target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

27/12/2012

Copé:Il a raison de s’inquiéter…

Copé:Il a raison de s’inquiéter…

Popeck à l’Elysée,jamais!

 

cope vsd 1.jpg

cope vsd.jpg

Et toutes ces mauvaises nouvelles qui arrivent...quand le chômage va baisser il est capable de se couper un doigt comme les yakuzas.Un homme d'honneur,ce M.Copé.

 

 

La dette publique recule de 14,5 milliards d'euros au 3e trimestre

La dette publique brute de la France a reculé de 14,5 milliards d'euros à environ 1.818 milliards d'euros au troisième trimestre, soit 89,9% du PIB.

La dette publique brute de la France a baissé de 14,5 milliards d'euros au troisième trimestre pour atteindre 1.818,1 milliards fin septembre, soit 89,9% du PIB, selon les statistiques publiées jeudi par l'Insee . Le ratio de dette sur PIB a ainsi baissé de 1,1 point par rapport au trimestre précédent.

La contraction constatée au troisième trimestre est surtout due à un désendettement des administrations centrales. La contribution de l'Etat à la dette publique a en effet diminué de 13,8 milliards d'euros sur ces trois mois. Plus marginalement, les administrations de la Sécurité sociale se sont elles aussi désendettées, leur contribution à la dette diminuant de 1,1 milliard d'euros, a précisé l'Insee dans un communiqué. Outre la dette de l'Etat, la dette publique au sens de Maastricht inclut en effet celles des administrations de sécurité sociale (227,3 milliards fin septembre), des administrations publiques locales (161,7 milliards) et des organismes divers d'administration centrale (9,8 milliards).

Malgré la réduction de sa dette brute, la dette nette publique de la France a quant à elle progressé au troisième trimestre de 24 milliards d'euros à 1.640 milliard d'euros, ce qui représente 81,1% du produit intérieur brut de la France, contre 80,3% au trimestre précédent, a annoncé l'Insee.

Le gouvernement s'attend à une dette publique de 89,9% du PIB fin 2012, puis de 91,3% fin 2013, avant une décrue à partir de 2014 (90,5%, puis 88,5% en 2015)

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/020...

 

Les Français ont meilleur moral en décembre mais préfèrent toujours épargner

Par Claude Fouquet | 27/12 | 10:13

Le moral des ménage s'est légèrement amélioré en décembre selon l'Insee. Mais leur sentiment sur l'opportunité d'épargner est historiquement élevé.

Les ménages français terminent l'année 2012 ave un moral en légère amélioration. Selon les chiffres publiés ce jeudi par l'Insee en effet, en décembre le moral des ménages s'est amélioré pour la première fois depuis le mois de mai dernier. L'indicateur de confiance calculé par l'Insee progresse de deux points.

Un léger mieux qui tient avant tout en une plus grande confiance en leur situation financière passée et à venir. Dans les deux cas, l'indicateur calculé par l'Insee progresse de eux points. Et de même, leur opinion sur le niveau de vie future en France s'améliore pour le deuxième mois consécutif.

Pour autant, si ce regain de confiance s'explique sans doute en grande partie par une moindre inquiétude sur l'inflation _ et dans ce domaine la sagesse retrouvée des prix du carburant y est sans doute pour quelque chose _ qui pèserait sans doute moins sur le pouvoir d'achat, rien ne dit que cela va venir soutenir la croissance et l'activité des prochains mois.

Envolée de l'épargne

Car force est de constater que les ménages interrogés demeurent plus fourmis que cigales. Leur opinion sur l'opportunité de faire des achats importants (voitures, gros électroménager, etc.) est en effet « quasi stable » (+1 point) souligne l'Insee.

Et dans le même temps, ils sont en décembre plus nombreux à considérer qu'il est opportun d'épargner (+1 point par rapport à novembre). « Ce solde a augmenté de 14 points depuis juillet et se situe largement au-dessus de sa moyenne de longue période » constatent les experts de l'Insee. En fait, à 38 points il est désormaisà un petit point seulement de son niveau record de juin 1995. Un sentiment que conforte les derniers résultats disponibles en matière d'épargne et notamment l'envolée des sommes placées sur le Livret A. Le produit phare des épargnants a en effet attiré 43,93 milliards d'euros en onze mois.

Mais la prudence semble devoir l'emporter et les conduire à continuer de privilégier leur bas de laine. Il est vrai qu'en décembre, et sans grande surprise, ils sont plus nombreux à anticiper une augmentation du chômage (l'indicateur calculé par l'Insee gagne 5 points.) Une crainte qui devrait se trouver conforter ce jeudi en fin d'après-midi avec la publication des chiffres des inscriptions à Pôle emploi pour le mois de novembre.

19ème hausse du chômage attendue

Selon toute vraisemblance, ces chiffres devraient marquer un 19ème mois de hausse consécutive du chômage. Fin octobre, 4,58 millions de personnes pointaient à Pôle emploi en métropole, dont 3,1 millions sans aucune activité, un chiffre inégalé depuis plus de 14 ans.

Et la situation ne devrait pas s'améliorer à court terme. Alors que l'Insee prédit une poursuite de la dégradation et 10,5% de chômeurs en métropole en juin 2013, François Hollande a répété la semaine dernière que le chômage n'allait pas « cesser d'augmenter pendant un an. »

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/020...

Desolé,votre papa va être trés triste mais vous ne serez jamais président de la république.Au Boukistan,en Tchéchénie,Depardiou peut vous pistonner,peut-être mais jamais en Gaule...

 

 

20/10/2011

UMP:Chiche…

UMP:Chiche…

Un sondage qui tombe à pic!

Ah ces primaires,ça les titille.Alors qu’ils les organisent au travers d’un sondage…qui tombe à pic dans un hebdomadaire ami…C’est ça la démocratie à l’UMP !

On sonde ou on truque!

primaires ump libe.jpg

http://www.liberation.fr/politiques/01022366570-sarkozy-emporterait-la-primaire-ump-si-elle-etait-organisee

 

sarkozy,ump,vsd

results_HIFR_VSD_19102011.pdf

 

Un sondage sur les primaires commandés par l’UMP,à l’évidence,c’est déjà mieux que rien.

Cela donne une certaine légitimité à leur candidat face au candidat de la majorité.C’est pas ça que vous dites.Ce n’est pas M.Hollande le sortant pourtant je croyais.

Ah,bon c’est M.Sarkozy le sortant.Le responsable de rien sauf de ce qu’il n’a pas fait alors.

A lire aussi:

 

sarkozy,ump,vsd

 

http://www.20minutes.fr/politique/808690-sarkozy-emporterait-sil-primaire-ump-2012

xavbad

En Russie aussi, si ils avaient fait une primaire, on estime que Poutine l'aurait remporté ! Tout comme en Corée du Nord avec Kim Jong Il (Ou Kim Jong un, son fils) !! (Dit-il d'un air candide)

goldofrench

exact

paskinois

Sarkozy serait vainqueur par la peur qu'il prodigue en sous-main là rien de nouveau. D'aucun de la droite n'ose relever la tête et lui faire face.
Quant à la gauche au pouvoir c'est dejà du vécu et cela fut comme le disait Coluche 'c'est pas plus mal que si c'était pire'
35H CMU Touche pas mon pote etc...

eplic

Pourquoi 14% des électeurs iraient voter si c'est la primaire de la droite
et seulement 4% si c'est la primaire de la gauche ?

funpolitik

Parce que c'est un sondage élyséen, sans doute... et payé par nous...
Plus sérieusement, d'abord pour les primaires socialistes il y a eu près de 2,9 millions de votants soit 6,5% sur 45 millions d'électeurs. ceci dit 5 à 6 millions avaient affirmé qu'ils iraient voter, ce qui fait environ 13%...
Il y a toujours de gros optimistes qui préfèrent ensuite aller à la pêche... et donc toujours un écart entre ceux qui se déclarent prêts, et ceux qui y vont vraiment.
Mais d'un autre côté, Sarkozy étant de plus en plus contesté à droite par ses propres électeurs, cela peut très bien justifier une envie plus forte d'aller voter à une primaire de droite, pour voter CONTRE Sarkozy ! Notez qu'il ne recueille pas la majorité, alors qu'il avait plus de 90% en 2007...

funpolitik

Et j'ajoute : moi aussi je veux bien aller voter à une primaire de droite. Juste pour éliminer Sarkozy !

POUCAT78

Libre à vous !!!! mais croyez vous que les autres fairont mieux ? on les verra à l'oeuvre s'ils passent en 2012 parcequ'il est très facile de critiquer mais agir c'est autre chose !!!!

optimiste

A entendre Copé, Hollande est le président actuel et la droite est dans l'opposition alors pour 2012 de toutes façon ne vous faites pas trop d'illusion la bataille est perdu
A droite, les ténors ne se font pas vos illusions , ils préparent déjà leur retraite dorée sur d'autres postes a mon avis les querelles internes (DATI-FILLON pour Paris etc etc) verra la disparition de l'UMP après 2012.

funpolitik

@ POUTCAT78 :
1) "les autres", ils ont un nom, c'est la gauche, respectez-les.
2) quand un mec de droite n'a plus d'argument, que dit-il : "et Mitterrand, il a pas fait ci ? Il a pas fait ça ? "(le gars président, je le rappelle, il n'est plus au pouvoir depuis 16 ans et mort depuis 15 ans...). Bref.
2) "les autres", ils ne sont plus au pouvoir depuis 10 ans et si on mesurait la perte de vitesse de la France de 2002 à 2012 dans tous les domaines sociaux-économiques-humains, ce serait catastrophique, l'éducation, la santé, le pouvoir d'achat, la balance commerciale, la croissance, l'endettement, les déficits publics, le chômage, la précarité, l'appauvrissement des français, et même la sécurité, et j'en passe...
3) si on mettait sur la table les résultats de la période Jospin, et qu'on les comparait avec ceux de Sarkozy, vous seriez sur le cul ; un exemple : la sécurité social était à équilibre, et aujourd'hui, on nous annonce 30 milliards de déficit, et tout ça, malgré toutes les franchises, déremboursements augmentations de cotisations de toutes sortes qu'on a subis. Ah évidemment, ne pas parler des exonérations de charges des entreprises du CAC40, aux alentours des 22/25/30 milliards... La France était n°1 au classement de la qualité de la santé en 2000 ; elle était l'année dernière au 11ème rang...
4) les cadeaux fiscaux ont vidé les caisses de l'état et quand il s'est agi de réduire les déficits, pourquoi Sarkozy n'a pas supprimé par exemple l'exonération des plus-values réalisées par les entreprises du CAC40 essentiellement sur la revente de leurs filiales, coût pour l'état chiffré par la Cour des Comptes : 22 milliards, ou n'a pas supprimé l'exonération des plus-values réalisées sur les chevaux de course ? Est-ce que ces niches apportent qq chose en contrepartie à la France ? Réponse : non, ça enrichit juste les gros actionnaires...
Des exemples comme ça, il y en a à la pelle ! Plus de 400 niches fiscales...
5) un dernier pour la route : souvent la droite dit "si on avait été au pouvoir à la place de Jospin on aurait fait beaucoup mieux avec la croissance mondiale dont il a bénéficié"... à force d'entendre ça, j'ai fini par vérifier... et qu'ai-je découvert ? Que la France a eu la meilleure croissance dans les années 1997-2001 , devant l'Allemagne (oui Monsieur, ça vous la coupe, hein), devant la grande Bretagne, et était au-dessus de la croissance moyenne de l'Europe... et cerise sur le gâteau, était au-dessus du japon !
Alors on peut juger sur les chiffres, Monsieur POUCAT78, ce ne sera pas à l'avantage de la droite... Ami sarkozyste, où est-tu ?

optimiste

Si il y avais une primaire, j'écouterai mais il ne me viendrai même pas à l'idée de voter NS...vu le bordel qu'il a mis!

07/08/2010

Serai-je,un jour, honteux d’être français !

Aurai-je,un jour,honte de mon pays !

 

Je le suis déjà d’avoir été sarkozyste,d’avoir fait voter pour cet homme qui nous conduit à un désastre,un homme qui salit de jour en jour l’image de notre pays et la fonction de celui que nous devons choisir comme président.

Serai-je sauvé par le combat contre cette dérive tout aussi néfaste que nauséabonde.

Je le crois car la France est un bon pays  et que le l’aime trop pour en avoir honte.Et puis les français ne sont pas si dupes sauf ceux qu’interrogent l’IFOP,le remplaçant d’Opinion Way.

Voila ami ce que verront tous les français,nos amis étrangers au travers de notre presse.

Voila qui doit nous faire réfléchir….

marianne gm.jpg
vsd une.jpg
vsd photo.jpg
Et pour finir la position de Michel Rocard,un menteur invétéré,un stalino-trotkiste attardé,une vièere lubrique,un ennemi de l'intèrieur...Bref un nouvel ami du président.

 rocard vs sarko.jpg

Propos recueillis par Guy Sitbon - Marianne | Vendredi 6 Août 2010 à 17:01 | Lu 37194 fois

Pour l'ex-Premier ministre socialiste, le président de la République exacerbe les tensions, au risque de courir à la guerre civile.

Marianne : Approuvez-vous le discours de Grenoble où le président de la République déclare son intention de déchoir de la nationalité française les citoyens d'origine étrangère qui attenteraient à la vie d'un policier ou de tout autre détenteur de l'autorité publique ?

Michel Rocard : Non, je ne l'approuve pas.

Non, résolument et totalement ?

M.R. : Non, résolument et totalement. Je condamne et la substance et le procédé. Mais d'abord, je voudrais vous parler de Marianne. Vous vous comportez, non comme des journalistes d'information pure, mais comme des acteurs politiques. C'est aux hommes politiques d'agir en politique. Ainsi, vous sollicitez de moi cette interview et je sais que, si je l'avais refusée, vous en auriez informé vos lecteurs. C'est une forme de chantage !

Pas le moins du monde, monsieur le Premier ministre. C'est le droit de savoir. Nous n'aurions probablement pas caché à nos lecteurs, dans un article, que vous, ou telle autre personnalité, n'avez pas souhaité répondre à nos questions. Ce n'est pas votre cas. Revenons à nos questions. Pourquoi, vous, dont on connaît la pensée tout en nuances, réprouvez-vous aussi radicalement ?

M.R. : C'est une question extrêmement grave. Vous savez, cela s'est trouvé ainsi, j'ai commencé ma carrière administrative au service des naturalisations. Nous étions chargés de dire, précisément à ces naturalisés d'origine étrangère, que la nationalité française leur était accordée pleinement, sans réserve et de façon irrévocable. Et voilà qu'on veut maintenant introduire une nouvelle catégorie de « citoyens d'origine étrangère ». Mais, si on veut en faire une loi, il faudra passer par le Conseil d'Etat et le Conseil constitutionnel. Ils casseront forcément un texte contraire au droit.

Votre opposition paraît même plus virulente que celle du PS, auquel vous appartenez...

M.R. : Le PS, comme moi, n'aime pas exacerber les tensions. Autrement, c'est la guerre civile. La démocratie exige de nous des comportements mesurés. Agiter le chiffon rouge pour faire descendre des gens dans la rue, ce n'est pas appartenir à une démocratie pacifiée, à des institutions solides. Je sais bien que le président recherche d'abord les effets d'annonce. Cette loi ne verra jamais le jour. Mais ça ne change rien aux intentions. Et les intentions, je vous le dis comme je le pense, les intentions sont scandaleuses.

Vous dites que le président cherche la guerre civile, qu'il veut faire descendre les gens dans la rue...

M.R. : Je dis qu'il le paiera et qu'il l'aura mérité.

La gauche propose-t-elle une politique différente ? A-t-elle mené au pouvoir une autre politique ?  

M.R. : Bien sûr que oui. J'ai contribué à concevoir la police de proximité, qui décrispe les relations avec la population dans les quartiers difficiles. Nous avons obtenu des résultats sensibles. La prévention, c'est une œuvre de longue haleine. J'ai été maire dix-huit ans durant. La prévention des crimes et délits était notre priorité. La répression, c'est l'échec de la prévention. Avoir supprimé la police de proximité, c'est dramatique. Et on le paie. La délinquance augmente et augmente. La politique du « tout répression » favorise les tensions, accroît la délinquance. Et pourquoi ? Parce qu'on donne priorité à l'électoral. C'est exécrable, scandaleux.

Vous faites ce procès à un gouvernement, à un président pour lesquels vous avez de la sympathie, que vous avez parfois soutenu, n'est-ce pas ? 
M.R. :
Je ne sais pas qui rapporte ces bruits. Je ne partage pas cette vision, présente au PS, d'opposition systématique, du refus de coopérer sur toute la ligne. Quand des confluences avec l'adversaire se dégagent, je m'en réjouis. Sur les pôles terrestres, nous ne divergeons pas et je suis ambassadeur chargé des Pôles. De même, j'ai une mission sur la taxe carbone. Quand il y a désaccord, comme cette fois-ci, je ne l'étouffe pas non plus. Si je suis indigné, je le dis aussi, vous le voyez bien.

C'est une indignation morale ? 
M.R. :
Je serai sec et sans bavure : c'est inadmissible. Mais le pire, c'est que ça ne marche pas. Il n'y a d'amélioration ni sur le plan de la sécurité ni sur celui de l'immigration. On peut faire de grands discours mais, dans la réalité, la marge de manœuvre est faible, aussi bien pour la droite que pour la gauche. Il faut bien savoir qu'en tout cas les progrès seront minimes. On ne va pas étaler une ligne de barbelés le long des frontières. On ne va pas dresser les chiens policiers à flairer les sans-papiers. On ne peut pas refuser tout le monde. Et les étudiants étrangers ? Beaucoup déjà vont ailleurs, et c'est une perte pour notre pays. On ne peut pas expulser à tour de bras n'importe qui. Seulement les discours changent en fonction des gens auxquels on s'adresse. Quand on va chercher l'électorat du Front national, voilà sur quels scandales on débouche. La loi sur les mineurs délinquants passe de la responsabilité pénale individuelle à la responsabilité collective. On n'avait pas vu ça depuis Vichy, on n'avait pas vu ça depuis les nazis. Mettre la priorité sur la répression, c'est une politique de guerre civile.

 

On évitera les réactions de la presse étrangère…

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu