target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

27/07/2013

UMP:Les derniers spasmes d’une déroute annoncée…

UMP:Les derniers spasmes d’une déroute annoncée…

Sarkothon:les spams de l’UMP

Le parti d’opposition a lancé un appel aux dons afin de rembourser les 11 millions d’euros à ses créanciers, après l’invalidation des comptes de la dernière campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

cope sms.jpg

Vendredi matin, le président de l’UMP Jean-François Copé a indiqué au micro d’Europe 1 avoir récolté un peu moins de sept millions d’euros dans le cadre de la campagne de souscription nationale surnommée "Sarkothon", lancée après l’invalidation des comptes de la campagne de 2012 de Nicolas Sarkozy. Il en reste donc quatre à rassembler avant l’échéance du 31 juillet.

Il semblerait que pour mener cette campagne, l’UMP ait recours à des pratiques "commerciales" quelque peu agressives : mails et SMS quotidiens à ses militants, mais pas que.

Fichiers d'entreprises privées?

France Culture a récolté un certain nombre de témoignages outrés de la part de destinataires se plaignant d’être harcelés par un parti dont ils ne sont pas même sympathisants. 
Selon la CNIL, interrogée par la station, l’UMP pourrait avoir acheté ou loué, en toute légalité, un fichier externe à une entreprise privée.

 Cette pratique de prospection irrite jusque dans les rangs de l’UMP, d’autant que, selon un témoignage rapporté par Europe1.fr, il est absolument impossible de se désinscrire. 

Ils nous auront tout fait…

Appel aux dons : les curieuses pratiques du "Sarkothon"

L'UMP doit réunir 11 millions d'euros avant le 31 juillet. A une semaine de l'échéance, le parti d'opposition met les bouchées doubles : courriels quotidiens, newsletter, appels au don par SMS... Les fichiers du parti sont utilisés à plein régime, et parfois aux limites de la légalité. Enquête.

 Appel aux dons _ les curieuses pratiques du _Sarkothon_ - Information - France Culture.pdf

 

copé,ump,france culture,soiuscription ump,sarkozy,compte de campagne

 

copé,ump,france culture,soiuscription ump,sarkozy,compte de campagne

 

copé,ump,france culture,soiuscription ump,sarkozy,compte de campagne

http://storify.com/franceculture/dons-a-l-ump-les-sms-qui...

Pour lire les interviews

http://www.franceculture.fr/2013-07-22-appel-aux-dons-les...


04/07/2013

UMP:C’est un complot,c’est ciblé,c’est Hollande qui manipule…ou tout vient à temps pour ceux qui ont fauté…

UMP:C’est un complot,c’est ciblé,c’est Hollande qui manipule…ou tout vient à temps pour ceux qui ont fauté…

 

sarkozy,bettencourt,ump,conseil constitutionnel,copé,compte de campagne,fillon,guaino


On ne se sait pas comment M.Sarkozy va se sortir de ce nouveau mauvais coup ourdi par le cabinet noir de l’Élysée….

Cabinet noir composé des membres du Conseil constitutionnel suivant: Messieurs Jean-Louis DEBRÉ,Président,M. Jacques BARROT,Mmes Claire BAZY MALAURIE,Nicole BELLOUBET,MM. Guy CANIVET, Michel CHARASSE,Renaud DENOIX de SAINT MARC,Hubert HAENEL et Mme Nicole MAESTRACCI. 

Seuls ces sages ont pris part à l'élaboration et au vote de la décision.Cela posé pour calmer les ardeurs de M.Hortefeux qui comme il fallait sy attendre remet en cause la légitime du conseil.Quand M.Debré vat-t-il se décider à intervenir et mettre un terme à ces  tentatives de déstabilisation de nos institutions.Une fois la justice,une fois le Conseil constitutionnel,les insultes permanentes contre le président de la république,de débats honteux à l'assemblee natiionale.Ca commence  afire beaucoup. 

Du beau linge comme on dit…des tripatouilleurs,des comploteurs qui n’ont qu’un souci,celui de nuire à l’ancien président de la république et empêcher son retour,ça tombe bien les français n’en veulent pas…

Mauvais temps aussi pour les comptes de l’UMP qui va devoir payer pour son candidat préféré…Je recommande la lecture du délibéré du conseil au sujet des extras que s’étaient permis M.Sarkozy et son conseiller spécial M.Guaino.A l’époque,ils nous traitaient menteur,nous accusaient de vouloir empêcher M.Sarkozy d’exercer la plénitude de son mandat jusqu’au bout de ce dernier.Le Conseil constitutionnel et la commission des comptes de campagne ont remis les pendules à l’heure…

Pour les juges Jean-Michel Gentil, Cécile Ramonatxo et Valérie Noël ça roule si j’ose dire….M.Woertth qui s’était permis d’affirmer que M.Montebourg était une honte pour la France l’heure de vérité a sonné…


"M. Montebourg est une honte pour la France, il... par LCP

Trafic d’influence,pas mal…Ce n’est qu’un début!

L'avocat général Pierre Nalbert a estimé pour sa part, de sources concordantes, que cet examen médical de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, le 7 juin 2011, était juridiquement valable. Reprenant le terme de «passage en force» , évoqué par certains avocats pour décrire les conditions de l'expertise, il a estimé que, si passage en force il y avait eu, il était justifié par l'urgence et la difficulté de faire procéder à une expertise médicale de la milliardaire.(1)

Mal partie la partie fine des avocats de ces innocents aux mains pleines,finies les attaques contre l’ experte qui selon M.Debré,le Bernard,ne serait qu’une simple experte en cadavre….

Si complot il y a c’est celui qui vient du clan de ceux qui craignent la justice de notre pays et qui font tout pour la discréditer.

Et ce complot là est en train de faire pschitt…

Les français ne sont pas dupes et les simagrées indirectes de l’ancien président de la république,de son porte parole en chef le triste M.Hortefeux n’y feront rien.Si les français rejettent a 60% une éventuelle candidature de M.Sarkozy en 2017,c’est qu’ils ont bien compris la véritable nature du quinquennat qui a fini au mois de mai 2012…

(1)http://fr.news.yahoo.com/affaire-bettencourt-lexpertise-m...

Les Sages rejettent les comptes de la campagne présidentielle 2012 de Sarkozy

Le Conseil constitutionnel confirme ainsi la décision de la Commission nationale des comptes de campagne, qui avait invalidé le montant des dépenses électorales de l'ex-président en décembre dernier.

Par K.H.-G. avec AFP

Le Conseil constitutionnel a confirmé ce jeudi le rejet des comptes de la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy, une décision qui prive l’ex-candidat UMP du remboursement par l’Etat de plus de dix millions d’euros de frais de campagne.

Dans un communiqué, le Conseil constitutionnel a jugé que «c’est à bon droit que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a rejeté le compte de campagne de M. Sarkozy» le 19 décembre 2012. Il a déclaré que le montant des dépenses électorales du candidat UMP «excéd(ait) de 466 118 euros, soit 2,1%, le plafond autorisé», car le candidat a omis de mentionner 1,5 millions d’euros dans ses comptes.

Ce sont donc 11 millions d'euros qui ne seront pas versés à l'UMP au titre du remboursement, pour moitié, des frais de campagne du candidat Sarkozy. 11 millions d'euros, c'est un tiers du budget annuel du parti, déjà mis à la peine par ses défaites aux élections législatives et les sanctions financières pour non respect de la parité (environ 4 millions d’euros, selon la maire du XVIIe arrondissement de Paris, Brigitte Kuster).

Contactée par Libération, l'UMP n'a pour l'instant pas souhaité commenter.

http://www.liberation.fr/politiques/2013/07/04/les-sages-...

 

Décision n° 2013-156 PDR du 04 juillet 2013

Décision du Conseil constitutionnel sur un recours de M. Nicolas Sarkozy dirigé contre la décision du 19 décembre 2012 de la Commission nationale des comptes de campagnes et des financements politiques

22. Considérant qu'au vu des réformations opérées par la présente décision, le compte de campagne de M. SARKOZY s'établit en dépenses, à 22 975 118 euros et, par voie de conséquence, en recettes, à 23 094 932 euros ; 


23. Considérant qu'en premier lieu, les montants ainsi arrêtés résultent de la réintégration à hauteur de 1 669 930 euros de dépenses que le candidat n'avait pas ou avait insuffisamment fait figurer dans son compte de campagne, soit 7,8 % de plus que le montant des dépenses qu'il a déclarées et 7,4 % du plafond de dépenses autorisées ; qu'en deuxième lieu, parmi les dépenses qui auraient dû figurer au compte de campagne du fait de leur caractère électoral, celles relatives à la réunion publique tenue à Toulon par M. SARKOZY antérieurement à sa déclaration de candidature n'ont fait l'objet d'aucune refacturation par l'État ; qu'elles ont ainsi été financées irrégulièrement, en méconnaissance des dispositions de l'article L. 52-8 du code électoral, applicable à l'élection présidentielle en vertu du paragraphe II de l'article 3 de la loi du 6 novembre 1962, qui prohibe, sous quelque forme que ce soit, la participation des personnes morales autres que les partis ou groupements politiques au financement de la campagne électorale d'un candidat ; qu'en troisième lieu, le montant arrêté des dépenses électorales de M. SARKOZY excède de 466 118 euros, soit 2,1 %, le plafond autorisé ; 

24. Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que c'est à bon droit que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a rejeté le compte de M. SARKOZY ; qu'en application des dispositions précitées de la loi du 6 novembre 1962, dès lors que le compte de M. SARKOZY est rejeté, celui-ci n'a pas droit au remboursement forfaitaire prévu à l'article L. 52-11-1 du code électoral et doit en conséquence restituer au Trésor public l'avance forfaitaire de 153 000 euros qui lui a été versée ; que, s'il résulte des mêmes dispositions que, dans tous les cas où un dépassement du plafond des dépenses électorales est constaté, la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques fixe une somme égale au montant du dépassement que le candidat est tenu de verser au Trésor public, le montant de ce versement, qui présente le caractère d'une sanction, ne saurait être augmenté à la suite du recours du candidat contre la décision de la commission ; qu'il n'y a dès lors pas lieu de modifier le montant arrêté par la commission dans sa décision, 

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutio...

Pour lire la décision:

 http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutio...

 

Affaire Bettencourt : Woerth et de Maistre renvoyés devant le tribunal

Le Monde.fr | 04.07.2013 à 10h00 • Mis à jour le 04.07.2013 à 12h09

Les juges Jean-Michel Gentil, Cécile Ramonatxo et Valérie Noël,viennent d'ordonner le renvoi devant le tribunal correctionnel de l'ancien ministre Eric Woerth et de l'ex-gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, dans le cadre du volet "trafic d'influence" de l'affaire Bettencourt, a indiqué jeudi 4 juillet une source proche du dossier.

Les magistrats estiment que l'obtention de la Légion d'honneur par M. de Maistre avant qu'il n'embauche l'épouse de M. Woerth constitue bien un trafic d'influence,contrairement à l'analyse du parquet qui avait préconisé un non-lieu, estimant que"le lien de corrélation entre les deux faits n'est pas formellement démontré". Ce volet est l'un des trois principaux instruits autour de cette affaire Bettencourt. 

LES DIFFÉRENTS VOLETS DE L'AFFAIRE BETTENCOURT

  • Financement illicite de parti politique et abus de faiblesse

Deux semaines après la fin de l'immunité présidentielle de Nicolas Sarkozy, le juge Gentil avait perquisitionné en juillet 2012 le bureau et le domicile de l'ancien chef de l'Etat. Il s'intéressait à un éventuel financement politique illicite de la campagne présidentielle de 2007. Il avait aussi demandé a consulter les comptes de campagne de M. Sarkozy.

L'affaire a été déclenchée en juillet 2010 par l'ex-comptable des Bettencourt, Claire Thibout, qui avait alors déclaré à la police s'être vu réclamer 150 000 euros en liquide par leur ancien homme de confiance, Patrice de Maistre, début 2007. Celui-ci lui avait assuré, selon la comptable, vouloir les donner à l'ancien ministre Eric Woerth, alors trésorier de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Cependant, la prescription des faits a obligé les juges à transformer juridiquement les éventuels faits de financement illicite de parti politique en possibles abus de faiblesse aux dépens de Mme Bettencourt, non caducs, mais d'un maniement juridique difficile.

Le 26 juin, le parquet de Bordeaux a requis six non-lieux dans cette affaire, dont l'un pour MM. Sarkozy et Woerth, et six renvois devant le tribunal, dont celui de M. de Maistre et de François-Marie Banier, ami de Mme Bettencourt.

  • Blanchiment

Les juges s'intéressent à des faits présumés de blanchiment, des enregistrements réalisés par le majordome des Bettencourt suggérant des opérations financières destinées à échapper au fisc (île aux Seychelles, comptes en Suisse et à Singapour). MM. Banier, d'Orgeval et de Maistre sont mis en examen dans ce volet.

  • Atteinte a la vie privée

Bien que l'utilisation comme preuve des enregistrements pirates effectués au domicile de Mme Bettencourt par son majordome ait été validée par la justice – une grande partie des autres volets en découlent – ces écoutes demeurent illégales.

Pascal Bonnefoy, le majordome qui les a réalisées, a été mis en examen en mars 2012 pour "atteinte à l'intimité de la vie privée". Cinq journalistes de Mediapart ou du Point ont été mis en examen pour avoir publié ces enregistrements.

  • Violation du secret professionnel

Il s'agit d'un tout autre aspect de l'instruction, lui aussi achevé. La juge de Nanterre Isabelle Prévost-Desprez a été mise en examen en juillet 2012 pour violation du secret professionnel par le juge Philippe Darphin.

La vice-présidente du TGI de Nanterre est visée par une plainte de Liliane Bettencourt, irritée qu'une perquisition menée le 1er septembre 2010 à son domicile de Neuilly, à la demande de la juge, ait été relatée en détail dans Le Monde le jour-même.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/07/04/affaire-...

 

Pour mieux comprendre les affirmations de M.Woerh envers M.Montebourg:

 
Fraude fiscale : Montebourg veut "que le... par francetvinfo

 M.Woerth a affirmé sur le plateau de célébrissime Ardouin sur LCP qu’il ne connaissait pas M. Hervé Falciani. Bizarrement ,dans un reportage diffusé sur France 2 M. Falciani disait le contraire et formuler que les remarquables fort désobligeantes à l’égard M.Woerth.Autre petite particularité remarque sur la liste fourni par l’employé d’HSBC c’est que le nom de M.de Maistre ….y figurait !


22/12/2012

Sarkozy:Tricherie sur les frais de campagne…un récidiviste

Sarkozy:Tricherie sur les frais de campagne…un récidiviste

Ou il n’y a pas de fumée sans feu…

 

sar pre camp.jpg

 Le 02/12/2011 :Même Le Point l’avait compris,c’est dire…

M.Copé a beau faire des ronds de jambes devant les  medias médusées par son talent d’imposteur pour ne pas dire usurpateur,il est bien admis que M.Sarkozy a abusé des moyens de l’état pour faire campagne.Les petites histoires de notre grand avaient déjà commencé aux dernières régionales au cours desquelles des abus répétitifs avaient été constateés.au point que dans certains fédérations UMP qui ne savait plus à quel saint se vouer pour payer ou  o les frais occasionnés par les nombreuses visites du président.de tous les français et surtout des pauvres…

Déjà le 10 février 2010,l’Express hebdomadaire d’extrême gauche comme chacun le sait,signalait quelques faits bizarres,le 16 novembre le site Impôts-Economie en remettait une couche un an après …Nul à l’UMP ou au palais ne pouvaient ignorer que les fantaisies du président candidat permanent étaient dans le collimateur de la presse,accessoirement de ses adversaires politiques et plus grave de la commission des comptes de campagne.

Et tout permis qu’ils se sentaient ils se son autorises à continuer leur cirque méprisant non seulement les règles en matière de financement de campagne et ceux qui sont charges de faire respecter ses règles.Le respect des adversaires on le sait était parfaitement accessoire pour ces zouaves,il n’est point besoin de leur demander des comptes à ce sujet.

 On dit qu’un homme averti en vaut deux,il est donc étonnant que le président non candidat s’est comporte comme un candidat président alors que le président M.François Logerot de la Commission des comptes de campagne avait averti:   

 « Si au cours de ces manifestations auxquelles il participe dans la période précédant l’annonce éventuelle de sa candidature à la prochaine élection, le chef de l’Etat est amené à exposer les éléments d’un programme de futur candidat,le coût de l’organisation de ces manifestations devrait être réintégré ultérieurement au compte de campagne, en tout ou partie« .

Rien n’y a fait il est vrai qu’un dieu est au dessus des lois,mieux c’est lui qui les fait .Surtout que pour lui…

M.Copé a bonne mine.Demain,si les affaires de M.Sarkozy ne s’arrangent pas avec les conséquences que l’on sait sur le budget de l’UMP dont le président actuel,moins contesté aujourd’hui qu’il le sera demain, s’accroche comme un bigorneau à ses 12 % de popularité,passera sous le seuil de pauvreté.L’UMP au RSA…des partis politiques.Un parti d’assistés,voilà une bonne affaire pour François.Et un juste retour des choses.

 

Qui paie les déplacements électoraux de Nicolas Sarkozy?

 

Par Hugo Soutra, publié le 10/02/2010 à 19:27

Ces temps-ci, le chef de l'Etat multiplie les déplacements dans des régions que l'UMP souhaite défendre ou conquérir. Sur place, il tient parfois des réunions politiques. Des activités à intégrer aux comptes de campagne des candidats?

"Le rôle d'un président n'est pas de faire campagne pour les présidents de région", déclarait Nicolas Sarkozy, fin janvier, sur TF1. Pourtant, à près d'un mois des élections régionales, le Président de la République multiplie les voyages présidentiels "ciblés" dans toute la France.  

Ces voyages stratégiques tranchent avec les simples allers-retours en province, organisés habituellement au rythme d'un par semaine. Le 8 décembre, Nicolas Sarkozy rendait ainsi visite aux Alsaciens. Mardi, il était dans le Loir-et-Cher avec Hervé Novelli. Entre-temps, il s'est déplacé en Corse le 2 février. Et le 18 février prochain, il sera en Guyane. 

Un voyage national et non partisan, avec des interludes privés?

Déplacement officiel ou partisan?

Mardi, en déplacement dans le Loire-et-Cher pour clôturer les assises sur l'avenir des territoires ruraux, Nicolas Sarkozy n'a pas manqué de sortir de ses habits de chef d'Etat. Accompagné de quatre membres du gouvernement dont... Hervé Novelli, le candidat UMP pour les régionales dans le Centre, le chef de l'Etat a fait allusion à la campagne électorale à plusieurs reprises. 

Ce voyage officiel entretient le doute sur certains déplacements jugés "partisans" de Nicolas Sarkozy. En effet, à en croire plusieurs sondages, le Centre serait une des régions qui pourrait basculer à droite en mars prochain. Un déplacement plus stratégique que ne le laisse croire le chef de l'Etat. 

Ces régions ont pour point commun d'être gérées par la droite ou de pouvoir basculer, à l'issue du second tour des régionales, le 21 mars prochain.  

Alerté par un sondage Ifop du risque que la région Corse bascule à gauche au cours du prochain scrutin territorial, le Président de la République a tenu à répondre à l'inquiétude grandissante de l' UMP. 

D'où la présence du secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand pendant ce voyage officiel. D'où le déjeuner en compagnie du ticket UMP, tête de liste en Corse, Camille de Rocca Serra?Ange Santini, avec les régionales au menu du jour. D'où aussi le meeting privé de la fédération locale, animé par Nicolas Sarkozy, qui a réuni plus de 600 militants UMP selon des informations du Figaro. D'où, enfin, les sept heures passées en Corse contre à peine deux pour les autres allers-retours provinciaux. 

"C'était un voyage répondant à ses prérogatives de chef de l'Etat, où il a annoncé des mesures nationales concernant le développement durable. En marge de ce déplacement, il a eu un déjeuner privé et une réunion privée. Qu'il reste une heure de plus ou de moins en Corse, cela ne change strictement rien au coût de son déplacement", se défend l'Elysée. 

L'UMP estime ne pas avoir à payer le déplacement

Selon un responsable UMP de Corse-du-Sud, la location de la salle pour la réunion privée (1000 euros), le cocktail (1500 euros) et le matériel de sonorisation (900 euros) ont été pris en charge par les deux fédérations UMP insulaires et par l'UMP nationale, à hauteur d'un tiers chacune.  

En revanche, ni l'Elysée ni l'UMP ne revendiquent d'avoir réglé la note du déjeuner avec les têtes de liste corses. Joint par LEXPRESS.fr, le gérant du restaurant traditionnel A.Casetta indique avoir envoyé la facture à l'intendant de l'Elysée. 

Selon le député apparenté PS René Dosière, spécialiste des comptes de l'Elysée, l'équipe présidentielle a commis une autre erreur: ne pas réclamer à l'UMP un remboursement partiel des frais de déplacement du chef de l'Etat. 

Nicolas Sarkozy aurait-il tenu un meeting UMP en Corse s'il n'était venu sur l'île en voyage officiel?  

Le trésorier de l'UMP de Corse du Sud, François Ristorcelli, comme le secrétaire général Franck Giovanucci l'affirment: "La totalité des frais de déplacements revient à l'Elysée. La fédération n'a financé que le meeting à l'hôtel Campo Dell'Oro, puisque Nicolas Sarkozy y était à titre personnel." 

"Loin, donc, d'avoir une influence sur l'élection", jugent les responsables de l'UMP en Corse. De ce fait, "il n'y a pas besoin de la faire figurer dans les comptes de campagne", estiment-ils. 

"C'est habile mais pas très honnête: ne pas faire figurer dans les comptes de campagne une réunion animée par Sarkozy, devant 700 militants et à six semaines des régionales" leur permet de ne pas payer une partie du déplacement, selon René Dosière.  

"On s'est foutu de ma gueule"

 

Pour le service juridique de la Commission des Comptes de campagnes, joint par LEXPRESS.fr, "seuls les frais de déplacements de la préfecture d'Ajaccio à l'hôtel et l'ensemble des prestations sont imputables à la fédération, dans la mesure où la réunion est interne au parti et n'a pas de visée électorale." 

"J'avais déjà posé des questions sur le financement des forces de l'ordre accompagnant les déplacements de Sarkozy, et on s'était clairement foutu de ma gueule, s'insurge René Dosière. Aujourd'hui, je m'interroge toujours sur la manière dont l'Elysée intègre des dépenses de l'UMP dans ses frais. J'attends une réponse." 

Les opposants corses, Paul Giaccobi en tête, pourront néanmoins saisir la commission, qui n'a pas rendu là un jugement officiel. Ce type d'événement n'a jamais été traité par la Commission des Comptes de campagnes et ferait donc jurisprudence.  

En attendant, René Dosière, lui, ne manquera pas de "déposer une question écrite sous 8 à 10 jours" à ce sujet à l'Assemblée nationale. 

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/qui-paie-les-deplacements-electoraux-de-nicolas-sarkozy_848020.html

Qui paye la campagne de Sarkozy ?

Nicolas Sarkozy l’a dit et redit, lors de son émission du 27 octobre : il ne sait pas encore s’il sera candidat.  » La question de ma candidature sera tranchée quelque part fin janvier- début février« , a-t-il précisé, entretenant le suspense. La belle histoire !

Rarement non-candidat a autant fait campagne. Voilà plusieurs mois que Sarkozy visite systématiquement 2 départements par semaine. A ce jour, seuls 2 départements ( l’ Hérault et l’ Ardèche) n’ont pas eu les honneurs de la visite de Sarkozy.

Le rituel est toujours le même, comme le relate un journaliste de Libération :  » Une visite au pas de charge, une brève allocution devant des ouvriers ou des agriculteurs, puis une table ronde dans un gymnase ou une salle des fêtes gavés d’élus et de militants UMP ».

Chaque fois, solidement encadré par des cordons de gendarmes ou de policiers, Sarkozy ne voit de la France profonde que quelques travailleurs triés sur le volet… et des bataillons de membres de l’UMP, devant lesquels il lui arrive de discourir à huis clos. La visite de Sarkozy donne lieu  à un déploiement de forces considérables ( voir Combien a coûté le déplacement de Sarkozy à Chaumont ?). Et une partie du département visité est déclaré zone interdite.

Ces virées départementales offrent 3 avantages aux yeux du non-candidat Sarkozy : elles lui permettent d’abord de draguer, les unes après les autres, les catégories sociales à reconquérir ( agriculteurs, médecins, commerçants, cadres et ouvriers, auxquels il avait promis de « gagner plus ».Ensuite, les visites de Sarkozy lui assurent, même si ces rencontres, au départ, restent confidentielles, de fortes retombées immédiates au niveau local : France 3 et la presse régionale qui couvrent l’évènement ont, selon Sarkozy, autant sinon plus d’influence que les journalistes nationaux. Enfin, ces tournées présidentielles ne coûtent rien au non-candidat Sarkozy. Non seulement elles se font avec les moyens et aux frais de l’ Etat ( et donc des contribuables), mais en plus leur coût ne figurera pas dans les fameux comptes de campagne, ouverts en principe depuis le 1er juillet.

Ce dernier point explique à lui-seul pourquoi le non-candidat Sarkozy tient à le rester le plus longtemps possible…

Maj: Selon le président de la Commission des comptes de campagne François Logerot, une partie des frais de déplacements de Sarkozy pourrait être intégrée à son compte de campagne : « Si au cours de ces manifestations auxquelles il participe dans la période précédant l’annonce éventuelle de sa candidature à la prochaine élection, le chef de l’Etat est amené à exposer les éléments d’un programme de futur candidat,le coût de l’organisation de ces manifestations devrait être réintégré ultérieurement au compte de campagne, en tout ou partie« .

source: le canard enchainé

http://www.impots-economie.com/qui-paye-la-campagne-de-sarkozy/

La totale sur Google sur requête »qui paie les déplacements électoraux de Nicolas Sarkozy ».(lien à copier)

http://www.google.fr/#hl=fr&gs_rn=1&gs_ri=hp&cp=6&gs_id=55&xhr=t&q=qui+paie+les+deplacements+electoraux+de+nicolas+sarkozy&pf=p&tbo=d&rlz=1W1PBEA_fr&sclient=psy-ab&oq=qui+paie+les+deplacements+electoraux+de+nicolas+sarkozy&gs_l=&pbx=1&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_qf.&bvm=bv.1355534169,d.d2k&fp=890aea5ce7150b2d&bpcl=40096503&biw=1360&bih=467

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu