target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

26/05/2009

Estrosi:le singe savant de la sécurité

Avertissement :

J'ai toujours pensé que les blogs qui se contentaient de dupliquer les photos publiées dans la presse écrite ou sur les sites ,divers et variés, reprenant des informations n'intéressant personne(l'inauguration de la permanence de M.Duchemol),alignant les vidéos de repas d'étudiants attardés  dans un restaurant, ne servent à rien et n'intéressent personne demantrent,surtout ,que le créateur bloggeur n'a rien à dire

J'ai toujours prétendu,aussi,que les blogs étaient des instruments formidables et essentiels de la liberté d'expression, dés lors que l'on exprime une position ou une idée,dont chacun fait ce qu'il veut.Y compris de critiquer untel ou untel dés lors que cela reste dans la décence verbale et le respect de l'individu. Un c.. reste un c..,même sur internet mais il convient de rester courtois y compris avec les imbéciles.

Reste qu'il nous est arrive - et arrive - de publier coupures  ou reprises d'articles de presse illustrant un événement ou venant renforcer nos modestes analyses.

Ainsi,à quoi sert-il d'aller créer un billet reprenant les termes de l'entretien que Mme Alliot-Marie a accordé au JDD alors que la reprise de ce dernier,in extenso ,suffit à elle-même.Suffit surtout à démontrer l'incongruité des propositions émises par le bon et dévoué Député Maire de Nice et leur objectif premier:montrer la capacité de ce dernier à raconter n'importe quoi,pourvu que ça mousse, et pire être désavoué par les ministres issus du mouvement politique dont il est le premier conseiller politique.

Drôle de conseiller,au demeurant,qui se fait  tacler par ceux-là mêmes qui sont supposés destinataires de ces prétendus conseils.En matière de sécurité ,comme dans tous les domaines d'ailleurs,les conseilleurs ne sont pas les payeurs et nous conseillons à M.Estrosi de bien réfléchir avant de proposer que l'on expose les fonctionnaires de police et,maintenant,ceux de l'éducation nationale à de graves difficultés dans l'exercice de leur fonction.

La securité de nos concitoyens,dans tous ses aspects, mérite mieux que des déclarations motivées ,essentiellement,par le souci de se montrer et de faire parler de soi.Le rôle d'un homme politique, parlementaire de surcroit est de proposer,apres mure réflexion,la mise en place de mesures adaptées aux réalités de la délinquance ,en tous milieux et en toutes circonstances,et permettant de régler réellement les difficultés .Nous assistons, à la vérité une surenchère sécuritaire du essentiellement à l'approche d'un scrutin qui sera dur pour le parti de Christian Estrosi tant la politique menée par Nicolas Sarkozy et le gouvernement sera condamnée. La sécurité n'est,pour certain,qu'un hochet leur permettant d'exister et une une muleta que l'on agite, le moment venu,devant son électorat.A cet égard ,il est surprenant que les commentateurs et le leader de la gauche niçoise,bien muet en ce moment, n'aient pas songer à questionner notre champion des portiques de contrôle sur la réalité des violences scolaires dans le périmètre des attributions électives de celui qui est deveni,en l'espace de trois declarations,le Zavatta* de la sécurité.

Ainsi,c'est en complément à un réel travail de réflexion sur la politique de sécurité que nous vous proposons la reprise de l'article qui suit.

*Mille excuses à la famille Zavatta.Grand clown devant l'eternel et qui a accompagné notre enfance avec ses prestations à « La piste aux Etoiles.Reste qu'il demeure,dasn nos mémoires ,un grand modèle de franche rigolade et que,sans doute,Christian Estrosi ne lui fera pas grande concurrence par le talent mais surement  par la franche fanfaronnade.Ce n'est pas tout à fait la même chose.

Mille pardons me seront donc accordés !

CCF26052009_00000.jpg

Samedi 23 Mai 2009

 

MAM: "Je n'ai pas le droit d'avoir peur"

Propos recueillis par Claude ASKOLOVITCH
Le Journal du Dimanche

Attention, jeunes dangereux? Xavier Darcos veut créer des "brigades de sécurité" à l'intérieur de l'Education nationale, le maire de Nice, Christian Estrosi, veut installer des portiques anti-armes devant les écoles... La ministre de l'Intérieur calme le jeu, avant les conclusions de Nicolas Sarkozy, la semaine prochaine. Et explique au JDD pourquoi ces projets sont - au mieux - impraticables.

Michèle Alliot-Marie appelle au calme et à l'autorité, avant le plan Sécurité de Nicolas Sarkozy, dévoilé la semaine prochaine.

Avez-vous peur d'un "Columbine" français, un massacre de masse dans un établissement scolaire...
La peur est un mot qu'un responsable politique doit s'interdire. Je n'ai pas peur, par principe, par caractère, par tempérament, par choix politique et, en l'occurrence, aussi par rationalité. Je n'exclus rien, mais je ne vois pas monter une telle menace. Ça ne veut pas dire que j'ignore la violence, ni les risques. Mais nous ne sommes ni les Etats-Unis ni l'Allemagne. Allez dans certains quartiers de Berlin, vous comprendrez. L'ambiance est plus dure, plus tendue...

Certains ne partagent pas votre sérénité. Le maire de Nice veut multiplier
les portiques anti-armes dans les établissements de sa ville, les écoles communales y compris...

Je ne crois pas à une généralisation des portiques dans toutes les écoles, mais ça peut être un outil de dissuasion dans certains établissements. Si des jeunes savent qu'ils peuvent être attrapés en introduisant des armes dans un établissement, ils hésiteront... Maintenant, la question des portiques dans les écoles n'est pas celle d'un ministre de l'Intérieur. Elle relève de l'Education nationale, ou des élus locaux.

Elle vous concerne pourtant. Si un adolescent de 1,80 mètre fait tilter un portique, ce n'est pas un malheureux proviseur qui va le désarmer...
Si un malabar de cette taille se promène avec un couteau ou un tournevis, vous avez des policiers ou des gendarmes référents, dans des commissariats ou à la gendarmerie, que l'on peut joindre immédiatement et qui interviennent en quelques minutes. Ça existe déjà. Les proviseurs sont en général très satisfaits de ce système. Il y a sûrement d'autres mesures à imaginer, mais ne vous focalisez pas sur les portiques ou sur la violence à l'intérieur des établissements. La semaine dernière, un professeur a été poignardé par un élève et c'est inacceptable... Mais, nous le savons, les violences les plus fréquentes ont lieu entre jeunes, dans des bagarres de bandes, à l'extérieur des lycées.

Xavier Darcos, votre collègue de l'Education nationale,
veut créer une brigade à l'intérieur de cette institution pour fouiller les mineurs...
Faire de la prévention à l'intérieur des établissements, par des personnels de l'Education nationale, me paraît judicieux. Ça montre que Xavier est sur la même ligne que moi: on ne va pas installer des commissariats dans des écoles, ni morceler les forces de police pour créer une brigade spéciale pour chaque problème...

Darcos va au-delà. Il propose que les recteurs deviennent officiers de police judiciaire, et les conseillers principaux d'éducation des auxiliaires
de police judiciaire.

Cela me paraît un peu compliqué. Ce ne sont pas des titres honorifiques, mais des compétences juridiques ; ils sont attribués par l'autorité judiciaire, qui ne plaisante pas avec ses critères. Pour être OPJ ou APJ, il faut passer un concours ou un examen, et être formé très sérieusement.

Mais il faut être OPJ ou APJ pour pouvoir fouiller un cartable...
Il faut aussi être capable physiquement et psychologiquement de s'imposer sans violence. C'est quelque chose qu'on n'improvise pas. Les propositions de Xavier Darcos devront être précisées. Tout le monde est concerné par la sécurité à l'école. Ce qui sera proposé devra être réalisable. Tout le monde se reverra, et le président de la République exprimera ses choix.
C'est une étrange République que celle où les propositions fusent quand rien n'est décidé...
Chacun fait à sa façon. Certains testent leurs idées dans les médias. J'ai un principe, j'essaie de m'y tenir. Rester posée, et avancer. Il n'y a pas d'outil miracle, qui ferait disparaître du jour au lendemain toute la délinquance. Nous sommes dans un travail dans la durée, sur la jeunesse, sur nous-mêmes, sur les expressions de la violence dans la société actuelle.

C'est de la psychologie?
C'est une connaissance de la société. Il faut éviter les fantasmes, le spectaculaire, et en même temps ne pas minimiser. Vous avez à la fois, paradoxalement, une baisse de la délinquance et, au sein de la délinquance restante, une montée de la violence. Les causes sont multiples, mais toutes convergent. Une perte de repères. Une baisse d'acceptation de l'autorité. Les profs-copains. Un discours complaisant envers certaines formes de délinquance. Une culture de l'excuse. Des habitudes étonnantes, quand on a de la mémoire... Jadis, si un enfant rentrait avec une mauvaise note, ses parents le punissaient. Ensuite, ils en tenaient responsables les professeurs. Maintenant, on peut voir des parents qui agressent physiquement les enseignants... Il y a aussi le sentiment d'injustices qui minent le pacte social: des employés menacés de chômage se laissent aller à la violence, contre eux-mêmes parfois, contre les autres également. Les suicides de cadres ou de chômeurs et certaines séquestrations de patrons ont la même origine...

C'est juste une question d'autorité?
L'autorité et le repère. Les adultes sont les adultes. Les ados se construisent en référence à leur autorité. Même s'ils la contestent, ils en ont besoin.

Comment de jeunes enseignants, de jeunes femmes, peuvent-elles incarner l'autorité face à des adolescents machistes, violents?
Croyez-vous que le machisme est une invention récente? Quand j'étais prof de fac, j'ai demandé à mon compagnon de m'enseigner des prises de judo ou de karaté. Je ne m'en suis jamais servie, mais j'avais ça en moi. Je ne dis pas que les profs doivent être experts en arts martiaux. Mais au-delà des discours, il y aura toujours, au bout du compte, la détermination d'un individu à regarder les autres - un jeune énervé aussi - dans le blanc des yeux. Un de mes doutes sur les portiques, c'est qu'ils sont un adjuvant à la peur. Je veux que l'école soit le sanctuaire de la connaissance. Je ne veux pas l'enfermer dans une protection artificielle, même si dans certains cas une sécurisation est nécessaire.

Comment justifier l'autorité quand des policiers arrêtent deux mômes de 10 et 6 ans?
L'autorité n'est légitime que si elle s'exerce dans le respect de la déontologie. Au ministère de l'Intérieur je suis aussi chargée de la protection des libertés. Sur ces deux enfants arrêtés, j'ai un problème de principe: on ne doit pas traiter des enfants comme des adultes, évidemment. J'ai demandé une enquête administrative. Je ne dirai rien avant d'avoir les résultats de cette enquête. Je ne parle que sur des faits dont je suis sûre.

Mais les dégâts de cette affaire sont déjà là pour l'opinion publique. Vous auriez pu contacter les mamans...
Sans savoir vraiment ce qui s'est passé? Juste pour faire une photo? Je ne suis pas là pour ajouter à la confusion en réagissant sur l'émotion. Je défends mes fonctionnaires quand ils sont injustement accusés. Mais s'il y a une faute, je sanctionne. En connaissance de cause.

Si le politique ne répond pas immédiatement à une angoisse, il perd sa légitimité...
Je suis chargée de la sécurité et des libertés des Français. Si j'oublie cela, si je me fais plaisir ou vous fait plaisir - vous, les médias -, je me trompe. Je n'ai pas pris trois jours de vacances d'affilée depuis que je suis au ministère pour être présente sur le terrain chaque fois que nécessaire. Si je ne suis pas assez spectaculaire, vous m'en excuserez... Certains de mes prédécesseurs ont regretté d'avoir parlé trop vite, sur des informations encore incomplètes. Il faut s'abstraire du bruit médiatique.

Vous pouvez aussi gaffer... Vous avez dit, sur Europe 1, que La Courneuve était
le supermarché de la drogue.

J'ai dit "un des supermarchés de la drogue". Et c'est vrai. Ce serait mépriser les habitants que de nier cette réalité, comme ce serait indigne de les assimiler à ces délinquants. Pourquoi avoir peur de la vérité? Savoir permet d'agir.

 

 

21/05/2009

UMP :Darcos tacle Estrosi.

article_photo_1224506741137-1-0.jpg

A croire que le ministre de l'Education nationale est un lecteur assidu de notre blog.Dés le 19 mai dernier* ,nous proposions, en réponse à la proposition plus désopilante que fumeuse  de l'ex ministre de l'Outre-Mer qui est aujourd'hui notre bon et dévoué Député Maire de Nice,d'utiliser le personnel de l'Education nationale pour lutter contre les violences scolaires.Et ce dans un cadre légal et administratif fondé sur la prévention et le contrôle. De façon totalement inespérée ,le ministre Darcos vient d'apporter son soutien à notre modeste suggestion.Nous voila donc à remercier un Mexicain prestigieux ,ministre de la république .Et malgré,tout plus légitime que quelque histrion se prenant pour un spécialiste de la sécurité .L'avantage que l'on peut concéder à M.Darcos par rapportàa M.Estrosi,c'est que le ministre  se contente de parler de sujets qu'il maitrise .Et le fait de ne pas être d'accord avec la politique menée par son ministère ne remet pas en cause la reconnaissance de quelques unes de ses compétences.A force de parler pout paraitre, de raconter n'importe quoi pour exister, notre bon et dévoué Député maire va finir par énerver le chef suprême desMmexicains et ça va mal finir.

Je recommande au Monsieur « idée » du bon et dévoué Député Maire de Nice, l'excellent Pascal Condomitti, de recommander à son patron de la fermer  et d'attendre sagement sa nomination.

*voir le billet « Eric Ciotti :l'art de se foutre du monde ! » dans lequel vous pouviez lire,ami lecteur,cette proposition « - Développer les contrôles et les opérations de prévention menées par le personnel de l'Education nationale. »

Vous voulez lire l'article du Figaro et l'entretien qu'a accorde France soir à notre Crici d'amour:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/05/21/01016-20090521ARTFIG00328-darcos-propose-une-force-d-intervention-dans-les-ecoles-.php

 http://www.francesoir.fr/enquete/2009/05/20/ecole-police-...

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu