target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

15/06/2014

Parti socialiste:Faut faire du ménage…

Parti socialiste:Faut faire du ménage…

«Le risque de voir Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de 2017 existe» et «oui, la gauche peut mourir», a-t-il lancé devant ses camarades réunis à la Maison de la Chimie à Paris.

«Nous sentons bien que nous sommes arrivés au bout de quelque chose, au bout peut-être même d'un cycle historique pour notre parti»

Nous devons nous réinventer. Et nous réinventer dans un contexte particulier: l'exercice du pouvoir, faute de ne l'avoir pas fait dans l'opposition",

«La reparlementarisation à outrance des institutions n'est pas tenable.»

 

Ce n’est pas la gauche qui va disparaître mais l’avatar de la SFIO que veulent ressusciter les fameux fraudeurs,pardon frondeurs.Le retour aux pratiques de la IV ème république,voila le seul objectif.Quand M.Baumel affirme,sans honte,que ce n’est pas au président de la république à décider de l’orientation politique cela signifie qu’il n’y a pas de risque de disparition de la gauche mais d’une certaine gauche,celle de papa,celle de Mme Aubry.La Gauche de celles et ceux qui n’ont jamais accepté les principes de la V eme république.M.Baumel confond Président de la république et secrétaire du parti socialiste,Francois Hollande ne serait,selon ces fadas,un simple président du conseil à la botte du Parti socialiste.Il est manifeste que soit il n’a pas  compris que la gauche avait gagné la présidentielle,soit qu’il veut sciemment saboter le deniers années du quinquennat pour faire le lit de qui,on ne sait pas encore mais ce prurit pour des primaires n’est pas innocent.M.Maurel fait une erreur magistrale dans son analyse de la primaire,le candidat du PS n’était pas le président sortant.

La gauche italienne est passée par ces tempêtes successives, manifestement en Italie comme en France certains responsables de gauche ne supportent pas d’être au pouvoir.Le ménage a été fait au sein de la gauche transalpine,les réformismes ont gagné.Ils ont mis le temps,ont essuyé des échecs retentissants face à un clown ce qui était pire sauf si on considère que Mme Le Pen pourrait être ce clown.

Aujourd’hui la gauche italienne semble avoir trouvé son chemin après M.Letta,voila le beau Renzi…nouveau champion de la gauche européenne qui vient de débarrasser l’Italie du populiste de service en lui infligeant une gifle bien méritée…aujourd’hui c’est la droite en Italie qui mange son pain noir…

La gauche française serait elle devenue à l’instar des gredins de l’autre coté de la barrière,la gauche la plus bête du monde.On peut le craindre.

Reste qu’en politique comme en météo après la pluie vient le beau temps.Ce qui est important de savoir comment et quand va revenir le beau le temps.Ca c’est le travail de M.Valls et du courant réformiste qui pourrait se créer autour de lui et du président de la république.

Quoiqu’il en soit M.Valls a tout intérêt à reprendre quelque positions sérieuses émises par ces frondeurs,adeptes me semble-t-il de coproduction parlementaire ,tant vantée par M.Copé et oubliée une fois de plus par lui et ses complices,en particulier celle qui concernent une meilleure répartition des aides aux entreprises.Il est vrai qu’il existe un risque au plan de l’égalité devant l’impôt et le risque de faire retoquer par le conseil constitutionnel,il n’en pas moins vrai qu’en politique il est de bon ton de trouver des solutions et pas de se coucher devant quelque contingences qui pourraient nous coûter quelques milliards pour aucun résultat.S’il faut être ferme avec les grévistes de la SNCF qui font grève pour rien puisqu’ils ont négocié cette loi avec le secrétaire d’état Cuvillier,il n’est pas moins que les français apprécieraient sans aucun doute qu’on soit aussi ferme avec M.Gattaz.Je note que quelques assauts de certains ministres et surtout les positions de M.Berger ont provoqué une réponse salutaire de M.Gattaz et 24 négociations de branche ont été engagées au grand dam de celles et ceux qui prétendent que le pacte de responsabilité c’était fini.

Courage M.Valls,les français peuvent vous soutenir si vous savez le juste chemin.

 
PS : conseil national d'un parti très divisé par leparisienAFP

 

Complément:

http://www.lefigaro.fr/politique/2014/06/14/01002-2014061...

 


24/05/2009

Parti socialiste :Après un gros dodo,le fumet de la défaite réveille le Parti socialiste.

c7f1cdf0-4701-11de-b5af-bdc5413b5ea6.jpg

Quelque chose vient de changer au sein de la direction du parti socialiste,l'effet Lexomil est passé !

Enfin,on voit le principal parti d'opposition - sinon de gauche - de notre belle France sarkozienne se réveiller et reprendre sa campagne en main et se décider à enclencher la première .A prés de 2 semaines du scrutin,il était temps.

Par la voix de Mme Aubry,la semaine dernière ,et de M.Cambadélis cette semaine, le PS a enfin découvert que les listes UMP, premières dans les sondages et sans aucun doute le soir du scrutin,n'étaient pas majoritaires dans le  pays.Un mois pour se rendre à l'évidence et proclamer une réalité que n'importe quel débutant en politique aurait proclamé des la sortie des premiers sondages, voila qui ne nous prédispose pas à une confiance aveugle dans les capacités analyse e t d'anticipation  d'un parti qui est appelé à assurer l 'alternance.Voila qui dénote une promptitude à la  réaction de premier ordre alors qu'en face - à l'UMP - ça canarde de tous les côtés.

700438.jpg
"Ce qui est sûr c'est que l'UMP sera battue, l'ensemble de la gauche va pulvériser l'UMP: normalement, le total droite devrait être beaucoup plus haut et le résultat c'est que le pouvoir Nicolas Sarkozy va se retrouver avec moins de 27%", poursuit-il. "A part l'UMP, personne ne défend le gouvernement. Ca veut dire que le gouvernement aujourd'hui n'est soutenu que p27% des Français".
M.Cambadelis sur TMC le 22 mai 2009

1er constat : il manque un M. Lefebvre au PS.Il ne s'agit pas de cautionner l'outrance du bonhomme mais de constater - et de saluer à certains égards - qu'en tant que porte-parole de l'UMP,l'aboyeur officiel fait plus de dégâts que Benoit Hamon.Une belle gueule n'est pas une réponse mais un atout.Encore faut-il savoir l'ouvrir à bon escient et efficacement.

2èmeconstat :En cette période de crise,le clan sarkozyste profite plus,si j'ose dire,politiquement de la crise que son opposition.Quoique l'on dise de l'UMP et de sa politique,sa présence et sa capacité de réaction sont incomparables à celles du PS. Dispersés, atones, responsables à mi-temps,voila les caractéristiques des principaux leaders de ce parti.

Nous pourrions, modestement,conseiller aux caciques du Parti socialiste de lire,régulièrement,notre blog préféré,ils auraient gagné un  mois de campagne.En effet,dés le 23 avril 2009,dans notre billet  intitulé «Elections européennes :L'Union des Mal Partis tient la corde... »,nous écrivions ,je cite : «Si l'UMP réalise un bon score,compte tenu de la réalité de la situation politique et économique et de la contestation qui monte dans le pays,force est de constater que les formations politiques qui contestent la politique menée par le président de la république et la formation qui la soutient regroupent 62% des intentions de vote.

Ainsi,l'UMP,et par voie de conséquence  la politique du président de la république,serait le premier parti de France et minoritaire dans le pays.62% d'opposants,voila un beau résultat.Je serais à la place qu'occupe l'ineffable M.Lefèbvre, je commencerais à me faire des cheveux blancs pour la suite de ma carrière.».Et de poursuivre « Le mot d'ordre du PS « sanctionner Sarkozy » semble être suivi par une majorité d'électeurs,le vote sanction est largement exprimé.N'en demeure pas moins qu'il ne profite pas pleinement au parti qui l'a initié.En clair,ce n'est pas le PS qui en profite. »

Au delà du réveil tardif du canonnier Cambadelis qui risque l'extinction de voix tant il va devoir aboyer pour rattraper le retard accumulé en terme de réaction,le PS s'est empêtré dans une campagne stratégiquement perdante et tactiquement mal ficelée. 

-« Il Manifesto » :l'idée magique qui consistait  - au plan stratégique - à démontrer que le PS français était un des maillons de la grande chaine du socialisme européen - plus européen que moi tu meurs - et que ces partis étaient porteurs d'un seul programme.Un programme commun des socialistes européens.A démontrer que le Parti socialiste avait toute la considération des autres partis socialiste d'Europe y compris ceux qui gouvernaient et dont les politiques libérales faisaient les mêmes dégâts que celles pratiquées par les adversaires du Parti socialiste français,l'argument est devenu inaudible.N'en demeure pas moins que stratégiquement ,cela pouvait tenir la route et être décliné tactiquement.Sauf,qu'en même temps,le PS français se trouvait en totale contradiction avec ses homologues quant à la survie de M.Barroso à la tête de la Commission européenne.Or comment expliquer aux futurs votants que l'on s'accorde sur un programme commun mais pas sur le nom  de celui qui sera à la tête des programmes européens durant la prochaine mandature du Parlement élu en juin 2009.Mieux le PS a été incapable de répliquer à l'implication européenne de Nicolas Sarkozy ,sauf à vouloir démontrer que les réunions publiques du président de la république étaient ,en fait,des meetings électoraux UMP.Mieux,ou pire,c'est Nicolas Sarkozy qui a été perçu comme celui qui allait parvenir à nous débarrasser du triste et insipide Barroso.Bravo !

3 ème  constat :Une stratégie ,pas de tactique.Pire,plus la tactique flottait ,plus le PS rappeler sa stratégie .L'Union des socialistes européens alors que l'UMP adoptait une stratégie fondée sur le slogan « l'Europe qui protège »,le PS continuait à nous servir « Il Manifesto» que personne ne connaissait et que nul n'a pris le temps de lire.Le  bon argument pour la gauche française dans cette campagne européenne ,c'est l'UMP qui l'a adopté.C'est un comble......

4ème constat :Le PS s'est trompé d'élection.On ne fait pas un référendum anti-Sarkozy  dans un scrutin qui intéresse personne.

Tactiquement, le PS s'est positionné,tout seul et comme un grand,dans une impasse électorale.(1)

  • multiples changement de thèmes de campagnes.«Force d'opposition» à «fore de proposition» dés lors que Bayrou est apparu comme le meilleur des opposants à Nicolas Sarkozy,aux yeux des françaises et des français.
  • "référendum anti - Sarkozy" à "force européenne " dés lors que Nicolas Sarkozy est intervenu dans la campagne.Pensant prendre Nicolas Sarkozy sur le terrain de la proposition,le PS a abandonné son thème de campagne,au plan tactique,et s'est retrouvé à la merci du talent de bateleur de Nicolas Sarkozy.«La France qui protège» remplaçait «Il Manifesto»
  • Bref,ce n'était plus un quadrille européen mais plutôt la danse de singui.

Et tout cela a été mis sur le compte de la division des dirigeants du PS alors qu'en fait il ne s'agit que d'un manque tragique de lucidité  et de technique.Le tout associé à une cruelle absence de responsable aux manettes, et en particulier l'absence de la première secrétaire , « Mme 48 heures ».

Que penserait-on d'un fabriquant de produits lactés - c'est le moment d'en parler - qui confierait à un agence de communication la tache d'organiser une campagne de promo sur un nouveau produit et qui viendrait ine dois par semaine demander à ce que l'on change de slogan alors que la campagne a été engagée.Pire qui changerait de produit en pleine campagne Et bien,ami lecteur,c'est ce qu'a fait le Parti socialiste pendant cette campagne européenne.

5 ème  constat : erreur marketing magistrale d'une direction qui ne sait plus à quel saint  socialiste se vouer. L'histoire du référendum anti-Sarko est à cet égard bien révélatrice.

On ne réussit pas une campagne si on ne maintient pas un axe fort,des arguments,des messages simples et compréhensibles du plus grand nombre.

A une « Europe qui protège »,il fallait opposer « Une Europe de gauche » ou « Non à l'Europe libérale ».Sauf que l'erreur du PS est d'avoir cru que les français tenaient  Nicolas Sarkozy comme responsable de la crise.Or cela s'est avéré faux et toutes les enquêtes d'opinion le démontrent .Les français ,y compris lorsqu'ils sont en désaccord avec la politique menée par Nicolas Sarkozy et son gouvernement, considèrent qu'il est encore le seul capable de résister à la tourmente qui nous assaille .En terme de crédibilité du président ,le PS a eu encore tout faux.C'est grave.

Pour les français,le crise n'est pas imputable à Nicolas Sarkozy.,En conséquence ,ils ne comprennent pas les raisons pour lesquelles on leur propose un vote anti-Sarkozy à l'occasion d'une election qui ne concerne pas les enjeux institutionnels .Ils ne comprennent et pas surtout n'adhérent pas à la proposition du PS.Au surplus,les français ne considèrent pas que l'Europe soit un bouclier contre la crise et l'attitude des gouvernements européens face à la nécessité d'un plan de relance européen y est pour beaucoup.Et sur cela, les socialiste viennent nous proposer de sanctionner celui qui,aux yeux des français,a été l'instrument de la cohésion des européens face à la crise - même si cela est exagéré. Tout faux,donc !

Ils viennent nous proposer l'Europe sociale alors que les français n'y croient pas .De plus,le Parti socialiste a été dans l'incapacité de répondre  aux attaques sur son attitude au Parlement européen, attitude en pleine contradiction avec sa campagne nationale.(2)*

6 ème constat :la campagne du PS a fait le lit de François Bayrou qui,pour sa part,a été excellent au plan tactique.La stratégie ,tout le monde la connait :vivement 2012 !

Pire,le référendum anti-Sarko a favorisé l'émiettement des voix de gauche.Et Besancenot, media-omniprésent,en a profité également jusqu'à cette pantalonnade de faux ouvrier mais vrai militant socialiste taclant le postier anti-capitaliste devant les caméras de toutes les télévisons .Et celles du Parti socialiste.Sauf que les socialistes sont tellement bons que le coup a été éventé et qu' aux cotés du militant(en polo rouge)apparait la réalisatrice du coup médiatique.(JT A2 du 23 ami 2009 - Mon œil).

7 ème constat :à force de vouloir courir après Besancenot dans un premier  temps,le neutraliser dans un deuxième temps,la direction du PS n'a pas vu arriver Bayrou dans son dos et se retrouve,maintenant,avec le Béarnais en tête des opposants à Nicolas Sarkozy et prétendant au deuxième tour des prochaines presidentielles.Bravo,Mesdames, Messieurs ,vous êtes les champions !

Vous êtes dignes d'entrer dans l'album des Mexicains.

8ème  constat :le PS existera-t-il sans Bayrou ?

Cette interrogation nous porte a évoquer le problème du leadership au sein de la direction du Parti socialiste.Il est clair que Martine Aubry n'a pas de grandes qualités d'oratrice,qu'elle n'a pas le talent suffisant pour galvaniser ses troupes ,la ferveur pour remuer les tripes de ses militants et au delà du peuple de gauche,comme ils disent.Elle n'a pas non plus les talents d'une meneuse d'hommes et cela se vérifie,au quotidien, au siège du parti.Alors que faire ?Alors quel est l'élément,si j'ose dire,qui manque au Parti socialiste et à cette campagne pour palier le manque d'enthousiasme,de ferveur militante du,essentiellement,au personnage,même,de Martine Aubry.

Tournez le regard,ami lecteur,vers la belle province de Charente Poitou et vous trouverez la solution.

Si on peut considérer que Mme Aubry et ses collègues - ou complices peut-être  - de la direction nationale sont sous  Lexomil,force est de constater que Mme Royal est une adepte du maxiton médiatique.Et maxiton rime avec pardon !

De qui a-t-on le plus parler pendant cette campagne,qui a tenu les feux de la rampe,monter les escaliers du Festival médiatico-politique.

Mme Aubry,Mme Ségolène Royal.Allons,un peu de franchise. Nicolas Sarkozy et  Mme....Ségolène Royal. Le premier parce qu'il omni-président,la seconde parce qu'elle est omni-présente et cela lui suffit pour l'instant.Ou omi-absente quand cela l'arrange.

Omni-présente lorsqu'il s'agit de sa personne et de sa campagne de reconquête du PS,omni-absente lorsqu'il s'agit de la campagne de son parti et du soutien à sa direction actuelle.Au point que l'événement que tout le monde attend est le meeting commun Aubry-Royal ou plutôt le meeting du PS avec Ségolène Royal.En fait,les socialistes attendent l'apparition de la vierge de Charente Poitou,

l'immaculée conception qui peut ,par miracle ou par simple apparition,faire remonter les sondages.Et une fois de plus, Mme Aubry ,victorieuse à Reims ,apparaitra comme la perdante dans les cœurs. Ségolène Royal,et Zemmour a raison à cet égard ,a compris parfaitement les nouvelles motivations ,les ressorts,d'une grande partie de l'électorat de gauche et des adhérents du Parti socialiste.Au surplus,elle maitrise parfaitement son parcours médiatique .Un pardon en Afrique et c'est une semaine de télévision assurée ,une quinzaine de jour de buzz sur internet,2 à 3 jours dans la presse écrite et parlée.Une déclaration de Mme Aubry ,c'est 5 minutes au JT de 20 heures.Tout est dit !

9ème constat :le direction du PS en victimisant Ségolène royal a augmenté sa résonance médiatique ,en l'ostracisant au niveau de la direction nationale l'a obligé a trouvé de nouvelles formes d'existence politique et médiatique.Et elle le fait fructifier .L'attitude de Ségolène Royal pendant cette campagne a démontré qu'elle maitrisait parfaitement son jeu.Le coup final sera de démontrer qu'elle est encore bien présente au cœur des militants socialistes.

Profitant de ses avantages indéniables, Ségolène Royal a plombé la campagne du Parti socialiste pour faire perdre Martine Aubry.

Et semer la discorde chez ses alliés - les alliés de Mme Aubry - que Mme Royal considère,toujours, comme des traitres et des tricheurs.Tous les commentateurs s'accordent à dire qu'une défaite cuisante - et cela risque d'arriver en Ile de France par exemple - serait l'occasion du déclenchement des hostilités à la tête du Parti socialiste.Tout le jeu consistera,alors ,à se démarquer de cette direction et à apparaitre comme l'élément fédérateur en ces moments difficiles. Ségolène Royal et un homme l'ont bien compris,c'est l'ancien compagnon de la première.L'ancien compagnon de l'égérie du pardon !Pardon, pas si idiot que cela et l'on ne tardera pas à le percevoir. Le duo infernal joue la défaite de Martine Aubry,pour gagner la course à la candidature en 2012.

Tous les  ténors,tous les aboyeurs socialistes pourront tonner et vociférer à en rester sans voix ,le coup est joué.Et une fois de plus,le Parti socialiste se sera,lui-même,tiré une balle dans le pied...gauche !

Les résultats de cette élection ne sonneront pas une victoire de l'UMP mais la défaite d'une certaine gauche déconnectée de la société française et incapable de trouver un cap et un leader.Ce n'est pas à Reims qu'il fallait gagner mais parier sur un nouvel Epinay.N'est pas Mitterrand qui veut.

Quant à notre Union des Mexicains Protégés qu'elle ne se réjouisse pas trop vite.Les temps vont être durs et la victoire annoncée à ces européennes restera celle de Nicolas Sarkozy et de personne d'autre.Pourvu que ça doure !

la-rochelle-ps_150.jpg
Le Parti socialiste en pleine campagne...

 Sources:

(1)http://www.20minutes.fr/article/327217/Elections-europeen...

(2) http://action-republicaine.over-blog.com/article-31597398...

(2)http://inventerre.canalblog.com/archives/2009/05/23/13826...

Les derniers sondages:

http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/europeennes_2009...

 la video JT A2 - 23 mai 2009 "Mon oeil"

http://www.youtube.com/watch?v=ZGJnRdCQp8s

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu