target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

16/12/2011

Sarkozy:Monsieur est servi...

Sarkozy:Monsieur est servi...

 latribune-cover 12 11 11.jpg

 

11/11/2011

C’est Mme Pécresse qui est irresponsable !

C’est Mme Pécresse qui est irresponsable !

stabdard,pecresse,sarkozy,ump,dette,degradation,AAA

  

Barbie a fait fort hier.M.Attali est un irresponsable prétend-elle !Diantre,un homme à qui  notre Vénéré a confié deux missions essentielles dont a oublié d’appliquer les principales mesures et qui nous auront couté quelques centaines milliers   d’euros serait devenu dés lors qu’il n’est pas d’accord avec la paire de pingouins qui nous gouvernent.La Commission européenne est elle aussi irresponsable alors,les patrons allemands qui ont exprimé de réels doute sur le sérieux de nos dirigeants,des irresponsables aussi !

En voila d’autres d’irresponsables:

«  A Londres, les opérateurs qui ne manquent pas d'humour considèrent ainsi que l'erreur de S&P n'est pas d'avoir diffusé la note, mais de l'avoir retiré(e) ! Sur les marchés financiers tout le monde est en effet convaincu que de toute manière la note de la France sera inévitablement dégradée dans les semaines à venir… ».

Irresponsables,oui.Malheureusement pour notre pays et cela dure depuis plus de 4 ans.Ca suffit.

A la vérite,le communiqué est prêt à l’envoi ce qui indique que nous sommes virtuellement dégradé.L’envoi inopinée n’est qu’une manœuvre de dissuasion.

 

Un commentaire parle de la France et de son arrogance.On fait erreur,c’est la bande à Sarkozy qui est arrogante et trop optimiste,ca c’est sur !

Optimiste n’est pas le vrai mot qu’il convient,menteur est le bon.

 

La gaffe de S&P sur la note de la France constitue un test

Par Roland Laskine

 

standrard poors.jpg

L'annonce «par erreur» de la dégradation de la note de la France par l'agence Standard & Poor's a le mérite de permettre de savoir ce qu'il se passera le jour où nous perdrons notre «triple A».

 

A quelque chose malheur est bon. L'énorme bourde de l'agence de notation S &P qui a diffusé jeudi par erreur à ses abonnés un message laissant entendre que la note de la France était dégradée a permis de connaître l'impact exact qu'aurait la suppression par les agences de notation du fameux «AAA» de la France. Cette information a été totalement démentie par l'agence américaine Standard & Poor's et l'Autorité des marchés financiers (AMF) a ouvert une enquête, mais le mal a été fait.

A ce titre, il faut se souvenir que l'agence S&P n'en est pas à sa première «erreur». Début août, au moment de la dégradation de la note des États-Unis, l'agence s'était déjà trompée de 2000 milliards de dollars dans le calcul de la dette fédérale.

Ce manque de fiabilité de l'agence ne change rien à la réaction des marchés. Jeudi, peu après la diffusion de cette fausse information à 15h57, les taux sur les emprunts français à dix ans sont montés à 3,46 %, portant l'écart de rémunération avec les obligations allemandes de même durée à un niveau record de 166 points de pourcentage jamais atteint depuis le création de l'euro.

Tout le monde à compris que la France sera bientôt dégradée

Ce vendredi, dès l'ouverture des transactions, les taux se sont détendus autour de 3,36 %, mais les marchés ont retenu la leçon. En Bourse, tout le monde a compris qu'en cas de dégradation de la note de la France, synonyme de perte du «triple A», les taux des emprunts d'État à dix ans montraient à 3,46 %, voire à 3,5 %. Ceci reviendrait à dire que dans ce cas, la France emprunterait au double de l'Allemagne !

Le choc est rude, mais il n'est finalement pas si dramatique que ça. A 3,46 ou 3,5 % les conditions d'emprunt de la France resteraient raisonnables. Rien à voir en tout cas avec l'Italie et encore moins avec la Grèce. Autre impact de ce «ballon d'essai» malencontreux, la Bourse de Paris ne s'est pas effondrée, puisque le CAC 40 n'a pas enfoncé les 3050 points, un seuil technique très suivi par les analystes graphiques.

A Londres, les opérateurs qui ne manquent pas d'humour considèrent ainsi que l'erreur de S&P n'est pas d'avoir diffusé la note, mais de l'avoir retiré ! Sur les marchés financiers tout le monde est en effet convaincu que de toute manière la note de la France sera inévitablement dégradée dans les semaines à venir…

http://www.lefigaro.fr/marches/2011/11/11/04003-20111111A...

 

Quelques commentaires :

« Le problème de la France a toujours été son optimisme excessif, qui ne peut être comparé qu'à son orgueil et arrogance. »

« Dégradation prochaine ?

Peut être mais ce n'est pas sûr. Après tout les taux sont montés, alors qu'apporterait de plus une dégradation de la note ?

A mon avis cette déclaration annoncée puis aussitôt retirée offre à sarkozy 2 atouts.

A l'égard des agences et de leurs menaces de dégradation de la note de la France, il pourra désormais rétorquer, en cas de nouvelle attaque, que ces agences ne sont pas crédibles.

Puis, dans le cadre de sa campagne, il pourra affirmer que la France est plus que jamais menacée par des intérêts privés qui veulent la voir adopter des mesures dont les français ne veulent pas (réductions des salaires, hausses généralisée des impôts). Et d'ajouter que la France a donc besoin d'un président expérimenté qui sache la tenir à l'écart des dangers qui la menacent. ».

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu