target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

19/10/2013

Valls:Le dégoût

Valls:Le dégoût

(Ce billet a été rédigé ce jour avant les déclarations du président de la république)

Jamais on aurait cru voir dans notre pays des membres d’un gouvernement,des députés de la majorité qui soutient ce gouvernement et donc ses ministres,des responsables d’un parti épine dorsale de cette majorité se jetaient comme des chacals sur un des leurs,un ministre de l’intérieur issu de leur rang,applaudi par le mêmes aux universités d’été de la Rochelle ,encensé il y a encore une quinzaine,encensé par les français par les sondages qui se succèdent.

Jamais on aurait cru voir un premier ministre s’assoir sur la loi en vigueur dans le pays qu’il gouverne déjugeait ainsi son ministre de l’intérieur qui n’a fait qu’appliquer  la loi et défendu celles et ceux qui sont chargés de la faire appliquer.

Jamais on aurait cru voir un parti politique de gauche qui se dit de gouvernement reprendre les arguments fallacieux et injurieux d’un pitre qui se prend pour le leader maximo,le Castro français contre un ministre,le plus populaire,issu de ses rangs,encensé, je le répète,par les militants de ce parti à la Rochelle,encensé par les élus de ce parti  qui lui demande de venir les soutenir pendant la campagne municipale.Si ce ministre n’était pas de gauche,sarkozyste sur les bords pourquoi tant d’attention lui est portée par ses camarades…En une semaine,M.Valls serait devenu,le derniers des derniers,le reprouvé…Une grosse plaisanterie alimentée par de médias mort de faim qui se sont précipitées sur cette affaire anodine pour faire de l’audience.Des expulsions d’adultes ou d’enfants,on en pratique des centaines,des milliers dans notre pays.

Une nouvelle occasion de demander au président de la république d’intervenir sur un sujet d’ordre administratif et qui n’engage en rien notre politique d’immigration ou alors confirme qu’il y en a une .En effet,on ne peut pas évoquer à longueur de temps le laxisme de la gauche du président Hollande,de ses ministres de l'intérieur et de la justice et ensuite réclamer plus d’indulgence dans des cas particuliers.En ce domaine,des cas particuliers il n’en manque pas.

Je la répète cette famille devait déjà être expulsée en septembre 2011,le père est dans une situations très scabreuse,il a menti à notre adminsitrattion,prétend vouloir revernir absolument dans notre pays y compris illégalement.On se demande bien pourquoi, pour les intérêts de ses enfants dit-il.Sont-ils vraiment de lui ces enfants.Pourquoi un éducateur,insoupçonnable d’être complice du ministre de l’intérieur,affirme que ce monsieur veut toucher les allocations familiales pour ne plus travailler et ça n’émeut personne.

La France serait donc la vache à lait de tous ceux qui veulent vivre chez nous à tout prix et à toutes conditions.C’est cela les valeurs de la république,plutôt les voleurs de la république.Se faire avoir par le premier venu.Accepter que M. Dibrani  et sa famille viennent en France et exigent les mêmes droits que les citoyens de cette république très accueillante serait donc devenu une valeur républicaine.Et pour être dans le ton,on doit être d’accord.Tout ça parce que BFM ,I télé ,quelques grands penseurs cèdent à l’émotion,compassion très orchestrée avec le concours de puceaux qui défilent dans la rue ou aux admonestations de M.Mélenchon qui représente en vérité à peine 3 ou 4 % de nos compatriotes.

Jamais on aurait cru voir un responsable socialiste - un secrétaire national - demandait la démission d’un ministre de la république issu du même parti,nommé par un premier ministre issu de ce même parti .

Ministre que les français placent en tête de tous les sondages à droite comme à gauche,

Jamais on aurait cru voir un député socialiste évoquait une rafle comme la dernière des députées verts alors qu’on attribuait,il y a peu,ce terme aux méthodes musclées des ministres de l’intérieur de M.Sarkozy.Le tout sans savoir ce qui s’est vraiment passé.

Il y a bien signe de volonté de  nuire à Manuel Valls en le comparant aux ministres de droite.

Jamais on aurait cru voir un tel déchaînement un tel emballement,médiatique alors que les éléments de « l’affaire » ne sont pas connus avec précision.Un article publié par Mediapart ferait foi d’un événement très controversé comme l’ont démontré les informations publiées par le Figaro ainsi que les déclarations du père devrait alertés certains grands esprits.

Enfin,jamais,on aurait cru voir des responsables politiques remettre en cause la loi au nom de valeurs républicaines alors que la première obligation qui s’impose à tout citoyen est de respecter les lois de cette république dont on parle abondamment en y mettant tout et rien.

A confondre république et démocratie,des socialistes vont tout perdre après avoir perdu tout sens de la mesure.

Je rappellerai aux responsables socialistes qui se sont fourvoyés dans une affaire qui ne méritait pas un tel cirque qu’on ne peut pas critiquer celles et ceux qui clamaient haut et fort qu’ils ne respecteraient pas les termes de la loi sur le mariage pour tous et en même temps reprocher à un ministre de l’intérieur et à ses services de faire respecter les lois de la république sur l’immigration.

Ceux là que ces socialistes critiquaient parce qu’ils prétendaient ne pas vouloir respecter les lois de la république au nom de valeurs supérieures à ces dernières.Reconnaître des valeurs supérieures à la loi républicaine,ce n’est pas une valeur de gauche.

Jamais on n’aurait cru que le Parti socialiste serait capable de tant de bêtises et d’indigences.

Le service de la république impose le sens de l’état mais aussi les sens du devoir,de la solidarité et du bon sens.

Que le Parti socialiste et certains ministres n’aient pas perçu que par leur déclarations ils  allaient mettre le président de la république en difficulté alors que la circulaires Valls réglaient parfaitement ces problématiques,que le Parti socialiste et ces ministres n’aient pas perçu le danger de donner du grain à moudre à la droite et à ses alliés médiatiques contre le président de la république  relève de l’ irresponsabilité.

Quand les françaises et les français qui continuent à soutenir François Hollande malgré toutes les difficultés seront vraiment dégoûtés et quitteront le navire,ceux qui aujourd’hui jouent avec le feu et s’acharnent sur Manuel Valls n’auront qu’à se mordre les doigts et s’en prendre qu’à eux-mêmes.Qu’ils ne viennent pas se plaindre d’avoir pris une volée par  plus mauvais qu’eux,et je pèse mes mots,ou par une écurie de bourrins qui vont nous conduire à la ruine …..

Celles et ceux qui ont voulu régler des comptes ou affaiblir le ministre de l’intérieur pour des raisons qui les regardent – trop populaire,trop indépendant de la bonne et unique pensée – ceux qui confondent citoyenneté  et ouverture à tous vents et à tous et toutes qui veulent venir sur notre territoire ont gagné le pompon.Les français,ceux comptent puisqu’ils sont citoyens de cette république dont certains ont oublié les fondements,sont majoritairement d’accord avec Manuel Valls.La France,ce n’est pas les valeurs de droite ou les valeurs de gauche,la France est une nation qui a choisi il y a bien longtemps de vivre entre citoyens dans une république qui fait ses lois.La liberté,la fraternité,l’égalité c’est le choix de cette république mais ces choix s’appliquent aux citoyens de celle-ci.Il faudrait que ceux qui souhaitent nous gouverner et à qui on confie ce rôle,de droite ou de gauche,ne l’oublient pas.

On n’est pas citoyen français parce qu’on réside sur notre territoire.

 

Dégouté,c’est bien le mot qui convient :

Leonarda : une partie de la gauche soutient les manifestants contre Valls

Le Monde.fr avec AFP | 18.10.2013 à 20h22 • Mis à jour le 18.10.2013 à 22h58 |Par Philippe Euzen

Une nouvelle fois, le clivage entre "humanisme" et "fermeté" enflamme le débat politique et divise la gauche. Alors que des lycéens descendent dans la rue pour protester contre les expulsions de Leonarda Dibrani et de Khatchik Kachatryan, et s'en prennent directement au ministre de l'intérieur, Manuel Valls, des membres de la majorité et des partis de gauche montrent leur désaccord avec la politiquemigratoire du gouvernement. Certains allant jusqu'à soutenir les manifestants.

  • Une méthode inadaptée ?

Leonarda a été arrêtée par la police alors qu'elle était en sortie scolaire. La procédure fait l'objet d'une enquête administrative sur les "conditions d'éloignement" de la famille, demandée par Manuel Valls, mercredi 16 octobre. Le ministre de l'intérieur assure appliquer "avec fermeté les décisions d'éloignement tout en veillant scrupuleusement au respect des droits des étrangers". Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, déclare le même jour que l'arrêté d'expulsion sera annulé si l'enquête administrative révèle une "faute" et l'Elysée annonce le lendemain que l'école et le temps de vie scolaire pourraient être sanctuarisés si le rapport d'enquête le "recommandait".

Des membres du gouvernement ont réagi très rapidement après l'expulsion de Leonarda pour dénoncer les conditions dans lesquelles l'adolescente a été interpellée. Le porte-parole du PS, David Assouline, demande, dès mardi, que"les circonstances et les responsabilités" soient "clairement établies". Pour le ministre de l'éducation, Vincent Peillon, c'est le lieu et le moment de l'interpellation qui posent problème. Il ne critique pas le travail de son collègue de l'intérieur mais déclare, mercredi, à la sortie du conseil des ministres : "Je demande qu'on sanctuarise l'école", avant d'ajouter qu'il "souhaite que ce genre de situation ne se reproduise pas".

La compagne du président de la République, Valérie Trierweiler, s'émeut également sur cette question, lors d'une rencontre avec la presse à Angers : "On ne franchit pas certaines frontières et la porte de l'école en est une."

"Il semble que cette intervention sur le temps scolaire soit une erreur", ajouteCécile Duflot, ministre du logement. Le ministre délégué à la ville, François Lamy, estime quant à lui que "la souplesse nécessaire n'a pas été appliquée" et la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, déclare que "si les choses se sont passées telles qu'elles sont décrites ici ou là", elles sont"éminemment choquantes".

  • Une politique contraire aux valeurs de gauche

Beaucoup, essentiellement à gauche, affirment que cette expulsion ne correspond pas aux valeurs prônées par le Parti socialiste et par la gauche en général.

La porte-parole du Parti socialiste, Laurence Rossignol, s'indigne : "On est au cœur du cœur des valeurs de la gauche : l'école comme sanctuaire, la protection des enfants scolarisés. Si on lâche sur ça, pourquoi continuer à se dire de gauche ?"

"Quand on est de gauche et qu'on entend cette histoire, on ne peut qu'avoir des hauts-le-cœur", s'insurge Emmanuel Maurel, leader de l'aile gauche du PS. "Il y a la loi. Mais il y a aussi des valeurs avec lesquelles la gauche ne saurait transiger. Sous peine de perdre son âme", a tweeté le président de l'Assemblée nationale,Claude Bartolone.

De son côté, le Parti de gauche met en cause la "politique inhumaine" du ministre de l'intérieur. Et la sénatrice écologiste Esther Benbassa estime qu'"on ne peut humainement se contenter d'appliquer la loi sans discernement, sans appréciation au cas par cas".

  • Pour un retour de Leonarda en France

Alors que beaucoup se disent opposés à l'expulsion de Leonarda Dibrani, le député écologiste Noël Mamère va plus loin. Pour lui, "il est urgent que cette famille puisse revenir en France, puisqu'on était à la veille de sa régularisation".Aussi, une pétition lancée par le syndicat lycéen FIDL, signée notamment par des élus du Parti de gauche, d'EELV, du Parti socialiste, du Parti communiste, demande le retour en France de Leonarda. La candidate socialiste à la mairie de Paris, Anne Hidalgo, demande, elle aussi, "le retour de Khatchik Khachatryan ainsi que celui de Leonarda Dibrani" et s'explique : "Quand les lois prêtent à interprétation, il nous faut revenir à nos valeurs, aux valeurs de la République."

  • Soutien à la manifestation lycéenne

Entre 4 000 (selon la police) et 12 000 lycéens (selon l'Union nationale lycéenne) ont défilé vendredi, second jour de la mobilisation, dans les rues de Paris. Des établissement de l'est parisien avaient été bloqués dans la matinée. D'autres manifestations ont eu lieu, notamment à MarseilleGrenoble, Angers, La Rochelleou encore Avignon.

Bien que les lycéens critiquent clairement la politique migratoire du gouvernement et s'en prennent directement à Manuel Valls en réclamant sa démission, des membres du Parti socialiste et de la gauche en général soutiennent ouvertement les manifestations. Contrairement au ministre de l'éducation nationale, qui appelle les lycéens à "rentrer dans leurs établissements", le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir"a demandé le retour en France de Leonarda, et soutenu le mouvement lycéen qui s'est formé jeudi 17 octobre dans plusieurs villes de France", indique le site Internet du PS.

Le député de Seine-Saint-DenisDaniel Goldberg, déclare, sur Twitter"la France que j'aime [est] à la tête des lycéens mobilisés dans les rues de Paris". Le PCF soutient la mobilisation et appelle à manifester. Le coprésident du Front de gaucheJean-Luc Mélenchon, a appelé à manifester avec les lycéens : "C'est votre devoir d'être dans la rue avec nos jeunes."

  • Des proches de Valls montent au créneau

Pour Luc Carvounas, sénateur proche de M. Valls, ces "quelques petitesmusiques" sont destinées à "déstabiliser l'exécutif", et particulièrement "l'un des piliers de ce gouvernement". Le député de Paris Jean-Marie Le Guen est plus précis. Selon lui, il existe au sein de la majorité "une volonté de nuire" qui pose un"problème de solidarité". Manuel Valls, qui s'envolait pour la Martinique quand la controverse a éclaté, a choisi d'écourter son séjour. Il devrait s'exprimer ce week-end sur le dossier. A moins que ce ne soit Jean-Marc Ayrault qui se charge de livrer les conclusions de l'enquête administrative sur les conditions de l'expulsion de Leonarda.

Philippe Euzen 


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu