target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

20/09/2011

Nationalisation des banques :Et si Fiorentino n’était pas si seul !

Nationalisation des banques :Et si Fiorentino n’était pas si seul !

On se souvient des cris d’orfraie de Mme Pécresse et de M.Apathie quand M.Fiorentino,au cours d’une émission « le Grand Journal » avait émis l’hypothèse d’une nationalisation partielle de nos banques.

Munie de leur gousse d’ail et crucifix,nos deux experts était tombés sur Fiorentino comme le lèpre sur le monde.

On voit aujourd’hui les résultats de la politique que même notre gouvernement au travers de sa ministre du Budget.Eloquent n’est-il pas !

Nous savons tous que M.Fiorentino est un gros nul et que Mme Pécresse est sans doute une des meilleures ministres du budget européens.

Nous savons tous que les lecteurs des Echos sont tous des crétins qui ne connaissent rien aux lois de l’économie et de la finance.Sauf que court le bruit « sérieux » d’une prochaine recapitalisation de certaines banques qui apparaissent bien fragiles malgré des stress test un peu arrangés.Nous verrons bien la forme de prendront ces recapitalisations.

Voila donc ce que révèle le sondage organisé par le site des Echos.3003 réponses,ce n’est pas négligeable et ce sondage peut être considéré comme sérieux.

 

echos banques.jpg

 http://www.lesechos.fr/sondages/liste.php

Pour mieux connaitre les positions de M. Fiorentino:

 

fiorentino marianne.jpg

 http://www.mariane2.fr/Nationalisons-les-banques-meme-les-liberaux-le-disent_a210311.html

 

 

En complément:

 

challenges.jpg

http://www.challenges.fr/actualite/finance-et-marche/20110913.CHA4144/la-nationalisation-des-banques-francaises-est-elle-vraiment-une-absurdite.html

 

 

14/05/2011

Sarkozy:Et si Attali avait raison

 

Chronique d’une défaite annoncée

A la veille du trentième anniversaire de la première élection présidentielle gagnée par un socialiste en France, suivie de la première véritable alternance politique, les dirigeants socialistes sont sur un petit nuage, semblant assurés de leur victoire aux prochaines élections présidentielles et aux législatives qui suivront. Ils en sont même déjà à se partager les postes : qui sera Président ? Ministres ? Directeurs de cabinet ? Présidents d’entreprises ? Bénéficiaires de marchés publics ? Et tant d’autres avantages à venir, après un si long temps de pénitence.

Ils ont quelques bonnes raisons d’être ainsi optimistes : au vu des sondages, il semblerait que le moindre socialiste puisse battre le président sortant ; même les électeurs de droite ne veulent plus de cet homme, qu’ils disent incapable de les représenter et de défendre leurs intérêts. De fait, son bilan est très loin de ses promesses sur tous les sujets, et en particulier sur l’emploi, le pouvoir d’achat, la compétitivité, la dette publique, et même la sécurité. Les Français lui reprochent de ressentir un sentiment de mal être, pour eux et plus encore pour les générations à venir, qu’ils devinent menacées de déclassement.

Et pourtant, malgré tout cela, à l’heure où j’écris, le résultat le plus probable des prochaines élections présidentielles est, à mon sens, la réélection du président sortant. D’abord parce qu’il pourra, pour justifier son bilan économique et social, présenter l’excuse de la crise financière internationale, qu’il a apparemment très bien gérée. Ensuite parce qu’il peut arguer d’un activisme international de bon aloi sur la plupart des grands sujets où la voix de l’Europe méritait de se faire entendre. Enfin, parce que jamais les idées de la droite et de l’extrême droite n’ont été aussi dominantes dans l’esprit des Français : on ne débat que d’ordre, de sécurité, d’identité nationale, d’immigration. La gauche ne réussit pas à imposer un débat sur le chômage, sur l’école ou sur la précarité. Et quand elle fait des propositions, les Français ne les écoutent pas ou s’y opposent : ils ne veulent plus d’assistanat, mais du travail et de la sécurité. Et la gauche a abandonné ces préoccupations à la droite.

De plus, comme les innombrables candidats à la candidature dans les multiples gauches vont se disputer pendant six mois encore sur des questions de personnes, et non de programmes, ils vont évidemment s’user avant l’heure. Aussi parce les dirigeants socialistes des collectivités territoriales ne se battront pas pour que l’un d’entre eux soit élu à la magistrature suprême, parce qu’ils savent que cela rendrait plus difficile leur réélection deux ans plus tard, dans leurs territoires.

Enfin, et ce n’est pas sans importance, parce que le Président sortant, bien meilleur candidat que Président, est le seul de tous les prétendants, de droite comme de gauche, à être prêt à tout pour être élu, parce que, quoi qu’il dise, il ne peut, lui, s’imaginer d’autres vies.

Et pourtant, il suffirait à la gauche de choisir au plus vite son candidat, de centrer sa campagne sur la justice et la sécurité, économiques et sociales, de faire de la lutte contre la précarité son principal combat, pour s’imposer dans les esprits et dans les votes. Elle ne le fera sans doute pas ; et si, dans les années à venir, les thèses de l’extrême droite s’imposent, par le biais d’une réélection du Président actuel, les socialistes n’auront à s’en prendre qu’à eux.

 

http://www.attali.com/actualite/blog/social/chronique-d%e...

 

sarkozy gagnant.jpg

Challenges

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu