trouver ailleurs.

Vivien Vergnaud - leJDD.fr

http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Industrie-le-trav...

 expan cout.jpg

Décrochage de la compétitivité avec l'Allemagne, impact négatif des 35 heures, justification de la TVA sociale... Dans l'édition 2012 de sa publication "Emploi et salaires", l'Insee remet en cause un certain nombre d'idées reçues sur le coût du travail en France.

Idée reçue : Avec la hausse du coût du travail, la France a perdu son avantage compétitif par rapport à l'Allemagne

Alors que le débat sur le modèle allemand s'est imposé dans la campagne présidentielle, l'Insee en repose les termes. Si l'on se contente de regarder l'évolution du coût horaire, le constat est indéniable. En 1996, l'Allemagne était le pays le plus cher de l'Union européenne. Mais depuis, c'est aussi Outre-Rhin que le coût horaire a le moins progressé (+1,9% par an). Résultat, en 2008, dans l'industrie manufacturière, le pays n'était plus au premier rang du palmarès du coût du travail. Et surtout, il a été rattrapé par la France, où cet indicateur a progressé beaucoup plus vite sur la période : +3,4%, en ligne toutefois avec la moyenne de l'UE à 15.

En revanche, insistent les experts de l'Insee, ces résultats ne disent pas grand-chose de l'évolution de la compétitivité des différents pays. " Un pays avec un coût de production élevé peut être plus compétitif qu'un autre avec un faible coût de production, si sa productivité est supérieure ", expliquent-ils. Pour l'Insee, l'indicateur important est donc le coût salarial unitaire, qui mesure le coût moyen de la main d'œuvre par unité produite. Et de ce point de vue, les performances françaises et allemandes dans l'industrie manufacturière sont comparables, avec une même tendance à la réduction, et des rythmes respectifs de -0,5% et de -0,7% par an. Difficile, donc, de dire que la France a perdu son avantage compétitif par rapport à l'Allemagne.

Idée reçue : La hausse du coût du travail en France est due aux 35 heures

L'idée est régulièrement avancée par le Medef et par l'UMP et Nicolas Sarkozy. Mais c'est faux, expliquent les experts de l'Insee. Selon eux, la diminution du temps de travail effectif n'explique " qu'environ 10% " de la hausse du coût horaire de la main-d’œuvre entre 1996 et 2008. Si le nombre d'heures était resté stable entre 1996 et 2008, cet indicateur aurait progressé à un rythme annuel de 3,1%, contre 3,4% observé dans l'industrie manufacturière. Dans les services, la hausse aurait été de 2,8%, contre 3,2% observé.

Idée reçue : Le taux de cotisations employeurs est un déterminant important du coût du travail

C'est l'argument avancé par le gouvernement pour justifier la réforme de la " TVA sociale ", qui consiste à baisser les cotisations employeurs, et à faire financer le manque à gagner pour la Sécurité sociale par une hausse de la TVA. Le tout, bien sûr, dans l'idée de baisser le coût du travail pour améliorer la compétitivité de la France. En réalité, constate l'Insee, il n'y a pas de " lien significatif entre le niveau du coût horaire et le taux de charges " parmi les pays de l'ex-UE à 15. Ainsi, au Danemark et en Suède, qui ont tous deux un haut niveau de protection sociale, le coût horaire du travail est assez proche. Le premier, pourtant, a des cotisations sociales patronales limitées (7% du salaire brut), alors qu'elles sont très élevées en Suède (30%). Sauf que les salaires bruts sont plus élevés au Danemark : les salariés payent plus d'impôt sur le revenu, qui finance en partie la protection sociale. " Toutes choses égales par ailleurs, à moyen terme, le taux de cotisations sociales employeurs n'est pas un déterminant du coût horaire. Seul le niveau global de taxe compte, pas la répartition entre cotisations sociales employeurs, cotisations salariales et impôt sur le revenu ", relève l'Insee.

Idée reçue : Les conditions de travail sont moins difficiles aujourd'hui

En réalité, une enquête menée par sondage auprès d'un échantillon représentatif de salariés de différentes générations montre que les " pénibilités physiques " n'ont pas diminué. En revanche, les contraintes organisationnelles et psychosociales se sont considérablement accrues. Ce sondage reposant sur la façon dont les salariés perçoivent leur travail, faut-il y voir le fait que les plus jeunes seraient aussi plus exigeants par rapport à leurs conditions de travail ? " Peut-être, répond Thomas Coutrot, un des auteurs de l'étude. Mais en la matière, c'est bien le ressenti qui compte, car c'est cela qui a des conséquences sur la santé. Donc si les plus jeunes considèrent qu'ils ont des contraintes importantes, et plus importantes que les générations précédentes au même âge, leur travail aura aussi plus tendance à les rendre malade ".

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/cout-du-travail-en...

 

Je ne voudrai pas être mauvaise langue mais on peut se poser quelques questions sur la nomination de M.Tavernier,bras droit de M.Ricol(pressenti pour être directeur de campagne de M.Sarkozy) Commissaire général à l'investissement.J’ai la plus haute consideration pour M.Ricol qui selon moi aurait du être nomme ministre de l’ industrie a la place de M.Estrsoi,il paye une proximité certaine avec qui vous savez et pour son collaborateur quelque soient ses qualités et probités il en sera de même.

Avouons que cette étude et d’autres dans la passé n’arrangent pas les affaires de notre grand président,il fallait y remédier.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu