target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

19/09/2013

UMP:Qu’ils ne viennent pas demander des comptes sur les emplois d’avenir…

UMP:Qu’ils ne viennent pas demander des comptes sur les emplois d’avenir…

mission emplois d'avenir.jpg

Ci dessous les député(e)s présent(e)s à l’audition de M.Sapin devant la mission d’information sur les emplois d’avenir.Ca en dit long sur l’intérêt que portent nos élus à l'emploi des jeunes.A part brasser de l'air...

22/06/2013

Le président Borloo parle à la France

Le président Borloo parle à la France...


Borloo, sur l'intervention de Hollande: "Je... par BFMTV


Quand Borloo fait son show... par LeHuffPost

Emploi : «On a encore perdu un an», selon Borloo

Jean-Louis Borloo, le président de l’UDI, juge que la conférence sociale n’a servi qu’à cacher l’insuffisance de la politique pour l’emploi du gouvernement.

Martine Chevalet 

Si la première édition de cette grande réunion des partenaires sociaux avait le charme de la nouveauté, cette fois la plupart des participants et des observateurs sont restés sur leur faim.Jean-Louis Borloo, président de l’UDI (Union des démocrates et indépendants), nous livre son analyse.


Pourquoi, à votre avis, François Hollande maintient-il son cap d’inversion de la courbe du chômage envers et contre tout ?
JEAN-LOUIS BORLOO. Il veut peut- être faire oublier que cette promesse d’inverser les courbes, il l’a faite le 9 septembre 2012. C’est-à-dire que le chômage devrait régresser dans dix semaines, ce qui est une plaisanterie! Il opère un habile glissement de calendrier. On voit bien malheureusement que les emplois d’avenir ne sont pas une réponse à la hauteur. Il y a une grande naïveté de sa part à penser que des emplois aidés font une politique pour l’emploi. Non, c’est une politique sociale de lutte contre l’exclusion qui n’empêche pas la dégradation des grands secteurs d’activité : automobile, bâtiment, services à la personne. C’est angoissant car 100000 chômeurs de plus représentent 3 Mds€ de déficit supplémentaire.
Comment jugez-vous cette conférence sociale ?
J’ai eu l’impression d’une conférence de début de quinquennat où l’on avance deux ou trois mesurettes pour amorcer le changement. Je suis triste car la France est à l’arrêt et qu’on a encore perdu un an pour réagir. La boîte à outils gouvernementale reste du niveau bricolage.
Pourtant, en ce qui concerne la formation professionnelle, des ambitions fortes n’ont-elles pas été posées ?
Le vrai problème, c’est la dispersion des moyens et l’opacité du système de formation que chacun utilise comme il veut (NDLR : les fonds de la formation professionnelles sont gérés par les syndicats et servent en grande partie à leur financement). La grande réforme à faire, c’est d’installer une cabine de pilotage commune où tous ceux qui touchent des fonds ou en utilisent mettent leurs informations en commun. Avec 31 milliards de crédits on peut rationaliser puissamment les moyens au sein d’une agence unique. Mais c’est difficile à faire… Alors on ne le fait pas.
N’y a-t-il pas tout de même une prise de conscience du gouvernement ?
Oui, mais elle est tardive. Je n’ai aucun doute sur la bonne foi du Premier ministre, mais on est dans un pilotage à vue.
Et, concernant la réforme des retraites, quel regard portez-vous sur le débat ?
Globalement l’idée est de cotiser plus longtemps. C’est déjà bien de l’avoir compris. Nous, à l’UDI, nous défendons un changement de modèle avec un système de répartition à points intégrant la pénibilité pour ceux qui vont rentrer ces cinquante prochaines années dans le système. S’il ne s’agit que de rapiécer comme je le crains, il suffisait d’avancer l’application de deux ans de la dernière réforme. Au moins elle a été votée de façon républicaine.

http://www.leparisien.fr/economie/emploi/emploi-on-a-enco...

Pauvre M.Borloo,il devrait lire les commentaires qui accompagnent ses déclarations. 

En fin de compte il a raison M.Borloo.Après 10 ans de grand succès de la droite en matière d’emplois,de remise à niveau des nos finances publiques,d’amélioration sensible de notre productivité,de notre outil industriel et de notre commerce extérieur,la boite à outils de François Hollande –je précise encore un fois que cette expression est de M.Pujadas – n’est pas à la hauteur.Les emplois d’avenir,contrat de génération,le CICE,l’AMI,la loi bancaire,la rénovation de notre système de formation plus tourné vers les chômeurs,l’accélération des mises en apprentissage,tout ça c’est du pipi de chat….

Lui,il veut remplace les emplois d’avenir par des emplois de femmes et hommes aussi pourquoi pas quand de la gêne il n’y pas de plaisir,de ménages à 500 € par mois avec ses délires sur le travail à domicile.Même les salariés de Florange en veulent,c’est ce qu'il a raconté au cours d'une émission Mots croisés de M.Calvi.Les salariés de Florange qui se battent pour le minimum de leur droit réclament des femmes de ménage à 12 € de l’heure…Il est fou Borloo,il est fou…

Reste que M.Borloo sait que la France et les française comptent sur lui,ils l’espèrent,ils se languissent – pour être premier ministre de François Hollande,pour être président c’est un autre paire de manche et en tout état de cause il n’a pas ce qu’il faut dans le pantalon pour se présenter – alors qu’il nous fasse de propositions claires et nettes,pas des bafouillages peu compréhensibles.Il a tenté de se faire la cerise en publiant un beau courrier demandant une union nationale autour des thèmes choisis par lui,ça n’a pas fonctionné.Il nous a dit qu’il avait été reçu par un éminent responsable de notre gouvernement –M.Ayrault probablement – et qu’il avait été entendu et il continue son cirque.

Il est vrai qu’il fallait faire un peu de bruit après la conférence sociale où manifestement les syndicats réformistes ont été entendus,le paon de la CGT un peu écarté….Le paon a voulu faire son effet.Dimanche dernier au cours de l’émission piège dur M6 le président avait annoncé qu’en matière de salaire il n’envisageait pas de progrès sensibles cette année et la CGT vient nous enfumer sur les salaires  alors que notre problème est non les augmentations de salaire de ceux qui ont du travail mais de donner du travail à ceux qui n’en ont pas pour qu’ils puissent percevoir un salaire.

Quand la CGT,le Parti communiste et le capitaine mégalo auront compris que nous ne sommes plus en 1936,ils auront compris que l'histoire ne se repete pas.

Maintenant,M.Borloo a engagé un processus sérieux et viable,pérenne dirons-nous.Il président –il est enfin président de la république mais pour de faux- d’un gouvernent fantôme,je n’ai pas dit fantôche.Il préside,il décide,il doit donc demander à ces ministres fantoches,pardon fantôme,de faire semblant de mettre en place des dispositifs qui permettraient de mettre en place les outils qui remplaceraient ceux qui se trouvent dans la boite à mauvais outils du président.

En vérite,parmi tous ces outils on pourrait peut-être en trouver quelques uns qui nous sauveraient de la crise de l’emploi que nous devons aux exceptionnelles mesures qu’avaient prises les gouvernements dans lesquels M.Borloo était ministre pour de bon.

A son crédit,quand il a compris que l’autre ouistiti l’avait pris pour un blaireau et ainsi refuser se diriger vers une politique plus social bien au contraire,il a eu le courage de s’en aller…

Aujourd’hui il faut que ses ministres  Hervé Morin (Entreprises et croissance), Valérie Létard (Affaires sociales), Sonia de la Prévôté (Travail et insertion professionnelle),nous présentent un plan global d’action pour l’emploi et les français feront la différence.Je ne doute pas que François Hollande y sera lui aussi très attentif,il est brave le Françou.

Enfin, je rappellerai à M.Borloo ce vieil adage qui dit qu’il n’y a pas de mauvais outils mais des mauvais ouvriers.Il considère que François Hollande est un mauvais ouvrier,il a tout le temps pour nous prouver qu’il est meilleur ouvrier que lui.

Bon courage M.Borloo.

Précisons à ce monsieur eléricator qui écrit sans savoir.Que la démission d’un gouvernement sous notre république n’entraine pas le départ de la majorité au parlement et sûrement pas celui du président de la république.Pour changer de majorité en cours de mandature,il faut une dissolution et pou ma part je conseillerais une bonne dissolution avant la fin de l’année 2013,ce qui remettrait les pendules à heure pour l’année 2014…et la disparition de l’UMP avec !

 

eléricator a écrit le 22/06/2013 à 16:40 :

Cinquante deux pour cent de nos compatriotes se sont trompés (sic). Maintenant j'attend la démission du gouvernement et que l'on repasse aux urnes et vite.

Gépé001 a écrit le 22/06/2013 à 16:30 :

Il faudra bien envisager une réforme "systémique" des retraites 1-assurer le financement de l'augmentation des prestations de retraites(5G? de plus chaque année) 2-permettre la baisse du cout du travail pour relancer l'emploi,avec 20 ou 30G? sous forme de choc de compétitivité 3-revoir la forme des pestations,avec une prime récupérée sur l'IR et une part liée aux salaires,par points ou par répartition. Qu'en pensent les syndicats et le MEDEF? 


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu