target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

13/02/2012

Sarkozy:Des idées révolutionnaires comme il dit…

Sarkozy:Des idées révolutionnaires comme il dit…

5 ans de reagisme à venir,les Français à genoux en 2017.

sarko fonctionnaire.jpg

Nicolas Sarkozy a pris pour habitude de rassurer ses troupes sur ses chances de réélection en leur promettant « des mesures-chocs » dans la campagne. Parmi celles-ci, il y aurait une attaque contre l'un des plus solides « acquis sociaux » français : le statut de la fonction publique.

Selon plusieurs sources - démenties par l'Elysée -, le chef de l'Etat pourrait proposer une vaste réforme mettant fin au statut actuel - et à l'emploi à vie -pour les nouveaux recrutés de l'Etat. Les fonctionnaires en poste ne seraient pas concernés. En contrepartie, les rémunérations seraient revalorisées.

Réformer le modèle social pour mieux le préserver

Le sujet est explosif, et pas seulement parce que la fonction publique vient de vivre cinq années de baisse sévère des effectifs, avec le non-remplacement de 1 fonctionnaire sur 2 partant à la retraite. Plus encore que l'indemnisation de l'assurance-chômage, évoquée le week-end dernier dans « Le Figaro Magazine », le statut de la fonction publique fait figure d'élément constitutif du modèle social français.

Mais tel semble bien être l'ambition du futur candidat. Pour éviter que la France ne connaisse le sort de la Grèce, il entend réformer le modèle social pour mieux le préserver. Demander des reculs sociaux qu'il juge limités, pour éviter de s'en voir imposer de plus massifs plus tard.

Une stratégie en deux temps

Si Nicolas Sarkozy a fait ses premiers pas de précandidat sur le terrain des valeurs, il n'aurait pas renoncé à mener aussi campagne sur les thèmes économiques et sociaux, seul moyen de parvenir à faire la différence avec François Hollande. « Il reste persuadé que le candidat socialiste n'a pas sa puissance personnelle et ne supportera pas un ‘‘mano a mano'' de deux mois et demi », explique l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

D'où une stratégie en deux temps : d'abord imposer le face-à-face Sarkozy-Hollande en mobilisant la droite et en distançant Marie Le Pen ; ensuite, se mesurer à François Hollande sur la détermination à changer le pays. « Le problème est moins dans le programme de François Hollande que dans son diagnostic : il n'a pas vu les bouleversements du monde », poursuit Jean-Pierre Raffarin.

« Avec François Hollande, ce serait cinq ans de sommeil au moment où la France a besoin de réveil », renchérit Bruno Le Maire, rédacteur du projet UMP. « Les Français ont toujours choisi pour président le panache et la prise de risque », poursuit un conseiller de l'Elysée. Risquée, la démarche l'est hautement : même s'ils ont mûri sur la question de la dette, comme le disent les sondages, les électeurs sont souvent enclins, en période électorale, à répondre aux sirènes de candidats protecteurs de leur modèle social.

CÉCILE CORNUDET

http://www.lesechos.fr/economie-politique/election-presid...

Réformer le modèle social pour mieux le préserver,il ne manque pas de souffle...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu