target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

28/04/2011

Sarkozy:On n’est jamais si bien que par soi-même.

On a appris, la semaine dernière,que l’Elysée avait décidé le lancement d’une vaste campagne sur le bilan de la présidence.Bilan non définitif a-t-on indiquer et assumer  que le président ne devait pas être jugé sur ce dernier puisque son oeuvre n’était pas achevée. A quoi bon de faire diffuser un bilan qui n’en est pas un.

Œuvre non achevée donc,reste une une question:ce qui a été fait est bien achevé.Les lois votées par le parlement sous les ordres de notre président sont bien achevées,elles.Elles fonctionnent, si j’ose dire,comme la souhaitait le président.

Ainsi en est-il du bouclier fiscal, de la réforme des collectivités territoriales,de la réforme de la taxe professionnelle,de l’Hadopi.

Hadopi,pourquoi tu parles de l’Hadopi,mauvaise langue.

Figurez-vous qu’hier notre président mettait en place le Conseil National du Numérique.Encore un truc qui ne sert à rien si ce n’est à payer quelques inutiles qui doivent être gratifiés ou recasés.Notre président a fait un beau et grand discours comme a son habitude et vous ne croirez pas,il a dézingué la loi Hadopi telle qu’elle a été conçue et votée par la majorité présidentielle, malgré quelques difficultés et sous l’insistance pressante du ….président.

Voici ce qu’on pouvait lire dans la presse.Tous de mauvaises langues ces journalistes.

 

Nicolas Sarkozy souhaite une refonte d’Hadopi

par Stéphane Larcher,

A l’occasion de l’installation du Conseil National du Numérique, le Président de la République a indiqué être prêt à une refonte du dispositif si controversé Hadopi.

Lorsque l’on distribue une copie du discours prononcé par une personnalité de l’Etat, la mention « seul le prononcé fait foi » figure toujours pour indiquer que la version « papier » peut être plus ou moins amendée par la personne prononçant le discours. Dans le cas de l’actuel Président de la République, la mention prend tout son sens car ce qui ne figure pas dans le document officiel est souvent beaucoup plus intéressant. La partie sur Hadopi est de ce point de vue exemplaire.

« Si on prend un sujet qui a pu nous fâcher, Hadopi », dit le Président. "Hadopi n’est pas une fin en soi. C’est à un moment de l’histoire une solution trouvée à un impératif catégorique immuable dans mon esprit qu’est la défense de la propriété intellectuelle et des droits d’auteur…. La création a besoin que soit reconnue son droit d’auteur… c’est une affaire essentielle … Est-ce qu’on peut faire mieux ? Sans doute mais la à n’est pas tellement la question.
Pour ma part, j’attends le jour où on viendra me voir pour me dire qu’Hadopi n’est plus nécessaire, qu’on peut s’en passer parce qu’un développeur, un entrepreneur a trouvé un moyen de garantir un système de distribution qui permette le respect de la propriété intellectuelle et la juste rétribution des créateurs. On me dit êtes-vous prêts à un Hadopi 3. Bien sûr que j’y suis prêt. Je suis même prêt à un Hadopi 4 qui serait la fin de la Hadopi car vous auriez trouvé un système de juste rétribution des auteurs, compositeurs. ...Je prends d’ailleurs ma part de l’erreur. L’intuition que j’avais, c’est que l’on ne pouvait pas abandonner les créateurs. Peut-être la maladresse a été de donner le sentiment que vous étiez attaqués. Au fond si on avait mieux appris à se parler - j’aurais pu prendre cette initiative plus tôt – on aurait pu trouver un autre système.
Hadopi n’est pas une fin en soi dans mon esprit c’est un moyen. Comme la technologie en général
Je dis d’ailleurs aux entrepreneurs : mobilisez votre créativité et votre imagination non pas pour casser  la contrainte ou l’enfreindre, mais plutôt pour vous appuyer sur la contrainte et la dépasser
. »
Nous reviendrons en détail sur le discours du Président de la République plus tard dans la journée.

http://www.linformaticien.com/actualites/id/20503/nicolas-sarkozy-souhaite-une-refonte-d-hadopi.aspx

 

Il est marrant notre président.Il demande que l’on sorte une brochure pour sa campagne de 2012.Une belle brochure,pensez elle est réservée à 5000 privilégiés.Elle est belle,bien imprimée par une imprimerie de luxe,pas l’Imprimerie nationale.Elle a du couter bonbon.Il est vrai que pour notre président il faut le meilleur.

Une Ferrari,qu’il est !

Vous savez ce qu’il en fait de sa brochure et de son bilan…Il dit qu’il est pas bon,en tout cas pour ce qui concerne la loi Hadopi.

Pourtant,on ne peut pas se tromper,elle figure bien dans sa plaquette.

Je ne raconte pas n’importe quoi:

hadopi elysées.jpg

 

Sitôt dit,sitôt fait.

La loi qui figure au bilan ne convient plus au président,elle ne fera plus partie du bilan.

En une semaine,cette brochure ne sert à rien.

C’était bien la peine.

 

Complément:

http://www.linformaticien.com/actualites/id/20510/nicolas-sarkozy-a-la-reconquete-des-internautes.aspx

 

La vidéo:
sarko hadopi.jpg

15/05/2009

HADOPI:le député Georges n’est pas le seul à dire non avec le cœur et oui avec le bouton !

mini-70951-depute-ump-contre-pour-hadopi-vote-.png

Hadopi :Jacques Domergue rentre dans le rang

“Je ne voterai pas la loi Hadopi à l’Assemblée nationale.” C’est ce que déclarait courageusement Jacques Domergue dans un communiqué diffusé le 6 mai. Pourtant, hier, le député UMP de la 1ère circonscription a voté la loi qui prévoit notamment de sanctionner le téléchargement illégal par une coupure de l’accès Internet. “Monsieur Domergue fait partie des godillots : le petit doigt sur la couture du pantalon, il exécute les ordres de Monsieur Copé [président du groupe UMP à l'Assemblée], commente André Vezinhet, le député PS de la 2e circonscription et président du conseil général qui a voté contre la loi.

“Ils étaient paniqués”
Alors pourquoi Jacques Domergue a-t-il changé d’avis en une semaine ? “Politiquement, je n’imaginais pas qu’on serait juste en terme de voix”, explique le député qui ne voulait pas “mettre le gouvernement en difficulté”. Il est vrai que la loi n’a été votée qu’à 31 voix près sur 557 votants. André Vezinhet raconte : “J’étais hier au parlement au moment du vote solennel. Je n’avais jamais vu l’UMP rassembler ses troupes comme ça. Ils étaient paniqués. Ils ont senti l’odeur de la poudre.”

Poudre ou pas, Jean-Pierre Grand, le député-maire villepiniste de Castelnau-le-Lez s’est abstenu. A-t-il craint de mettre le gouvernement en difficulté ? “Il faut des règles majoritaires dans une assemblée mais sur des choses importantes, je suis désolé mais les gens votent en leur âme et conscience. Il appartient au gouvernement de présenter des textes qui soient consensuels. [...] C’est le texte lui-même qui met le gouvernement en difficulté, ce n’est pas le vote des députés. C’est une loi qui ne sera jamais appliquée et qui est inapplicable. De toute façon, elle est déjà dépassée.” Le député fait notamment référence à un amendement voté le 6 mai par le parlement européen qui stipule : “Aucune restriction ne peut être imposée aux droits et libertés fondamentales des utilisateurs finaux sans décision préalable des autorités judiciaires sauf lorsque la sécurité publique est menacée.

“C’est une mauvaise loi même si je l’ai votée”
Jacques Domergue fait à peu près la même analyse que son collègue de Castelnau et dit ne pas avoir changé d’avis : “La loi est toujours aussi tordue et inapplicable. [...] C’est une mauvaise loi même si je l’ai votée.” Mais le député a trouvé la parade. Il dit avoir “pris attache avec des membres du conseil constitutionnel” qui lui aurait assuré qu’il y a “90 % de chances que cette loi soit anti-constitutionnelle”. N’aurait-il pas été plus simple de forcer le gouvernement à la retirer ou à l’amender ? “Ça aurait été possible à condition que, vous, la presse, n’interprétiez pas ça comme une défaite politique”, répond Jacques Domergue.

Jean-Pierre Grand voit les choses un peu différemment : “Le parlement européen rejette le principe de cette loi. Donc, à quelques jours des élections européennes, si le gouvernement dit : « Ce que vote le parlement européen, on n’en tient pas compte. » Ça veut dire que le parlement européen n’a aucun pouvoir. C’est un message effroyable politiquement.”


(1) Communiqué de Jacques Domergue du 6 mai :
“Les Députés au Parlement européen ont aujourd’hui massivement adopté l’amendement Bono qui précise qu’« aucune restriction ne peut être imposée aux droits et libertés fondamentaux des utilisateurs finaux sans décision préalable des autorités judiciaires, conformément à l’article 11 de la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, sauf lorsque la sécurité publique est menacée ». Par conséquent, comme je l’avais déjà indiqué, le projet de Loi Hadopi aboutirait à des procédures inapplicables, contraires au droit européen. Cette loi imposerait de mettre en place un surveillant derrière chaque internaute, c’est impossible ! Je maintiens donc ma position et ne voterai pas la loi Hadopi à l’Assemblée Nationale.”

Vu sur http://www.montpellier-journal.fr/2009/05/hadopi-domergue-rentre-dans-le-rang.html

v-21-1095644-1202405320.jpg
Ami lecteur,notes bien la mention en bas à droite:"NIVEAU D'EXPERIENCE PRO".
Un trés grand professionnel de la marche en godillot!

 

 

 

 

UMP :les députés ont enfin téléchargé la loi Hadopi

L'article, issu de PC Impact,qui illustre cet billet vient démontrer que les choses publiques mettent un temps certain à changer.Les péripéties qui ont jalonné l'examen et le vote de la loi HADOPI nous obligent à revenir sur les déclarations et le livre* de JF.Copé, président du groupe parlementaire UMP à l'assemblée  nationale.Fort prolixe quant au nouveau rôle - on peut se demander légitimement si M.Copé évoquait le rôle des députés ou le sien - de l'hyper député  ou de l'hyper président de groupe parlementaire,M.Copé s'est engagé par des déclarations qui prennent tout leur sens à  l'examen de l'attitude de certains députés du groupe qu'il préside.

« La notion de parlement godillot me paraît derrière nous. » 15 avril 2009 - entretien sur Borderline

« je considère que le temps des députés godillots est révolu. » Chat de l'Express à l'occasion de la sortie d son livre

« Le temps du député godillot qui votait les yeux fermés les lois est un peu terminé maintenant. » dito supra

Il est essentiel de rappeler ces déclarations définitives ,elles devraient être bien utiles aux collègues du président Copé qui étaient contre le texte de loi,tout contre,et qui ont voté la Loi,par solidarité de groupe.Mouton de Panurge avant d'être godillot,voila le sujet du prochain livre de M.Copé.Force est de constater qu'un nouveau principe est apparu au sein des futurs hyper-députés.Dorénavant ,on pourra vitupérer contre le texte d'un projet de loi tout en étant pour la loi.La réforme constitutionnelle,tant souhaitée par le Président de la République,a octroyé de nouveaux pouvoirs au parlement ,force  est de constater que ce n'est pas la loi qui fera changer les us et coutumes de notre représentation nationale et encore moins les mentalités.

Godillots, certains le resteront puisqu'ils en vivent,l'intérêt politicien a pris le pas sur l'intérêt politique.Ainsi dans le casqui nous intéresse ,JP.Georges est Maire de Chartres ,Député de la  1 ère circonscription d'Eure et Loire,Président de la communauté d'agglomération « Chartres Métropole » .Ainsi,comment peut-on penser, sérieusement ,que notre député - mi-chèvre,mi-choux,risquerait de perdre ses multiples mandats,acquis grâce - nul ne le contestera - au soutien et à l'étiquette de l'UMP, pour défendre la cause de la liberté des internautes.

Ce qui suit est édifiant et malgré tout on ne peut en vouloir,vraiment,à notre Mexicain du jour.

prev8.jpg

"Un député UMP opposé à l'Hadopi, qui a voté pour l'Hadopi
 Godi..quoi ?

 Le député UMP Jean-Pierre Gorges est une poupée qui dit oui avec la tête mais non avec le cœur et le cerveau.

Sur son site, il présente ainsi le projet de loi Hadopi que l'Assemblée vient de voter : « Une loi pour lutter contre les téléchargements illégaux sur Internet. Le gouvernement s'apprête à voter la loi HADOPI, (Haute Autorité pour la Diffusion des œuvres et la Protection des droits sur Internet) qui vise à contrôler et punir le cas échéant les internautes coupables de téléchargements illégaux... Favorable à une libéralisation de l'outil internet, je m'interroge sur les dispositions à prendre à l'égard du téléchargement, qui reste de plus en plus fréquent et surtout de plus en plus difficile à contrôler... »

Dans une vidéo, le député UMP d'Eure et Loir, maire de Chartres, dit que sur le fond la loi ne fonctionnera pas, qu'on n'arrivera pas à contrôler l'outil à internet, que donner des libertés permet de trouver des nouvelles formules.

Petit problème : Jean-Pierre Gorges fait partie des députés UMP
qui ont voté "POUR" ce texte. Autre problème, cette vidéo a été mise en ligne le 6 avril, soit trois jours avant le rejet du texte par l'assemblée, en première lecture. Il anticipe donc son vote exprimé contre ses convictions. 

« La répression n'est pas la solution », affirme-t-il. La solution « c'est l'incitation positive » qui doit être recherchée. Il cite par exemple un fonds sur la création alimenté par une taxe sur le matériel, les abonnements... et en même temps donner une liberté à chacun de créer et que le monde entier puisse le voir. Le député le dit : « Trop de régulation tue, trop de régulations induisent des comportements -- (...) des gens vont essayer de contourner. La montagne va accoucher d'une souris ».
La riposte graduée ? « Techniquement ça ne marche pas, ça ne résistera pas, en plus entre celui qui est propriétaire de l'appareil et celui qui va faire la copie, techniquement il y a une différence, technique, je connais bien ce sujet-là, ce n'est pas possible. On va entrer dans une usine à gaz et on ne va rien obtenir, franchement ! »

Il souligne aussi que dans le monde du cinéma, c'est contradictoire : « On nous dit qu'il y a de plus en plus de monde qui va au cinéma et ils critiqueraient d'être copié », et le parlementaire de prendre l'exemple de la TV et des matchs de foot : « Plus il y a de matchs de TV, plus les gens iront au stade. Moi, je crois en cette émulation. Franchement, ce n'était pas un texte pour lequel moi, je n'avais pas envie de voter « pour ». L'histoire, le temps, la logique technique, économique, sera un bulldozer par rapport à ce texte (...) je ne pense pas que ce type de dispositif va aider en quoi que ce soit la création, j'ai bien peur même que ça nous mette dans une situation plus difficile. On verra ».

Et le parlementaire de conclure : « Sur ce genre d'outils, je suis plus favorable à une liberté totale. Eh oui, c'est comme ça aussi à l'UMP. Khé khé khé khé »

Dans une lettre envoyée par Jean François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée,  on pouvait lire  « ce n'est désormais plus la teneur de ce texte qui est en cause. Ce qui importe c'est le problème politique créé par son rejet surprise et par le comportement absurde de l'opposition ». Le chef de file demandait ainsi aux députés de voter le texte, les yeux fermés. Combien de Jean Pierre Gorges parmi les 284 UMP qui ont voté "pour" ?"

* "Un Député ,ça compte énormément " - JF.Copé - Albin Michel

un_depute.gif

La vidéo de l'entretien accordée par JP.Georges : http://www.youtube.com/watch?v=6byMZh3ngmE

Le lien vers l'article de PC Impact : http://www.pcinpact.com/actu/news/50834-hadopi-jeanpierre-gorge-pour-contre.htm

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu