target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

09/06/2011

le couin couin de la semaine...


une canard 9 6 11.jpg

Une du 8 Juin 2011 no 4728 du Canard Enchaîné.pdf

 

07/02/2010

UMP :Qui harki bien,qui Harki le dernier !

Une fois n’est pas coutume,cette semaine encore nous avons eu droit à la saillie hebdomadaire à caractère raciste.(sic)

Ce coup là,tout est parti de Poitou Charentes,paisible contrée il en fait.L’affrontement Bussereau- Ségolène Royal tourne au jeu de boudin et tout ça baigne dans le bas-beurre.Le beurre de Charentes-Poitou bien sur.Restons sérieux.

Le pauvre Bussereau croyant,une fois de plus,qu’à l’UMP tout est permis s’en est aller frayer sur les terres les terres innommables du racisme.Oui,du racisme.Harki,c’est raciste,oui.C'est comme ça un point c'est tout.Un jour viendra où dire à un ours qu'il est mal léché sera une insulte raciste!

Un Harki,c’est quoi,c’est qui ? « En janvier 1961, à son maximum, l'effectif combiné des GAD et des harkas représente 63000 harkis. 7500 GMPR, 19 100 moghaznis, 3060 UR-Aassès, 62 000 autodéfenses (dont 50 % armés) = 154 700 (dont 123 700 armés). Ils sont mieux armés, accèdent à certains grades de l'armée et l'état-major voudrait les former pour qu'ils deviennent des « militants de la cause française ». Les harkis sont payés comme les mokhaznis et les membres des GMPR, 750 francs (anciens) par jour, ce qui représente à peu près 2 fois le SMIG horaire, mais à la différence des mokhaznis et des GMPR, ils ne bénéficient pas d'allocations familiales et d'assurance sociale. Les gardes des GMPR reçoivent en plus une "prime de maintien de l'ordre" de 4 500 francs par mois. Les harkis sont recrutés sans contrat et simplement comptabilisés à la fin de chaque mois. ».

Voila ce que nous trouvons sur Wikipedia - http://fr.wikipedia.org/wiki/Harkis_pendant_la_guerre_d'Alg%C3%A9rie

Conclusion :les harkas était composée de Harkis payés par la France comme supplétifs des forces engageés par elle.Point.

Dans le langage de certains -les nuls- harki est devenu synonyme de supplétifs intéressés !

Et c‘est la que le bat blesse. C’est la notion « intérêt » qui devient inacceptables et cela au seul motif que nous avons abandonné lâchement hommes et familles à la vindicte du FLN.Ajouté au traitement indigne que nous avons infligé aux à ceux qui ont pu rejoindre la métropole.

Ce sont ces  faute originelle qui fait que le mot Harki est devenu imprononçable.

Le reste est n'est que bavardage……..

Pour l’heure,force est de constater qu’en pleine affaire Frêche,le cas Bussereau - sans oublier le cas Delattre- tombe très mal.Elle tombe très mal parce qu’en l’espèce elle touche à l’honneur de gens faibles envers  qui nous sommes quelque peu redevables.Au moins au plan de notre  mémoire historique. Le cas Fabius est autre et se résume en fait à une querelle politique mal gérée.

Elle tombe car elle insulte aussi les candidats de la liste de Mme Royal en les faisant pour des  « supplétifs intéressés ».Et M. Bussereau aurait du avoir la délicatesse de leur adresser les mêmes excuses.

Venons à quelques faits :

bussereau_europe1-300x223.jpg

  “Elle rassemble des harkis, hein, si vous me permettez l’expression. Des gens qui vont un peu dans cette affaire, parce qu’ils n’ont pas d’autres moyens d’être élu”.

http://www.wat.tv/video/bussereau-segolene-royal-rassemble-26cyl_p6ln_.html

 

couderc comprehensible.jpg

 http://www.montpellier-journal.fr/2010/02/couderc-tres-comprehensif-envers-les-propos-de-bussereau-sur-les-harkis.html

 

les excuses de Bussereau:

 

excuses busserau.jpg

“Dans une interview à Europe 1, j’ai utilisé à tort le mot “harkis”. C’est un mot que je regrette d’avoir employé, et c’est donc une erreur. Dès ma sortie du studio, je m’en suis excusé auprès des journalistes présents.Je présente très sincèrement mes excuses à toutes les personnes qui se sont senties blessées. A aucun moment, je n’ai voulu mettre en doute l’honneur des harkis et leur fidélité à la France et aux valeurs de la République, qui les ont conduits à s’engager avec courage pour elle”.

http://www.dailymotion.com/video/xc3z87_bussereau-presente-ses-excuses-aux_news

 

Voila tout est fini,Busserau s’excuse et l’UMP le pardonne et veut pendre M.Frêche.C’est ça le pouvoir !.

Peut-on se contenter de ces mascarades puisque mascarade  il y a.

Voila ce que, nous pouvons trouver en bonne place sur le site du Mouvement Populaire.

ralliement ump.jpg

Voila ,ami lecteur,ce qu’ aurait du lire le secrétait d’état aux transports avant de faire le malin à vouloir imiter M. Lefebvre.

Il aurait lu que les ralliements,aux listes UMP sont le fait de « responsables politiques »  forcément désintéressés et qui ne veulent pas être  élus et que ceux - les mêmes socialistes et modem - qui rejoignent Mme Royal sont des Harkis.Mais je m’égare,il s’est bloqué,M.Bussereau,sur le mot  « diversités »,il a du s’emmêler les pinceaux:arabes,beurs,minorités visibles,harkis  peut-être .

Allez,je dis Harki,ça passera mieux.

Pour le compte,M.Bussereau va être battu à coups surs,on l’oubliera lui,les Harkis et les autres !

17/01/2010

UMP :les mexicaneries de la semaine

*vague de mortalité aigue à L'UMP

malboro ump.jpg

  8,5% des adhérents UMP serait mort en 2009...Pourquoi !

 lefebvre adhesion.jpg

     http://www.dailymotion.com/video/xbu5ao_85-des-adherents-...

courbe militant ump.jpg

Pour mémoire: http://www.liberation.fr/politiques/0101603534-bertrand-e...

 

*Lancar(Jeunes populaires : « je prends tout et je vous laisse le reste ! »

Nouvelle casserole pour les jeunes de L'UMP 

Créé le 16.01.10 à 09h32 20 minutes
- Ils n'auraient pas payé à la SNCF les droits à l'image sur leur lipdub, tourné en partie dans un TGV...

Le lipdub des jeunes UMP est décidément maudit. Après avoir été interpellé par une maison de disque québécoise pour avoir utilisé la chanson «Tous ceux qui veulent changer le monde» sans autorisation - ce qui devrait leur coûter environ 30.000 euros - une nouvelle casserole vient ternir l'image d'un lipdub déjà sérieusement moqué.

2.500 à 4.500 euros

Les jeunes UMP n'auraient pas payé à la SNCF les droits à l'image sur leur lipdub, tourné en partie dans un TGV. Dans une interview au site
Streetpress, Philippe Laylle, responsable du «pôle productions et tournages» de la SNCF, revient sur cet affaire. «Ils m'ont fait une demande pour se filmer en train de chanter une chanson dans le but d'animer leur congrès en interne, explique-t-il. Il n'y avait pas écrit que c'était un outil de promotion de l'UMP. Ça, évidemment, ça n'a jamais été mentionné.» Or, pour tourner dans un TGV, il suffit d'obtenir une autorisation de la SNCF, qui ne réclame de droits à l'image que lorsque les images filmées ont une visée promotionnelle.
«
N'importe qui d'autre aurait dû payer», assure Philippe Laylle. Selon lui, le coût d'une telle séquence se situerait «entre 2.500 et 4.500 euros». Pourtant la SNCF ne devrait pas faire payer les jeunes pops. «On est dans une situation à la SNCF où on ne peut pas prendre parti. Le PS c'est les régions et l'UMP le gouvernement, donc quoi qu'on fasse c'est mal interprété», estime Philippe Laylle.
Contacté par 20minutes.fr, Benjamin Lancar, président des jeunes UMP, affirme qu'il n'y a aucune «affaire». «Le clip que nous avons tourné ne poursuivait pas de but lucratif, a-t-il expliqué, samedi après-midi. La question des droits ne se pose donc pas. Nous sommes en lien permanent avec la SNCF et s'il y avait eu un problème, il nous en aurait parlé!» Contactée par 20minutes.fr, la SNCF n'avait pas réagi à 15h.

Sandrine Cochard

 

Cliquer sur Streetpress,site à l'initiative de l'information vous y rencontrerez l'ineffable Lancar qui a remplacé le mot « réserver » par « privatiser ».Oui,Privatiser un TGV sans payer,c'est la mode aux Jeunes Pompes l'Air,Sarkozy s'offre - avec nos sous - un nouvel avion,eux ils se contentent d'un TGV.Les manants !

*Sus aux traitres !

busserau traitres.jpg

  http://www.dailymotion.com/video/xbvvmv_nous-navons-pas-b...

Avis aux amateur !

 

Et pour finir celle de notre champion moto

Etats Généraux de l'Industrie : les incroyables ratés de la Com

Emmanuel Maumon, le 16 janvier 2010

En organisant à Sophia Antipolis, la clôture des Etats Généraux de l'Industrie en PACA, Christian Estrosi souhaitait mettre en lumière une initiative majeure a ses yeux puisqu'elle doit jeter les bases d'une véritable révolution industrielle sur laquelle il compte s'appuyer pour sortir la France de la crise. Mais à trop vouloir verrouiller la communication et en accumulant une incroyable série de maladresse, il est parvenu à mécontenter hier pratiquement toute la presse.

Initiés par Christian Estrosi le 15 octobre dernier, les Etats Généraux de l'Industrie revêtent une importance considérable aux yeux du Ministre de l'Industrie puisque, à partir du diagnostic des faiblesses de l'industrie française, ils sont censés faire émerger, après une large consultation de tous les acteurs industriels, de nombreuses propositions pour redorer sa compétitivité et permettre une véritable révolution industrielle.

Christian Estrosi avait souhaité que ce large débat irrigue l'ensemble des régions françaises et tenu à ce que la clôture de cette première phase se déroule pour ainsi dire à domicile à Sophia Antipolis, où il devait annoncer les premières mesures qu'il entendait prendre pour que la France retrouve une grande force industrielle sans laquelle la sortie de crise serait très difficile.

Mais à trop vouloir maîtriser et verrouiller la communication, il arrive que les meilleures intentions se transforment en véritable fiasco. Ainsi bizarrement, pour cette restitution des travaux menés en PACA, la presse n'a d'abord été conviée qu'à une conférence de presse à l'issue de la manifestation. Conférence de presse utile, mais dont l'intérêt est plus grand si l'on a assisté à la manifestation, ce que l'on a donc demandé à pouvoir faire. Le service de presse nous a alors répondu que la manifestation ne serait pas médiatisée. Le lendemain, nous recevons tout de même par un autre canal, une invitation à participer à la réunion. Nous nous y rendons donc et les quelques journalistes présents se voient alors refuser le droit d'entrer dans la salle. Pire, la journaliste économique de Nice Matin, invitée à entrer par l'un des organisateurs, se voit quelques minutes après, expulser de manière fort peu cavalière.

Une demi heure après, la situation évolue avec l'arrivée d'un nouveau groupe de journalistes parvenant à joindre à l'intérieur de la salle une personne à l'esprit clairvoyant et disposant d'assez de pouvoir pour débloquer la situation. Les journalistes sont alors invités à rentrer par l'arrière de la salle et découvrent d'ailleurs que des rangs pour la presse étaient prévus.

Le contenu des échanges, de qualité un peu inégale mais ayant le mérite de donner une idée des travaux menés dans la Région au sein des 7 ateliers thématiques, était somme toute assez classique et l'on se demande bien pourquoi l'on avait songé à exclure la presse de cette réunion. Une réunion clôturée par le discours de Christian Estrosi qui a réaffirmé sa foi en l'avenir de l'industrie, vers laquelle il souhaite que les jeunes se réorientent plutôt que d'aller vers la Finance ou l'Economie virtuelle.

Pour que la France réussisse sa révolution industrielle, il souhaite mettre en place une politique de filières où les relations entre les grands industriels et les sous traitants seraient revues. Pour lui, l'industrie française doit également plus miser sur la qualité que sur les coûts, et il souhaite encourager une politique de relocalisation, réaffirmant au passage son refus de voir un groupe comme Renault délocaliser en Turquie la production de nouvelle Clio.

Sans préjuger sur les conclusions finales de ces Etats Généraux, le Ministre de l'Industrie a tout de même dévoilé qu'il souhaitait encourager la réorientation de l'épargne détenue par les compagnies d'assurance vers l'industrie, ainsi que la création d'une Banque de l'Industrie.

Un discours donc assez riche et hélas pas toujours maîtrisé, ce qui a entraîné de nombreuses longueurs nuisant à la clarté du propos. Des longueurs qui ont mis en péril l'agenda prévu, puisque alors que l'on venait de nous inviter à rejoindre le Ministre à la fin de son discours pour la conférence de presse, celle-ci fut annulée au dernier moment avec une totale désinvolture. Ainsi, pour une manifestation qui devait mettre en valeur son action, le Ministre de l'Industrie, par une succession de maladresses était parvenu à mécontenter toute la presse.

 Amateur s'abstenir!

http://www.webtimemedias.com/sophianet/wtm_article54570.f...

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu