target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

07/02/2012

Exclusif:M.Lellouche a décroché un rôle* dans « la vérité si je mens… ».

Exclusif:M.Lellouche a décroché un rôle* dans « la vérité si je mens… ».

veritemens3.jpg

Le déficit commercial bat un nouveau record en 2011

A 69,6 milliards d'euros, le trou se creuse. Pierre Lellouche, secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, admet une situation «délicate» mais assure que les réformes commencent à porter leurs fruits.

LE FIGARO.-Vous présentez mardi matin les résultats 2011 du commerce extérieur français. Quel est le bilan?

Pierre LELLOUCHE. - Avec un déficit commercial qui atteint 69,6 milliards d'euros en 2011 (après 51,4 milliards en 2010), le bilan est moins mauvais qu'anticipé. C'est en effet 5,5 milliards de moins que le chiffre que nous évoquions encore cet été. Cela ne veut pas dire que nous sommes satisfaits ; la situation reste délicate et doit interpeller tout le monde, à droite comme à gauche. Malgré une tendance à l'amélioration depuis trois trimestres, on ne peut que déplorer la situation quand on se compare avec l'Allemagne, dont l'excédent commercial devrait atteindre 157 milliards en 2011.

Quelles ont été nos forces et nos faiblesses dans les échanges mondiaux l'an dernier?

En 2011, nos importations ont augmenté de 11 %, à 498 milliards. Dans le même temps, plus de 117.000 entreprises ont vendu leurs produits à l'étranger, un chiffre stable par rapport à 2010. Nos exportations ont augmenté de 8,6 %, à 429 milliards d'euros - ce qui permettra de créer 90.000 emplois cette année. Nous avons cessé de perdre des parts de marché dans le monde, notamment grâce à la croissance des émergents. Mais nous sommes encore trop peu présents sur ces terrains-là. Nos ventes vers les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ne représentent que 7 % du total de nos exportations - contre 12 % des exportations allemandes. Nous avons eu l'an dernier un déficit record avec la Chine, de 27,2 milliards d'euros. Quant à la facture énergétique, elle s'élève à 62 milliards.

En revanche, nous pouvons être satisfaits de la bonne marche de certains secteurs: l'agroalimentaire connaît un excédent historique de 11,4 milliards. L'aéronautique dégage aussi un excédent de 17,7 milliards, grâce à la vente de 534 Airbus.

Les grands contrats, justement, ne sont-ils pas en train de devenir notre seule force?

Ce n'est pas la seule, mais c'est une de nos forces. L'implication personnelle du président de la République n'y est évidemment pas pour rien. Les grands contrats ont augmenté l'an dernier de 36 % par rapport à 2010, pour un montant total de 28,4 milliards d'euros. Nous progressons dans beaucoup de pays, les entreprises françaises ont remporté des marchés importants en matière de ventes d'avions, d'armes et d'infrastructures. Je pense notamment à la société Poma qui vient d'inaugurer un téléphérique à Rio de Janeiro au Brésil, ou aux 44 Airbus A 320 qui ont été vendus récemment à la compagnie mexicaine Volaris. Sans parler du métro de Belgrade, ou encore des centrales à gaz construites en Irak. Et nous sommes actuellement en négociation pour l'installation de deux EPR en Inde. Depuis cinq ans, la France a signé près de 131 milliards de grands contrats, ce qui est mieux que tout ce qui a été réalisé pendant les sept années précédentes.

La compétitivité des produits français est-elle vraiment un handicap?

Évidemment! Le coût du travail, c'est la base de tout. Avoir un différentiel de 10 % avec l'Allemagne, ce n'est pas tenable. Pas plus qu'il n'est normal que les grands groupes français investissent deux fois plus à l'étranger que leurs homologues outre-Rhin. Du coup, la balance commerciale de notre secteur automobile est déficitaire! L'enjeu, c'est de se remettre à produire en France. Les réformes de structures sont primordiales. D'ailleurs, c'est grâce à celles qui sont mises en œuvre depuis cinq ans (montée en puissance d'Ubifrance, d'Oséo, suppression de la taxe professionnelle, régionalisation du FSI, politique de filières…) que notre situation commence à se redresser.

À votre arrivée, vous avez décrété la mobilisation générale des services de l'État pour l'export. Où en êtes-vous?

Il faut un peu de temps. Nous ­sommes en train de mettre en place un guichet unique pour les PME dans chaque région et tout le réseau est mobilisé. L'objectif est d'avoir les yeux rivés sur la demande de nos clients, de cibler notre offre. Nous avons la recette pour faire revenir notre balance commerciale à l'équilibre en l'espace de cinq ans: il faut doubler le rythme de croissance de nos exportations vers les pays émergents. C'est notre objectif!

Par Marie Visot

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/02/06/20002-20120...

Moi, je lui propose un deal à ce monsieur pourvu qu’il débarrasse le plancher:qu’il aille monter une chaine de restaurant couscous boulettes  en Chine.Je lui trouve le financement et procure la recette.

Qu’il cesse de s’écouter parler ce Lellouche…

Plus sérieusement,je ne suis pas d’accord pour qu’on parle d’échec,et pas du tout…Suivez moi dans les méandres de l’esprit de ceux qui nous gouvernent.

Première spécialité et elle est remarquable en terme de communication:

Le mensonge anticipé.

*3 ou 4 mois avant l’échéance à laquelle tu dois présenter tes résultats,tu annonces un chiffre comme M. Lellouche,pardon Alalouche,sait parfaitement le faire….Ce chiffre,tu sais qu’il est faux comme tous les chiffres annoncés à l’avance,chiffres qui changent au gré de la conjoncture,toujours mauvaise,ce que tu auras remarqué comme moi.Tu racontes un peu partout qu’il est un peu vrai mais pas trop quand même car vérifié par tous les expert que compte le squelettique secrétariat d’état que dirige l’ineffable Lellouche à qui si tu proposes le ministère des merguez volantes l’ accepterait pourvu qu’il soit ministre.Il n’est pas vrai ce chiffre et surtout il faut qu’il soit mauvais.Alors tu fais mine de te désoler,c’est pas moi,Monsieur qui l’ai fait.C’est à cause du cout du travail,des nuls qui nous ont précédés ,des méchants chinois qui ne veulent pas acheter français sauf si les usines sont sur leur territoire,et puis ces brésiliens qui nous emm…. avec leurs normes protectionnistes à la gomme.C’est pas moi,Monsieur le président,c’est pas moi qui a cassé la machine à vapeur.Et tu pleures comme sait si bien le faire le Lellouche qui se croit jouer dans « la vérité si je mens »…ou dans le Hara de Tunis.

Ensuite tu te fais tout petit.Tu te fais oublier,oublier tes fonctions.Tu parles de tout et de rien,de Guéant,de l’identité nationale,de l’immigration incontrôlée par les socialistes il y à 100 ans,de Mitterrand,de Léon Blum même mais surtout tu évites de parler de tes résultats,de ton bilan de « mer…. ».Tu fais un peu le malin à l’assemblée en séance de questions au gouvernement grâce à un député à qui tu as procuré un texte de question tout fait et tu t’esquives…Tu demandes à Copé de t’envoyer chez Calvi le lundi soir une fois tous les Roch Hachana et après tu te tais.Tu attends…ton jour et ton tour.

Et voila le jour que tu attendais.Tu es la vedette du jour.Le Figaro vient t’interviewer sur les résultats du commerce extérieur…

Et toi tout fier comme le jour de ta bar-mitsva,tu dis :

« Avec un déficit commercial qui atteint 69,6 milliards d'euros en 2011 (après 51,4 milliards en 2010), le bilan est moins mauvais qu'anticipé. C'est en effet 5,5 milliards de moins que le chiffre que nous évoquions encore cet été. » Cela ne veut pas dire que nous sommes satisfaits ; la situation reste délicate et doit interpeller tout le monde, à droite comme à gauche. Malgré une tendance à l'amélioration depuis trois trimestres, on ne peut que déplorer la situation quand on se compare avec l'Allemagne, dont l'excédent commercial devrait atteindre 157 milliards en 2011. »…

T’as compris le coup,il est bon ce tunisien,mon cousin.Je l’a connais toute cette histoire puisque je la pratique.Tu dis que tu t’es coupé la main et puis tu viens faire le beau parque que c’est le doigt qu’on t’a coupé….

Tu dis à tes amis du Figaro « on a évité la catatrophe,au mois de novembre dernier nous avions bien cru que nos chiffres du commerce extérieur seraient pire que tout mais grâce à Dieu et à M.Sarkozy,notre grand président,nous avons sauvé les meubles" tiens,je ne vous mens pas,je vous lerépète si nous n’avez pas eu le temps de l’écrire dans votre canard à emballer le poisson : « Avec un déficit commercial qui atteint 69,6 milliards d'euros en 2011 (après 51,4 milliards en 2010), le bilan est moins mauvais qu'anticipé. C'est en effet 5,5 milliards de moins que le chiffre que nous évoquions encore cet été. » Cela ne veut pas dire que nous sommes satisfaits(…) ».

Ainsi,M.Lellouche transforme le trou béant de notre commerce extérieur en une simple péripétie en nous faisant croire qu’être meilleur que son estimation catastrophique était déjà un vrai succès.

Que la vérité était meilleure que le mensonge.

Que le pire d’hier devient le meilleur d’aujourd’hui.

Rendons grâce à ce M.Lellouche de nous redonner le moral.Si les chiffres - le vrais ceux- là – sont meilleurs que ceux prévus par le gouvernement,c’est dire que nous faisons des progrès et que beaucoup a été déjà accompli.Grâce à M.le président de la république que dorénavant nous appellerons « Chef d’état avancé ».

Et qu’il reste beaucoup à faire,c’est pour cela qu’il faut absolument reconduire M.Sarkozy,M.Lellouche et ses semblables pour être sur qu’au moins nos estimations seront toujours les meilleurs possibles.

Mercredi,M.Lellouche entrera dans la salle du conseil des ministre en triomphant en annonçant: »La catastrophe annoncée de notre commerce extérieur n’a pas eu lieu,j’ai su l’éviter à temps,c’est écrit dans le Figaro ».

Nota :je m’étonne de l’importance de l’écart entre 2010 et 2011.On nous rabâche à longueur de temps que le mesures gouvernementales sont là pour améliorer notre commerce extérieur et notre croissance,que les reformes entreprise sus l’implusion directe du président de la republique commencent à porter leur fruit,que nous devons faire des efforts  à la mesure de l’enjeu,qu’il faut faire comme les allemands et que ce gouvernent s’y attelle…que toutes nos ambassades sont sur la pont…et on se prend un différentiel de 18.2 milliards et M.Lellouche parle de bilan moins mauvais.C’est lui le mauvais et son patron itou.

Il y a quelque chose qui cloche.

Sans Airbus et ces fameux grands contrats dont on ne connait trop les spécificité très spéciales,si j’ose dire –cf le contrat rafale en Inde – nous serions les derniers des derniers.Mme Merkel n’a pas fini de donner des leçons et le allemands de bien se marrer.

Et qu’on ne vienne pas nous dire que tout cela est la faute de nos couts de travail.Nous excellons sur les marchés à haute valeur ajoutée.A gros cout de travail parce qu’excellent.

Qu’on ne vienne pas nous parler de 35 heures car à preuve du contraire les usines qui assemblent les Airbus travaillent sous le régime des 35 heures.

Quand va-t-il venir le temps où les français vont prendre conscience qu’on nous ballade depuis 5 ans….

 

*un petit rôle…petit ministre,petit rôle !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu