target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

23/09/2010

Estrosi :serait-il un ministre mutant ?

 

estrowoerth__Small_.jpg

Christian Estrosi est aussi ministre de l’Industrie

Le 24/08/2010 |

Christian Estrosi était ce matin l’invité politique de France Info. Réponse musclée à Dominique de Villepin, accusé “d’instrumentaliser le drapeau français”. Réplique polie au Pape, dont le message universel ne peut pas viser - c’est évident - les expulsions des Roms. Petite phrase parfaite pour les médias sur la France, “démocratie la plus généreuse du monde”. Au total, sur 7 minutes 49 d’interview, plus de 5 minutes 30 étaient consacrées à la sécurité! Si je compte bien, cela fait 70%. Ce pourcentage serait du reste très largement supérieur s’il s’appliquait à l’ensemble de la parole estrosienne pendant l’été 2010.

Le maire de Nice a parlé de sécurité, de sécurité, et encore de sécurité. Sa proposition de sanctionner les maires qui ne respecteraient pas leurs obligations en la matière a déclenché un buzz spectaculaire- exactement ce qu’il souhaitait. A quelques semaines d’un remaniement ministériel, son message au Président et à l’opinion paraît très clair. L’industrie, c’est bien, mais il serait temps de passer à autre chose.

L’été dernier, celui qui était alors le tout nouveau ministre de l’Industrie volait d’usine en usine. Dès juillet, il rencontraient les représentants des salariés de New Fabris à Chatellerault, qui menaçaient de faire sauter la leur. En août, il recevait les salariés de Molex. Sur toutes les radios, il racontait la mobilisation du gouvernement pour sauver l’industrie.

Un été après, quel changement !  Son énergie lors des états généraux de l’industrie semble épuisée. Alors bien sûr, à la fin de son interview, ce matin, il fallait bien dire deux mots sur son domaine de compétence. Cela a duré deux minutes, les deux dernières de l’émission. Evoquant son déplacement prévu dans les Vosges, à l’usine Clairefontaine, et avant d’annoncer l’installation, dès mercredi 25 août, de l’Observatoire du “Produit en France”, Christian Estrosi s’est fendu d’une analyse nuancée, fine, brillante, de la mondialisation : ”C’est la rentrée. Je dis aux familles françaises: achetez des cahiers français, achetez des produits scolaires français. Ce n’est pas beaucoup plus cher. Et nous avons même des articles bas de gamme au même prix que ceux qui sont fabriqués à l’extérieur, souvent par des enfants et par des hommes et des femmes en situation d’esclave, par des pays qui ne respectent pas les règles environnementales, fiscales et sociales qui sont les nôtres. C’est important de se le dire. Et en même temps ça coûte beaucoup d’emplois en France.”  Comme on dit à la radio, “c’était Christian Estrosi, ministre chargé de l’Industrie”.

Laurent Guez

http://blog.usinenouvelle.com/industrie/non-classe/christian-estrosi/

Aujourd’hui jour de grève générale et de manifestations  annoncées comme massives, malgré les alertes à la bombe imaginaires, il convenait de rendre hommage à celui qui depuis qu’il est aux manettes à sauver l’industrie francaise.On regrettera bien sur que certains de ses efforts ne furent point couronnés de succès .Il est vrai qu’en la matière - l’industrie - ce n’est pas les mots qui comptent mais les actes. Ainsi ,l’article qui précède,issu d’un site quasi officiel de l’industrie française,ne manque pas de nous interroger .Avions-nous un ministre de l’industrie - à la vérité un secrétaire d’état qui avait exigé le rang de ministre - ou un pantin aux ordres de M.Sarkozy dont on connait les compétences en politique industrielle,pire aux ordres du Medef et de nos grands groupes industriels - cf-Total).A part le sauvetage d’Alsthom à coup de fonds publics - exactement ce que fait aujourd’hui le clone en place- rien si ce n’est une accentuation de nos pertes d’emplois industriels et la vidange de nos réserves d’or…..(je vous en raconterai plus prochainement).

On ne se lassera pas des comédies de notre Méprisant face aux ouvriers de Gandrange et autres usines visitées. On se souviendra des grandes envolées lyriques de la campagne présidentielles ,on se souviendra surtout du désastre auquel nous assistons comme le démontrent les chiffres publiés par l’INSEE et le ministère de l’Industrie.Chiffres qui succèdent et se ressemblent toujours.

Il fallait que nous évoquions la grands clairvoyance de notre ministre lorsqu’il s’en ait pris aux grands patrons de l’industrie automobile responsables,à ses yeux,de notre dégringolade industrielle.Ces vils personnages ne pensaient qu’à s’en mettre plein les poches en délocalisant et en saignant les sous-traitant.On se souvient de la charge picaresque de notre benêt contre M.Ghosn.Avec l’effet que l’on connait.Notre intrus de l’industrie s’était fait remonter les brettelles par M. Lagarde et s’en est aller la queue entre les jambes.Il avait réussi malgré tout à imposer un rôle plus important de l’état dans la structure de direction du groupe Renault…..On attendait donc une révolution……Seul est resté le trublion.

Et c’est en cela que notre homme est un danger pour notre industrie. Il n’y connait rien.Il ne connait même pas les structures juridiques et capitaliste de nos plus grandes entreprise.Que M.Goshn soit PDG de Renault,et alors !.Que M.Ghosn soit PDG d’Alliance est ,en l’espèce, plus important à appréhender .Or sur Alliance, l’état actionnaire du groupe Renault n’a aucune prise possible.C’est sans doute ce qu’ignorait notre bon ministre.

Alors qu’il se mette à la lecture de quelques quotidien économique au lieu de se repaitre de la lecture quotidienne d’Estrosi Matin,il se cultivera, il sera moins sur d’être meilleur et surtout conscient des dégâts que subit notre pays à cause d’un ministre autant incompétent.

Ce qui suit viendra corroborer mes inquiétudes….

renault nissan.jpg

 duo ghosn.jpg

Source : La Tribune.fr - 22/09/2010

Le japonais Nissan Motor et son partenaire français Renault vont développer ensemble une plateforme destinée à la fabrication d'une dizaine de modèles, rapporte le quotidien financier Nikkei.

Les deux constructeurs automobiles prévoient de dédier cette plateforme commune aux 4X4 de taille moyenne et aux berlines et comptent ainsi réduire les coût d'achat de composants. Ils ont également l'intention de standardiser 70 pièces entrant dans la composition des voitures, qui représentent environ 80% du coût total des composants et des matériaux, précise le journal, parmi lesquels les vitres et les freins.

Les 4X4 X-Trail et Dualis pour Nissan, ainsi que les berlines Fluence et Megane pour
Renault, partageront la plateforme et les composants, ajoute-t-il. Les deux constructeurs espèrent ainsi réduire les coûts d'acquisition de pièces détachées pour les véhicules de taille moyenne d'environ 30%, soit plusieurs centaines de milliards de yen par an, par le biais d'achats mutualisés.

La plateforme commune et les équipements standardisés commenceront à être utilisés à partir de 2013 et représenteront environ 1,5 million d'unités par an, soit environ le quart du total des ventes mondiales des deux constructeurs l'an dernier, rapporte le Nikkei. Bien que les deux groupes aient commencé à acheter des matériaux et des pièces détachées par l'intermédiaire d'une entité commune en avril 2009, les économies sur les coûts sont restées limitées car ils ne partagent pour l'instant que huit sortes de composants, précise le quotidien financier.

Reuters - 22/09/2010 

 

Trois questions s’imposent ;

*Quel sera le pouvoir du médiateur de la sous-traitance sur la création de cette plateforme.

*Comment seront choisis les sous-traitants charger d’alimenter cette plateforme.

*Les représentants de l’état au conseil d’administration et au conseil stratégiques du groupe Renault ont-ils émis quelques réserves sur la création de cette plateforme

Il y a mieux en termes d’incompétence .Comment un ministre peut-il  ignorer à ce point la situation de notre industrie automobile contrainte de délocaliser y compris le fabrication -l’étude aussi ce qui est plus grave- de ses modèles de haut de gamme.Les choix tant vantés, par les Allemands ont été faits… il y a plus de dix ans….Aux alentours des années 1990….On pourrait donc s’interroger sur l’attitude de notre gouvernement de l’époque face à l’évolution entreprise par l’industrie automobile allemande.On sourit aujourd’hui quand M.Estrosi souhaite imposer son made in France à toutes les sauces.Y compris dans les fournitures scolaires.Quand on, gagne 18 000€ par mois,quand sa fille est logée gratuitement,on peut des permettre d’acheter français,quand on gagne 1000€ - même avec la prime de rentre scolaire - on va au moins cher….Pas français donc…

Alors cessons de se battre sur des chimères. Sur des balivernes.

peugeot c6.jpg

La remplaçante de la Citroën C6 devrait être produite dans l'ex-empire du Milieu et non plus à Rennes. Le groupe s'inspire de Renault en Corée.

La grande limousine Citroën C6 sera-t-elle le dernier haut de gamme « made in France » ? Sans doute. PSA songe en effet sérieusement à délocaliser en Chine la production de sa remplaçante, d'après des sources internes. Fabriquée à Rennes, en Bretagne, à un millier d'exemplaires l'an dernier à peine, la C6 pâtit d'une diffusion confidentielle. Il s'en fabrique en moyenne 220 fois moins que de Mercedes E ! Les ventes de C6 sont quasiment concentrées sur les « notables » et la haute administration en France. Ses cadences n'ont jamais frisé les 20.000 exemplaires prévus annuellement. La grande Citroën n'atteint ce chiffre... qu'au cumul sur quatre ans ! Un programme, dès lors, largement déficitaire. La grande Peugeot, la 607, s'éteint, elle, doucement cet automne après dix ans de production. Seuls 900 exemplaires ont été fabriqués à Rennes en 2009.

Le futur haut de gamme de Citroën sera d'ailleurs largement développé par le China Tech Center (centre technique) du groupe à Shanghai, qui doit plus que doubler ses effectifs à un millier de personnes d'ici à 2012-2013. C'est lui qui a déjà dessiné le concept Citroën Metropolis, esquisse d'une limousine franco-chinoise qui tient la vedette au pavillon français de l'Exposition universelle de Shanghaï. La production est envisagée à Wuhan. Une limousine Peugeot pourrait aussi être lancée.

En fait, la délocalisation vers l'Asie est une condition sine qua non. Faute d'une fabrication et d'un débouché en Chine, il est probable que la C6 n'aurait pas eu de descendance... En Europe, les marques tricolores ont, en effet, peu d'avenir dans les berlines de haut de gamme, les constructeurs allemands verrouillant presque complètement le segment. Normal, puisque l'Allemagne est le principal marché du haut de gamme sur le Vieux Continent. Seuls le suédois Volvo et, dans une moindre mesure, Jaguar ou Lexus Toyota s'immiscent dans la lutte.

« Le segment des voitures de gamme moyenne supérieure et du haut de gamme représente 25 % du marché chinois aujourd'hui. Et il sera à 28 % en 2020. Les véhicules de luxe resteront autour de 2 % à 3 %. C'est énorme », explique Jean-Marc Galès, directeur des marques de PSA. Premier marché mondial pour l'automobile, la Chine le devient en particulier pour les grosses voitures. Au premier semestre, les ventes de berlines et 4×4 haut de gamme produits localement ont bondi des deux-tiers.

Amateurs de grandes berlines

Dès lors, PSA tient le même raisonnement que Renault en Corée. Puisqu'un vaste marché existe en Asie, autant fabriquer ces grands modèles pour les débouchés locaux et en exporter un reliquat vers l'Europe de l'Ouest. Renault va ainsi lancer sa Latitude, une grosse Renault Samsung SM5 produite dans l'usine de Busan. Il y fabriquera même, dès la mi-2011, une version encore plus huppée qui sera exportée vers la Chine ou la Russie, mais a priori pas vers l'Hexagone !

D'ailleurs, PSA tiendra compte de plus en plus des desiderata du marché chinois, amateur notamment de grandes berlines spacieuses. « Les futures remplaçantes des Citroën C5 et Peugeot 508 pourraient être plus grandes, pour satisfaire les Chinois », reconnaît Jean-Marc Galès.

Alain-Gabriel Verdevoye - 23/09/2010

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20100923trib000552008/psa-envisage-de-delocaliser-son-haut-de-gamme-en-chine.html

Nous somme le 23 septembre, les ouailles de notre imposteur - le ministre des ouvriers -défileront et « grèveront » pour sauver leur retraite, en même temps les chinois se rebellent  parce qu’ils ont trop de travail et pas de retraite.Gageons qu’un jour nous manifesterons contre les entrepreneurs chinois qui ferment leurs usines en France et que nous en aurons assez de voir nos voisins chinois venir prendre leur retraite dans notre beau pays qui sera devenu la première destination des tous les nouveaux retraités des pays émergents d’aujourd’hui….

 Quelques sources :

http://www.rtl.fr/actualites/article/carlos-ghosn-si-la-france-n-est-pas-competitive-renault-ne-le-sera-pas-5934996564

http://www.rtl.fr/actualites/article/le-gouvernement-veut-augmenter-sa-part-dans-le-capital-de-renault-5932033118

http://www.caradisiac.com/Renault-n-est-plus-un-constructeur-francais-Carlos-Ghosn-revient-sur-ses-declarations-57723.htm

http://www.caradisiac.com/PSA-fabrique-37-de-ses-voitures-en-France-contre-24-5-pour-Renault-60458.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_Renault-Nissan

http://www.usinenouvelle.com/article/l-alliance-renault-nissan-un-mariage-qui-dure-et-pourrait-faire-des-petits.161866

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20100407trib000496012/alliance-entre-renault-nissan-et-daimler-quatre-milliards-d-euros-de-synergies-prevues.html

Pour la composition capitaliste de Renault :

http://www.renault.com/SiteCollectionDocuments/Communiqu%C3%A9%20de%20presse/fr-FR/Pieces%20jointes/22331_20100407_cooperation_Alliance-Daimler_FR_55BD479D.pdf

Une autre histoire :

Vous vous souvenez sans doute du film du printemps dernier intitulé « Pas de Clio IV en Turquie »,sa sortie avait suscité mainte réactions dans les milieux autorisés. M.Ghosn ,patron de Renault et Nissan avait été convoqué à grand renfort de cameras par le président de la république et par l’intrus de l’industrie .Goshn avait accepté le diktat présidentiel et avait assuré qu’aucune Clio IV ne seraient fabriquées en Turquie.Personne ne l’avait cru.On avait raison.

Le cinéma présidentiel cachait un autre loup,l’éviction programméde l’Etat comme actionnaire principal du groupe Renault.

Au cours de mes dernières pérégrinations médiatiques,jai retrouvé un bien intéressant article issu du Challenges édité la dernière semaine du mois de mars 2010.

Quel est son contenu à ce fameux article.Voila ci-dessous.

CCF23092010_00001.jpg
 Challenges N° 205 du 25 au 31 mars 2010

 

« Prévenu par un administrateur(c'est le moins que l’on puisse attendre d’un représentant de l’Etat dans le conseil d’administration du groupe Renault-ndlr),l’Etat ne pouvait l’admettre. C’est la vraie raison de la convocation de Carlos Ghosn par Nicolas Sarkozy et non la politique, de délocalisation de Renault(encore un mensonge, un de plus- ndlr)comme cela a été dit.(…).En attendant, les négociations que mène Ghosn avec Daimler Benz,avec possibilité d’échange de participations croisées ,sont suivies de très près. »

 

Bref le coup de Ghosn a loupé.Ce sera pour la prochaine fois….

Parmi,d’autres trouvailles,on a trouvé ce qui suit :

 Coopération stratégique entre l’alliance Renault-Nissan et

Daimler AG - modalités de l’opération pour Renault

Communiqué du 7 avril 2010

 A la suite des ces accords, la structure d'actionnariat de Renault sera la suivante :

Etat français 15,01%

Nissan 15,00%

Daimler AG 3,10%

Actions propres 0,98%

Autres 65,91%

 

Oui,l’Etat a réussi a déjoué le putsch de Ghosn.

Et moi je suis le frère de la sœur du Zouave du Pont de l’Alma.Celle qui bat le beurre….

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu