target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

20/05/2015

Estrosi:Fallait s’y attendre!

Estrosi:Fallait s’y attendre!

 

 

 Pas étonnant le dérapage de notre bien aime seigneur sur I télé…a force de répéter ce qu’il glane à gauche et a droite comme l’islamo fascisme,la 5 ème colonne,l’éponge a idées et formules incapable d’aligner 2 idées à la suite et à l’éloquence redoutable est naturellement entraîné à déraper en fin de course…

Et le phénomène « estrosimaniaco-dépressif « va s’accentuer tout au long de la campagne des régionales en PACA car si Marion le Pen est candidate et manifestement elle le sera elle va lui en faire voir des vertes et des pas mures au Christian….Il va falloir ramer pour la dépasser au moins l’égaler dans l’outrance.C’est d’ailleurs le piège que lui avait tendu M.Elkabach lors de sa dernière participation à l’émission de l’éminent journaliste….sans surenchère  et même avec je suis convaincu que M.Estrosi sera derrière Marion Le Pen au premier tour..

Le cas qui nous intéresse est fort significatif, Marion,Le Pen ayant réussi la première a réagir comme une bonne fifille à son grand père en ne respectant rien,en soufflant sur les braises à se demander si une bonne émeute ne ferait pas l’affaire du Front national et de certains cousins de l’ump,fallait bien que M.Estrosi se décarcasse pour ne pas être largué…

La concurrence sera rude entre cousin et cousine.

La fifille ayant choisit le terrain de la racaille,il restait à M.Estrosi la famille qui éduque mal ses enfants qui deviendront des délinquants sauf que dans la cas d’espèce c’est faux.Les deux adolescents morts dans le  transformateur n’étaient pas réputés être des voyou et salir une famille de quelque origine quelle soit est infâme quand on ne la connait pas.Sauf qu’il fallait bien que cet histrion se distinguât,les racailles c’est pour le front national et le qui reste c’est les familles…alors tapons sur le familles..

Au lieu d’en rester là,notre Cricri n’a pas résisté à en rajouter,succombant à ses penchants naturels il n’a pas résisté à dire la plus grosse connerie qui a été enregistré en ce 19 mai.Connerie ,et oui j’ose,qui démontre de une qu’il ne connait pas le dossier et cette affaire,de deux qu’il est capable de raconter n’importe quoi avec un aplomb qui est sidérant. »Mais de quoi parlez-vous M.Toussaint… »fallait oser !

Comment celui qui souhaite présider une région,mieux qui va postuler à la primaire ump en 2016 s’avère aussi nul et incompétent.Quand on vient jouer au malin chez Toussaint on a préparé le minimum d’éléments de réponses pour ne pas être piégé,a minima on prépare un contre attaque contre le FN au lieu de se jeter la tête la première dans une dialectique digne de M.Philippot.

A vouloir se faire le malin le voila qui se prend les pieds dans le tapis de son ignorance crasse…Il a tout simplement confondu Clichy sous Bois et Villiers le Bel.Je rappelle qu’en  aucun cas les victimes de ces événements dramatiques conduisaient des véhicules en excès de vitesse.

A Clichy,les deux adolescents se sont dirigés à pieds vers ce funeste transformateur,à Villiers le Bel on s’est demandé si ce n’était pas le véhicule de police qui était en excès de vitesse…Il n’y a rien voir entre ces deux drames.drames certes pour les familles qu’on ne peut comparer même si on connait mes sympathies pour les services de police avec ce qu’ont vécu les fonctionnaires impliqués dans ces deux affaires dramatiques.Perdre un enfant qu’on soit blanc ou noir,cher M.Estrosi,chère Marion,qu’on soit pauvre ou riche c’est autre chose que quelques gardes à vue ou convocation dans un cabine d’un juge instruction.D’ailleurs,les policiers relaxés ont eu la pudeur de ne pas s’exprimer,merci messieurs .Vous avez donné une bonne leçon à certains hommes et femmes politiques.

 Etre nul à ce point c’est inexcusable quand on prétend être ce que M.Estrosi prétend être c’est à dire un cador de la politique nationale et internationale…international j’insiste !

Force est de constater que M.Sarkozy a choisi le meilleur élève de l’école sarkozyste.Il est vrai que peu se bousculait au portillon et si M.Ciotti na pas été désigné qu’il remercie qui il veut …prendre une déculottée au premier tour par la nièce du pépé Jean Marie ça marque une carrière !

Entre la 5 eme colonne,les attaques de bateaux dans le sorts de Lybie,voila 2 enfants qui courent en excès de vitesse…Ils couraient car ils était de vils délinquants que leur famille avait mal élevé.A force de vouloir concurrencer sa principale adversaire il va commettre deux erreurs magistrales.La première c’est que compte tenu du culot précoce de Marion Le Pen il sera toujours en retard d’une saloperie,la seconde et compte tenu de son ignorance des dossiers régionaux c’est qu’il va laisser le candidat socialiste faire sa campagne sur l’intérêt général et l’avenir régional…tout en renvoyant cousin et cousine dans leur travers communs.Que pouvions nous espérer de plus.A vouloir jouer l’original,il est en train de devenir la pale copie de Marion Le Pen,risquant en cela de subir les affres du vieux principe le peniste « les électeurs préfèrent toujours la copie a l’original. ».

Ce n’est pas en débitant des contre vérités sur le fait qu’il a toujours combattu les idées et les responsables du FN qu’il fera oublier les péripéties de1998 année ou il fut l’artisan malheureux d’une union avec Jean Marie pour conserver la présidence de la région PACA.M.Léotard parlez,dites la vérité sur ces événements ou seuls votre courage et celui de jacques ont évité le pire !La république vous en sera reconnaissante…

Certains ne vont pas manquer de lui rappeler quelques bons souvenirs passés en compagnie de messieurs Stellardo,Deflesseles et quelques autres brigands disparus depuis.

Un mot enfin  à M.Toussaint.Pourquoi a-t-il invité M.Estrosi le lendemain des déclarations incendiaires de Marion Le Pen,ou mieux pourquoi a-t-il accepté la proposition de l’impétrant de venir montrer sa bobine à sa matinale.C’est parait il une pratique courante…on s’invite et on vient son petit show comme si la politique était devenu un spectacle dans lequel seul la recherche du  buzz compterait…seul compterait le nombre de fois où on est repris sur les réseaux,sites et médias divers et variés….

Il faudra un jour que cers animateurs de l’information se posent quelques questions sur leur travail et de la déontologie qu’il devait s’imposer…Faire du buzz,ce n’est pas de l’information c’est du commerce.

Il est vrai que depuis un certain nombre d’années on parle plus d’affaires politico financières que de l’avenir de notre pays.

Le mot de la fin à celle que M.Estrosi va être obligé de singer...

 

Marion Maréchal-Le Pen : "Ce tweet, je le... par LCP

 

16/12/2012

Depardieu:Quand le JDD lui taillait un costume sur mesure…

Depardieu:Quand le JDD lui taillait un costume sur mesure…

mitt depar.jpg

Depardieu, le valseur politique

Après avoir critiqué la mobilisation sociale, Gérard Depardieu s'est fait qualifier de "sarkozyste" par plusieurs manifestants, mardi à Paris, en marge du défilé parisien des syndicats. L'acteur est-il un homme de droite? De François Mitterrand à Nicolas Sarkozy, son engagement politique est moins tranché qu'il n'y paraît.

Dans Potiche, le prochain film de François Ozon en salles le 10 novembre, Gérard Depardieu incarne un député-maire communiste qui séquestre le patron d'une usine de province. "A défaut de négociations rapidement entamées, il y aura un durcissement de la grève", dit son personnage dans la bande-annonce du film. Une réplique qui semble bien loin de ce que pense l'acteur. En tournée de promotion à Abou Dhabi (Émirats arabes unis) le week-end dernier, Gérard Depardieu a en effet déclaré être contre les blocages de dépôts de carburant. Dénonçant "les manipulations des syndicats", il a même qualifié les manifestations de "ridicules".

Manque de chance, lui et son scooter se trouvaient mardi place des Invalides, à Paris, vers 17 heures. Soit au moment et à l'endroit où se dispersait le défilé de la manifestation parisienne. Comme l'a constaté leJDD.fr (voir notre vidéo ici), Gérard Depardieu, aussitôt reconnu, s'est fait alpaguer par quelques participants. Certains l'ont pris en photo, d'autres lui ont collé des autocollants revendicatifs sur son blouson, une personne le qualifie de "sarkozyste". Face à la foule, il a ignoré les militants CGT et a passé son chemin. La séquence comique a été conclue par Véronique Sanson le lendemain. "Il est complètement con", a réagi la chanteuse, invitée mercredi à réagir sur Ozap.com.

Fan de François Mitterrand

Cet épisode est-il la preuve supplémentaire du caractère rabelaisien de Gérard Depardieu? Son engagement politique peut laisser perplexe. Tour à tour socialiste, communiste puis "sarkozyste", il change maintes fois d'opinion au gré des personnalités politiques. Il commence à s'engager publiquement au milieu des années 80. François Mitterrand dit apprécier la star du Dernier métro, qui se voit d'ailleurs remettre la médaille de Chevalier de l'Ordre national du mérite en 1985. Gérard Depardieu admire le président en retour.

En décembre 1987, l'acteur s'engage dans l'éphémère "Mouvement individuel, énervant et indépendant pour la réélection de François Mitterrand", sorte de lobby artistique qui veut inciter le président de la République, malade et hésitant, à se représenter au scrutin national de 1988. Imitant le chanteur Renaud qui a publié une célèbre tribune intitulée "Tonton laisse pas béton", Gérard Depardieu se paye, le 22 décembre, la Une de feu le quotidien Le Matin de Paris. Il titre sa tribune: "Mitterrand ou jamais".

De gauche à droite

Son soutien au Parti socialiste s'érode après la mort de François Mitterrand. Il ne cache pas ses désaccords avec la social-démocratie de Lionel Jospin et juge Jacques Chirac plus charismatique. Si ce dernier lui a remis la médaille de Chevalier de la Légion d'honneur, Gérard Depardieu n'a jamais soutenu l'opposant historique de François Mitterrand. Un peu orphelin, il élude les questions politiques lors des promotions. L'élection présidentielle de 2002 lui fait l'effet d'un électrochoc. En réaction à l'arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour du scrutin, il décide de soutenir le Parti communiste, alors en faillite. En 2003, alors qu'il incarne un ministre vichyste lâche et calculateur dans le Bon Voyage de Jean-Paul Rappeneau, il affirme soutenir le PCF, alors en pleine crise d'identité. Il révèle alors avoir donné un important don au parti.

Quatre ans plus tard, Gérard Depardieu retourne une nouvelle fois sa veste. Dans un entretien accordé à Paris Match, il soutient publiquement la candidature de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. "Il est le seul homme politique capable, qui fait le boulot et travaille vraiment", affirme-t-il, reprenant au passage l'un des slogans de campagne de l'UMP: "Aujourd'hui, ce que veulent les jeunes, c'est bosser."

Période à vide

Un couplet qu'il répète encore aujourd'hui. Invité du Grand journal de Canal + le 13 septembre dernier, il résume ainsi le fond de sa pensée: "Les politiques, c'est de la merde." Il se rattrape toutefois en disant "bien aimer Nicolas Sarkozy". "Il a osé faire des choses absolument incroyables", déclare l'acteur avant de lâcher: "Tous les autres politiques qui sont derrière, comme Martine Aubry 'haleine de bière', (…) sont submergés." Exception faite pour Georges Frêche qu'il disait en janvier dernier "bien plus vrai et bien plus sympathique que Martine Aubry et compagnie". Mais, à l'image de son admiration pour François Mitterrand, Gérard Depardieu admire davantage "l'homme politique" plutôt que ses idées sur lesquelles il refuse de s'exprimer. Il n'a d'ailleurs pas soutenu la réforme des retraites de l'exécutif, mais seulement critiqué l'action des syndicats.

Ses déclarations de dimanche au sujet de l'actualité sociale française sont toutefois à recontextualiser. Gérard Depardieu passe une année difficile. Il a déclaré à la presse avoir mal vécu les critiques de la profession à l'encontre de ses derniers films (Mammuth notamment). Après avoir violemment "allumé" Juliette Binoche, il s'est embrouillé avec Francis Veber, Anny Duperey, Jean-Luc Godard… Interrogé en marge d'un spectacle au côté de l'orchestre symphonique de Chicago, le 6 octobre dernier, il a même confié "qu’être acteur, ce n’est pas grand chose maintenant". Un mal-être que Francis Veber résumait mi-septembre dans Corse Matin: "Gérard Depardieu balance sur tout le monde en ce moment. Je crois qu'il a dû perdre quelques neurones. Pour moi, Depardieu c'est Mozart dans Amadeus, le film de Milos Forman: un génie dans un corps de voyou."

Gaël Vaillant - leJDD.fr

jeudi 21 octobre 2010

A lire :

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/2012050...

 

 

04/08/2012

Hollande:Monsieur le Président,j’ai une requête.

Hollande:Monsieur le Président,j’ai une requête.

Monsieur le Président de la république,je vous adresse cette requête pour vous servir…et mon plaisir.

Ne mettez pas de chaussettes noires si vous portez un short…Je sais que votre ami Jacques est un peu votre modèle en terme de sympathie et simplicité mais point trop de mimétisme dans le domaine vestimentaire.

Je voudrai vous faire un compliment,M.Hollande:vous n’êtes jamais débraillé et ça ça me plaît.

jacque-chirac-burberry.jpg

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu