target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

16/05/2013

Guéant:Ca commence à faire beaucoup…

Guéant:Ca commence à faire beaucoup…

gueant empploi fictif.jpg

Ca faisait longtemps,3 jours,qu’on ne parlait de M.Guéant.Je n’ai pas évoqué le gag de M.Dayan car j’ai considéré qu’en fait M.Guéant,sans doute un peu coupable de certaines turpitudes et de petits malices en espèce,est victime d’un système.Victime et aussi acteur si la justice le démontre,pour l’heure il n’a pas été convoqué par ceux qui enquêtent sur les financement libyens,le sera-t-il par ceux qui enquêtent sur nouvelle affaire…J’ai bien écrit « financement libyens « sans aucune réserve car selon moi ces derniers sont avérés mais pas encore vérifiés.Ce sera fort difficile car en la matière et pas essence le secret est fort épais sauf si les déclarations de M.Takieddine se transforment en faits…

Système disais-je et le confirme.Cette affaire est bien révélatrice de ce dernier.

Un député UMP très proche de M.Sarkozy voit son élection législative invalidée,le pauvre Philippe Pemezec perd de son salaire de 5500€.Au lieu,en conformité avec ses options politiques, cherchait du travail comme tout bon français et pas comme toute cette bande de feignasses qui dorment avant d’aller pointer au pôle emploi pour profiter de mannes sociales de l’état,ce pauvre député,au surplus maire du Plessis Robinson,Vice Conseiller du Conseil général des Hauts de seine – c'est-à-dire déjà rémunéré pour ces mandats – demande à M.Sarkozy de le sauver de ce mauvais pas.Est-il aussi peu compétent qu’il ne puisse espérer trouver un emploi dans une entreprise privée –dans le 92 elles sont nombreuses qui sont très amies avec le pouvoir local – qu’il lui faille taper à la porte d’un président de la république qui manifestement n’était pas si occupé par les affaires de la France qu’il  s’occupait personnellement de trouver non du travail mais un salaire à ses amis.

Et c’est ainsi qu’on a demandé à M.Guéant de recaser M.le pauvre député Philippe Pemezec qui avait perdu son salaire….Que cet emploi soit fictif peu importe,ce qui importait à M.Sarkozy c’est que son ami ne perde rien de son pouvoir d’achat et train de vie…Que cet emploi soit fictif peu importait à Mme Boutin,c’est l’effet de sa charité chrétienne que d’aider un pauvre hère démuni.

Il était brave ce monsieur Sarkozy surtout avec l’argent des autres.

Il ferait preuve de bravitude M.Guéant en vidant son sac qui devient de jour en jour trop plein pour lui.

 

Claude Guéant suspecté d'avoir favorisé un emploi fictif

LE MONDE | 16.05.2013 à 10h36 • Mis à jour le 16.05.2013 à 11h18

Par Gérard Davet et Fabrice Lhomme

 

Une nouvelle menace judiciaire se profile pour Claude Guéant, déjà mis en cause dans l'affaire dite des 500 000 euros. Le parquet de Nanterre a ouvert le 10 mai une information judiciaire, contre X, pour "détournement de fonds publics, complicité et recel". Trois juges d'instruction ont été désignés. L'ex-secrétaire général de l'Elysée (2007-2011) sous Nicolas Sarkozy est implicitement visé par la procédure, tout comme Christine Boutin, ministre du logement de 2007 à 2009.

Selon les premières conclusions de l'enquête préliminaire menée par la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), M. Guéant aurait favorisé l'embauche, au cabinet de Mme Boutin, de Philippe Pemezec, maire UMP du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), vice-président du conseil général et ex-député. Or, les enquêteurs nourrissent de forts soupçons sur la réalité des services rendus par l'édile, et le soupçonnent d'avoir bénéficié d'un emploi fictif.

Les enquêteurs ont retracé avec soin les circonstances politiques de l'affaire, révélée en 2010 par Le Canard Enchaîné. Le 29 novembre 2007, Philippe Pemezec, vieille relation de Nicolas Sarkozy, voit son élection comme député des Hauts-de-Seine invalidée par le Conseil constitutionnel. M. Pemezec est déclaré inéligible.

PÂLES PLAGIATS

Il perd donc le bénéfice des 5 500 euros mensuels versés à tout député. Il se plaint de sa situation en haut lieu. Dès le 14 février 2008, Philippe Pemezec est embauché par Christine Boutin, alors ministre du logement, en tant que "chargé de mission sur l'accession sociale à la propriété". Il obtient une rémunération de 5 500 euros.

L'élu est censé, chaque mois, rendre un rapport. Les travaux de M. Pemezec n'auraient été, en réalité, que de pâles plagiats de documents déjà existants. Le 30 juin 2010, Benoist Apparu, qui a succédé entre-temps à Mme Boutin, met fin au contrat de l'élu, un an avant le terme prévu.

Interrogés par les enquêteurs, tant Mme Boutin que l'ancien directeur de son cabinet, Jean-Paul Bolufer, ont assuré que l'embauche de M. Pemezec leur avait été imposée par Claude Guéant, alors secrétaire général de l'Elysée. Ce dernier, qui fut le directeur du cabinet de Nicolas Sarkozy au conseil général des Hauts-de-Seine (2004-2005), connaît bien, effectivement, M. Pemezec.

"Mon client n'a pas fait pression sur Mme Boutin pour l'obliger à embaucher M. Pemezec, s'insurge Me Jean-Yves Dupeux, l'avocat de M. Guéant. Il l'a bien dirigé vers le ministère du logement, mais en considérant seulement que M. Pemezec avait une réelle connaissance de ce secteur." L'ancien ministre de l'intérieur (2011-1012) a été entendu mi-avril par la BRDE à ce sujet.

Contacté par Le Monde, M. Pemezec a indiqué : "M. Guéant m'a aidé à obtenir ce poste, mais j'ai réellement travaillé au cabinet de Mme Boutin et rédigé des rapports". Mme Boutin n'a pas répondu aux sollicitations du Monde.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/05/16/claude-g...

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu