target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

23/07/2013

Commission Cahuzac:Ce qu’en pense Eric de Montgolfier…

Commission Cahuzac:Ce qu’en pense Eric de Montgolfier…

Belle idée que celle de demander son avis  sur la commission Cahuzac à un procureur qu’on dit incorruptible.Belle mais dangereuse car Eric de Montgolfier met les pieds dans le plat.Et les met à sa facon,avec force…Au risque de déplaire aux lecteurs du Point qui ne rêvent que de voir notre Françou s’en aller par où il est arrivé…par la porte!


Affaire Cahuzac - Éric de Montgolfier : "De l'inutilité d'une commission d'enquête"

Le magistrat nous donne son sentiment sur la commission d'enquête parlementaire de l'affaire Cahuzac. Pour lui, elle n'est autre qu'une tartufferie.

de montgol.jpg

Par ÉRIC DE MONTGOLFIER

Ainsi voici venu le règne de la transparence.La politique,qui m'a si souvent paru opaque, nous apporterait la clarté sur les institutions de la nation, voire les turpitudes de ses responsables. Au moins des autres... La commission parlementaire qui s'était érigée en enquêteur sur les conditions dans lesquelles avait été traité le dossier d'Outreau pouvait nous en convaincre. Il ne s'agissait, il est vrai, que de l'institution judiciaire et, nonobstant le principe qui interdit aux autres pouvoirs de s'immiscer dans les attributions de celle-là, l'Assemblée nationale avait cru pouvoir répondre aux inquiétudes qui s'étaient exprimées. 

Spontanée ou provoquée, celle de l'Opinion publique, toujours prompte à prendre le mors aux dents, paraissait autoriser la dérive ; elle avait aussi un goût de dérivatif, car, pour une fois, les politiques n'étaient pas en cause... Farouchement hostile à cette intrusion, mais pour des raisons institutionnelles et d'autant plus que l'affaire était encore en cours, je ne pouvais cependant m'empêcher d'espérer qu'elle servirait à la Justice. Sachant d'expérience que le corps judiciaire est peu porté à l'autocritique, comme la plupart des corps sans doute, il me semblait que cette dissection dont on nous offrait le spectacle, souvent malsain, permettrait de débrider quelques plaies. On sait aujourd'hui que cet espoir était vain. Après tous ces cris, rien n'a vraiment changé. Ainsi, sans qu'on puisse être davantage assuré que la Justice n'en sera pas troublée, les magistrats à peine sortis de l'École nationale de la magistrature continuent d'être nommés juges d'instruction dans des tribunaux où ils sont seuls à exercer cette fonction. Petits résultats pour de grands moments de télévision !

Caricature

Quelques fantaisies fiscales d'un ministre du Budget nous valent une nouvelle édition. Il ne s'agit plus de peser sur l'appareil judiciaire, juste sur le chef de l'État. L'opposition parlementaire, jamais en retard d'une querelle quand il s'agit de l'affaiblir, y prend largement sa part. Le moment sans doute était-il opportun, après tant de déboires. L'amour de la démocratie conduit pourtant à souhaiter que, les élections passées, tous ne recherchent plus que le bien du pays, certes sans connivence, mais sans s'égarer non plus dans une systématisation qui accable si souvent le principe. Et la remarque vaut autant pour ceux qui approuvent que pour ceux qui dénigrent... 

À cet égard la commission Cahuzac est sans surprise. Les questions posées, les commentaires, les postures souvent permettent d'identifier politiquement l'intervenant. Aucune question ne paraît neutre. Les réponses ne sont guère plus convaincantes et les débats autour de l'article 40 du code de procédure pénale n'ont pas manqué de saveur. Cette disposition législative oblige les autorités constituées à dénoncer au procureur de la République les faits susceptibles de le conduire à intervenir.Encore sa violation n'est-elle pas sanctionnée,ce qui réduit singulièrement son utilité.Belle partie de tennis pour un magistrat désœuvré ! Les uns s'indignaient de ce que le président de la République n'ait pas alerté l'autorité judiciaire dès qu'il a su, les autres répondant que d'autres savaient et pouvaient donc y pourvoir ou soutenant, plus habilement, que le caractère pénal des faits n'était pas avéré. Fallait-il absolument infliger cette caricature à nos concitoyens ? Les questions d'actualité constituent un spectacle suffisamment édifiant pour ne pas y ajouter inutilement.

La conquête et l'exercice du pouvoir

Car le principal problème est bien là. Quelle est donc l'utilité d'un tel spectacle quand on voit bien que sa conclusion dépendra moins de la vérité que du rapport des forces en présence ? Aux naïfs il était pourtant permis de croire que cette enquête publique servirait à stigmatiser la fraude fiscale,au moins à rappeler à tous que l'élection ne met pas à l'abri des lois, mais constitue une contrainte supplémentaire à les respecter. Pardon... il m'arrive de rêver d'une République dépouillée de cette mythique échelle sociale qui ne sert qu'à mettre hors d'atteinte ceux qui en ont gravi les échelons supérieurs, leur donnant à croire qu'ils échappent au sort commun. S'agirait-il, alors, pour les députés, de stigmatiser le mensonge ; serait-il d'État ? On se prend encore à rêver, vite réveillé par des faits multiples, tenaces et persistants, nombre d'exemples qui témoignent du peu d'aversion de notre peuple pour ce qui paraît un mode de conquête puis d'exercice du pouvoir. En vérité nous ne sommes pas d'une nation qui, pour un tel motif, contraint un président à la démission. Si le procédé suscite notre admiration, parfois jusqu'à la tentation, l'action nous est étrangère. Il est même permis de croire que le mensonge, pourvu qu'il nous serve, n'est pas de nature à nous dissuader d'élire celui qui y recourt.

Il est donc vrai que l'objectif n'est que politique. La publicité des débats a manifestement pour vocation de dresser un pilori où clouer le président. Est-ce vraiment le moment quand tout craque autour de nous, que partout se multiplient les souffrances et qu'ici ou là, quelques-uns, dans la crainte d'élections à venir bientôt, attisent les haines, éternel ferment du pouvoir pour les peuples en détresse ? Certes la fin ne justifie pas les moyens, bien que nombreux soient ceux qui en paraissent persuadés. Il importe seulement de ne pas égarer la démocratie dans une transparence qui ne serait que celle des apparences. La France mérite mieux que des faux-semblants.

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/eric-de-montgolfie...

 

Ca vole pas haut chez les lecteurs du Point,ce magistrat dont on connait la droiture a le tort de critiquer une commission  à propos de laquelle il écrit : » Quelques fantaisies fiscales d'un ministre du Budget nous valent une nouvelle édition. Il ne s'agit plus de peser sur l'appareil judiciaire, juste sur le chef de l'État. L'opposition parlementaire, jamais en retard d'une querelle quand il s'agit de l'affaiblir, y prend largement sa part. Le moment sans doute était-il opportun, après tant de déboires. L'amour de la démocratie conduit pourtant à souhaiter que, les élections passées, tous ne recherchent plus que le bien du pays, certes sans connivence, mais sans s'égarer non plus dans une systématisation qui accable si souvent le principe ».

Ben oui,chers lecteurs du Point,M.Cahuzac a fraudé la fisc certes mais pas pendant ses fonctions ministérielles…Ce n’est donc pas un mensonge d’état..

A propos de la réunion du 16 janvier,M.Cahuzac a menti ou a oublié,on verra ce soir mais en tout état de cause M.de Courson ne peut dire qu’on a caché ce point à la commission puisque c’est M.Moscovici qui l’évoqué au cours de son audition comme l’atteste le compte rendu de cette dernière.Le litige sil y a litige n’est que dans utilisation des mots.Réunion pour M.de Courson,entretien pour le ministre.

Pour les départager,revenons à lorigine de cette information,voyons ce qu’a écrit l’auteur du livre qui la dévoilée la première:

 

« Alors, le mercredi 16 janvier 2013, en marge du Conseil des ministres, François Hollande et Jean-Marc Ayrault convoquent Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac dans le bureau présidentiel. Les deux têtes de l'exécutif réclament au ministre de l'Économie et des Finances de lancer une demande d'entraide à la Suisse. "Ils ont un sentiment d'inquiétude", assure un observateur très privilégié. "Ils en ont surtout marre de se faire balader", résume un autre.

"Puisque tu n'arrives pas à avoir une réponse par la voie personnelle,on va passer par la voie conventionnelle ! expliquent François Hollande et Jean-Marc Ayrault à Jérôme Cahuzac, qui n'a d'autre choix que celui d'accepter. "Dans un premier temps,il avait été demandé à Jérôme Cahuzac de faire la démarche lui-même, par ses avocats. Comme rien n'est venu de ce côté-là, il a été décidé d'engager la procédure prévue par la convention fiscale entre la France et la Suisse", confirme François Hollande après coup *. Pierre Moscovici s'active immédiatement, et l'administration fiscale française prend contact avec l'administration fiscale suisse. «

 * Entretien avec l'auteur, 21 mai 2013

http://www.lepoint.fr/politique/affaire-cahuzac-l-embarra...

 

De réunion,il n y a pas eu mais un entretien un peu sec apparemment au cours duquel il a été annoncé a M.Cahuzac que le président avait décidé de faire directement questionner la Suisse.Aucune participation du ministre du budget à la rédaction de la demande à la Suisse comme l’insinue M.de Courson,exercice qu’il a mené également au cours de l’audition du M.Moscovici.Et qu'il l'a réitèrée,qu'il réitère aujourd'hui-j'écoute laudition de m.Cahuzac en dirrect.

Pour ma part,je considère que M.de Courson a mené les débats de façon très équilibrée jusqu’aux auditions des 3 ministres.Sentant que l’affaire,la vraie,celle qui consistait à mouiller François Hollande,tournait au vinaigre et leur echappe,sans doute sous la pression de l’UMP et des responsables de l’UDI –initiateur de cette commission-M.de Courson a dérapé et outrepassé largement son rôle de président de commission d’enquête en prenant des décisions définitives alors que le rapport final n’est pas encore rédigé et qu’en tout état de cause ne sera pas adopté en l’état des déclarations du député centriste.

Ainsi M.de Montgolfier a raison et doublement raison.Le travail d’une commission d’enquête parlementaire mené en parallèle d’une enquête judicaire est toujours hasardeux…


20/07/2013

Si j’ai tout bien compris

Si j’ai tout bien compris...

En France les juges magistrats se trompent,pardon trichent,complotent,dans leurs procédures dés qu’il s’agit des dossiers Tapie et Sarkozy

Ainsi M.Tapie peut se permette de déclarer ceci: »(…) Depuis ce matin,je viens de prendre connaissance d’un fait que je ne connaissais pas.Je ne savais pas que dans ce pays on pouvait être saisi sans être jugé … »

«Tous mes biens sans exception (…)pas de comptes off shore pas de sociétés cachées… »

Arbitrage:185 millions

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/905919-tapie-mis...

 

Les saisies conservatoires sont fréquentes dans les affaires financières,l’année dernière le contenu des la maison de Takkiedine a été saisi,son hôtel particulier….précise avant les commentaires de la journaliste avant l’intervention de M.Tapie.

Takkiedine est de nationalité libanaise,faux.

La vérité est un peu différente selon le Canard enchainé :

Le fisc s'épuise aux trousses du contribuable Tapie

Une nouvelle enquête fiscale est ouverte.

Direction la Belgique, le Luxembourg,Singapour.Cul-de-sac?

« Le camelot Tapie a toujours un nouveau tour dans son sac. Lundi, sur France 2, il s'est en­gagé à donner « en garantie l'ensemble des actions » de sa holding belge à la justice. Au cas où il aurait à rembourser l'arbitrage Adidas. Une promesse stu­péfiante, qui laisse les juristes pantois : quelle va­leur accorder à ces promesses verbales ?

Mais cette bonne disposition d'esprit va sûrement intéresser le fisc. Après lui avoir infligé, en dé­cembre, un redressement fiscal de 2,2 millions d'eu­ros pour avoir minoré sa facture d'ISF entre 2009 et 2011, l'administration vient d'ouvrir un nouveau front. Elle soupçonne « Nanard » d'être parti en Bel­gique pour échapper à l'impôt. En octobre 2010, il y a créé la société BTF Holding, où il a transféré

215 millions d'euros, soit une bonne partie de ce que lui a rapporté l'arbitrage Adidas. Interrogé par « Le Canard » sur cette transhumance, Tapie avait alors indiqué : « Je prépare une grosse opération en Belgique. » Près de trois ans plus tard, on n'a tou­jours rien vu venir. Pas la moindre opération en Belgique. En revanche, Nanard a beaucoup investi dans des sociétés installées sous des cieux plus clé­ments. Et c'est à ces « investissements » que le fisc s'intéresse.

Son yacht, le « Reborn » (40 millions), est la pro­priété d'une société de Singapour. Sa villa de Saint-Tropez (47 millions) appartient à une boîte luxem­bourgeoise. Le propriétaire de son avion (20 millions) est officiellement la société belge Aircraft Management Services. Le somptueux moulin de Combs-la-Ville où il aime passer ses week-ends appartient à une société anglaise, Themepark Properties, etc.

Problème : Nanard est, selon le fisc, le seul à pro­fiter de ces douceurs, et cela sans avoir eu à dé­bourser 1 euro en France. C'est-à-dire sans payer d'impôts. « Ce n'est plus de l'optimisation fiscale, analyse un expert de Bercy, c'est de l'abus de droit. » Sans doute, mais comment demander des comptes à BTF Holding ? « Impossible, c'est une société belge, et le fisc français n'a aucun pouvoir sur elle », af­firme un spécialiste du droit fiscal.

Mais puisque Nanard va aimablement apporter les clés de sa société à la justice... »

Une ardoise ultra light

« Encore un miracle ? Après avoir touché le jackpot, « Nanard » n'a réglé que 11 pe­tits millions d'euros d'impôts, selon la liasse fiscale qu'a consultée « Le Canard ».

« Preuve des faveurs de Sarkozy », tonne un responsable du ministère du Budget, qui souhaite garder l'anonymat. Pas du tout : « II aurait dû payer encore moins, mais le gouvernement a eu peur d'être accusé de faire un cadeau à Tapie », affirme, pour sa part, l'expert fiscal du Bureau Fran­cis Lefebvre qui s'est occupé de la déclaration d'impôt de Na­nard.

Seule certitude : le trésor touché par Tapie a - fiscale­ment — fondu comme neige au soleil. Il a d'abord fallu retirer une bonne centaine de mil­lions, correspondant à la res­titution à Nanard de son hôtel particulier et d'actions de sa société BTF qui avaient été sai­sis mais jamais payés. Autre déduction, le préjudice moral (45 millions), non imposable. Enfin, avant ses ennuis judi­ciaires,les sociétés de Tapie avaient accumulé une centaine de millions de pertes.Les­quelles, elles aussi, sont dé­ductibles du montant de l'ar­bitrage.

A l'arrivée,le montant im­posable du pactole n'était plus que de 33 547 000 euros exac­tement. Avec, à la clef, un impôt de 11 182 610 euros. Ce rétrécissement extrême était-il légal ? Il a été validé, début avril 2009, par un long cour­rier signé Eric Woerth, alors ministre du Budget, et adressé à Tapie. Ce courrier, évoqué par « Mediapart », reprend les calculs de l'administration, sur lesquels il n'est plus possible, aujourd'hui, de revenir. Mais, selon une source judiciaire, Bercy s'est tout de même pro­posé de transmettre aux juges qui persécutent Tapie l'inté­gralité du dossier fiscal.

Si ce n'est pas de l'acharne­ment.. … »

Sil y a complot,on peut se demander qui en est la réelle victime,le véritable empapaouté….(ndla)

 

Qu’un président d’une commission d’enquête qui n’a pas terminé ses travaux peut se permettre d’accuser un président de la république d’avoir été informé avant tout le monde et être le plus informé des informés et de n’avoir rien fait,de traiter un ministre des finances d’incompétent…de travestir les écrits d’une journaliste pour accréditer la thèse qui lui convient…

 

Qu’on pouvait demander à un ministre de intérieur de s’expliquer sur le fait que dans notre pays il y a des voleurs et pourquoi il ne s’inquiète pas de cet état de fait.Et surtout pourquoi qu'il les arrête,si possible,avant qu’ils ne commettent leur larcin….

Pendant 10 ans on nous a fait croire que les ministres de l’intérieur allaient eux même pécher les voleurs et délinquants de tout poil c’est pour cela qu’ils percevaient des primes exceptionnelles en liquide,aujourd’hui on exige du ministre  Valls,non seulement,qu’il les arrête mais aussi de s’expliquer sur le pourquoi et le comment,comment se fait il qu’il y ait encore des voleurs ou des fripouilles sur notre territoire compte tenu fait que M.Sarkozy en avait éliminé une grande partie avec son karcher,pourquoi il y a des voleurs qui volent,des agresseurs qui agressent,des cambrioleurs qui cambriolent.Il y a une seule chose qu’on exige pas encore de lui et c’est fort dommage.C’est d’arrêter tous les cons qui parlent pour rien dire….

Au lieu de lui demander si ses services sont intervenus dans les temps –c’est le cas à Brétigny et malheureusement pour ceux qui tentent d’exploiter un triste événement la CRS  37 est arrivée en renfort bien plus tard et en fait n’a pas pu voir les faits qui selon M.Ciotti et ses amis -du FN aussi- seraient d'une insigne gravité – on va chercher des poux sur des faits qui sont démentis par la plupart des acteurs de ce drame.Sauf à considérer que seuls les membres du syndicat Alliance,succursale de l’UMP dans les rangs de la police nationale,disent la vérité et que ce sont les seuls à la détenir….

Il est facile dans une séquence de crise de lancer une rumeur et ensuite tout faire pour l’alimenter…C’est selon moi ce qui se passe en l’espèce.Et pas que selon moi….

A partir de 2 ou 3 faits que personne n’occulte l’UMP et le FN sont en train de monter une mayonnaise qui comme à l’accoutumée va tourner plus vite qu’elle a monté.

 

Qu’une députée UMP pouvait évoquer l’incompétence d’un ministre de transports parce qu’un train a déraillé…

boyer cuvellier.jpg

Qu’une demi folle pouvait se permettre d’associer le nom d’une ministre de la république à un drame cruel au motif que ce dernier s’est déroulé sur le territoire de sa circonscription…

barjot taubira.jpg

 

Qu’à partir des déclarations d’une syndicaliste,responsable locale du syndicat de police,on pouvait déclencher un scandale d’état.Encore un….selon les gredins il y en aurait un ou deux par semaine….Qu’à partir d’un compte rendu truffé d’erreurs on puisse faire un fromage qui pue pendant 2 jours uniquement pour accréditer une thèse qu’on a décidé être la bonne.

 

 «Si le gouvernement a essayé de camoufler ça,oui c’est un problème»,selon madame Nathalie.Gros camouflage effectivement.Le compte rendu de la direction centrale des CRS,tout le  monde,y compris la concierge de M.Ciotti peut en disposer…Que M.Ciotti examine attentivement le compte rendu,les heures d’arrivée de la CRS 37 ne correspondent pas avec les faits restitués et pour une bonne raison.Ce ne sont que propos rapportés et des témoignages indirects.Avant de demander de la transaprence,il vaut mieux être transparent soi même.On va nous dire bien évidemment que tous les fonctionnaires de police,sauf ceux du syndicats Alliance à l’origine de la rumeur sont de gauche et tous complices du gouvernent et principalement du ministre de l’intérieur trop populaire aux yeux de M.Ciotti et se ses amis,reste que les témoignages recueillis sur place infirment totalement le contenu de ce compte rendu.dans le contenu qsue Le Point a distillé. 

"J'ai contacté personnellement les collègues présents à Brétigny le soir du drame avant l'arrivée des CRS pour vérifier cette rumeur, explique à France Info la commissaire d'un district voisin, aucun n'a parlé de scènes de pillage. Il y a bien eu des caillassages et des tensions aux abords de la gare, ce qui est inacceptable, mais pas de pillages".

Quant à la transparence,les gredins ne cessent de répéter qu’ils font confiance à la justice(sic) alors qu’ils attendent les résultats de l’enquête "Une enquête distincte est diligentée sur la commission de faits de vol, commis lors de l'évacuation des blessés par la Sûreté départementale de l'Essonne"…

Au fait M.Ciotti et Mme Nathalie,c’est qui le patron de cette direction centrale

« Le Gouvernement n’a pas dit toute la vérité dans cette affaire »


Vols et caillassages à Brétigny - Eric Ciotti... par ericciotti


Qu’on pouvait changer dans un titre les mots entendus dans une vidéo d’un journaliste se situant juste en dessous du titre….

 

le parisien la police peine a faire respecter.jpg

Un secouriste s’est ainsi également fait voler son téléphone portable. Certaines sources policières affirment que des victimes de l’accident et une journaliste ont été elles aussi, dépouillées de leurs sacs à main ou téléphones. Les policiers ont procédé à six interpellations, dont deux se sont soldées par une garde à vue. Vers 19h30, repoussés par les CRS, curieux et agitateurs ont déserté la zone.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/audio-bretigny-le-s...

Plus fort que fort :

Brétigny-sur Orge:Eric Ciotti demande la publication du rapport de la Direction Centrale des CRS

http://www.eric-ciotti.com/2013/07/18/bretigny-sur-orge-e...

Chiche,il va être déçu le double décimètre…que celles et ceux qui ont en main ce document le mèttent ligne…Compte tenu des positions du Point à l’égard du gouvernement, on se demande,s’il est tellement compromettant pour ce dernier et la cible privilégiée de l’UMP, pouquoi ils ne l’ont pas déjà fait….Caviardé,un document devient une arme redoutable,alors je redis chiche…

M.Valls n’a rien à se reprocher dans cette affaire,et la responsabilité du ministre de intérieur n’est en rien engagée,si à chaque fois que la police ou la gendarmerie interviennent le ministre est responsable on est dans un total délire….C’est l’opposition qui veut installer un climat délétère…Le dispositif a été efficace…Comme le précise le Parisien,à 19h30 le périmètre était sécurisé…. Or »une première moitié de la CRS 37 dont l’intervention est relatée dans le document révélé jeudi par Le Point et auquel l’AFP a eu également accès, est arrivée vers 19 heures soit une heure et demie après l’arrivée des premiers secours qui étaient sur place entre 17h25 et 17h30. «Ça ne colle pas» avec la description «de scènes de pillage qui n’existent pas»,a insisté cette source, précisant que la seconde partie de la CRS est arrivée à 20h23. »

Comme le précise le rapport cité par le Point : « À la lecture de la synthèse, on apprend qu'un dispositif de sécurité très important a été déployé alors sur place. »

Le reste,c’est la soupe de l’UMP et du FN.

A lire attentivement:

"Pillage" à Brétigny-sur-Orge: deux jours de polémique sur une fausse rumeur
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/pillage-a-bretig... 

 

Qu’un hebdomadaire pouvait conseiller de ne pas regarder une intervention du président de la république pour mieux ensuite affirmer que cette dernière avait été un échec en termes d’audience…

hollande,valls,bretigny,cuvellier,boyer,ciotti,le point,crs 37,tapie,canard enchainé,de courson,commission cahuzac

14 juillet_ 5 raisons de ne pas regarder l'intervention de François Hollande - L'EXPRESS.pdf

14/07/2013

Affaire Cahuzac:l’ancien responsable UMP en Suisse est en prison

Affaire Cahuzac:l’ancien responsable UMP en Suisse est en prison...

tapie,cahuzac,de ciourson,borloo,candamin gerbier,fraude fiscale,exil fiscal,ump

Celui qui devait mettre le feu à la classe politique française en livrant le nom de 15 personnalités coupables de fraude fiscale a été incarcéré en Suisse.

Les charges semblent assez lourdes : »

« On ignore encore les motifs de son arrestation, mais le 17 juin, la banque Reyl et sa filiale Reyl Private Office avaient déposé une plainte pénale contre M. Gerbier"aux motifs, entre autres, de vol, falsification de document (faux dans les titres) et violation du secret professionnel et commercial", selon un communiqué de presse de la banque diffusé auparavant.

"Les nombreuses déclarations mensongères maintenues en dépit des démentis catégoriques de la banque, la falsification d'un mémorandum interne de Reyl Private Office, et sa remise à un média français n'ont laissé d'autre choix à la banque que de sortir de sa réserve et d'agir à l'encontre de Pierre Condamin-Gerbier", avait ajouté l'établissement qui avait indiqué avoir "déposé tous les éléments de preuve auprès du ministère public de la confédération" helvétique.

 Selon Le Point"Pierre Gerbier a donné, le 2 juillet dernier, le nom de l'homme d'affaires Alexandre Allard, propriétaire de l'hôtel Royal Monceau à Paris. Or, c'est un délit pour un employé de banque – et pas seulement en Suisse – de fournir des renseignements sur les clients de son établissement", précise l'hebdomadaire.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/07/13/pierre-condamin-gerbier-temoin-cle-dans-l-affaire-cahuzac-aurait-ete-incarcere_3447307_3224.html

 

Ce monsieur très sur de lui a été auditionné par la commission Cahuzac,on attend la suite…

Malgré tout le respect que je manifeste à M. de Courson et M.Claeys,force est de constater que cette commission a été un coup d’épée dans l’eau.On a voulu mettre le gouvernement et particulièrement François Hollande dans l’embarras et on s’aperçoit que certains protagonistes sont soit des manipulateurs,soit des gens peu fréquentables.Je parle clairement de M.Gonele et de M.Condamin Gerbier.

M.Borloo a voulu jouer au malin pensant rouler les socialistes dans la farine et c’est lui qui se retrouve le nez dedans.

On ne s’engage pas sur un terrain si glissant sans avoir certaines assurances,certaines garanties.Le rôle du président de la république devait été affaire du siècle…on verra…Au train où vont le affaires,c’est Borloo qui va la connaitre l'affaire du siecle,elle un nom Tapie,une réalité un arbitrage plus que tendancieux.

Seul résultat,c’est que M de Courson est bien embarrassé.

 http://www.assemblee-nationale.tv/media.12.4492

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu