target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

17/11/2013

Sarkozy :Ca devient insupportable…

Sarkozy:Ca devient insupportable…

Insupportable,c’est bien le mot qui vient a voir cette comédie qui entoure un possible,pardon un évident,retour de M.Sarkozy dans le marigot qu’est devenu la droite français.Un imbécile de plus me direz vous,nous serons d’accord.Persuadés que l’impopularité de François hollande est leur meilleur amie,leur meilleur atout,tous espèrent en de  jours meilleurs et pourquoi pas revenir plus tout que prévu.Je vous parlerai bientôt de l’opération « dissolution » que M.Buisson est en train  de mettre en place…

Insupportable,ce besoin d’aller récupérer tout et son contraire.Tout ce qui peut redorer l’image de ce monsieur qui nous a trompées en 2007,roulés dans la farine pendant 5 ans et qui revient aujourd’hui responsable de rien ,tout, propre comme un sous neuf,reparti pour un tour en 2017.

En terme de foutage de gueule de mémoire sur cette période de 25 ans on n’avait jamais vu ça.On bat des records…On n’avait jamais vu une telle opération d’enfumage…tout le monde est mobilisé,journalistes,éditorialistes,commentateurs,sondagier,chaîne de télévisons privées,le ban et l’arrière ban….On entretient les siffleurs du 11 novembre,les bonnets rouges en Bretagne et tous les bonnets qui pourraient se présenter.On renie l’écotaxe,les rythmes scolaires,on parle de climat insurrectionnel,M.Copé n’a pas  hésité à évoquer une situation comparable à celle qu’a connue notre pays en 1958,bientôt ils vont renier pères et mères pour revenir aux manettes d’un état qu’ils ont,pour les uns,spolié,pour les autres ruiné…Tous les coups sont permis y compris les plus bas.Mme Morano en appelle à François Mitterrand qui selon elle n’aurait pas nommé(sic) François Hollande car il le considérait comme trop incompétent.Nommer François Hollande à quel poste au fait,il venait de sortir de l’ENA…11 ème de sa promotion,place qui lui permettait de choisir l’inspection des finances.Choisi par M.Attali pour faire parti du cabinet d’un président de la république,un incompétent.En mai 2012,c’est M.Jospin qui ne l’avait pas nommer ministre,en 2013 c’est Mitterrand…On change de génération,on fait parler les morts…Dans 1 an,on dira que Jaurès ne l’avait pas nommer dans ses discours,et en 2015 on en appellera  à Clémenceau…

On se demande ce que faisait Mme Morano au même âge.

Ca balise à droite,réveillez-le, réveillez vous qu’ils doivent le  dire ceux qui balisent encore plus que les gredins à leur service,ça roule les mécaniques mais savent bien qu’en 2017 c’est pas dans la fouille alors on fait tout pour ressortir l’innocent aux mains pleines,celui qui joue  au gentil,pardon au benêt,qui peut pas en placer une sans que son hamster vienne lui en pousser une dans les oreilles….Je suis fan de ma femme qu’il rajoute,y a de quoi….Il n’entend qu’elle !Insupportable,je vous dis…

Documentaire à propos duquel on a du inventer une différence d’audience entre les chaines hertziennes (sic) et les chaines de la TNT….1.5 millions de téléspectateurs.Record sur la TNT,on rêve….et les autres chaines,c’est qui qui les regardaient….les mauvais français peut être.

Pour faire un peu plus audience,on l’a repassé…M.Estrosi ne l’avait pas vu….

Je suis sur qu’il a déjà oublié qu’il avait été président de la république pendant 5 ans.Les français eux s’en souviennent.D’ici qu’ils en appellent aux morts il n’y a pas des kilomètres… eux non plus de mémoire !

Insupportables ces journalistes qui viennent nous raconter n’importe quoi du haut leur notoriété qui repose en somme sur pas grand-chose sinon le copinage,sur l’esprit de caste dénoncé justement par Jacques Chaban Delmas….Mme Nay,Mme Chalandon à la ville,c’est d’elle qu’il s’agit en vient  inventer des propos ténus par Jacques Chaban Delmas lors de son discours sur la nouvelle société pour justifier un remake de ce discours prononcé 44 ans après  par un lascar sans foi ni loi….Celui qui avait ose parler du grand destin pour Jacques Chirac à Nice et qui avoue aujourd’hui qu’il haïssait,pauvre Jacquot….heureusement que François t’aime bien…

Jamais il a été prononcé dans le discours du 16 septembre 1969 des propos affirmant que « c'est à cause des archaïsmes syndicaux et surtout de trop d'Etat".

« Tour à tour il fut dirigiste,social-démocrate,libéral,anti­européen,pro-européen,pro-ductiviste,écologiste,antiaméricain,pro-américain,nationaliste,tiers-mondiste,apôtre des droits de l'homme,ami des despotes d'Afrique à la réputation sulfureuse.»…C’est ce qu’écrit M.Balladur à propos de Jacques Chirac,il aurait pu l’écrire pour son poulain aussi….

Que Mme Nay nous montre les similitudes qui existent entre le discours du 16 septembre 1969 à l’assemblée nationale et les discours du Trocadéro et de la Concorde.Entre M.Buisson et M.Pascal,collaborateur de M.Chaban Delmas,entre M.Delors et M.Hortefeux.

Il se trouve qu’en des temps anciens,j’ai eu affaire au cabinet de Jacques Chaban Delmas quand j’avais entrepris de monter un comité pour la libération de français emprisonnés par le junte argentine,rien à voir avec la clique RPR de l’époque….rien à voir avec M.Sarkozy…

Autre petit souvenir personnel.Après de la débandade autour de Chaban,trahi par qui vous savez,trahison que nous n’avons pas acceptée comme nous n’acceptions pas la mutation du gaullisme en pompidolisme (j’avoue,avec le recul de l’âge que nous avons été trop sévères pour ce président qui mort trop tôt n’a pas fini l’œuvre industrielle qu’ il avait engagée),nous avons été un poignée de gaullistes a refusé de nous laisser entraîner par ce qui a été le premier dévoiement de la pensée du général de Gaulle.Nous avons donc choisi l’opposition au RPR et à Jacques Chirac.Nous avons choisi le camp de M.Capitant,de M.Louis Vallon,Léo Hamon,Jacques Debu Bridel et autres gaullistes de gauche de l’UDT qui considéraient que l’action du général devait être jugée globalement.

L’indépendance nationale,le grandeur de la France le rôle de l’état mais aussi la participation,l’émancipation des salariés dans les entreprises,l’association capital travail…

La nouvelle société de M.Chaban Delmas n’était qu’une vision de la quintessence du gaullisme de progrès.

A l époque je n’ai pas vu Nicolas Sarkozy choisir cette voie là…mais ma mémoire me trahit quelque fois….

Quand on a été  capable d’aller si loin dans le mélange savant entre la droite dite républicaine et des idées nauséabondes comme l’a fait M.Sarkozy on ne vient pas se réclamer de la pensée de Jacques Chaban Delmas et celles et ceux qui ont utilisé cet hommage pour monter une fois de plus une opération politicienne de bas étage ne devraient pas être très fiers d’eux…

C’est bien pour les photos et Mme Elkrief d’aller réciter des extraits d’un discours prononcé en 1969,ce qui fut mieux c’est d’en appliquer quelques principes .

M.Sarkozy a pris la mauvaise habitude de répéter les mêmes discours dans toutes ces conférences ça du lasser quelques unes de ces bailleurs  de fonds…Il se tourne aujourd’hui vers plus modeste. Réciter des discours d’ancien premier ministre.

Ancien premier ministre qui ne vivait pas avec l’épée de Damoclès de la commission de Bruxelles,pas avec une monnaie unique et que ne connaissait pas les conséquences de la  crise de 2008 et qui succédait à la période gaullienne qui avait laissé les caisses de notre pays bien pleine et une industrie qui tournait a fond.

Je pense sur de ne pas me tromper que François Hollande aurait préféré être le président qui aurait succéder au général de Gaulle plutôt qu’au génie des Carpathes ,et M.Ayrault au dernier premier ministre du général de Gaulle…

Pour conclure je reprendrai l’excellente conclusion de la fiche wikipedia sur la nouvelle société : »La Nouvelle société inspire dans une certaine mesure la culture de gouvernement de la deuxième gauche. »

Fondamentalement Jacques Chaban Delmas a été et resté radical-socialiste.Rappelons qu’il fut avec Mendès France,dont il fut ministres ,fondateur du front républicain.

Singulier retour de l’histoire de voir celui qui l’a mis a bas,ce font républicain,faire la sérénade à la mémoire de celui qui l’avait fondé.

Singulier hommage de celui qui a cassé le dialogue social a celui qui voulait le relancer malgré les juillets et Garaud…les âmes damnées du président Pompidou…

Quelques éléments de réflexion et de tristesse…

Voila comment on considère M.Fillon parmi les amis de Nicolas Sarkozy « un Chaban qui se dégonfle »…On se demande qui visait M.Charon…

« Au cours du déjeuner, Guillaume Peltier, vice-président de l'UMP, spécialiste de l'opinion, a proposé une analyse des sondages. Il a évidemment souligné «les treize points perdus par François Fillon» depuis ses sorties sur le FN et contre Nicolas Sarkozy. «Une balle dans le pied, c'est beaucoup, avec deux balles, on tombe à genoux», glisse Pierre Charon. Fort de son expérience politique, ce grognard de Sarkozy compare même François Fillon à un «Chaban Delmas sur le point de se dégonfler».

http://www.lefigaro.fr/politique/2013/10/15/01002-2013101...

Les délires de Mme Nay et les sourires de Mme Elkrief….


Catherine Nay: l'invitée de Ruth Elkrief - 15/11 par BFMTV

Ce qu'il faut retenir du repas de Sarkozy à l'Assemblée

 « Lui, Chaban, le résistant, le gaulliste, disait : 'ça suffit', si la France est bloquée, c'est à cause des archaïsmes syndicaux et surtout de trop d'Etat", détaille Catherine Nay. »

http://www.europe1.fr/Politique/Ce-qu-il-faut-retenir-du-...

Sarkozy vante la "Nouvelle société"

Lors d'une intervention d'une trentaine de minutes au restaurant de l'Assemblée nationale, Nicolas Sarkozy a cité plusieurs extraits du discours que prononça Jacques Chaban-Delmas le 16 septembre 1969 devant les députés, appelant de ses veux une société "prospère, jeune, généreuse et libérée". Les participants n'ont pas manqué d'y voir une allusion critique à la situation actuelle, même si l'ancien président s'est gardé d'évoquer ouvertement la politique de François Hollande.

http://www.europe1.fr/Politique/Sarkozy-vante-la-Nouvelle...

Voila ce qu’était le projet de nouvelle société telle que définie par son inspirateur…

"La nouvelle société" par Jacques Chaban-Delmas 

Discours à l’Assemblée nationale : 16 septembre 1969

Le malaise que notre mutation accélérée suscite tient, pour une large part, au fait multiple que nous vivons dans une société bloquée. Mais l’espoir, qui peut mobiliser la nation, il nous faut le clarifier, si nous voulons conquérir un avenir qui en vaille la peine.

De cette société bloquée, je retiens trois éléments essentiels, au demeurant liés les uns aux autres de la façon la plus étroite : la fragilité de notre économie, le fonctionnement souvent défectueux de l’État, enfin l’archaïsme et le conservatisme de nos structures sociales.

La conséquence de cet état de choses est que chaque catégorie sociale ou professionnelle, ou plutôt ses représentants, faute de se sentir assez assurés pour pouvoir négocier directement de façon responsable, se réfugient dans la revendication vis-à-vis de l'État, en la compliquant souvent d'une surenchère plus ou moins voilée. À un dialogue social véritable, se substitue ainsi trop souvent un appel à la providence de l'État, qui ne fait que renforcer encore son emprise sur la vie collective, tout en faisant peser un poids trop lourd sur l'économie tout entière.

Ce tableau a été volontairement brossé en couleurs sombres. Je le crois nécessaire, comme je crois aussi que les Français sont aujourd'hui en état de le considérer et d'en tirer les leçons. C'est aussi parce que j'ai la conviction que nous entrons dans une époque nouvelle, où de grands changements sont possibles, et qu’'en accord avec le Président de la République, avec le Gouvernement tout entier et,je l'espère, avec votre appui et votre soutien,j'ai la volonté d'entreprendre ces grands changements »

Et pourtant, je suis certain que nous devons aujourd'hui nous engager à fond dans la voie du changement.

 II y a à cela deux raisons principales :

 La première est que, si nous ne le faisons pas, nous nous exposerions à un avenir qui ne serait guère souriant.

D'une part, nous risquerions de « décrocher » durablement par rapport aux grands pays voisins qui, par suite de circonstances diverses, ont commencé plus tôt que nous la révolution du développement économique et qui sont bien décidés à la poursuivre. Et il n'y a pas loin du retard économique à la subordination politique.

D'autre part, notre existence en tant que nation serait elle-même menacée.Nous sommes, en effet,une société fragile,encore déchirée par de vieilles divisions et,faute de pouvoir maintenir notre équilibre dans la routine et la stagnation,nous devons le trouver dans l'innovation et le développement.

La seconde raison, la raison positive,c'est que la conquête d'un avenir meilleur pour tous justifie à elle seule tous les efforts, tous les changements.

Le nouveau levain de jeunesse, de création, d'invention qui secoue notre vieille société peut faire lever la pâte de formes nouvelles et plus riches de démocratie et de participation, dans tous les organismes sociaux comme dans un État assoupli, décentralisé, désacralisé. Nous pouvons donc entreprendre de construire une nouvelle société

http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/La_nouvelle_societe...

 Désolé par M.Sarkozy et ses amis mais le constat que faisait l’ancien premier ministre peut être fait aujourd’hui après cinq ans de son quinquennat.

Quid du dialogue social pendant 5 ans…

« Notre système fiscal est ressenti comme étant à bien des égards affecté par l'inégalité et faussé parla fraude.

C’est ce que disait M.Chaban Delmas en 1969,quid d’une grande reforme de la fiscalité pendant 5 ans…Le bouclier fiscal voila un belle reforme…les tripatoillages de l’ISF,voila une belle reforme fiscale….la fraude fécale ,la droite veut-elle s’engager sur ce débat ou préfère t -elle régler les problèmes de M.Balkany ou autre grand groupe qu’on a laissé optimiser à outrance….qui est en train de mettre en place un véritable politique de lutte contre la faraude fiscale qui nous coute notre déficit annuel…

« J'ajoute que ce conservatisme des structures sociales entretient l'extrémisme des idéologies. On préfère trop souvent se battre pour des mots, même s'ils recouvrent des échecs dramatiques, plutôt que pour des réalités. C'est pourquoi nous ne parvenons pas à accomplir des réformes autrement qu'en faisant semblant de faire des révolutions. »

A qui reproche-t-on en permanence la recherche de la synthèse du consensus. Pendant 5 ans nous avons  vécu sous le régime de l’affrontement et résultat aucune avancées sur la flexibilité dans les entreprises,une reforme des retraites contestées par 3 millions de françaises et de français,réforme imposée par l’impératif de sauver le triple A perdu quelques semaines aprés,,une TVA sociale totalement incompréhensible et réalisée sur le dos des successeurs si elle n’avait pas et supprimée…

« Dans son discours resté célèbre, tenu à l'assemblée nationale le 16 septembre 1969, Chaban appelle de ses vœux une société « prospère, jeune, généreuse et libérée ». Le constat de départ de Chaban-Delmas est que la France présente un certain retard par rapport à d'autres pays davantage développés sur le plan de l'industrie. Les deux principales raisons invoquées sont un poids trop important que la société a donné à l'État dans le domaine de l'économie depuis la Libération, et un archaïsme des structures sociales (Chaban parle de « société de castes ») ; qui empêchent la France de suivre le rythme des mutations internationales (développement exponentiel de l'industrie dans les pays riches) mais aussi nationales (boom démographique).

Il se propose d'y remédier en assouplissant et modernisant le rôle de l'État, tout en le rendant plus efficace. Concrètement, en donnant une plus grande autonomie aux services publics : rendant plus autonomes (attention : pas privées !) l'ORTF, constituée de deux chaînes concurrentes, ainsi que les universités ; en restructurant fondamentalement le corps fiscal (qui selon Chaban est le reflet de la lourdeur et du manque d'efficacité de l'État). Le projet d'assouplissement de l'État a ainsi pour fil directeur la décentralisation.

Les mesures visent également à favoriser l'émancipation et l'épanouissement de l'individu dans la société en réhabilitant largement les métiers techniques et manuels, ce qui doit également contribuer, dans une certaine mesure, au dynamisme économique du pays.

Enfin, on peut noter l'importance attribuée à la justice et au dialogue social par la participation des salariés à la vie de l'entreprise, par des négociations entre patrons et syndicats favorisées par le gouvernement. En effet, la France ne peut miser sur son développement économique sans se soucier des « ambitions humaines », pour reprendre l'expression de Chaban-Delmas lui-même. Sur ce point, on se rapprocherait du modèle allemand d'économie sociale de marché.

La Nouvelle société inspire dans une certaine mesure la culture de gouvernement de la deuxième gauche.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_soci%C3%A9t%C3%A9

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu