target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

15/12/2011

M.Estrosi est un menteur…

M.Estrosi est un menteur…

1063667_estrosiune.jpg

Comme à chaque fois,M.Estrosi,maitres es esbrouffe,tente de remettre dans les rails des événements.Après la sécurité fort à la mode en 2007,après le social,voila qu’arrive M.Bayrou avec son « made in France ».Pardon produit en France…allez hop,M.Estrosi saute sur son cheval:vive la qualité France,le produit en France,.Plus on en dit,plus on en fait semble être le devise de ce monsieur qui n’a jamais rien produit de ses mains et de son travail… Notons que cette problématique n’était plus à l’ordre du jour dans les positions politiques de ce monsieur.Non,lui il était le monsieur social de l’UMP contre Copé.

Pour savoir ce qu’on produit dans une usine,pour ce qui est de savoir comment ajouter de la plus value à ce que l’on produit,je ne crois pas que M.Estrosi soit le meilleur en mesure de donner des leçons à qui ce soit.Idem pour M.Bayrou.Jamais travailler en usine,jamais produit quelque plus value que ce soit par un travail productif….Jamais de direction d’une entreprise – si ce n’est une exploitation agricole pour M.Bayrou -.Quant au « acheter français « -nouvelle tarte à la crème de cette campagne qui s’annonce comme un monument de banalités et d’affaires plus ou moins montées de toutes pièces –on peut en parler aisément quand on gagne 9000€  de salaire mensuel…Comme ces beaux messieurs.Que dire de ces propositions que celui qui en devient le nouveau chancre – pardon chantre – qui se transporte en voiture allemande…

Quels cafouillages dans cette affaire,on a commencé par  le « acheter français «  pour finir ,plus raisonnablement, par  « produire français »,comprenez fabriquer en France…Bien évidemment personne ne pose la question sur le quoi.Pour être plus clair,qu’est ce qui est fabriqué en France de nos jours,personne n’a pas pensé aussi à poser le question essentielle « qui peut se permettre d’acheter français ».A l’aide d’un sondage qui me semble totalement en dehors des clous,si vous me le permettez,on assure que les français seraient susceptibles de consentir un effort financier pour acheter français.Mais, alors français tout court,francais à 60%,français à 50%.On se perd dans ses nouvelles normes sorties tout droit de l’imagination de nos hommes politiques.Autre question jamais posée bien évidemment,pourquoi dés lors ne le font-ils aujourd’hui ?Pourquoi demain ?Des réfrigérateurs français ,des portables francais,,des écrans plats français,des chaine HI FI françaises….de l’électroménager français.Oui de marques,des marques qui fournissent des produits chinois.Pensez que Lip est encore une marque française,achetée par les chinois…

Des slogans vides de sens et surtout de substance,il y en a assez.

Depuis les Etats Généraux de l’Industrie,où en sommes nous de ce fameux « produit en France ».Je vous conseille une lecture assidue du site de la présidence de la république,vous pourrez juger de la politique gouvernementale en la matière.Et de ses résultats

Revenons,si vous le voulez bien,à notre zèbre.

Faisant assaut de toutes parts,courant de studios de télés en studios de radios,faisant la promotion de son ouvrage sans doute en manque de lecteurs,il s’emballe, il s’emballe.Il s’emballe alors il parle de ce qu’il ne connait pas,qu’il parle pour ne rien dire,je n’oserai,pas pretendre qu’il s’écoute parler puisque les journalistes l’invite pour se marrer en douce…Il s’emballe aussi et raconte n’importe quoi,ce  qu’i le conduit a dire des gros mensonges.

estrosi made in france.jpg

 « A la veille d'un déplacement de Nicolas Sarkozy sur ce thème, il rappelle qu'à son arrivée au ministère de l'Industrie en 2009, il a dû "se battre contre (ses) propres amis, (sa) propre administration, (sa) propre ministre de tutelle", Christine Lagarde, et qu'il a été accusé de "protectionnisme", d'être "anti-européen" et "même comparé à Che Guevara". "Le 'Fabriqué en France', beaucoup en parlent, je pense avoir agi. J'ai d'abord instauré une prime à la relocalisation" et "créé un Observatoire visant à rendre compte de la part française des produits fabriqués sur notre sol, du positionnement des filières françaises dans les échanges mondiaux et de la part de produits nationaux consommés sur le marché intérieur", souligne-t-il. M. Estrosi rappelle avoir déposé en novembre à l'Assemblée nationale une proposition de résolution européenne visant à développer le "Fabriqué en France" et à "déterminer la notion d'origine en agissant pour le marquage de la provenance sur tous les produits, alimentaires et non alimentaires, afin d'offrir une totale transparence au consommateur". "Nous ne pouvons plus accepter qu'une assiette fabriquée en Chine avec une accroche française porte la mention 'Made in France'".

http://lci.tf1.fr/filnews/politique/made-in-france-si-beaucoup-en-parlent-estrosi-dit-avoir-agi-6872401.html

Ainsi cette déclaration reprise par le site de la chaine LCI donne le tournis.Au motif permanent selon lequel personne ne fait rien alors que lui fait tout et ne dit rien,au motif que beaucoup parlent et que lui agi,il s’embrouille dans ses propositions recopiées la plupart du temps sur d’autre propositions en changement un mot ou deux – majorité à 16 ans copiée sur le sénateur Dassault -,recopiées sur des textes déjà adoptées en changeant un terme ou une condition – obligation d’information des maires de l’état de la délinquance dans leur ville – sauf que là il a fait plus fort…Il vient de déposer une résolution européenne en novembre dit-il sans ambage,sans aucune vergogne alors qu’il sait que c’est faux.Quand à avoir agi,c’est  à M.Jego qu’il faut poser la question sur les actions entreprises par l’ancien ministre des ouvriers….Il faut aussi connaitre le nombre d’emplois perdus dans l’industrie sous son ministère et depuis.Le nombre de délocalisations et le nombre de relocalisations et leur cout….Je l’ai déjà dit en ces lieux,une politique industrielle se juge sur plusieurs années,les problèmes d’emplois d’aujourd’hui sont les résultats des bévues d’hier.M.Besson n’est pas responsable de cette situation,et tout cas il n’est pas le seul…

N’a-t-il  pas eu le culot de répondre à une journaliste peu informée de la chose – Mme Elkief sur BFM,la voix de son maitre - que c’était lui qui avait demandé à M.Jego la rédaction d’un mémorandum sur ce sujet alors que l’on sait que c’est le président de la république qui avait laissé cette sucette à M.Jego,quelque peu déconsidéré par son aventure outre-marine (événement en Guadeloupe et Martinique).Je vous,laisse juge de cela en consultant ce rapport sur le site de la présidence de la république.

Soyons clairs :

M.Estrosi a déposé un résolution européenne en novembre.FAUX.Cette résolution a été déposée le 2 décembre 2011,il y a 2 jours elle n’était pas encore éditée par les services de l’assemblée nationale.

estros resolution.jpg

estro resoltion 4026.jpg

Mieux ou pire et comme à son habitude de saprophyte,notre zèbre remet le couvert,si vous me le permettez,sur une résolution qui existe déjà…Jugez un peu:

reso jego.jpg  http://yvesjego.typepad.com/files/expos%C3%A9-des-motifs....

« La proposition des deux parlementaires, cosignée par près de deux cents parlementaires de droite, du centre et de gauche, a été déposée simultanément à l'Assemblée et au Sénat. »

jego an.jpg

jego an.pdf

http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion325...

A lire sur le site ce M.Jego

http://yvesjego.typepad.com/blog/2011/03/parlement-une-pr...

http://yvesjego.typepad.com/files/cp_ppr-made-in-france.pdf

Et je vous le donne Emile,M.Estrosi est co-signataire de cette résolution déposée le 23 mars 2011.Pas mal pour un gus que critique ceux qui ne font que parler alors que lui ne fait que dans l’action en particulier pour ce qui concerne notre industrie et notre production nationale.Les salariés de Molex,d’Heuliez doivent encore s’en souvenir…Ceux de Renault aussi dont la direction a les oreilles qui sifflent dés qu’elle voit apparaitre le pompier et l’architecte… Ainsi que Mme Lagarde qui serait apparemment la seule responsable des échecs cuisant de ce garçon coiffeur qui se prend pour un manitou de l’économie.

Et oui,amies et amis,ce sont des gus pareils qui nous gouvernent…Des gus qui n’ont que l’Allemagne et son exemple à la bouche alors que les patrons allemands se foutent d’eux comme de leur première clé a molette.Croyez vous que les ministres des finances et de l’Industrie de Mme Merkel soit de ce niveau d’indigence…Croyez-vous que Mme Merckel confie un ministère tellement important à un petit copain tout en connaissant son incapacité à régler les problèmes et difficultés qui se posent à notre industrie sauf à faire des vagues à la télévision,des grands discours devant les salariés et décampant quand tourne au vinaigre.Voulez-vous que je vous rappelle tous les épisodes de l’affaire qu’était devenue celle de l’entreprise Heuliez …Voulez vous que je vous rappelle le cout financier du plan social Molex alors que la plupart des promesses de ce ministrion ne sont pas encore réalisées…

La situation de notre pays est celle qu’elle est à cause de ce genre de personnage et premier lieu de celui qui a confie des responsabilités ministérielles à des incapables.M.Estrosi à l’industrie,M.Baroin à l’économie et finances,le spécialiste du mot « singulier «  et du « solution simple «  répète une cinquantaine de fois par séance de question au gouvernement à l’assemblée nationale.Encore aujourd’hui,il a refait le coup au Sénat…Confier l’éducation nationale a un ancien directeur ou sous-directeur des relations humaines de l’Oréal qui gère l’éducation nationale comme une entreprise commerciale…quand il ne fait pas le malin à la radio ou a la télé.

Jamais nous n’avons de tels nuls dans un gouvernement de la France…Et c’est de notre faute…

A lire pour mieux comprendre

perrete2.jpg

Affiche Special Bayrou -Estrosi

Dossier

Opération Made in France: les dessous d'une fausse bonne idée

Les dessous de l'opération "Made in France"

Déclarations tonitruantes, rapport au Président, proposition de loi parlementaire... C'est l'effervescence sur le made in France. Mais derrière le consensus de bon aloi, les industriels sont divisés et les politiques n'ont pas la main. Une fausse bonne idée ?

Normalement, c’est interdit, car cela brise l’amitié. Mais le 6 mai, Yves Jégo, le député de Seine-et-Marne, est venu à l’Elysée offrir au Président deux couteaux. Des laguioles. L’un venait du Bangladesh, au prix de 4,50 euros, l’autre d’Aveyron, pour 100 euros. Il illustrait par ce présent le drame de « La mondialisation anonyme », titre du volumineux rapport sur le made in France qu’il a remis au Président.

La démonstration a dû irriter la fibre économique très patriotique de Nicolas Sarkozy. Ce dernier vivait déjà le sauvetage d’Alstom contre la Commission européenne en 2004 comme son « pont d’Arcole ». Mais aujourd’hui, il ne lui suffit plus de sauver les entreprises françaises. Il entend s’assurer qu’elles jouent bien leur rôle, en fabriquant sur le territoire national, afin de maintenir des emplois en France. La crise a renforcé sa conviction. « Les grandes entreprises qui n’avaient plus de nationalité ont tout de suite trouvé à quel Etat s’adresser pour être secourues », lance-t-il le 12 novembre 2009, dans le Vercors. A elles de comprendre en retour ce qu’elles doivent à leur pays. Voilà pour la philosophie. Le chef de l’Etat n’entend pas s’arrêter là. Il veut mettre en place un système permettant d’évaluer et de valider l’origine des produits tout en le rendant lisible aux consommateurs, ses alliés dans cette affaire.

Un made in France à étoiles

Le rapport d'Yves Jégo préconise de légiférer pour rendre le made in France plus clair et plus fiable. Pour fixer l’attribution du label, il propose un système à quatre étages fondé sur le pourcentage de valeur ajoutée réalisé en France. Pour les produits auxquels « il est difficile d’appliquer le critère de la valeur ajoutée », l’attribution des étoiles se ferait en fonction du nombre d’étapes du processus de fabrication...

*** Plus de 90% de valeur ajoutée réalisée en France
** 75 à 90% de valeur ajoutée réalisée en France
* 60 à 75% de valeur ajoutée réalisée en France
- 45 à 60% de valeur ajoutée réalisée en France


C’est à la fin de l’année 2009 que Nicolas Sarkozy a demandé à Yves Jégo de préparer son rapport sur un label France. Entre-temps, l’idée a trouvé un autre avocat: Christian Estrosi, le ministre de l’Industrie. Sans doute lassé de jouer les pompiers sur les fermetures d’usines, en particulier dans la sous-traitance automobile, fragilisée par le sourcing dans les pays à bas coûts, il a haussé le ton. Le 13 janvier, il a ainsi convoqué Patrick Pelata, le directeur général de Renault, pour le mettre en garde contre le projet de la localisation d’une partie de la production de la future Clio en Turquie.

Les syndicats applaudissent des deux mains. Lors de la réunion de la plateforme automobile, le ministre a annoncé le lancement de groupes de travail sur un label « produit en France », destiné à devenir « un élément structurant de la filière automobile ».

DES RÈGLES CONTRADICTOIRES ENTRE LA FRANCE ET L’EUROPE

Pour ne pas être en reste, les députés s’y mettent, en ciblant le secteur du textile, avec une proposition de loi rendant l’étiquetage d’origine obligatoire. Yves Jégo ne va pas si loin. S’il propose également, dans son rapport, un marquage sur le made in France fondé sur la valeur ajoutée, il l’imagine facultatif. Tout comme un label France qui concernerait aussi le secteur des services.

Les astuces pour faire du vrai-faux français

Ça ressemble à du made in France, ça a la couleur du made in France... mais ce n’est pas du made in France. Champignons de Paris, couteaux Laguiole, savon de Marseille, melons charentais... On jurerait à leur consonance des produits « bien de chez nous ». Loin s’en faut. Les champignons viennent en général des Pays-Bas, les fameux couteaux marqués d’une abeille arrivent de Chine, le savon de Turquie et les melons du Maroc! Les producteurs étrangers ont trouvé la faille pour profiter de l’image France tout en fabricant chez eux: lancer des produits en y apposant des appellations qui n’ont pas été protégées. Les producteurs de Champagne ne parviennent pas à récupérer leur nom aux Etats-Unis, où le mot est devenu un terme générique.

Mais les étrangers ne sont pas les seuls à se franciser à bon compte. Les industriels français peuvent « nationaliser » des produits en se glissant dans les mailles subtiles du code des douanes. Le premier principe consiste à provoquer un «changement de position tarifaire» du produit. Exemple: une assiette de table fabriquée en Chine sur laquelle on appose en France un dispositif d’accrochage se transforme en article de décoration, change de position et peut ainsi revendiquer une origine française. Autre possibilité: jouer sur le pourcentage de valeur ajoutée. Un tee-shirt fabriqué au Bangladesh pour 1 euro, sur lequel on appose une broderie de 5 euros faite en France, passe au-dessus des 45% de valeur ajoutée française et décroche le droit d’arborer une étiquette made in France. M.D.

Photo: des couteaux Laguiole... chinois


Ces initiatives ont trois objectifs : simplifier le cadre réglementaire actuel flou et complexe, répondre aux attentes des consommateurs sur la traçabilité et valoriser l’industrie française. La France jongle aujourd’hui avec les règles contradictoires de la Commission européenne, des douanes et de la DGCCRF! L’Union européenne interdit toute réglementation nationale imposant un marquage obligatoire de l’origine. Le code des douanes communautaires impose la détermination de l’origine des produits importés, en fonction du lieu où est réalisée la valeur ajoutée. Un calcul souvent contesté par la DGCCRF, qui juge inadaptée la prise en compte de ce seul critère. Les Français restent alors souvent dans le flou quant à l’origine des produits qu’ils achètent (à l’exception des fruits et légumes), au grand dam des associations de consommateurs. Selon un sondage réalisé en mars par TNS Sofres (à l’initiative du ministère de l’Industrie), 65% des personnes interrogées estiment « très important » que les entreprises indiquent aux consommateurs si le produit a été fabriqué en France ou pas. Et 79% en font un élément déterminant dans l’achat d’un produit alimentaire. Mais ce taux tombe à 45% pour l’automobile et à 39% pour les vêtements. Pas sûr que le made in France déclenche à lui seul l’achat d’un produit français et favorise indirectement nos usines.

DES AVIS TRANCHÉS SELON LES SECTEURS

Les industriels sont en tout cas très partagés sur cette initiative. L’agroalimentaire, habitué à la mention d’origine ou à des labels de qualité depuis les crises de la vache folle, est dans son ensemble favorable au projet, tant pour le marché intérieur que pour l’export. Selon Cécile Basso, la directrice générale de la Société de promotion à l’export des produits alimentaires (Sopexa), « l’agroalimentaire françaisaune image de diversité, de qualité et de sécurité; des atouts sur lesquels nous jouons pour vendre à l’étranger ».

D’autres industriels y sont beaucoup moins favorables et préfèrent que le marquage reste volontaire. Un groupe français de charcuterie confie taire soigneusement l’origine polonaise de ses cochons. Dans l’automobile, les constructeurs hexagonaux sont loin d’être enthousiastes. Chez Renault, on ne semble pas convaincu que le label France pourrait avoir un effet positif sur la clientèle et PSA semble dubitatif sur sa mise en place. Ils n’ont sans doute pas très envie que le client prenne conscience que les modèles les plus vendus ne sont pas toujours entièrement fabriqués en France. Seul le japonais de l’étape, Toyota, y voit un réel avantage. « Produire la Yaris à Valenciennes et le faire savoir a fait décoller nos parts de marché. Cela a déculpabilisé l’acheteur, en particulier celui de province », estime Michel Gardel, le vice-président de Toyota Europe.

Les avis sont beaucoup plus tranchés dans les secteurs du textile, de la maroquinerie et des arts de la table, grands consommateurs de main-d’oeuvre. Et pour cause. La plupart des fabricants hexagonaux réalisent leur confection dans les pays du Maghreb. Dans la couture, seul Agnès B s’engage pour le made in France.

Il est vrai que la créatrice est l’une des rares à faire réaliser la majeure partie de sa collection par des façonniers français. « Le sujet est très sensible, confirme Emmanuelle Butaud-Stubbs, la déléguée générale de l’Union des industries textiles. Nous sommes favorables à un système facultatif simplifié et à des marques collectives appartenant à des professionnels. » Il est plus facile d’estampiller un produit made in France quand on en a soi-même défini les critères...

Adrien Cahuzac et Anne-Sophie Bellaiche

Quand le label France est un boulet...

Dans la high-tech, la fabrication en France n'est plus de mise. Et lorsque la conception reste hexagonale, les entreprises masquent leur origine.

Nombre d’entreprises françaises de la high-tech évitent de crier sur les toits leur nationalité française! Elles considèrent même qu’elle peut leur nuire à l’export, sans leur procurer, en contrepartie, un avantage sur le marché national. Parrot (prononcez « parrotte »), le numéro un des kits mains-libres pour l’automobile, a peut-être établi son siège social sur les bords du canal Saint-Martin à Paris, mais son patron Henri Seydoux a d’emblée choisi un nom anglo-saxon pour s’imposer à l’international. Chez Archos, qui développe des produits concurrents d’Apple, tous les produits portent des noms bien anglais (Internet Tablet, Home Tablet...). Il accole d’ailleurs à son nom le slogan « Entertainment your way » et nemontre pas que ses produits sont conçus par une société française. Emmanuel Cordonnier, le président d’Etiam, un fournisseur de solutions logicielles destinées à traiter les images médicales, reconnaît souffrir de l’absence de réputation de la filière française dans ce domaine. « Il vaut mieux cacher le fait que l’on est français. Pour ne pas être pénalisé à l’export, nous avons choisi un nom latin. » Sofradir, qui conçoit et fabrique des systèmes infrarouges pour le civil et le militaire, réalise 70% de son chiffre d’affaires à l’export. Ce qui ne l’a pas empêché de racheter, en 2008, une société américaine. Certes, pour son savoir-faire, mais aussi pour « avancer caché » sur le territoire américain... P.D.

Photo:La société Archos baptise ses produits en anglais, comme la PC Tablet

http://www.usinenouvelle.com/article/operation-made-in-france-les-dessous-d-une-fausse-bonne-idee.N131511

jego marque france.jpg

  http://www.usinenouvelle.com/article/la-marque-france-existe-officiellement.N152253

Qu’est qu’une résolution parlementaire(en bref,cela ne sert à rien)

RÉSOLUTION: Texte adopté par une assemblée à l'initiative de l'un des membres du Parlement et qui n'a pas en droit, le caractère général d'une loi. L'Assemblée nationale comme le Sénat peut adopter, par une résolution, une disposition modifiant  le Règlement de cette assemblée, une décision relative à l'immunité de l'un de ses membres, une mise en accusation du Président de la République ou bien une déclaration relative à un projet d'acte de l'Union européenne.

http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/lexique.asp#P83_16510

http://www.lefigaro.fr/politique/2010/01/22/01002-20100122ARTFIG00682--quoi-sert-une-resolution-parlementaire-.php

parlement europeen.jpg 

http://www.euractiv.com/fr/enterprise-jobs/le-parlement-s...

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2005:0661:FIN:FR:PDF

 

11/01/2011

Estrsoi:le délire continue

estrosi surenchere.jpg
Quand on apprend que notre bien aimé n'a pas encore rèuni les 58 signatures nécessaires à l'incription de sa proposition,quand on apprend que le texte de sa proposition de loi a été rédigée par les services du ministère de l'intérieur.On n'est pas etonné.

11/07/2009

Sarkozy:la video des ânes volants

CCF11072009_00001.jpg
Ceti pas beau ça,mes petits minets.C'est autre chose que vos reprises "ânesques" des articles de Nice matin,
y'a du talent la dedans.
L'âne volant de la vallée du Paillon devrait en prendre de la graine....
Regardez les videos complètes et régalez-vous!

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu