target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

17/07/2014

Hollande:L’Elysée mieux gèré que l’ump

Hollande:L’Elysée mieux géré que l’ump!

L’Elysée continue à réduire ses dépenses,se félicite la Cour des comptes

hollande,présidence de la républiue,cour des comptes,migaud,elysée,trierweler,ump

FRÉDÉRIC SCHAEFFER / JOURNALISTE | LE 15/07 À 17:50, MIS À JOUR À 17:55

La Cour des comptes se félicite des mesures prises «pour assurer un meilleur contrôle des dépenses de restauration à la table du Palais». - AFP

 La dotation budgétaire de la présidence de la République s’est élevée à 101,2 millions d’euros en 2013, 2,2 % de moins que prévu. 2,25 millions ont ainsi été reversé au budget général.

La Cour des comptes a salué, dans un rapport publié ce mardi (voir document ci-dessous), «la poursuite des efforts engagés»par l’Elysée pour réduire les dépenses. La dotation budgétaire de la présidence de la République s’est élevée à 101,2 millions d’euros en 2013, 2,2 % de moins que prévu, permettant de reverser 2,25 millions au budget général.

L’an dernier, les économies ont été faites principalement dans les dépenses de fonctionnement courant (– 17 %). Les achats de matières premières et les approvisionnements ont diminué de 14 %, note la Cour qui se félicite des mesures prises «pour assurer un meilleur contrôle des dépenses de restauration à la table du Palais». Elle se félicite également d’«une ­gestion plus attentive» du parc automobile : la centaine de véhicules n’ont parcouru « que » 1,3 million de kilomètres (1,8 million en 2012), permettant une réduction «sensible» des dépenses de carburant. Les dépenses de communication (770.000 euros, hors frais de personnel) ont également été réduites. Aucun sondage n’a été commandé l’an dernier, pas plus que le recours à des cabinets de conseil.

97 déplacements de François Hollande

Les dépenses de personnel ont, enfin, été contenues par des économies permettant de compenser l’évolution spontanée de la masse salariale. L’Elysée avait déjà fortement réduit ses effectifs au cours des dernières années, passant de 1.051 collaborateurs fin 2007 à 858 fin 2012 (– 18,4 %). «Cette tendance s’est poursuivie», note-t-elle. Les services de l’Elysée comptaient 836 collaborateurs fin 2013. « Cette baisse est le résultat d’une réduction du nombre des chauffeurs et de la mutualisation de certaines fonctions support, tels les secrétariats, ainsi que du non-remplacement d’agents partant à la retraite.»

La Cour note en outre que François Hollande a effectué 97 déplacements (dont 40 à l’étranger) pour un coût total de 14 millions d’euros ; une dépense «difficilement com­parable à celle de 2012, année électorale». Par ailleurs, la Cour mentionne les dépenses liées à Valérie Trierweiler, soit 396.900 euros pour la rémunération des cinq collaborateurs de l’ex-première dame (des postes supprimés depuis, souligne le rapport) et 85.000 euros de frais de déplacement.

http://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/0...

La Cour des comptes salue la gestion de l'Élysée

Par lefigaro.frService infographie du Figaro

Mis à jour le 17/07/2013 à 11:46

migaud hollande.jpg

L'Élysée est plus économe sous Hollande que sous Sarkozy. La Cour des comptes enregistre des progrès dans son dernier rapport sur les comptes et la gestion des services de l'Élysée rendu public, tout en relevant plusieurs points nécessitant des efforts supplémentaires.

Près de 6 millions d'euros ont été reversés par François Hollande au budget de l'État, «ramenant la dotation budgétaire de la présidence de la République de 108,9 millions d'euros à 102,9 millions».

C'est le cinquième rapport de ce type. Signé de Didier Migaud, le premier président de la Cour, il couvre pour les comptes l'ensemble de l'année 2012, qui a vu l'élection de François Hollande, succédant à Nicolas Sarkozy, et la période du 15 mai au 31 décembre 2012 pour l'examen de la gestion des services de l'Élysée.

La fin des sondages commandés par l'Élysée

Le document recense plusieurs domaines où les dépenses ont été réduites. Ainsi, relève la Cour, aucune dépense n'a été effectuée depuis le 15 mai 2012 pour les sondages, la présidence Hollande ayant décidé de ne plus y recourir, alors que ce type de dépense s'est élevé du 1er janvier au 14 mai 2012, les derniers mois de la présidence de Nicolas Sarkozy, à 77.381 euros. Dans son précédent rapport, en décembre 2012, la Cour des comptes avait épinglé ces sondages commandés par la présidence Sarkozy.

De même, les dépenses d'études, qui avaient fait l'objet de paiements à hauteur de 103.131 euros du 1er janvier au 15 mai 2012 ne figurent plus depuis cette date dans les comptes de la présidence.

3 millions d'euros d'économies concernant les déplacements

Sur les déplacements, les dépenses ont été réduites à 14,3 millions d'euros en 2012, contre 17,7 millions en 2011. Différentes mesures permettent des économies, comme l'utilisation du train, sur des trajets vers Bruxelles. La Cour préconise de faire de même pour Berlin. Mais ces économies restent anecdotiques. Ce sont surtout la limitation de l'utilisation de l'Airbus A330-200 pour les longues distances et le choix de la voiture pour les courts trajets qui ont permis de réduire les dépenses.

Réduction du traitement du président

À la rubrique «dépenses du personnel», le rapport enregistre une économie de l'ordre de 900.000 euros en 2012. La Cour attribue ce chiffre à une baisse de 2,80% du nombre des effectifs, mais aussi, notamment, à la réduction de 30% du traitement du président Hollande par rapport à celui de Nicolas Sarkozy. Ce traitement est ramené ainsi de 19.721 euros nets mensuels en décembre 2011 à 13.764 euros en décembre 2012.

Économies sur les fleurs

Des «mesures de remise en ordre» ont également été instaurées en 2012 pour la restauration du Palais de l'Élysée, dont la charge globale a été ramenée à 4,4 millions d'euros, soit une économie de 1,1 million d'euros par rapport à 2008. Le rapport note également que les coûts de fleurs sont passés de 230.000 euros en 2011 à 130.000 euros en 2012, «grâce à l'utilisation d'un logiciel de gestion». Des économies ont été faites également sur la cellule Internet (180.000 euros au second semestre contre 373.809 euros le premier), notamment grâce à la suppression du site dédié à la première dame.

La Cour des comptes invite aussi l'Élysée à une «remise en ordre» au sujet d'une soixantaine d'appartements du palais de l'Alma (quai Branly, VIIe arrondissement de Paris) et à la régularisation de la situation juridique et financière du pavillon de la Lanterne.

hollande,présidence de la républiue,cour des comptes,migaud,elysée,trierweler,ump,carla bruni sarkozy

http://www.lefigaro.fr/politique/2013/07/16/01002-2013071...

 

Nota :Les dépenses affectées à  Mme Trierweiler soit 481 000 € sont à comparer avec le seul coût du site internet de Mme Carla Bruni Sarkozy qui s’établissait ou plutôt s’établit car au contraire de lump l’Elysée ne fonctionne pas à crédit à 410 000 euros pour une période allant du 1er janvier 2011 au 15 mai 2012.Le reste des dépenses de la vraie et unique première dame est consigné dans le rapport de la cour des comptes sur la gestion de l’Elysée pour les périodes concernées.

Je ne comprends pas pourquoi on s’attarde tant sur les dépenses de la première dame d’antan,si j’ose dire.Etait elle,elle aussi,illégitime à occuper cette fonction ?

Il est significatif que dans l’article joint Le Figaro n’évoque pas le cas de Mme Trierweiler.C’est un signe !

On attend les réflexions de nos gredins de service qui se félicitent du fait que M.Migaud soit un ancien député socialiste quand il critique le gouvernement,maintenant qu’il lui adresse des satisfecit on va sans doute lui trouver quelques complaisances  coupables.


compte Elysée sur Google

https://www.google.fr/search?hl=fr&gl=fr&tbm=nws&...

 

C’était beaucoup plus fun avec le meilleur….

Déplacements privés, sondages, garden-party : l'Elysée épinglé

Julien Martin | Ex-Rue89

Un rapport de la Cour des comptes indique que Nicolas Sarkozy a dû rembourser 14 000 euros de frais privés payés par l’Etat.

hollande,présidence de la républiue,cour des comptes,migaud,elysée,trierweler,ump

Hello,vous avez vu mon Raymond comme il chouette….

VOIR LE DOCUMENT

(Fichier PDF)

 « C’est une démarche inédite, historique. » Philippe Séguin a rendu public ce jeudi le premier rapport sur le budget de la présidence de la République. Si le premier président de la Cour des comptes se félicite « de progrès sur la transparence plus que significatifs », il souligne cependant qu’il reste « des progrès à réaliser » et relève plusieurs anomalies.

Un contrôle souhaité par Nicolas Sarkozy dès le discours d’Epinal en juillet 2007 sur la réforme des institutions. Un début d’aboutissement aussi du combat du député apparenté socialiste, René Dosière, qui depuis sept ans décortique les finances de la Présidence.

L’élu de l’Aisne estime que ce rapport est « utile et important », même s’il confie à Rue89 regretter que la Cour des comptes « n’ait pas insisté davantage pour que, lorsque l’Elysée présente ses comptes, ils soient beaucoup plus détaillés ». 

« Ce travail fait ressortir les progrès intervenus dans la gestion budgétaire et comptable en 2008 », relève au final la Cour. Un budget de l’Elysée qui s’élevait en 2008 à 110 millions d’euros, soit moins de 0,05% du budget de l’Etat. Ce qui n’a pas empêché pas l’organe de contrôle d’accrocher la Présidence sur plusieurs dépenses et de formuler des recommandations.

Des dépenses privées payées par l’Elysée

L’une des observations les plus symboliques de la Cour des comptes concerne le service de l’intendance privée. Ces personnes qui veillent depuis toujours à la satisfaction quotidienne des besoins personnels du chef de l’Etat et de sa famille.

« Le personnel d’intendance avait pris l’habitude, par commodité et souvent dans l’urgence, de régler certaines dépenses à caractère privé », note la Cour, qui a alors demandé et immédiatement obtenu un remboursement à hauteur de 14 123 euros pour l’année 2008.

Des déplacements privés trop coûteux

« Le mieux est souvent l’ennemi du bien », explique Philippe Séguin avant d’aborder la question des transports privés du chef de l’Etat. « Pour répondre à l’attente de l’opinion », Nicolas Sarkozy n’utilise plus le jet privé de son ami industriel Vincent Bolloré ou l’avion de la présidence de la République, mais des avions de ligne. Un contresens économique, selon le premier président de l’organe de contrôle :

« Cette banalisation est coûteuse, plus coûteuse que voyager à bord d’un avion officiel de l’Etec (Escadron de transport, d’entraînement et de calibration), car le Président doit être accompagné de six ou sept collaborateurs à bord de l’avion de ligne (groupe de protection, aide de camp, transmetteur...) et un avion de l’Etec le suit quand même pour pouvoir le transporter à tout moment en cas de crise. »

La Cour des comptes recommande donc de voyager plutôt à bord de l’avion de l’Etec, quitte à rembourser le prix des billets pour le chef de l’Etat et ses proches sur la base des tarifs commerciaux. L’Elysée a assuré qu’une étude était en cours, mais la suggestion ne sera pas suivie tout de suite : les époux Sarkozy s’envolent ce jeudi pour New York à bord d’un avion de ligne.

Des études d’opinion inopportunes

La Cour insiste sur une convention signée le 1er juin 2007 entre la présidence de la République et un cabinet d’études chargées de réaliser des études d’opinion, « pour un coût avoisinant 1,5 million d’euros ». Elle constate « le caractère non seulement très succinct de la convention mais également exorbitant au regard des règles de l’exécution de la dépense publique » : le contrat réalisé sur papier libre ne comportait en effet qu’une seule page et laissait le cabinet « juger de l’opportunité, dans le temps et dans les thèmes, des sondages » !

Principal client du cabinet stigmatisé dans ce rapport : l’institut Opinion Way et son « Politoscope ». Facturés 392 288 euros à l’Elysée, les résultats de cette étude étaient pourtant publiés à l’identique par Le Figaro et LCI. « On pouvait, dès lors, s’interroger sur l’utilité de ces dépenses », écrit la Cour des comptes, qui a obtenu de l’Elysée la modification de ladite convention, afin d’éviter que ces dérives ne se répètent.

Une garden-party anticoncurrentielle

« Les relations contractuelles et la mise en concurrence semblent encore assez peu pratiquées », déplore enfin la Cour des comptes. C’est le cas pour les achats de Boucherie, de fruits et légumes, de boissons non alcoolisées, de crèmerie, de combustibles ou de fournitures administratives, mais aussi concernant la garden-party du 14 juillet 2008.

Pour attribuer le marché de l’organisation de cette réception, une consultation a bien été organisée, mais elle « n’a été que de pure forme », fait remarquer la Cour. Le prestataire retenu a effectivement facturé ses services 296 437 euros, alors qu’un concurrent proposait une offre s’élevant à 186 904 euros. Ce qui n’a manqué pas de faire s’interroger les rédacteurs du rapport :

« Il n’est en soi pas choquant que, pour un événement d’une telle ampleur, le prix ne soit pas le seul critère retenu. Le savoir-faire est tout aussi primordial. Toutefois, le fait que deux entreprises consultées n’ont pas souhaité répondre, joint au fait que la société retenue est le prestataire de la garden-party de l’Elysée depuis de nombreuses années, peut donner à penser que cette consultation n’a été que de pure forme. »

La Cour des comptes a logiquement suggéré un fonctionnement plus conforme au Code des marchés publics. Comme pour les autres recommandations contenues dans le rapport (réaffectation des résidences secondaires peu utilisées, meilleure évaluation des loyers des logements de fonction, participation de tous les accompagnateurs lors des voyages officiels...), l’Elysée a assuré s’employer à les mettre en œuvre. La Cour a promis d’y veiller « avec la plus grande attention ».

http://rue89.nouvelobs.com/2009/07/16/deplacements-prives...

 

A lire sur le rue 89

Budget de l'Elysée en hausse de 18,5% : « On dissimule la réalité »

16/02/2014

Sarkozy/Guéant:Ca commence a bien faire...

Sarkozy/Guéant:Ca commence à bien faire...

 

Les archives de Guéant introuvables, Placé demande une enquête parlementaire

Le sénateur écologiste dénonce un "scandale d'Etat", après les révélations du journal Le "Monde" sur la disparition des archives de l'ancien secrétaire général de l'Elysée.

http://www.francetvinfo.fr/politique/claude-gueant/les-ar...

 

Je renvoie mes aimables lecteurs aux balivernes de Valeurs actuelles sur l’existence d’un cabinet noir à l’Elysée.

 


25/07/2013

UMP:Et ils osent demander des explications à Valls,ils osent remettre en question la parole de François Hollande.

UMP:Et ils osent demander des explications à Valls,ils osent remettre en question la parole de François Hollande.

 

cour descomptres bruni.jpg

Extrait du rapport de la Cour des comptes

 

Je crois qu’on touche le fond du sarkoland.

Ras le bol,je vous le dit franchement.

Maintenant,c’est à eux de nous expliquer un certain nombre de choses…

Prendre les gens pour des cons,ça va un moment.

La république et l’état ne sont pas les vaches à lait de M.Sarkozy…

Encore une petite boule à estomac…On a appris suite à la publication du rapport de la Cour des comptes que l’Elysée rendra cette année 6 millions d’euros au budget de l’état grâce aux économies réalisés par la présidence de la république.6 millions d’euros,une paille.Or,personne n’en a parlé,le Parti socialiste est reste muet comme une carpe…les députés socialistes n’ont pose aucune question au gouvernent sur ces économies.

A l’occasion la Cour des comptes précise : »Par ailleurs, il n'y a plus de site Internet spécifique dédié à la conjointe du président, financé par le budget de la présidence (pour un coût de 0,33 M € en 2011 et de 0,08 M € en 2012) : il existe aujourd'hui une rubrique au nom de la compagne du président sur le site de la présidence". »

Pas un mot,pas une réaction des hommes de la gauche impuissante,pas un mot pour informer les masses laborieuses.Par contre,on se souvient des tentatives des gredins pour ridiculiser le président normal qui avait promis de faire baisser le train de vie de sa maison.Des saletés jetées à la figure de Mme Trierweiler,les calomnies sur son train de vie et son rôle à l’Elysée.Ridicule de baisser les salaires,ridicule de prendre la train,ridicule d’assurer de meilleure gestion des faux frais de l’Elysée les fleurs par exemple -,on se demande ce qu’ils vont inventer pour justifier les 410 000 euros que nous a coutés un des caprices de Mme Bruni.

Des premières dames comme ça,on en veut plus.

Merci à un député socialiste de questionner le gouvernement sur ces dépenses superflues qui n’ont strictement rien à voir avec le service de l’état et encore moins avec celui de la république.Et si une possibilité de remboursement par la fondation de madame est envisageable.

Merci à M.Carrez président de la commission des finances de démontrer autant de zèle pour éclaircir cette affaire qu’il a mis à aller fouillé dans les boites mails des collaborateurs de M.Moscovici.Ce qui,me semble-t-il,n’est pas de son ressort.

Internet pour internet,voila une bonne occasion de se distinguer.

LOW COST- Le site web de la fondation Carla Bruni-Sarkozy a coûté 410 000 euros à l’Etat

 

carla site.jpg

Le site de la fondation Carla Bruni-Sarkozy a été financé par le budget de la présidence à hauteur de 330 000 euros en 2011.

 

Dans son rapport de juillet 2013, la Cour des comptes révèle que le site Internet dédié à  Carla Bruni-Sarkozy a été financé par le budget de la présidence, à hauteur de 410 000 euros entre 2011 et 2012.

Qualifié de "cybercatastrophe" par Rue89, le site de la fondation de l'ancienne première dame a rapidement fait l'objet de railleries sur la Toile. Selon Bluetouff, la conception de ce site n'aurait pas dû excéder 4 000 euros :

"A ce prix-là, on s’attend naturellement à une véritable merveille, d’une qualité de code irréprochable, d’un design somptueux, à une horde de hackers chinois qui met à jour le site toutes les heures… bref quelque chose de bling-bling et bien vivant. Je suis donc naturellement allé jeter un œil, et assez rapidement, j’ai pu prendre la mesure de la catastrophe".

Dans son rapport, la Cour des comptes revient sur les économies réalisées par l'Elysée, en particulier par sa cellule Internet.

"La dépense entre le 1er janvier et le 15 mai 2012 s'est élevée à 373 809 euros ce qui représente 67,8 % du total du budget de l'année. Sur la période du 15 mai 2012 à la fin de l'année 2012, le montant de la dépense s'est élevé à 0,18 M €. Par ailleurs, il n'y a plus de site Internet spécifique dédié à la conjointe du président, financé par le budget de la présidence (pour un coût de 0,33 M € en 2011 et de 0,08 M € en 2012) : il existe aujourd'hui une rubrique au nom de la compagne du président sur le site de la présidence".

Politique.net, premier site à avoir relayé l'information, rappelle également que début mai, Matignon avait publié le coût mensuel pour l'Etat des collaborateurs de la première dame, Valérie Trierweiler, un dispositif moins onéreux que celui mis en place pour Carla Bruni.

 http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/07/24/low-cost-le-...

Le site de Carla Bruni-Sarkozy : anatomie d’une cybercatastrophe

Olivier Laurelli | @Bluetouff

Depuis deux jours, ça trolle assez sec sur Twitter au sujet du site web de Carla Bruni-Sarkozy. A l’origine, un rapport de la Cour des comptes [PDF], et un article publié sur Politique.net, qui révèlent que le site de l’ancienne première dame aurait coûté 410 000 euros au contribuable.

A ce prix-là, on s’attend naturellement à une véritable merveille, d’une qualité de code irréprochable, d’un design somptueux, d’une horde de hackers chinois qui met à jour le site toutes les heures… Bref, quelque chose de bling-bling et bien vivant.

Je suis donc naturellement allé jeter un œil, et assez rapidement, j’ai pu prendre la mesure de la catastrophe.

Un site « cheap » et trois surprises

Olivier Laurelli, alias Bluetouff, est un hacker, cofondateur du site Reflets.info, spécialiste bien connu de la sécurité des communications.

Il pique ici (et sur son blog) une colère après la révélation par la Cour des comptes du coût du site de Carla Bruni-Sarkozy lorsqu’elle était première dame de France. Non pas sur le principe, mais avec un regard d’expert, sur le montant de la facture au regard des prestations qu’il décortique dans le moindre détail. Accrochez-vous.P.H.

Première surprise, à ce prix-là, on s’attend à une technologie exotique, avec de nombreux développements spécifiques… et paf, on tombe sur unWordPress, le même CMS utilisé pour mon blog [sur lequel cette note de blog a été publiée originellement, ndlr] ou pour Reflets.info.

Si je devais chiffrer techniquement le développement d’un site comme Reflets.info, ce dernier n’excéderait pas les 4 000 euros pour une petite semaine de customisation de skin et modules. Comment celui de Carla Bruni Sarkozy a-t-il pu être facturé 100 fois plus cher ?

Visiblement, ce coût exorbitant n’est pas imputable aux postes d’infogérance (semble-t-il réalisée parIntegra, à en croire les DNS et le whois de l’IP du serveur qui héberge le site) et maintenance applicative.

Car, c’est une autre surprise de taille, le WordPress n’est techniquement pas maintenu. Le fichier readme.html arbore fièrement une version 3.0.4. Une versionqui date quand même du 29 décembre 2010. Depuis 2010, le WordPress à 410 000 euros, financé par nos impôts, n’a pas été mis à jour. A titre d’information, nous en sommes, à l’heure où nous écrivons ces lignes, à la version 3.5.2 !

Troisième surprise (et pour le coup, vu la seconde, ce n’est pas franchement une surprise), le site de Carla Bruni-Sarkozy est une véritable passoire. On en déduira donc que les 410 000 euros du budget de ce site ne sont pas non plus imputables à des audits de sécurité réguliers. C’est un véritable festival niveau vulnérabilités…

On commence par un beau XSS dans le module d’upload de média en flash dans l’admin (impact limité car ceci implique un accès à l’admin). On a ensuite la possibilité de se servir du site pour scanner des cibles en exploitant une vulnérabilité dans l’API XMLRPC des rétroliens. Toujours au niveau des rétroliens, on notera diverses autres vulnérabilités

Une base moisie

Quand on part d’une base aussi moisie, on se doute bien que niveau plugins, ça doit un peu être la fête du slip/string… Bingo !

On arrive dans le plus violent avec ce module très populaire, NextGEN Gallery, ici, comme le montre le fichier changelog.txt du module, dans sa version 1.3.5 datée du 17 juillet 2009. Aujourd’hui, nous en sommes à la version 1.9.13. Évidemment ce plugin, dans cette version antédiluvienne, est vulnérable à quelques joyeusetés

Un XSS par-ci, un XSS par-là... Encore un petit par-là, et un splendide upload arbitraire de fichiers images. Le site utilise un autre plugin vulnérable à un XSS, le plugin Subscribe2.

Si les 410 000 euros n’ont ni servi à l’infogérance, ni à la veille sécurité, ni à l’administration système et aux mises à jour pro-actives, ni aux développements spécifiques de fonctionnalités extraordinaires, ce budget a peut-être servi à autre chose, comme le design.

La skin aurait donc été développée par Zeni (site aujourd’hui disparu mais donton trouve encore des traces sur la waybackmachine), « concepteur de sites web complexes », aujourd’hui racheté par Keyrus, spécialiste en « business intelligence ».

Comme le montre ce joli full path disclosure renvoyé par une fatal error, le nom du thème est TAMAYA-V2. Mouais… ben ça fait quand même un peu cher la skin.

Il y a bien un petit hack du plugin zdmultilang, comme en atteste le répertoire zdmultilang-forked dans le répertoire de plugins, mais quand on voit comment il a été utilisé, on se dit que même si le fork a représenté du développement, c’était en pure perte : de simples pages statiques, intelligemment nommées, auraient parfaitement fait l’affaire.

Huit collaborateurs pour poster des billets

Il nous reste donc la gestion des contenus : le site est encore mis à jour, mais aux frais de la fondation cette fois-ci. Politique.net nous explique qu’il a coûté au contribuable la bagatelle de plus de 25 000 euros par mois ! Mais combien étaient-ils pour poster des billets dans un WordPress ? !

A cette occasion, Matignon avait glissé qu’auparavant, deux prestataires externes assuraient la gestion du site de Carla Bruni, pour un coût de 25 714 euros par mois.

Mais ce n’est pas tout, car il a bien fallu faire vivre les contenus du site et là, c’est le NouvelObs qui nous annonce la couleur : soit 8 collaborateurs, pour une rémunération nette globale de plus de 36 000 euros. Soit en tout plus de 61 000 euros par mois pour faire fonctionner un WordPress qui n’a jamais été mis à jour.

Les services du Premier ministre avaient complété cette réponse d’une comparaison avec le dispositif dont bénéficiait Carla Bruni-Sarkozy, qui n’était pas nommément citée :

« Huit collaborateurs étaient affectés au service de la première dame en janvier 2012, pour une rémunération mensuelle nette globale de 36 448 euros.

A celle-ci s’ajoutaient tous les mois les facturations de deux prestataires externes assurant pour la première dame la gestion d’un site internet pour un montant de 25 714 euros, soit une dépense mensuelle totale de plus de 60 000 euros. »

Le contribuable s’est fait escroquer

Pour avoir vu un paquet de sites WordPress, du modeste blog à l’Intranet de la mort avec des tonnes de développements spécifiques, je dois dire que je reste sidéré par le coût pour le contribuable de ce site, si mal entretenu.

Je suis en train d’essayer de me contenir, mais voilà, il faut que ça sorte, le contribuable s’est fait escroquer, c’est pour moi une évidence. Les ingrédients pour arriver à ça sont :

  • des prestataires multiples ;
  • une gestion de projet qui respire l’incompétence ;
  • des choix techniques douteux (des hacks de plugins qui ne sont plus maintenus, et qui empêchent les mises à jour) ;
  • une folie des grandeurs ;
  • et un doigt tendu bien haut au contribuable.

 L'autre affaire

Exclusif : Carla Bruni au cœur d'un scandale internationalhttps://www.google.com/search?q=xclusif-Carla-Bruni-au-co...

Affaire Carla Bruni : suite et non fin...

http://www.marianne.net/Affaire-Carla-Bruni-suite-et-non-...

Carla Bruni-Sarkozy: ce qu'elle n'a pas démenti.

http://www.marianne.net/sarkofrance/Carla-Bruni-Sarkozy-c...

CarlaGate : comment l’Elysée tente d’éteindre l’ « affaire » Carla Bruni-Sarkozy

« Dans l’affaire « Carla Bruni-Sarkozy » que j’ai contribué à révéler cette semaine (voir mon enquête dans Marianne publiée ce samedi), il y a un risque d’avoir raison d’un point de vue journalistique et politique, mais de perdre la bataille de la communication. La War Room élyséenne a bien fonctionné dès vendredi.

La Première Dame de France, en personne, a réagi à l’article de Marianne sur son site officiel mais, étrangement, elle a dénoncé des faits qui ne figurent nullement dans cet article de Marianne. Elle nie que sa fondation ait reçu le moindre argent public. L’enquête de Marianne montre justement que la fondation Carla Bruni-Sarkozy n’a pas touché d’argent (elle ne le pourrait pas de toute façon compte tenu de ses statuts et de son lien avec la Fondation de France) mais que ce sont des agences et entreprises détenues par un ami de la Première Dame de France, M. Julien Civange, qui ont reçu ces sommes.

On voit bien comment la War Room de l’Elysée tente d’éteindre « l’affaire Carla Bruni-Sarkozy ». Jouant de sa complexité réelle, ils tentent de tout enfumer en répétant inlassablement que « le Fonds mondial n’a pas versé un centime à la fondation Carla Bruni-Sarkozy » (ce qui est vrai, encore une fois) afin de faire la part du feu. Car il faut d’abord sauver le soldat Carla.

Ce matin, ce plan a trouvé un avocat inattendu : le journaliste Eric Favereau qui dans une interview de Libération avec Michel Kazatchkine reprend benoitement le plan de communication de l’Elysée, relayé inévitablement par son interlocuteur. Délibérément, Favereau entretient la confusion en titrant : « Le Fonds n’a pas versé un centime à la fondation Carla Bruni ». Mais surtout, il ne pose aucune des questions réellement sensibles dans ce dossier (on connaît, bien sûr, les liens anciens qui unissent Eric Favereau et Michel Kazatchkine).

http://blogs.lexpress.fr/sarkozysme-culturel/2012/01/09/c...


"Je crois que c'est un livre..... par SarkozysmeCulturel

 

Vidéo dégommée par on ne sait qui...

bruni you tube.jpg

La même retrouvé ailleurs ….


L'opacité de la Fondation Carla Bruni-Sarkozy... par euronews-fr

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu