target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

09/04/2011

Immigration:Je vous jure que je n'y suis pour rien.

C’était le 14 mars 2011

 le pen a lampedusa.jpg

 

 « (…) Le parti d'extrême droite propose des accords trilatéraux avec l'Italie et l'Espagne "pour que nos marines nationales respectives convoient les bateaux qui arriveraient, jusqu'à leurs côtes d'origine, humainement". Cela éviterait que "ces clandestins ne s'installent sur notre territoire et s'égaillent dans la nature", fait-elle valoir. (…) »

http://www.lepoint.fr/politique/marine-le-pen-a-lampedusa-pour-parler-immigration-son-theme-fetiche-14-03-2011-1305945_20.php

 

Marine Le Pen souhaitait que les bateaux transportant des émigrés clandestins soient arraisonnés dans les eaux territoriales et ramenés vers les ports de départ.

Haro sur la fasciste.

Il n’en n’etait pas question,cela ne correspond pas à nos traditions d’accueil mugissaient les bonnes âmes et républicains avertis.Surtout ceux qui naviguent entre deux ans à l’UMP sans savoir qu’une de leurs consœurs feraient plus fort que la diablesse.Sur ordre apparemment.

Et puis pourquoi faut-il qu’encore notre furie nationale nous emmer….avec sa vague d’immigration massive.Elle veurt jouer sur les peurs des français,c’est immoral,c’est anti – répubicain.Vous allez voir ce que vous allez voir.Le fascisme ne passera pas !En tout cas par par Lampedusa,ca c’est sur !

Le temps a passé,la situation s’est empirée,les italiens ont en pris à leur aise avec les accords de Schengen et nous voila coincés.

Aujourd’hui,M.Guéant et son homologue italien prévoient des patrouilles communes,maritimes et aèriennes,pour arraisonner les embarcations transportant des migrants clandestins et les renvoyer à leurs points de départ.

 

Pardon,de les dissuader.On nous dira comment on fait sans inertvenir à bord.Je reste convaincu qur M.Guéant nous dira comment il convient de procéder.Ce n’est pas la même chose à l’évidence que ce que proposait Marine Le Pen et pour une seule raison:c’est celle qui le proposait.

 

Il me vient,donc,une idée pour aider notre président à se sortir de l’ornière dans laquelle il s’est mis:installer une ligne téléphonique directe entre son bureau et celui de Marine le Pen,cela nous évitera d’abord une perte de temps,temps précieux en ces temps de turbulences,ensuite,pour ce qui le concerne,de passer pour un imbéciles ou un vil plagieur.

 

afp.jpg

 

 

Paris et Rome trouvent un accord pour endiguer l'émigration tunisienne

Créé le 2011-04-08 13:00

Par Heike Schmidt

Au cours de leur tête-à-tête à Milan, les ministres français et italien de l'Intérieur ont trouvé un accord pour endiguer l'émigration tunisienne. Une surveillance aérienne et maritime des côtes d'Afrique du Nord va être organisée par la France et l'Italie. Mais le ministre français le maintient : un migrant arrivant en France doit justifier de son identité et de ressources financières.

Pour Idriss et Mourad, le permis de séjour valable trois mois dans tout l’espace Schengen, représente une lueur d’espoir. Bloqués depuis des semaines à Vintimille, sur la Côte d’Azur à la frontière entre la France et l’Italie, les deux Tunisiens veulent à tout prix quitter l’Italie pour trouver du travail ailleurs en Europe. Plusieurs fois, les deux hommes ont été refoulés à la frontière. Avec le permis de séjour délivré par les autorités italiennes, ils espèrent pouvoir circuler librement dans tout l’espace Schengen. « Belgique, Allemagne, France, je resterai là où je trouverai du travail »,dit Idriss, « ici, en Italie, il n’y a rien à faire pour nous ». 

L'accord trouvé à Milan entre Claude Guéant, le ministre français de l'Intérieur et Roberto Maroni, son homogue italien, devrait amoindrir les espoirs de ces hommes. Car leur désir de venir en France est maintenant tributaire de cet accord franco-italien « sur l’interprétation du Traité de Schengen » : « La France, a déclaré Claude Guéant, agira dans le respect des règles de libre circulation, mais aussi dans le respect de l’article 5 du Traité qui prévoit la justification de documents d’identité en cours de validité et de ressources financières de la part des migrants ».

Les clandestins comme Idriss et Mourad risquent donc de continuer à être interpellés par la police française côté français de la frontière avec l'Italie. En mars, les autorités ont arrêté pas moins de 2 800 Tunisiens sans papiers sur le territoire français. Pour la plupart, des hommes jeunes qui comptent rejoindre leurs familles déjà installées en France. Et des centaines d’immigrants attendent encore à Vintimille en Italie.

 « Manque de solidarité »
Une fois passé la frontière, les autorités françaises les reconduisent vers l'Italie, en vertu d'un accord entre les deux pays qui date de 1997 et qui autorise la France à refouler les migrants vers leur pays d’accueil. L’Italie y voit un manque de solidarité flagrant. « Nous sommes en première ligne d’une vague massive d’immigration », insiste l’eurodéputé italien Fiorello Provera du groupe Europe Libertés Démocratie, «lors d’une catastrophe humanitaire, il faut partager le fardeau ».
L'accord trouvé à Milan devrait satisfaire le gouvernement italien puisque la France va organiser conjointement avec l'Italie des patrouilles aériennes et maritimes au large des côtes d'Afrique du Nord afin de dissuader les Tunisiens notamment de partir.
Depuis la révolution en Tunisie, ces cris d'alarme des Italiens se sont succédés. Rome se dit dépassée par l'afflux des migrants. Selon le ministre de l'Intérieur Roberto Maroni, 25 800 migrants ont débarqué en Italie depuis la chute du président tunisien Ben Ali, un flux bien trop important pour le gérer seul, sans l’aide des autres 26 Etats membres de l’Union européenne, selon Rome.
Avant même ce rendez-vous de Milan, l’eurodéputée chrétienne-démocrate Véronique Matthieu avait souligné que la France n’a pas abandonné l’Italie et l’aide à lutter contre l’immigration clandestine à travers ses contributions à Frontex, l’Agence européenne de surveillance des frontières extérieures.
Depuis plusieurs semaines, l'Italie et la France ne font que se renvoyer la balle et prennent au piège les migrants. Pour « vider la baignoire », comme l'a dit brutalement le leader du parti anti-immigré Ligue du Nord, Umberto Bossi, les autorités italiennes ont inventé une nouvelle astuce : un permis de séjour temporaire aux migrants, valable dans tout l'espace Schengen.

La France craint de « subir une vague d’immigration »
A Milan, le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, n'a pas changé d'avis concernant le fait que la France ne veut pas « subir une vague d’immigration ». Le permis de séjour temporaire accordé par l'Italie aux migrants ne suffira en aucun cas à éviter le refoulement des clandestins vers l'Italie. Une instruction envoyée aux préfets indique déjà qu’il faut justifier de ressources suffisantes et être en possession d’un titre de voyage en cours de validité. Ces conditions sont maintenues dans l'accord de Milan.

S’ils sont très divisés sur la question d’immigration transfrontalière, Rome et Paris sont en revanche d’accord pour accélérer les rapatriements de migrants vers la Tunisie. Roberto Maroni a précisé qu'un projet de rapatriement volontaire destiné à tous ceux qui obtiendront le permis de séjour temporaire, sera proposé aux membres de l'Union européenne. Mais les 27 se heurteront à ce moment-là à un autre mur : la Tunisie a elle-même accueilli plus de 200 000 refugiés libyens sur son sol, dix fois plus que l'Italie - l'idée de reprendre les migrants tunisiens de Lampedusa n’enthousiasme que très peu les Tunisiens.
 
Avec Anne Le Nir à Rome

 

http://www.rfi.fr/afrique/20110408-migrants-pris-piege-une-discorde-diplomatique

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu