target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

25/06/2015

Ump:On a trouvé le 3 ème député FN!

Ump:On a trouvé le 3 ème député FN!

Vous vous souvenez sans doute de ce député UMP si courageux quand il s’agit de résister (sic) à la féminisation des noms des fonctions de nos responsables politiques ou autres. 



 

C’est sans doute pour flatter l’électorat du Front national qui a voté pour lui au second tour grâce à un astucieux désistement de la candidate RBM.

La même crapule se tient maintenant bien droit face à Marion Maréchal-Le Pen tout en ayant bénéficié de 10 272 voix du FN au second tour des législatives dans la 5 ème circonscription du Vaucluse.Aujourd’hui,la même crapule joue au chevalier blanc de la république auprès de M.Estrosi,autre grand représentant de la république des bananes. ….

Sans ce renfort inopiné M.Aubert ne jouerait pas au kakou à l’assemblée nationale…..et les électeurs du FN auraient moins mal où je pense !!

Il y aurait aussi un député du parti socialiste de plus à qui on a volé son élection.

1 er tour aubert.jpg

 2 eme tour aubert.jpg

accord secret.jpg

L'élection du député UMP du Vaucluse Julien Aubert, en juin 2012, cachait une entente secrète avec la candidateFN Martine Furioli-Beaunier., qui s'était retirée en sa faveur. Catastrophe : aujourd'hui, elle ose réclamer son dû.

Les histoires d'amour entre la droite et l'extrême droite finissent toujours mal, dans le Midi. L'un des grands mystères des dernières législatives, celui du désistement d'une candidate FN au profit de l'UMP, vient ainsi d'être percé par « Le Canard ». Et la vérité risque de faire beaucoup de peine aux électeurs du parti joliment rebaptisé « Les Républi­cains » (LR).

Juin 2012, entre les deux tours de l'élec­tion, dans la riante cité de Carpentras. Tandis qu'au sud de la ville la jeune fron-tiste Marion Maréchal-Lé Pen gambade vers la victoire dans la 3e circonscription, sa copine Martine Furioli-Beaunier, can­didate du Rassemblement bleu Marine (RBM), est en position d'arbitre dans la 5e (Carpentras-Nord), entre le patron dé­partemental du PS, Jean-François Lovi-solo, et son challenger UMP, Julien Au-bert. Le socialiste, arrivé loin devant (35,27 %), compte 4 238 voix d'avance et de grosses réserves. Avec ses 26,27 %, son concurrent droitier est à la ramasse. Seul un petit miracle pourrait le sauver. Et un gros miracle va se produire...

Alors que le FN ordonne à ses candi­dats de se maintenir partout, la lepéniste Furioli-Beaunier, qui a décroché une belle troisième place (24,41 %), se retire net de la course. Le coup de théâtre est commenté dans toute la France. A gauche, le socia­liste Lovisolo éructe contre « les tracta­tions et les magouilles politiques ». L'UMP, Julien Aubert en tête, rétorque que c'est le PS qui complote avec le FN pour favo­riser une autre élection, celle de Marion Maréchal-Lé Pen. A Paris, tata Marine s'étrangle : « C'est une grave malhonnê­teté ! » Quant à l'intéressée, la désistée de Carpentras-Nord,elle clôt ce concert d’indignation par un magistral «j'ai mûre­ment réfléchi, j'ai décidé de me retirer pour faire barrage à la gauche (...). Je n'ai pas besoin de demander, je suis avocate, je suis indépendante de caractère ». Le dimanche suivant, l'UMP Julien Aubert est élu député au ras des urnes,à 300 voix près (50,33 %)...

Allô, Estrosi ?

Seulement voilà, deux ans plus tard,«l’indépendante de caractère » est de re­tour ! Virée du Rassemblement bleu Ma­rine, elle vient sonner à la porte de l'ex-UMP... pour lui présenter une drôle de créance. Le 31 mai, Martine Furioli-Beau­nier a adressé un courriel savoureux à une certaine Joëlle Martinaux, qu'elle tu­toie. Cette adjointe municipale de Nice prépare la liste LR pour les régionales avec son chef, Christian Estrosi. Et voici le mot doux que l'ex-lepéniste de Car­pentras lui écrit : « Bonjour... je voudrais t'entretenir des régionales... J'ai permis à Julien Aubert d'être élu député en me dé­sistant à sa demande. Il s'était en retour engagé par écrit au nom de l'UMP à me donner une place éligible lors d'une future élection mais il ne répond plus à mes mails... j'ai toujours ses écrits... Peux-tu intervenir auprès de C. Estrosi ? »

Bigre ! le bel aveu que voilà ! Il y avait bien un accord secret entre l'UMP Aubert et la RBM Furioli-Beaunier. Depuis que ce courriel est tombé dans le bec du « Ca­nard », le député ingrat passe des coups de fil à ses amis LR de la Côte d'Azur pour expliquer que la dame n'a pas toute sa tête et qu'elle raconte n'importe quoi dans l'intention de le « détruire ». Pour quelle raison ? Mystère...

Au Palmipède, Julien Aubert livre une m'a alors demandé si je serais prêt à l'ai­der un jour, si elle en avait besoin. Je lui ai dit oui, mais, pour moi, il ne s'agissait pas d'une place à une élection. Il s'agis­sait d'une aide plus personnelle. » Comme un coup de main pour tondre la pelouse ou réparer la voiture ?

Accord et à cris

Depuis ce regrettable malentendu, Aubert voit l'importune revenir à la charge avant chaque élection. Elle l'a sollicité pour les municipales de 2014, lors des- quelles elle souhaitait conduire une liste ÛMP dans une petite commune du Vau-cluse. Puis pour les européennes : « Je lui ai dit que c'était impossible. Après, ça a dégénéré, elle est devenue méchante et s'est mise à me faire du chantage. Si elle pré­tend qu'il y a un accord écrit, elle n'a qu'à le prouver ! »

Justement : un « écrit » existe bien, que Furioli-Beaunier, qui n'a pas voulu par­ler au « Canard », menace d'envoyer aux dirigeants de LR. Il s'agit d'un courriel qu'Aubert lui a envoyé juste avant l'heure limite de dépôt des candidatures à la préfecture du Vaucluse et que le député dit  avoir « effacé » depuis. Il avoue : « De mé­moire, c'était vingt minutes avant la clô­ture. Elle m'a appelé pour me demander de lui confirmer par écrit que je l'aiderais en cas de besoin. Je l'ai fait. Mais ce n'était pas une promesse de poste à l'UMP ou à une élection, répète le malheureux Aubert. C'était du ressort de l'humain. »

Et l'« humain » n'a pas fini d'en entendre parler. Investi par son parti pour conduire la liste LR aux régionales dans le Vau­cluse, le député, qui a aussi fondé un mou­vement joliment baptisé « Rassemblement bleu lavande », doit se justifier auprès de l'équipe d'Estrosi.Anthony Borré, le di­recteur de campagne du maire de Nice, confirme avoir reçu les demandes de Furioli mais précise que « la liste ne sera bou­clée qu'en septembre ». Et de conclure : « Vu que cette personne a eu des accointances avec le FN, il n'y a aucune chance qu'elle y figure, comme l'a dit Christian Estrosi. »

Dans le Midi, les courriels qui font mal n’ont pas fini de circuler.

mail fn.jpg

elu republicain.jpg

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu