target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

01/07/2014

Sarkozy:Ils me font marrer…

Sarkozy:Ils me font marrer…

Après ils s’étonnent

 

 

Depuis 8 heures du matin, nos barbots de services ,ceux qui sont chargés de l’animation de l’information,nous affirment ,nous assènent que c’est une première…C'est inédit !Eh ben oui,c’est la première fois mais c’est aussi la première fois qu’un président de la république se trimbale une bonne dizaine judiciaires.Imaginez le Général de Gaulle prendre un pseudonyme pour converser avec son avovat,vous me direz que le général n’avait pas besoin de faire appel à un avocat pour le défendre dans des affaires telles que des financement électoraux,des sondages tout autant vaseux que ruineux.Imaginez M.Pompidou se faire pincer chez une bienfaitrice,…Imaginez un Giscard d’Estaing être objet d’une enquête judiciaire sur un possible financement électoral par  l’argent d’un dictateur qui l’aurait participé à démolir….  Imaginez Jacques Chirac pris la main dans le sac dans une affaires de sondages douteux accompagnés d’un financement tout  autant douteux.Imaginez un ancien président de la république appeler un patron de la DCRI pour lui demander des nouvelles,pardon des informations,de ses affaires.Système quasi mafieux pour le fric,réseaux quasi mafieux pour les informations,ça commence à faire beaucoup.

Les gredins de l’ump, ont toujours prétendu quand certains  leur reprochaient leur politique sécuritaire en particulier les contrôles au facies,la vidéo surveillances à outrance,ils répondaient que lorsque on est innocent on a rien à craindre de ces dispositifs,de la police et de la justice.Aujourd’hui,si M.Sarkozy est innocent,il n’aura rien à craindre de cette même justice car je ferais remarquer que les juges en charge de ses affaires étaient juges sous son quinquennat et déjà en charge d’enquête le concernant indirectement.Ce ne sont pas des juges nommés par la gauche pour nuire à leur gourou…comme certains voudraient le faire croire aux français.Non,mesdames messieurs de lump,M.Sarkozy n’est pas victime d’une justice d’exception.

Quant à l’autre nez de bœuf qui remet le couvert avec son intervention auprès de la commission européenne,il a oublié d’indiquer que celle ci avait été formulé en mars 2013 et que la commission l’a renvoyé dans ses buts.

Quant à organiser une manifestation de soutien Nicolas Sarkozy,ça du bien rigoler dans les chaumières et les responsables de l’ump qui ont largement lâché M.Sarkozy en précisant que la justice devait faire son travail.Point.

Seuls quelques abrutis du genre Estrosi ou Gosselin tiennent un discours qui n’a plus lieu d’être après les révélations sur la société Bygmalion et sur le trucage massif des comptes de campagne de celui qui aujourd’hui est selon moi confronté à un étape de son parcours judiciaire.Compte tenu les affaires pendantes,je suis convaincu que ce n’est pas la première ni la dernière des gardes à vue auxquelles il sera convié.

Je ne voulais pas finir ce billet sans évoquer les propos de M.Apparu qui parait sérieux et prudent aux premiers abords et s’avère bien piètre défenseur de celui qu’il veut préserver.M.Apparu,cette garde a vue ne concerne pas l’affaire Bettencourt dans laquelle M.Sarkozy a obtenu un non lieu,un non lieu ne va dire innocent comme vous le savez.

Cette enquête porte sur des faits de trafic d'influence  et« violation du secret de l'instruction et n’a rien à voir avec l’affaire Bettencourt couverte par le juge Gentil.

Que M.Apparu affirme que cette garde a vue est inadaptée au motif quelle serait due a des écoutes effectuées sur une autre enquête,c’est son plein droit sauf que tous les magistrats interrogés depuis ce matin et Dieu seul s’il y en a eu,de tous les spécialistes des affaires de justice eux mêmes interroges en nombre ont tous dit que cette garde à vue correspond en totalité au droit de notre pays.

L’ump au travers de certains de ses responsables qui hésitent encore et ne sachant pas si Nicolas Sarkozy va revenir ou pas revenir est en train de se tirer une balle dans le pied.Après l’affaire Bygmalion qui a démontré l’existence d’un système quasi mafieux en terme de financement des uns et des autres et en particulier le financement des opérations électorales du gardé à vue,il serait pire encore de montrer aux français que M.Sarkozy est un français à part.Candidat à part qui multiplie ses frais de campagne autorisés  par deux,français à part qui devrait échapper au régime de la garde a vue alors que 400 000 de nos compatriotes par an en bénéficient si j’ose dire.

Les mêmes accusent la gauche au pouvoir de vouloir instrumentaliser l’ appareil judicaire pour empêcher M.Sarkozy de revenir.Revenir quand on n’est pas parti est un exercice de contorsionniste de premier choix,affirmer ce genre d’ineptie est aussi faire injure à un corps qui doit être respecté au contraire de ce qu‘a  fait l’intéressé quand il était aux affaires les traitant de petits pois,enfin en les circonstances actuelles où chaque jour voit poindre une affaire,des  déclarations tellement farfelues comme celle de M.Chatel sur la reforme de la SNCf,des distorsions permanentes entre les responsables de mouvement tous membres de la direction du parti hier et toujours membres du bureau politique comme par exemple Mme Pécresse qui et fortement partisane de la suppression des département et M. Ciotti farouchement pour leur maintien.En ces circonstances,la gauche n’a pas besoin des juges pour que l’ump aille se faire voir chez plumo et M.Sarkozy avec.

En tout état de cause quand on a peur de la justice,quand on a peur des primaires,c’est qu’il y a quelque chose qui cloche.

M.Sarkozy comme un petit garnement a joué avec le feu durant 5 ans,en 2012 il a triché sur ses frais de campagnes convaincu que sil était réélu,tout arrangerait compte tenu du fait que le conseil constitutionnel hésite toujours a invalidé les comptes du candidat élu.Sauf qu’il a été battu.

La morale de ces affaires se résume à ce proverbe populaire :trop tirer rompt la corde !

Pour parfaire les connaissances de cette affaire de M.Apparu et de ses collègues:


Les écoutes « témoignent du système Sarkozy » par lemondefr

http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/07/01/nicola...

 

Pour un résumé des affaires:

http://www.bfmtv.com/politique/affaires-est-sarkozy-80459...

 


11/04/2014

Guaino:Rattrapé par l’escadrille des juges rouges

Guaino:Rattrapé par l’escadrille des juges rouges...


Il y a peu M.Guaino, perroquet officiel et accessoirement député des Yvelines par intervention divine,se rengorgeait du fait qu’il n’avait pas de nouvelles des plaintes déposées par les magistrats de l’USM et par le juge Gentil.

Tout vient à point à celui qui sait attendre,le voila rattrapé par la patrouille des juges rouges,celles et ceux qui déshonorent la justice quand ils osent s’attaquer à l’homme le plus important des 20 et 21 ème siècle réunis.

Non M.Gaino tout n’est pas permis y compris quand on est membre de l’ump et adepte d’un sarkosisme débridé…tellement débridé qu’on se croit au dessus des lois de la république.

 

Affaire Bettencourt : Guaino renvoyé en correctionnelle pour «outrage à magistrat»

 passera donc devant un juge. L'ancien conseiller du  , Henri Guaino, est renvoyé en correctionnelle pour «outrage à magistrat» pour ses propos contre le juge de l'affaire Bettencourt, Jean-Michel Gentil, qu'il avait accusé d'avoir «déshonoré la justice», a-t-on appris jeudi de source proche du dossier


Le député UMP est également poursuivi pour «discrédit jeté sur une décision de justice». 
 
Une première audience destinée à fixer la date du procès devant la 17e chambre correctionnelle de Paris doit avoir lieu le 27 mai.

Henri Guaino avait «contesté» la façon dont le magistrat avait fait son travail. «Je la trouve indigne, je trouve qu'il a déshonoré un homme, les institutions, la justice», avait-il notamment déclaré au micro d'Europe 1. L'élu des Yvelines dénonçait une «décision irresponsable» et émettait le souhait de voir le juge d'instruction venir s'expliquer devant les Français. Il encourt jusqu'à six mois de prison et 7 500 euros d'amende»

http://www.leparisien.fr/politique/affaire-bettencourt-gu...

 

 


 

22/03/2014

Sarkozy:Il nous prend pour des lecteurs du figaro ou de Valeurs actuelles…

Sarkozy:Il nous prend pour des lecteurs du figaro ou de Valeurs actuelles…

Rafraîchir la mémoire de tous ces résistants de pacotille à la dictature et à la Stasi ne fera pas de mal à ces gredins qui viennent parler de dictature socialiste en toute liberté sur les plateaux de télévisons et studios de radios périphériques,en toute liberté de parole.

J’imagine un instant la tronche de opposants à M.Poutine quand il liront,s’ils en ont la liberté la lettre d’un ancien président de la république qui ose sans vergogne comparer la France  à la RDA et la police française à la Stasi.

Insulter ainsi toutes et tous ceux qui ont eu à subir ces régimes c’est indigne.

M.Sarkozy est libre de ces mouvements, libre de dire ce qu’il pense librement,libre d’accuser sans preuves des responsables politiques et un président de la république sans entraves.Libre de profiter des prébendes et avantages financiers que lui accorde la republie alors qu’il gagne grassement sa vie à ce qu’il prétend.ce qui e soit est une honte et ne correspond pas aux règles établies pour les anciens présidents  de la république

Qu’il songe à celles et ceux à qui on interdisait d’écouter des disques occidentaux et les radios capitalistes

Pauvre type,voila ce qu’est ce monsieur qui malheureusement a été comme le disait fort justement un connaisseur en la matière,une accident de l’histoire.

M.Sarkozy c’est comme ça qu’il voyait la démocratie et le respect de ses acteurs.


Michele Alliot-Marie, france-info, 05112010 par FranceInfo


Quand Sarkozy met un journaliste de TF1 à l'index par LeNouvelObservateur

 

Le gouvernement français reconnaît avoir mis sur écoute des journalistes dans le scandale Bettencourt

Par Antoine Lerougetel et Alex Lantier
19 septembre 2011

Le 1er septembre, le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, a admis que le service de renseignement français avait espionné les conversations téléphoniques de Gérard Davet, un journaliste du quotidienLe Monde. Ceci a eu lieu après une année de dénégations de Guéant et d'autres responsables, dont le président Nicolas Sarkozy - en dépit des plaintes du Monde - qu'aucun espionnage de cet ordre n'avait eu lieu.

Guéant a confirmé que la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) avait fait « des repérages de communications téléphoniques » de Davet. Le but de cette opération était d'identifier les sources des reportages de Davet concernant ses investigations de Liliane Bettencourt, la milliardaire de L'Oréal. Guéant a brièvement ajouté que quant à la légalité des écoutes téléphoniques la justice « dira ce qu'il en est ».

L'été dernier la DCRI avait demandé à l'entreprise de téléphonie mobile Orange de lui fournir les fadettes [relevés téléphoniques] de Davet. Celles-ci leur ont par la suite permis d'identifier l'informateur, David Sénat, qui travaillait au ministère de la Justice. Il a été limogé.

Ce comportement constitue une violation flagrante des lois de la presse. Ainsi, Le Monde cite une loi du 4 janvier 2010 dont une disposition stipule : « Il ne peut être porté atteinte directement ou indirectement au secret des sources [des journalistes]. »

Bernard Squarcini, patron de la DCRI, et Frédéric Péchenard, directeur général de la police nationale, font l'objet d'une enquête par la juge Sylvia Zimmermann. Ils comptent invoquer « l'intérêt national » pour justifier la surveillance, faisant appel à une loi qui n'exigerait plus d'autorisation judiciaire explicite pour ce genre d'écoutes téléphoniques. Toutefois, Le Monde a cité une commission de 1999 qui avait jugé que cette loi ne s'appliquait pas aux écoutes de communications entre individus en affirmant que ceci invalidait leur stratégie de défense.

Il y a des déclarations contradictoires sur la façon dont le gouvernement Sarkozy projette de traiter l'affaire et quant à savoir lequel, de Guéant ou de l'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux - tous deux des proches de Sarkozy - sera impliqué.

Guéant lui-même a dit qu'il n'y aurait pas de sanctions juridiques pour Squarcini ou Péchenard. Mais, Le Monde a cité une source anonyme proche du président disant : « Je pense que Bernard Squarcini ne pourra pas tenir longtemps. S'il dit, 'c'est moi tout seul', la messe sera dite. »

Le caractère explosif de l'admission de Guéant découle à la fois de l'illégalité patente du comportement de l'Etat et du but des écoutes téléphonique en soi. Elles visaient à empêcher un débat public sur la collaboration du gouvernement Sarkozy avec les ultra-riches dans la planification des attaques impopulaires contre le niveau de vie des travailleurs.

Le rapport de Davet comportait des révélations selon lesquelles Bettencourt avait illégalement financé la campagne électorale de Sarkozy en 2007 et avait contribué à trouver un emploi juteusement rémunéré pour l'épouse du ministre des Finances d'alors, Eric Woerth. A l'époque, Woerth avait négocié avec les syndicats français d'importantes réductions des droits à la retraite au grand mépris de l'opinion publique et en faisant passer à la hâte cette législation au parlement. (Voir : « Le scandale Bettencourt de fraude fiscale ébranle le gouvernement francais »)

La colère face à l'affaire Bettencourt et aux coupes sociales avait provoqué en octobre dernier une série de vastes manifestations et de grèves qui furent finalement étouffées par la bureaucratie syndicale et les partis soi-disant de gauche de la classe moyenne.

Ces développements révèlent la profonde dégénérescence de la démocratie bourgeoise française. Comme aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et dans d'autres puissances impérialistes occidentales, la promotion de l'hystérie sécuritaire et de la « guerre contre le terrorisme » ont libéré les services d'espionnages - tant à l'extérieur qu'à l'intérieur du pays - de toute surveillance appropriée.

Le pouvoir exécutif français foule aux pieds la liberté de la presse et autres droits démocratiques fondamentaux pour défendre les intérêts sociaux d'une infime oligarchie financière en recourant à des méthodes dignes d'un Etat policier.

L'espionnage téléphonique du Monde est la dernière d'une série de mesures profondément antidémocratiques promues par le gouvernement Sarkozy qui a tenté d'inciter des sentiments antimusulmans et autres haines ethniques pour faire appel à des votes néo-fascistes et pour diviser la classe ouvrière. Ces mesures comprennent l'interdiction de la burqa au mépris du principe de neutralité de l'Etat dans les affaires religieuses, ainsi que la déportation ethnique ciblée des Roms.

Ceci fait partie d'un virage plus général de la bourgeoisie internationalement vers des formes de gouvernement d'Etat policier pour réprimer la colère sociale et l'opposition - d'une manière absolument flagrante, avec les 30.000 interpellations faites lors de rafles policières par l'Etat britannique suite aux émeutes survenues le mois dernier à Londres et dans d'autres villes britanniques.

Ce rapide virage droitier est appuyé par toutes les factions de la bourgeoisie. En France, les partis bourgeois de « gauche », dont le Parti socialiste (PS) patronal, ont soutenu la politique antidémocratique de Sarkozy - aidant la participation de la France à la guerre en Afghanistan, contribuant à l'élaboration de l'interdiction de la burqa par Sarkozy et promouvant les mesures sécuritaires.

Dans ce contexte, la tentative du PS de se poser en défenseur de la liberté de la presse et en adversaire de Sarkozy ayant des principes, est cynique et faux.

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, candidate à la primaire de son parti pour l'élection présidentielle de 2012, a déclaré que l'« affaire [était] très grave ». Elle a ajouté : « Dès la semaine prochaine, nous profiterons de la rentrée parlementaire pour interpeller le gouvernement. Et, s'il le faut, nous réfléchirons à la possibilité de demander la constitution d'une commission d'enquête parlementaire. »

Le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a partagé l'opinion d'Aubry tout en faisant remarquer, « Sans doute d'autres dans le passé avaient fait les mêmes erreurs. »

Il s'agissait apparemment d'une référence discrète au fait que le président François Mitterrand, du PS, avait fait procéder à des écoutes illégales à une échelle industrielle durant son premier mandat - dont des journalistes du Monde - après qu'il eut entamé son « tournant de la rigueur » pour attaquer le niveau de vie des travailleurs. Plusieurs de ses collaborateurs survivants avaient été reconnus coupables dans ce scandale en 2005.

(Article original paru le 9 septembre 2011)

http://www.wsws.org/francais/News/2011/sep2011/wire-s19.s...

 

mediapr guéant.jpg

http://www.mediapart.fr/journal/france/140911/gueant-se-p...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu