target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

16/06/2014

Ump:Chatel est un nul et un menteur….

Ump:Chatel est un nul et un menteur…


Le 18h de L’Opinion : Chatel fait dérailler l’UMP par Lopinionfr


Le 18h de L’Opinion : Chatel fait dérailler l’UMP par Lopinionfr

 
Le 18h de L’Opinion : Chatel fait dérailler l’UMP par Lopinionfr

Elle commence mal la nouvelle ère à l’ump.Aau lieu de se ressaisir et oublier les méthodes à la Copé,c’est à dire l’opposition systématique à tout ce que propose le gouvernement M.Chatel vient de démontrer que ce n’est pas en changeant les hommes qu’on change de tactique.De tactique et de méthodes car on peut se demander qui M.Chatel a consulté pour prendre cette positon alors que cette grève est très impopulaire et que les français soutiennent la forme.Alors que certains ténors(sic) tels que messieurs Mariton et Bertrand préserve le gouvernement sans être en accord sur tout,la position officielle si tant que M.Chatel soit porteur de la parole officielle est de voter contre.Contre tout absolument puisqu’on  est dans opposition.

M.Chatel s’appuie sur un argument imparable dans la bouche d’un sarkozyste,c’est un retour en arrière….Singulier raisonnement de celui qui accuse les autres de conservatisme alors qu’il soutient le fait de ne rien changer quand la loi ou la décision vient de la droite et en particulier de l’ère bénie du sarkozysme.

Il est un fervent de la privatisation alors que ceux qu’il soutient objectivement sont qui sont contre,il veut supprimer le statut des salariés de la SNCF,les autres sont contre et accusent le gouvernement de vouloir privatiser comme le souhaiteé M.Chatel tout étant contre la projet du gouvernent…et enfin,je cite : "Le gouvernement doit retirer ce texte (...) Nous pensons qu'il faut maintenir l'organisation dissociée comme c'est le cas dans le transport aérien".

Or l’organisation dissociée a été remise en cause dès 2011,par M.Pépy avec des arguments bien plus charpentés que ceux de M.Chatel qui doit être autant compétent en terme de politique ferroviaire qu’en terme de politique éducative.Que dit M.Pepy : «Notre système RFF-SNCF n’a pas d’avenir. Ce modèle n’optimise pas la dépense collective», a déclaré Guillaume Pépy le mois dernier au Monde, ajoutant que «les Allemands, eux, ont conservé leur caractère intégré.».

« Des filiales, présentant des bilans comptables distincts, sont réunies au sein d’une même holding, la Deutsche Bahn AG. En France, en revanche, le montage complexe issu de la loi de 1997 fait de la SNCF et RFF deux entités indépendantes, ce qui favoriserait les conflits d’intérêts. »

Le modèle  allemand grande marotte de ces gredins ,ne seraient pas le meilleur dés lors que l’actuel gouvernement veut l’adopter… Mieux encore  « La directive impose une séparation comptable mais pas un éclatement d’entreprises intégrées.Il faut regarder vers l’Allemagne », pense-t-il.Vers l’Allemagne, mais aussi vers l’Italie ou encore la Belgique, qui ont suivi le même schéma. Les chances d’assister à une refonte du système sont toutefois minces. «La SNCF est une maison où il est difficile de faire des ajustements», estime Alain Bonnafous. » (spécialiste des transports à l’Université de Lyon).

Ainsi une fois de plus on invite un gredin qui n’y connait rien,on ne lui pose pas la vraie question,la vraie la seule qui vaille:pourquoi s’est-on précipité à mettre en œuvre une réforme qui ne correspond en rien à la directive européenne ?N’y avait il pas un rapport étroit entre cette réforme impérieuse et le déficit de notre pays.Pourquoi a-t-on transféré les 20 milliards de dette de la SNCF à RFF ?

La loi que propose ce gouvernement revient aux fondamentaux d’une vraie reforme en correspondance et non en un dévoiement de la directive européenne de 1991.Si M.Chatel peut nous die les yeux dans les yeux,en l’espèce dans les yeux de M.Apathie,qu’il ne faut plus respecter les directives européennes,Qu’il le dise,ce sera plus clair.

Nous allons par cette réforme revenir aux règles qui prévalent en Allemagne,en Belgique et en Italie.Or,nous ne disposons à ce jour d’informations que la décrépitude du réseau ferroviaire dans ces pays,pire ce sont eux qui commencent à venir chez nous pour concurrencer la SNCF.

Il est fort désolant de voir un homme qui vient d’accéder à de très hautes responsabilités.Secrétaire général de l’ump en place de vice président ,voila qui en dit long sur les capacités politiques et élastiques de ce monsieur,cornaqué un jour par M.Copé,un autre par M.Sarkozy pour verrouiller hydre à trois têtes,se complaire dans la démagogie qui ne sied pas à un poste qui réclame compétence et sérieux.Lèche cul ca va un moment,pour sur que ça ne rend pas comptent.

Je renvoie ce pitre et ses amis si compétents au rapport du sénateur ump Hubert Haenel,tout est dedans

Pour une organisation ferroviaire à la hauteur de nos ambitions

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rappor...

Enfin si on n’avait pas compris que cette grève qui comptait aujourd’hui 14% de participants n’était que politique et totalement déconnectée des réalités de cette loi,le soutien objectif de l’ump officielle vient nous le confirmer….la CGT et SUD peuvent être fiers d’un soutien de ce calibre.On avait la collusion entre le Front de gauche et l’ump au Sénat,voila que l’ump soutient les syndicats que M.Sarkozy voulait mettre au pas.les syndicats de ceux qui ne travaillent vraiment,les faux travailleurs en somme.

 

La séparation entre la SNCF et RFF discréditée

ump,chatel,sncf,hollande,valls,mariton,bertrand,deutsche bahn

 La relation qui unit les deux entreprises pose de plus en plus question. Face aux choix opérés par la France il y a une quinzaine d’années, l’expérience menée en Allemagne est citée comme modèle.

Il n’y a pas que pour les finances publiques ou l’industrie que la France cultive son tropisme allemand. Les passes d’armes qui se sont récemment multipliées entre la SNCF et RFF ont ouvert une brèche. Le modèle français de séparation des activités ferroviaires issu de la loi de 1997 serait moins pertinent qu’en Allemagne.

«Notre système RFF-SNCF n’a pas d’avenir. Ce modèle n’optimise pas la dépense collective», a déclaré Guillaume Pépy le mois dernier au Monde, ajoutant que «les Allemands, eux, ont conservé leur caractère intégré.». 

Outre-Rhin, la séparation entre les activités de transport et la gestion de l’infrastructure imposée par la directive européenne de 1991 s’organise différemment. Des filiales, présentant des bilans comptables distincts, sont réunies au sein d’une même holding, la Deutsche Bahn AG. En France, en revanche, le montage complexe issu de la loi de 1997 fait de la SNCF et RFF deux entités indépendantes, ce qui favoriserait les conflits d’intérêts.

Mais, fait singulier et unique en Europe, l’opérateur historique est toujours «gestionnaire délégué du réseau». En un mot, il assume encore par exemple l’entretien des voies ferrées et la gestion de la circulation. Un compromis qui a permis d’éviter une réforme trop brutale des missions historiquement attribuées au personnel de la SNCF. 

Effets pervers

A la fin des années 90, la France était pourtant tentée d’adopter un modèle proche de celui de l’Allemagne  : «Il était question que le Conseil supérieur du service public ferroviaire», créé sous le gouvernement Jospin en 1999, «coiffe les deux Etablissements publics industriels et commerciaux (Epic)», rappelle Thierry Salmon, secrétaire fédéral UNSA-Cheminots. Si le projet avait à l’époque été enterré, le régime qui a finalement été privilégié ne donne cependant pas satisfaction.

«La SNCF veut être rémunérée le mieux possible pour les services qu’elle fournit à RFF», pendant que le propriétaire des rails «cherche le coût le plus bas», résume Thierry Salmon. Les deux entreprises deviennent donc rivales alors que leurs activités sont complémentaires.

« Aujourd’hui, la SNCF ne trouve pas son équilibre économique, car elle entretient une relation déficitaire avec RFF »,confirme Alain Bonnafous, spécialiste des transports à l’Université de Lyon.«L’échec repose sur l’absence de flux financiers croisés entre RFF et la SNCF», ajoute-t-il. 

La réforme de 1997 a certes permis à la SNCF de se débarrasser d’un passif de 20 millions d’euros, soit environ deux-tiers de sa dette de l’époque. Mais cet assainissement apparent comporte des effets pervers : l’opérateur historique fait désormais face à plusieurs contraintes, au premier rang desquelles figure le paiement des péages.

Une redevance que la SNCF verse à RFF pour pouvoir utiliser ses infrastructures. Pour Marc Baucher, secrétaire fédéral UNSA-cheminots, « il s’agit ni plus ni moins d’un transfert de dette de RFF à la SNCF.».

Mauvaise transposition

Une erreur stratégique a-t-elle été commise au moment de la transposition de la directive européenne? « On a été un peu surpris par les propos de Guillaume Pepy, avoue le représentant syndical, mais il est vrai que la création de RFF pose problème. La directive impose une séparation comptable mais pas un éclatement d’entreprises intégrées. Il faut regarder vers l’Allemagne », pense-t-il.

Vers l’Allemagne, mais aussi vers l’Italie ou encore la Belgique, qui ont suivi le même schéma. Les chances d’assister à une refonte du système sont toutefois minces. «La SNCF est une maison où il est difficile de faire des ajustements», estime Alain Bonnafous.

La stratégie du statut quo est d’ailleurs soutenue par Paris. La semaine dernière, le ministre des Transports, Thierry Mariani, a tenté d’éteindre l’incendie entre les deux sociétés publiques en convoquant leurs présidents respectifs après le recours déposé par l’opérateur historique contre RFF devant le gendarme du rail (Araf). 

Dans ce climat, un nouveau texte proposant notamment «d’éliminer les conflits d’intérêts affectant la direction des services liés au rail » sera soumis d’ici l’été au Parlement européen et aux ministres.La conséquence d’une transposition restée imparfaite en vingt ans.  

Marie Herbet

http://www.euractiv.fr/entreprises-et-emploi/separation-s...

 

Sources:

Réussir la réforme du système ferroviaire

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Recomman...

 « LE RÉSEAU FERROVIAIRE Une réforme inachevée, une stratégie inachevée

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rappor...

SNCF et RFF : Les conséquences d’une réunification

http://www.ifrap.org/SNCF-et-RFF-Les-consequences-d-une-reunification,13316.html

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu