target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

11/05/2015

Todd/Valls:Arrêtez de donner du mou à M.Todd...

Todd/Valls:Arrêtez de donner du mou à M.Todd...

"L'antisémitisme dans les banlieues? À cause de la politique économique menée depuis des décennies

"Les classes moyennes françaises, qui ne vont pas trop mal, lancent les minorités les unes contre les autres, c'est génial, c'est du billard. Les ouvriers de "souche" s'en prennent aux milieux populaires arabes, les jeunes maghrébins s'en prennent aux juifs et réciproquement et, pendant ce temps, le système reste intact"

 

 

Emmanuel Todd : même pas faux ! par lemondefr

 

Quelle histoire mes amis,un livre que personne lira,un sociologue présenté comme un économiste de gauche,des débordements verbaux qui frisent l’insulte publique et donc passibles des tribunaux,un premier ministre obligé de réagir au nom de celles et ceux qui ont manifesté ce 11 janvier dernier,quelle est belle cette France qui donne du mou à tous ces intellectuels qui prétendent faire l’opinion.

Que M.Todd considère que cette manifestation avait un caractère discriminatoire,c’est son problème….C’est son droit,il sait que c’est faux mais faut bien faire parler de soi quand on publie un bouquin….il le sait car il a vu comme nous la communion entre musulmans et juifs,il a vu les français réunis sans considération de race,de sexe ou de religion….c’est cela qui ne plait pas à M.Todd….un grand moment de communion nationale,c’est qui ne plait pas à M.Todd…que des français démontrent qu’il croit encore en leur pays c’est cela qui ne plait pas à M.Todd.

Traiter les gens de pétainiste,c’est la mode chez M.Todd.Plus fort encore….la France qui défilait en dernier 11 janvier c’était « la  France antidreyfusarde, catholique, vichyste ! N’en jetez plus ! »

Manifestement M.Todd n’a pas vu la même manifestation que la plupart des français.
Onfray,Todd même combat…Onfray,Todd même combat contre la personne du président de la république car il est clair que ce dernier a été le pivot national durant ces dramatiques journées ne plait pas ses intellectuels de gauche,la vraie gauche…celle qui voit de Pétain partout !

Tout le monde y compris dans opposition l’a noté,pour quelques uns salué  sauf  messieurs Onfray et Todd qui vont bientôt accuser François Hollande d’organiser les croisades…

« Accuser des gens qui sont critiques de la situation épouvantable dans laquelle se trouve le pays d'être des défaitistes -des mauvais Français en quelque sorte- alors qu'on est soi même responsable de la gestion des choses (...) et qu'on pourrait sortir la France de l'ornière (...), ce n'est pas acceptable moralement",
On mélange tout le 11 janvier,la politique économique du gouvernement ,la loi sur le renseignement.Il est vrai qu’après la mésaventure de M. Dumas  on peut tout dire chez M.Bourdin,seul journaliste libre de notre microcosme merdacratique.

A la vérité,M.Todd ne s’attendait pas  aux réactions à son roman qui n’est qu’une somme de ces lubies.

Non M.Todd,l’ optimiste ce n’état pas le maréchal Pétain mais le Général de Gaulle.C’est votre dépit et votre  fiel qui vous ont conduit à cette erreur !Comme si l’optimisme n’est pas une maladie mortelle….

Non M.Todd celui qui n’aimait pas la France c’était le maréchal Pétain pas ceux qui se battaient pour l’honneur de notre pays.Et sans comparaison outrancière,celles et ceux d’entre nous qui défilaient ce 11 janvier ont sauvé l’honneur de notre pays et fait un bras d’honneur à celles et ceux qui pensent que notre peuple est avachi,qui n’a plus de sentiment national,qui se fout de son pays comme de sa première chaussette…

A court d’argument et comment…. »Accuser des gens qui sont critiques de la situation épouvantable dans laquelle se trouve le pays d'être des défaitistes - des mauvais Français en quelque sorte - alors qu'on est soi même responsable de la gestion des choses (...) et qu'on pourrait sortir la France de l'ornière (...), ce n'est pas acceptable moralement".

"On n'a pas à avoir des interventions de l'exécutif français dans la vie intellectuelle du pays, ça aussi, c'est du pétainisme"

Ainsi un premier ministre n’aurait pas le droit de défendre des français qui ne sont,pas au contraire,de ce que prétend des islamophobes et des égoïstes… contredire celui  qui mélange musulmans et islamistes,qui insulte des français qui ne sont pas d’accord avec lui… c’est du pétaisme.A ce niveau de bassesse on se demande qui est le plus inspiré par la révolution nationale entre M.Valls et M.Todd.Voila un nouveau résistant au fasciste qui tient le rôle de premier ministre.Où et quand ce dernier a qualifié de mauvais français ce qui osent critiquer sa politique.Il aurait du travail notre espagnol….De l’ump à l’udi en passant par le FN,du Medef aux organes de propagande de la droite dite républicaine le Figaro et Valeurs actuelles…

Les mauvais français sont ceux,cher M.Todd,qui insultent la France et les français…et par voie de conséquence vous êtes un mauvais français…rassurez vous vous n’êtes pas le seul…

Remarquons que notre pauvre M.Todd se retrouve en fâcheuse compagnie,le seul mouvement qui a critiqué ce mouvement a été le FN qui a tout fait pour en être exclu..

Quant à mes amis,quant à ceux qui je soutiens,pour l’amour de Dieu cessez de fournir du mou à ces intellectuels qui nous le gonflent et à qui on donne plus d’importance qu’ils en ont.

Il y a un dans le portrait robot que trace M.Todd dans son ouvrage qui devrait interpeller nombre de nos commentaires avisés.Prétendre que « Des millions de Français se sont précipités dans les rues pour définir comme besoin prioritaire de leur société le droit de cracher sur la religion des plus faibles." est une contre vérité dés lors qu’on sait que Charlie hebdo a attaqué plus souvent l’église catholique,le pape et tout le saint frusquin.Or jamais il y a eu dans ce pays des réactions de ces derniers contre Charlie et encore moins d’agressions(sic) du niveau que nous avons connues venant de ceux que M.Todd qualifie de faibles..Ainsi le coup de la religion des faibles ne fonctionnent pas puisque le tenants de la religion des forts n’ont jamais réagi.il ne s’agit pas par voie de conséquence d’un différend religieux.d’autre part est la religion catholique qui en danger dans ce pays,c’est cette dernière dont les églises ont devenues des cibles….personne parmi les 4 millions de manifestants du 11 janvier n’a exprime le souhait d’aller attaquer des mosquées.il est vrai que je suis moins informe que le avant M.Todd et moins pourvu d’imagination débordante,vca c’est sur !

Après les synagogues les églises et M.Todd se permet dévouer la religion de faibles….

Ce débat a été faussé des lors que certains, d’abord à l’ump, ont joue sur le « on est Charly »ou « On est pas Charly » et grande question métaphysique « a ton le droit de ne pas être Charlie.Les mêmes qui posaient cette question s’en prenaient violemment à ceux qui dans nos écoles collèges et lycées constataient le droit de défendre Charlie.

Or le problème n’est pas de défendre Charlie en tant que tel, croyez moi il y a des moments où cet hebdomadaire m’ a gonflé sérieusement quand il attaquait le pape Jean Paul II ou publiait des dessins scabreux sur Theresa mais bien le droit de blasphème et le droit à l’expression d’une presse libre de ses choix éditoriaux .Le contenu de Charlie ne regardent que ceux qui le fabriquent et ceux qui le lisent,à plus ample informé nul n’est obligé de le lire.

Aussi ceux qui du FN aux sarkozystes défendent bec et ongle la liberté d’expression et les libertés individuelles,en gros le droit de dire et faire importe quoi en risquant de voir proliférer les sites djihadistes par exemple,totalement débordés ont tenté de nous la jouer fine en transformant le débat sur la liberté expression,et donc de blasphème,en un débat sur Charlie.En aurait on fait de même si les assassins avait attaqué la rédaction de Valeurs actuelles où les constats de M.Todd s’appliquent parfaitement.Chartlie hebdo n’a jamais été islamophobe,Valeurs Actuelles l’est et personne  s'en offusque…

Le dernière astuce de la droite pour récupérer cette manifestation  ce sont  60 députés ump – M..Goasguen en tête ,y a de quoi se plier en quatre - qui l’ont trouvé.ceux qui hésitait jusqu’au dernier moment à participer à cette grande marche proposée par le président de la république veulent maintenant que la date du 11 janvier soit gravée dans marbre de la république.Fallait oser !

Quoiqu’il en soit ceux qui ont tout mélangé pendant,ceux qui sèment le trouble après ont réussi à conforter non pas la liberté d’expression tellement chère à leur cœur mais la division  nationale en donnant du grain à moudre à ceux qui attaquent la France car elle défend des principes qu’ils veulent abattre.

Le plus désolant est de constater que ce savant avalise la thèses de ceux,salafistes ,wahabites,qui dans les banlieues  mobilisent certains jeunes désœuvrés pour aller au djihad avec des propos qu’on retrouve quasi mot à mot dans l'ouvrage de M.Todd »

« En défendant le droit de caricaturer Mahomet, en demandant que l'Etat "sacralise une image de Mahomet en forme de bite" (selon Emmanuel Todd), les manifestants ont voulu écarter les musulmans de la République. Pour l'auteur, le rassemblement du 11 janvier n'est pas égalitaire ni universel, comme il le prétend, puisque demander le droit de blasphémer le "personnage emblématique" d'une"religion minoritaire et opprimée" est, pour l'auteur, un moyen d'affirmer "sa domination et son droit de cracher sur la religion des faibles."

"L'antisémitisme dans les banlieues? À cause de la politique économique menée depuis des décennies

Vous êtes les faibles, les juifs sont plus forts,la république vous a abandonnés allez au djihad pour retrouver votre fierté de musulmans…..

Je finirai par un mot sur l’attitude de M.Bourdin qui se serait selon moi transformé en journaliste des mauvais coup.Aprés Dumas et son Valls sous influence voila le même,fils d’un réfugié espagnol chassé par le franquisme traité de Pétain…. Faudrait savoir….

Si c’est le journalisme libre…

Je me demande si ce ne sont que des coïncidences quand on voit M.Todd,sur la vidéo,que lire avec difficultés le texte qu’il avait sous le nez….

 

 

Enfin,désolé de voir M.Todd placer le massacre des membres de la rédaction de Charlie ainsi que l’attentat contre le supermarché cachère sur le plan religieux,c’est exactement ce que font ceux qui ont perpétré ces assassinats inspirés par Daesh.Daesh selon ses propos massacrerait des chrétiens et autres communautés « à cause de la politique économique menée depuis des décennies »….

On se demande qui est le plus crétin des deux !

De la fracture sociale a la fracture nationale il n'y avait qu’un pas de là à nous faire croire que les manifestants du 11 janvier étaient tous de vichystes et pétainistes réunis il y a des limites a ne pas dépasser cher M.Todd….manifestement,j'insiste,ce cher M.Todd n'a pas vu et n'a pas entendu les mêmes manifestants que la majorité de nos concitoyens.

C'est la France de gauche qui était dan,s la rue ,il n’y avait qu’à les écouter.Où était cette noirceur que décrit l'auteur de cet ouvrage qui marquera d’une pierre noir la littérature française.Où était les paroles de haines à l’égard de communauté musulmane qu’auraient éventuellement entendues l’auteur….Où étaient les relents islamophobes sauf à considérer que condamner les attentats et leurs auteurs relèveraient d’un rejet des musulmans de France.D’ailleurs si M.Todd se complaît à constater qu’il y avait  plus de manifestants à Lyon qu’à Marseille ,il se met le doigt dans l’œil une fois de plus car l’agglomération lyonnaise compte autant de quartiers dit populaires que Marseille…reste à nous convaincre que ce constat démontre qu’à Lyon il y a plus de vichyssois qu’à Marseille….On peut émettre une autre proposition :les quartiers de Marseille sont sous surveillance,plus qu’à Lyon,des salafistes et autres mafia,que la conscience politique des musulmans dit républicains y est moindre et enfin qu’il y ait plus de manifestants à Lyon  qu’à Marseille n’indique pas forcément que les marseillais rejetaient «  Je suis Charlie ».

Non seulement M.Todd se voit aux cotés du Front National dans sa condamnation de ce qu’il considère comme une mascarade mais en plus il enfourche l'air de la calomnie que nous livre M.Zemmour qui lui aussi condamne sévèrement l’utilisation qu’en aurait faite le président de la république alors que ce dernier a pris le risque relatif de voir son appel à la mobilisation peu entendu.

Compte tenu de sa popularité le risque de flop était réel.

Ce qui les gêne ces deux complices de circonstances c’est que la gauche revivait ,se revigorait,aimer entre ensemble alors qu’on nous disait que le FN avait tout pourri tant au plan politique que moral ,qu’il n’y avait plus de gauche,que la France se droitisait sans indiquer que si la gauche au pouvoir avait des résultats probant sur le chômage cette dite droitisation passerait immédiatement aux oubliettes et le FN avec….

Pour finir définitivement ,hier M.Todd qu’on a que comme défenseur des gens comme M.Phillipot on doit se poser quelques question sur les écrits qu'on produit et les propos qu’on tient.Je cite cet olibrius qui ferait mieux de s’occuper de son avenir car papa Le Pen a v s’occuper de lui il n’aura plus le temps de pérorer sur le premier ministre le lundi sur la président le ;mardi et tout ce qi n’est pas d’accord avec le fn le reste du temps.Il est vrai qu’on l’invite à foison c’est une marque du succès sur les chaines d’information en particulier BFM….

"Depuis Charlie la France n'a jamais été aussi peu Charlie", écrit Florian Philippot dans un communiqué. "La liste s'allonge des intellectuels attaqués frontalement par Manuel Valls, marquant une dérive très inquiétante du pouvoir, loin très loin des valeurs de la République et de la liberté d'expression", poursuit-il.

"Après Eric Zemmour, Michel Onfray et d'autres, c'est au tour d'Emmanuel Todd d'être stigmatisé par le Premier ministre dans une tribune ridicule,inconvenante et déplacée", déclare le vice-président du FN. "Ces propos du Premier ministre contre Emmanuel Todd s'inscrivent dans une offensive générale contre la liberté d'expression, que la dernière Loi Renseignement, votée mardi 5 mai, a contribué à affaiblir encore un peu plus… »

En quoi Cher M.Todd le pouvoir actuel ne vous pas empêché de vous exprimer librement,il n’a fait que vous répondre pas vous interdire.Vous vous êtes permis de comparer le premier ministre de notre pays à Pétain le  8 mai,c’est donc que vous êtes libre de dire toutes les conneries qui vous passent par la tête.Ce que vous ne supportez pas et vous en avez mainte fois la démonstration dans des débats télévisés c’est qu’on contestât vos positions.Vous ne supportez pas qu’on ne soit pas d’accord avec vous.Grace à Dieu il y a encore dans ce pays des gens qui ne succombent pas  à l’intelligentsia autoproclamée et oligarchique qui souhaiterait nous imposer ses positions,ses convictions et sa façon de penser.

Soyez tranquille sur la sincérité de M.Pilippot,il se sert de vous pour s’en prendre encore au premier ministre,c’est leur bête noire…et ma foi quand on a vu ce que fait le FN de la liberté d’’expression et celle de la presse en ce dernier 1er mai on se dit que ce monsieur Philippot n’est qu’un freluquet qui baragouine en toutes occasions pour en fait parler pour ne rien dire….mais surtout de lui, Souvenez de cela et vous nous en donnerez des nouvelles :

 
"Après les législatives, plus personne ne... par asi

ceux qui vous soutiennent aujourd’hui vous crucifieront demain si le besoin se faut sentir.

Pour celles et ceux qui ont été abreuvés des propos de M.Todd sans connaitre le contenu que ce dernier compare à Pétain

 

Manuel Valls : « Non, la France du 11 janvier n'est pas une imposture »

« Certains voudraient tirer un trait sur le 11 janvier, le remiser, minimiser la portée d’une mobilisation sans précédent, d’un gigantesque élan de fraternité. Il a fait marcher ensemble, dans nos rues, plus de quatre millions de personnes. Contrairement à ce que l’on voudrait faire croire, ce fut bien un mouvement spontané, populaire, venu des citoyens eux-mêmes. Le peuple français, dès le 7 janvier au soir, s’est dressé.

Bien sûr, il faut se garder de toute idéalisation de l’événement. De nombreux Français, notamment dans les quartiers populaires, délibérément, n’y ont pas pris part. D’autres ne se sont pas sentis concernés, non par opposition au mouvement, mais simplement parce que les difficultés quotidiennes – le réel – les empêchent, trop souvent, de croire à cet idéal rappelé avec force par les slogans et les pancartes : la citoyenneté, la cohésion, la solidarité. Que des citoyens aient volontairement fait le choix de se tenir à l’écart doit évidemment nous interroger, et nous commande d’agir. Le 11 janvier, je l’ai déjà dit, était d’abord une exigence adressée aux responsables politiques de tous bords.

Pour autant, faut-il noircir le tableau, céder à l’autoflagellation ? C’est un fait : notre nation, chahutée par les bouleversements du monde, connaît une forme de dépression, elle-même alimentée par les diagnostics réguliers d’intellectuels. Ceux-ci, bien que venus d’horizons différents, se retrouvent dans un même constat : celui du déclin. Un constat devenu une véritable idéologie, un leitmotiv. Trop souvent, notre nation ne sait plus s’émerveiller d’elle-même. Le devoir des responsables politiques est alors, aussi, de descendre dans l’arène des idées, de répondre, de combattre les faux-semblants.

Refus des amalgames

L’historien et démographe Emmanuel Todd publie un ouvrage dans lequel il entend dénoncer « l’imposture » du 11 janvier [Qui est Charlie ?, Seuil, 252 pages, 18 euros]. D’autres l’ont précédé sur cette voie, et d’autres le suivront sans doute, mais je veux répondre à son analyse en pointant, pour reprendre sa terminologie, quatre impostures.

La première, c’est de vouloir faire croire que le 11 janvier était une attaque contre une religion, contre l’islam. « Piétiner Mahomet » ? A aucun moment ! Cette manifestation fut un cri lancé, avec dignité, pour la tolérance et pour la laïcité, condition de cette tolérance. Elle fut également un cri lancé contre le djihadisme qui, au nom de la foi, d’un islam dévoyé, s’en prend à l’Etat de droit, aux valeurs démocratiques, tue des juifs, des musulmans, des chrétiens. Elle fut, enfin, un refus des amalgames. Il fallait entendre cette Marseillaise chantée spontanément dans tous les cortèges pour saisir cet attachement viscéral aux valeurs qui nous unissent, au-delà de nos désaccords politiques, de nos appartenances culturelles ; un attachement à ce qui fait la nation républicaine, son caractère profondément consensuel et contractuel qu’Ernest Renan a si bien démontré. Est-ce que cela veut dire qu’il n’existe pas en France une tentative de stigmatiser les musulmans sous couvert de « laïcité » ? Bien sûr que non. Ces faits existent. On ne peut pas les accepter.

La deuxième imposture tient à la définition de la liberté d’expression. Sur ce point, face aux confusions dangereuses, notamment au sein de notre jeunesse, les intellectuels ont une responsabilité éminente : éclairer et non pas tout mélanger. Dans notre pays, la caricature a toujours eu un rôle essentiel dans la construction de l’opinion publique. Elle est ce mode d’expression si singulier qui permet la dénonciation de l’injustice, la contestation des abus, la critique des « puissants ». Elle est le plus souvent, n’en déplaise à Emmanuel Todd, du côté des « faibles » et des « discriminés ». En l’espèce, la caricature de Mahomet est du côté de ceux subissant le poids des fondamentalismes, la violence des fanatiques qui détruisent, terrorisent, assassinent. Il y a là une inversion des valeurs, une perversion des idées qui consiste à penser que ceux qui tuent sont les faibles. Ce genre de justification provoque des conséquences désastreuses, car il séduit tant d’individus, tant de jeunes qui pensent que ce sont les assassins les victimes.

La troisième imposture, c’est cette théorisation d’une néo-République, concept pour le moins brumeux. Emmanuel Todd veut voir dans le 11 janvier une confiscation idéologique par certaines catégories sociales supérieures, coupables par essence. L’historien ne prend alors plus aucune prudence avec sa discipline, au point de devenir inquiétant : c’est la France antidreyfusarde, catholique, vichyste ! N’en jetez plus !

Relever l’étendard de l’optimisme

La vérité, c’est que, dans les cortèges, chaque citoyen comptait à égalité, quelles que soient ses croyances, ses origines, sa couleur de peau, sa classe sociale. Propager l’idée que la République serait aux mains de certains et agirait au détriment d’autres, c’est jouer un jeu dangereux : celui des populismes, des extrêmes qui, eux, nous conduiraient vers la ruine. Dans cette crise d’identité que traverse la France, plus que jamais nous devons défendre la République, car elle est protectrice des citoyens et émancipatrice des individus. La République est notre meilleur atout.

Enfin, quatrième imposture : la définition donnée de la gauche. Une définition qui reflète la tentation populiste en vogue, qui voit dans les « élites » un groupe fondamentalement méprisant, « mondialiste », dont la seule motivation serait de trahir le peuple. La définition de la gauche que donne Emmanuel Todd traduit en fait les passions personnelles de l’auteur : lorsqu’elle est pro-européenne, la gauche est forcément synonyme de « traîtrise », de « soumission » à un supposé diktat. Tout est noir ou blanc, aucune place n’est laissée à la nuance. La gauche de gouvernement est présumée coupable et même condamnée avant d’avoir été jugée sur son action. Au fond, pour l’historien-démographe, devenu gardien du temple, la gauche ne vivrait bien que dans la contestation, le mythe révolutionnaire.

Je réponds, ici, à Emmanuel Todd, mais je ne réponds pas qu’à lui. Le plus inquiétant dans ses thèses, c’est qu’elles participent d’un cynisme ambiant, d’un renoncement en règle, d’un abandon en rase campagne de la part d’intellectuels qui ne croient plus en la France. J’aimerais que plus de voix s’élèvent pour défendre notre pays, pour mieux en penser les défis, pour relever l’étendard de l’optimisme.

Ce qui n’interdit en rien la lucidité. Je l’ai moi-même rappelé à la tribune de l’Assemblée nationale, dès le 13 janvier : pour beaucoup de nos concitoyens, la promesse républicaine est devenue un mirage. L’accès à l’éducation, à l’emploi, à un logement, à la santé, à la culture se heurte trop souvent à la réalité des faits. Mais c’est au nom de cette lucidité, et parce que je ne conçois pas la politique autrement que comme un combat, que je souhaite participer au débat sur le 11 janvier, pour entretenir ce mouvement, cette énergie. Elle est vitale pour notre pays. Le 11 janvier, la France s’est retrouvée, forte et fière. Ce souffle ne doit pas s’éteindre.

C’est à chaque citoyen de l’entretenir, de lui donner sens, sans prétendre le confisquer. Et à la place qui est la mienne, je mesure combien ce sursaut comporte d’exigences. Exigence d’agir, de s’élever à la hauteur des enjeux, de faire vivre nos valeurs. La lucidité n’empêche pas l’espoir, et la difficulté de ce combat républicain ne doit jamais nous faire oublier combien il est noble. »


http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/05/07/manuel-valls-nous-devons-resister-au-pessimisme-ambiant_4629245_3224.html#qAsIth62zxY4LvTQ.99



Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu