target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

29/11/2011

Il nous prend pour des bœufs !

Il nous prend pour des bœufs !

sarko veau.jpg

Pendant que le président de la république de France bat campagne – au sens propre et figuré,propre c’est pour sa réélection,figuré c’est pour l’intérêt de agriculteurs dont il se fout comme de sa première Rolex – en ayant uniquement le souci d’attaquer sournoisement le parti socialiste et plus clairement les écologistes,voila ce que vient proposer un député du parti majoritaire aux intérêts non des agriculteurs mais de l’industrie semencières.

L’excellent Slovar nous livre encore une excellente analyse de cette propostion,inutile de vous lasser avec ma prose…

L’article de Sud ouest nous démontrera une fois les véritables fonction et utilité de ces voyages :propagande –il faut utiliser ce mot maintenant – auprès de l’électorat de droite en non auprès des agriculteurs sinon le président candidat risquerait de se faire écharper,des occasions bien ficelées pour assaisonner ses adversaires sans le risque de se faire prendre la  main dans le sac,si j’ose dire.Pendant que le président protège,le candidat candidate….

Des discours en total décalage avec la réalité de l’action néfaste de ce gouvernement,des coups tordus permanents masqués par des bons sentiments affichés la main sur le cœur ,voila la réalité de l’action politique que nous propose ce président.

Ce pouvoir a une réalité:un quarteron de généraux aux abois et incapables commandés par un maréchal non d’empire mais d’affaire,il a un dessein:s’accaparer la France !

ump semence.jpg

 http://www.marianne2.fr/SlovarMarianne/Agriculture-Le-bea...

 visite sarko.jpg

Il n'avait plus foulé le sol gersois depuis 2004. Nicolas Sarkozy, était alors ministre de l'Intérieur. Il revient cette fois-ci dans son costume de président de la République et sera accompagné de ses ministres de l'Écologie et de l'Agriculture, Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire pour un déplacement dédié à l'agriculture. Trois heures au pas de course entre Marsan et Gimont.

1. Ce qui va se passer durant trois heures

Un peu plus de trois heures dans le département : le timing est serré. Après avoir atterri à Auch ou Toulouse, le président de la République foncera tout d'abord à Marsan. Première escale chez les Letertre qui ont l'habitude des médias. En août, déjà, la famille d'éleveurs bovins et céréaliers accueillait les responsables nationaux de la Fédération nationale bovine devant caméras et journalistes de la presse écrite et télévisée régionale.

Chez eux, Nicolas Sarkozy devrait rester une bonne heure et rencontrer des agriculteurs gersois « engagés dans des associations d'éleveurs et de promotion du foie gras, ainsi que dans les pôles d'excellence rurale du département ». Sur place, seulement 25 journalistes, pas plus, seront autorisés et acheminés par navette, sur demande de l'Élysée et de la famille Letertre, qui n'a pas souhaité s'exprimer sur cette visite.

Direction Gimont, ensuite, où le chef de l'État et les deux ministres doivent participer à une table ronde avec cinq représentants de la Chambre d'agriculture. Christiane Pieters, Stéphane Zanchetta, William Villeneuve, Bernard Malabirade et Pierre Lajus traiteront de sujets précis et préparés ces derniers jours. Au menu notamment : l'organisation des filières, les problématiques autour de la Politique agricole commune (PAC), de l'irrigation ou des installations. Après cet échange d'une heure et demie, sans « avoir le temps de partager un casse-croûte » dixit un élu UMP, Nicolas Sarkozy devrait ensuite quitter le département.

2. Ceux qui seront présents…

Philippe Martin. Lorsque le Président abordera les sujets brûlants qui concernent l'agriculture, et peut-être celui des poulets industriels, nul doute que tous les regards se tourneront vers le président du Conseil général. Philippe Martin, qui est en première ligne sur ce dossier, sera bien présent. Une « courtoisie républicaine » qu'un député, président du Conseil général et qui plus est ancien serviteur de l'État, doit bien à son plus illustre représentant. « On ne boycotte pas le président de la République » pourrait résumer cette attitude républicaine.

L'UMP gersoise. Nicolas Sarkozy venant dans un cadre présidentiel, aucune rencontre avec les militants n'est prévue lors de cette visite. Gérard Dubrac et Gérard Bézerra, l'exécutif de l'UMP, seront, malgré tout, évidemment présents. Mais c'est Aymeri de Montesquiou, le sénateur et maire de Marsan, qui devrait l'accueillir dans sa commune.

En revanche, il est beaucoup moins certain qu'Yves Rispat, destinataire de l'une des 4 800 invitations, fasse le déplacement. Celui qui avait mené la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 mais qui ne fait plus partie de l'UMP, hésitait encore hier soir…

3. Ceux qui ne viendront pas…

Les époux Censier. « J'attendrai jusqu'à la dernière minute. Je me tiens à la disposition du chef de l'État. » Joël Censier, le père de Jérémy, a eu raison de jouer la patience. Lui et son épouse Corine ont été contactés hier soir par l'Élysée. Ils ne rencontreront certes pas le président de la République aujourd'hui mais plus tard, leur a-t-on assuré.

Joël et Corine Censier avaient officiellement demandé une audience à Nicolas Sarkozy, il y a une dizaine de jours. Sans aucune nouvelle. « On nous avait proposé de rencontrer un secrétaire d'État. Mais on en a déjà rencontré un. Ça ne nous intéresse pas. La seule personne avec qui on veut avoir un dialogue maintenant, c'est M. Sarkozy », affirmait hier Corine Censier. Il n'était même pas question pour eux d'aller au-devant du chef de l'État, sans rendez-vous. « Ce n'est pas un dossier dont on peut parler entre deux portes », affirmait hier Corinne Censier.

Les contre sommets. À l'initiative de la CGT, une contre table ronde où il sera question d'agriculture est organisée sur l'esplanade de Gimont, à partir de 10 heures. Une manifestation à laquelle devraient participer Solidaires, la Confédération paysanne, le Modef ou le Front de gauche. Le Parti socialiste organise également un contre-sommet du Gers, à la ferme En Coton, à Auch, en début d'après-midi, « pour analyser les annonces du chef de l'État et débattre d'une autre agriculture ».

L'Association des paralysés de France, qui n'a reçu aucune invitation, précise enfin qu'elle sera bien à Gimont « mais dehors », en titrant son communiqué très ironiquement : « Pas de bras, pas de chocolat ! »

http://www.sudouest.fr/2011/11/29/indiscretions-autour-d-...

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu