target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

05/03/2012

Sarkozy:Ne me parlez plus de Bayonne…

Sarkozy:Ne me parlez plus de Bayonne…

Pauvre petit Nicolas,le v’la bien ennuyé de s’être aperçu à ses dépends que la popularité n’était plus ce qu’elle était .En tout cas la sienne.En effet que de changement en ces années écoulées,que de changement de popularité depuis son dernier voyage toujours en compagnie de Mme Alliot-Marie à l’occasion de la visite a une famille ayant vécu d’une tragédie :un meurtre commis à Pau.(http://www.dailymotion.com/video/x2ujrp_nicolas-sarkozy-l... ).

Bien encadré il est vrai et donc factice comme le furent la plupart des déplacement de cet homme du peuple,le représentant du peuple pas vraiment populaire.

Reste que cet épisode de la campagne pose quelques questions auxquelles M.Sarkozy et son camp devront répondre,quelles sont-elles ?

M.Sarkozy s’est-il rendu a Bayonne en toute connaissance des risques qu’il y courait ?

Le maire d la ville l’avait averti des risques encourus tenant compte des informations circulant sur des manifestations déjà annoncées et sans ambiguïtés.

choisir bayonne.jpg

http://www.sudouest.fr/2012/03/02/sarkozy-hue-et-chahute-...

bayonne.jpg

http://www.boursorama.com/actualites/bayonne-les-opposant...

"Que s'est-il passé à Bayonne hier ? Sarkozy, contre l'avis du maire UMP qui l'avait mis en garde, a voulu passer outre les conseils de prudence et s'est risqué à gagner le vieux Bayonne. C'est là que l'attendaient des indépendantistes basques et aussi des militants et élus socialistes. Des huées, des sifflets, des œufs ont été jetés (c'est très mal !)…le tout dans une cohue digne d'une féria avec taureau. A Bayonne on n'est pas dépaysé. »

http://www.paperblog.fr/5357950/dupont-aignan-a-raison-qu...

accoyer.jpg

http://www.lemessager.fr/Actualite/Fil_Infos_regionales/a...

Constatez avec moi que M.Accoyer décrie avec une acuité très critique la campagne de son candidat,pas celles de ses adversaires.

Il est vrai que ce président de l’assemblée nationale qui fait honte à sa fonction nous a donné d’autres signes de sa grande conception de l’unité nationale en prétendant qu’en cas d’élection de M.Hollande nous serions en situation de guerre.

M.Sarkozy en tant que candidat n’est pas le garant de l’unité nationale,il n’est qu’un candidat comme les autres.Comme M.Mitterrand était un candidat comme les autres face à M.Chirac,M.Accoyer a la mémoire courte.

La réponse est donc oui.

J’en déduis au montage d’une bonne provocation,provocation qui a échappé à son initiateur qui ne s’attendait pas aux effets collatéraux de son énième mascarade.Se croyant encore invincible et protégé –isolé il faut dire -comme il l’a été durant tout son quinquennat pour des centaines de policiers et un cordon de sécurité jamais vu dans notre pays.Accés interdits aux sites qu’il visitait,filtrage de tous les véhicules,vérifications des papiers et j’en passe…

M.Sarkozy était-il  le candidat ou le président quand il a visité le Vieux Bayonne,des paysans le matin et fini dans un café ?

Les versions divergent dans les commentaires émis par le président –candidat et ses séides qui ont multiplié les déclarations les plus hasardeuses.

sarkoy candidat.jpg

« Ici nous sommes en France et le président de la république française ira partout sur le territoire de la république française… »

http://www.dailymotion.com/video/xp5t6m_escale-bayonnaise...

"Certains disent que le parti socialiste n'y était pour rien" mais "ils étaient au milieu des indépendantistes basques. C'est ce que j'appelle un guet-apens organisé pour accueillir le président de la République avec la violence verbale que l'on sait".

Alain Juppé

M.Juppé aurait mieux à faire que de jouer au plus sarkozyste que moi tu meures.

Il est en train de perdre tout honneur ce grand homme.

« Le candidat a été physiquement gêné dans sa campagne. En même temps, il est le président de la République ! Ces agissements témoignent de beaucoup de sectarisme. Personnellement, j’y vois une véritable infraction au code démocratique ».Claude Guéant

http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2012/03/03/cl...

En même temps, il est le président de la République !Ce qui lui donne des responsabilités particulières,la première est de ne pas mettre danger la permanence de nos institutions par des actes inconsidérés et relevant principalement d’une  bravade puérile.Le président va ou il veut sur le territoire national,pas le candidat.C’est ce qu’aura compris M.Sarkozy.On l’espère.

ae6867aa-63bd-11e1-a4a6-8e3fdd1a92a8-493x328.jpg

 http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7343f894a6f677b10006b4/4f4fccd4f325e1482f000062/723786b4148d4bddae7bf06f3556aeaf?wmode=transparent"></iframe>

cope bayonne.jpg

http://www.youtube.com/watch?feature=player_profilepage&v=68XhLJ7hFpY

(…) a condamné l’attitude des militants PS envers le président de la république.(…) 

Qu’en est-il réellement.

M.Sarkozy a effectué ce voyage en tant que candidat au contraire de ce qu’il a prétendu quand la farce a pris un tour inattendu.Sauf à imaginer que le candidat avait prévu de se transformer en président de la république en fonction des événements  ou risques de chahut,risques connus par lui comme on l’a vu supra.

Les preuves de ce que j’’affirme:

Agenda officiel du président la république tel qu’il se trouve sur le site de la présidence de la république:

pr 2 3.jpg 

Agenda du candidat tel que diffusé sur le site NS2012 la France forte.

ump bayonne.jpg

On coupe…Retournons vers le maire UMP de la ville de Bayonne un certain M.Jean Grenet qui a présente ses excuses au président non au candidat,on sait plus exactement…Dans son courrier,il relève le contenu d’une des grandes déclarations que devait faire M.Sarkozy,je vous la cite :

« Le député-maire, qui s'est dit «choqué en tant que démocrate» par l'accueil mouvementé reçu par le président de la République, a indiqué vendredi lors d'une conférence de presse avoir envoyé une lettre à Nicolas Sarkozy dans laquelle il présente au nom de sa ville «ses profonds regrets et ses excuses sincères».

«J'ai dit à mon interlocuteur : Ce que je vous demande de ne pas faire, c'est d'aller dans le Petit Bayonne, car cela sera considéré par certaines sensibilités comme une provocation, voilà exactement ce que j'ai dit», a-t-il rappelé.

«Nous sommes en campagne électorale, dans un pays démocratique, chaque candidat peut venir à Bayonne. Bayonne n'est pas une zone de non-droit, ni le Pays Basque», a-t-il conclu. »

http://www.liberation.fr/politiques/01012393501-le-maire-...

« Jean Grenet s'excuse. Le maire de Bayonne, qui avait déconseillé au Président de se rendre dans sa ville, a adressé hier une lettre à Nicolas Sarkozy, regrettant l'accueil reçu dans sa ville. Au regard de la tournure des événements, c'est à se demander si Nicolas Sarkozy n'a pas un peu forcé les choses, se doutant de l'accueil musclé qu'il recevrait dans une ville où subsiste encore un noyau nationaliste basque proche de la gauche radicale. Quitte ensuite à vouloir tirer parti de l'inévitable bronca. Piste réfutée à gauche comme à droite. « Je ne crois pas à la manipulation. Mais plutôt que Nicolas Sarkozy est désormais prêt à prendre tous les risques pour ne pas être battu » indique le député PS David Habib.

Pas de calcul à imaginer non plus pour Max Brisson. « Il a quand même le droit d'aller à Bayonne » tempête le secrétaire-départemental de l'UMP, qui ne décolère pas d'avoir vu dans la même manifestation des nationalistes basques, des gens de la plateforme Batera (qui réclame une collectivité basque), des militants et élus socialistes. « Alors que le matin, Nicolas Sarkozy a indiqué souhaitable le rapprochement des prisonniers d'ETA mais aussi l'éventualité d'une collectivité territoriale du Pays basque, ses propos d'ouverture ont eu pour seule réponse quelques heures après des menaces et insultes. Je trouve cela déplorable. »

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2012/03/03/sarkozy-...

Le même qui traite la centaine de manifestants venus lui dire leur sentiment son égard de voyou,de terroriste était venu annoncer de très bonnes nouvelles à ceux-là mêmes qui lui réclamaient l’après midi.

Il est bien dommage qu’il n’ait pas eu le temps de leur annoncer ces bonnes nouvelles,notons que rien ne l’a empêché de le dire aux journalistes présents dans le café qui lui tenu de refuge ou quand il est parti…Cela aurait apaiser assurément les esprits des terroristes de l’ETA.Au lieu de cela,il s’en ait tenu à débiner M.Hollande.

Mission accomplie pour le candidat UMP qui une fois de plus à tenter de déconsidérer son adversaire principal comme il avait tenté de la faire pour l’affaire imbécile et montée de toute pièce du « Sale mec ».

Ou alors,M.Brisson a beaucoup d’imagination,denrée peu rare à l’UMP en ces temps de misère.A défaut d’idées,il en faut des tonnes et des tonnes !

En tout état de cause,ce n’est pas à un candidat de prendre des décisions qui relève de l’autorité judiciaire (rapprochement des prisonniers de l’ETA),quant  l’autre allégation ,elle relève des changements  permanent d’opinion que connaît le personnage qu’il soit candidat ou président,c’est ce qui explique que le manifestants n’étaient pas au courant.

A l’examen des agendas,moyens initiaux mis en œuvre pour ce voyage,M.Sarkozy était en visite de candidat et non en villégiature présidentielle.

Ce qui pose de sérieux problèmes tant politiques que matériels,en particulier sur les affections sur de compte de campagne.

Venons-en à mes affirmations d’hier:

a)     les véhicules utilisés par le candidat

Monsieur Sarkozy le candidat UMP arrive en 508 – le véhicule loué pour sa campagne .

508 1.jpg

508 2.jpg

b/Le président repart en C6 – blindée peut-être,on craignait un attentat de l’ETA sans doute.

Nicolas-Sarkozy-1er-mars-2012-a-Bayonne.jpg

c6.jpg

 

D’où sort cette C6,des services de l’Elysée,de la Préfecture,celle de M.le Maire de Bayonne,d’un député UMP ou est-elle le véhicule de  Mme Alliot Marie.(665 QNZ 75,facile d’en connaitre le propriétaire,en tout cas ce n’est pas un véhicule du cru))En tout état de cause,cette voiture n’avait aucune raison de se trouver là sauf à considérer que le président de la république courait un danger tel qu’il fallait le dégager au plus vite.Or,les CRS avait dégagé la place et M.Sarkozy n’a pas l’air très embarrassé pour sortir du café dans lequel il était refugié(sic).On voit sur ces photos qu’il n’y a plus de manifestant mais des sympathisants peu hostiles.

A-t-on pris l’habitude doubler les moyens de transport du président quand il se déplace en tant que candidat au cas où son intégrité physique j’entends -pour le reste on saura bientôt -serait mis en cause.S’il est vrai que l’intégrité physique du président de la république doit être protégée en toutes circonstance compte tenu du fait qu’il est le garant de la permanence de l’état,il n‘en reste pas moins qu’il est du devoir du candidat-président est de ne pas exposer outrageusement le président qu’il  reste encore jusqu’au 6 mai au soir,et  jusqu’ à la passation de pouvoirs officielle.

Or M.Sarkozy,le candidat a mis,sciemment,en danger physique même limité M.Sarkozy,président de la république,de façon imbécile et inutile  puisqu’il  était averti des dangers éventuels pour sa personne.

A-t-il réussi à intégrer sa fonction,la question sera pendant longtemps.

Nous sommes un certain nombre à penser que cette opération n’est qu’une provocation de plus de la part de candidat qui voit le sol électoral se dérober sous ses pieds et qui va tenter toutes les manœuvres possibles pour sauver sa réélection à la présidence de la république à laquelle il tient tant.

L’essentiel est que la commission de comptes de campagne chiffre au plus prés le cout de cette petit escapade au pays du jambon qui s’est transformé en journée du benêt de Bayonne.

Le service d’ordre:

cordon flic.jpg

ma,if tgv.jpg

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2012/03/02/accueil-...

gendar bayonne.jpg

3186888.jpg

crs bayonne.jpg

440x290_2195015.jpg

Manifestement,ce voyage du candidat Sarkozy à  Bayonne aura nécessité les mêmes moyens en terme de forces de l’ordre que ceux du président de la république.Ce candidat bénéficie donc d’un traitement spécial.Si on doit accepter certaines conditions extraordinaires relatives aux fonctions du président-candidat,on dit considérer que celles ci doivent être pondérées par le fait que le président-candidat ne doit pas se mettre lui même dans de conditions périlleuses.En l’occurrence,c’est le cas.

Tout cela admis,est-il tolérable dans notre république que le visite de M.Sarkozy entraîne un tel déploiement de force.Le quartier a été bouclé,la présence de manifestants à l’arrivée du cortège est surtout due à une mauvaise préparation dans l’organisation de la visite…ou a la malignité de ces derniers qui ont roulé les organisateurs dans la farine.Reste que l’intervention de police était manifestement prévue compte tenu du nombre de policiers engagés et de leur efficacité,si j’ose dire.Ce qui démontre une fois de plus que tous les intervenants étaient au courant des risques de chahut important lors de cette vite.Pourquoi  a-t-on laisser faire…Pourquoi n’a-t-on pas réagi plus vite.

Pourqoi n-a ton pas annuler cette visite ?

Je pose la question de circonstance:si nos autorités administratives se retrouvent en possession d’informations sur d’éventuels incidents pendant une visite de M.Hollande dans une ville de France,ce dernier bénéficiera t-il des moyens de protection mis à disposition par l’état ?Cette question concerne n’importe quel des candidats à cette élection présidentielle,bien sur.

Va –t-on bloquer tous les accès à cette ville, interdire l’accès au quartier dans lequel M.Hollande ou M.Bayrou ou Mme Le Pen se déplacerait.

Prenons un exemple:Mme le Pen souhaite se déplacer sur le dalle d’Argenteuil,va-t-elle bénéficier d’un tel déploiement de force de police en prévention et en protection ?

Conclusion provisoire :

*Le candidat Sarkozy est arrivé sur zone par avion privé loué pour ses voyages de campagne.C’est ce qui doit être fait et l’UMP a assuré l’avoir fait.

*Il a emprunté un véhicule de location affecté à sa campagne par l’UMP ou par le responsable technique de sa campagne.

Tout cela doit être et a du réglé sur le compte de campagne du candidat.

Le président s’est donc présenté à Bayonne et dans sa région en tant que candidat.

Manifestement il en est repart en tant que président pour se rendre à Bruxelles.

Résultats des courses :

*1 véhicule (Peugeot 508) pour le candidat.

*Un avion privé pour le candidat.

*Un véhicule (Citroën C6) officiel pour le président

*Un avion officiel pour le président pour se diriger sur Bruxelles.

*Un dispositif de sécurité de plus d’une centaine de policiers pour le président ou le candidat,c’est une des questions en suspens.

Reste à démontrer que tout cela a été correctement ventilé sur les comptes respectifs des deux Nicolas Sarkozy.Vous comprendrez que j’émette quelques doutes à ce sujet.

Tous ces moyens ont été mis en œuvre suite à un caprice du candidat Sarkozy au motif que le président de la république peut se déplacer partout sur le territoire.C’est la problème.

Etait-il nécessaire de se rendre à Bayonne,c'est-à-dire à l’extrême sud-ouest de notre pays pour une matinée  pour ensuite aller se rendra a un sommet à Bruxelles.Cette visite à Bayonne était elle si urgente ?

Quoiqu’il en soit il apparait qu’i y a eu encore à l’occasion de cette escapade bien risquée mélange entre les comptes candidat et le budget de l’ lysée.

Ca commence à bien faire…

Je communique ce billet à M.Dosières,il en fera ce que bon lui plaira.

L’avis que quelques français

sondage fs sarko bayonne.jpg

France Soir

ps bousculade.jpg

RMC

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu