target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

29/09/2013

Valls:La vraie gauche et les français le soutiennent…

Valls:La vraie gauche et les français le soutiennent…

Roms : les amis de Valls organisent la défense

TRIBUNE - Seize élus - sénateurs, députés ou maires -, comme Daniel Vaillant ou Gérard Collomb, tous proches de Manuel Valls, publient dans le JDD une tribune pour soutenir l'action du ministre de l'Intérieur dans l'épineux dossier Roms.

Le problème posé par les campements illicites a une réponse évidente : il faut faire appliquer la loi républicaine. Et sur ce point, il ne saurait y avoir aucune division, à gauche et chez les socialistes. C’est là la politique menée depuis 16 mois par le gouvernement, avec le soutien de la majorité ; une politique cohérente apportant des solutions concrètes quand l’inaction et la stigmatisation avaient pu jusqu’alors tenir lieu de politique.

Une évidence s’impose, nous la côtoyons tous les jours : l’installation illicite aux portes ou au cœur de nos villes, le plus souvent aux abords de quartiers populaires, qui connaissent déjà de nombreuses difficultés, de bidonvilles où vivent des populations d’origine Rom. Ce qui n’est pas sans générer des tensions.

Ces campements illicites sont des lieux de misère dans lesquels des hommes, des femmes, des enfants sont en danger car exposés à des conditions sanitaires et de sécurité intolérables. Sur ces lieux, se greffent la délinquance, les trafics mais aussi la prostitution, l’exploitation de la pauvreté, l’utilisation scandaleuse des enfants, contraints à la mendicité, au chapardage par des réseaux mafieux dont les têtes se trouvent en Roumanie ou en Bulgarie.

Voilà la réalité, humainement inacceptable. Il faut la regarder en face, l’affronter, sans naïveté, car on ne peut avoir comme ambition d’abandonner ces personnes à leur sort dans des campements. C’est pour cela qu’à la suite de décisions de justice ou pour des raisons d’ordre public, le plus souvent à la demande des élus de tout bord politique qui, comme nous, relaient les attentes légitimes et parfois l’exaspération des habitants, le ministre de l’Intérieur fait procéder à des évacuations de campements. Cette action, nous la soutenons.

En tant qu’élus de gauche, nous voulons sortir de l’hypocrisie qui consiste à faire croire que parce qu’elle est humaniste, la gauche devrait laisser faire. Laisser faire, ce serait refuser les responsabilités. Au contraire, le ministère de l’Intérieur et le gouvernement les assument.

Depuis la circulaire interministérielle du 26 août 2012, tous les démantèlements sont réalisés après recherches de solutions d’hébergement et à l’issue de diagnostics sanitaires et sociaux. Ils visent à permettre aux personnes qui le souhaitent de s’inscrire dans des parcours d’insertion. Et des initiatives inventives, solidaires existent.

Nous en avons proposées, expérimentées et financées. Nous avons connu des succès. Nous avons vu aussi quelles étaient les limites : absence de logements disponibles, saturation de nos dispositifs locaux et nationaux d’insertion ou encore temps nécessairement long pour réussir à insérer des populations qui, pour une grande part, à la suite d’épreuves, se trouvent en situation de grande exclusion.

Tout ceci nous amène au même constat, qui est d’ailleurs celui exprimé par le Premier ministre roumain lui-même : l’avenir des communautés Roms est principalement dans leur pays d’origine. C’est là que les solutions sont à rechercher en priorité. Les populations Roms doivent pouvoir y bénéficier de conditions de vie décentes qui ne les contraignent plus au départ.

De nombreux projets d’insertion en Roumanie sont d’ores et déjà lancés avec le soutien de dizaines de collectivités locales françaises et grâce aux recours aux fonds structurels européens. Le renforcement de la coopération décentralisée avec les collectivités locales roumaines est une voie à explorer plus avant.

Le gouvernement agit avec fermeté pour appliquer la loi de la République. Il apporte des solutions avec le réalisme qu’attendent aujourd’hui nos concitoyens. Etre divisé, ce serait fragiliser tout ce qui a été accompli et ce qui reste à accomplir. La gauche et les socialistes ne peuvent donc pas l’être.

Signataires :

Dominique Baert, Député du Nord, Maire de Wattrelos, vice-président de Lille Métropole

Jean-Pierre Blazy, Député du Val-d?Oise, Maire de Gonesse 

Daniel Boisserie, Député de la Haute-Vienne, maire de Saint-Yrieix-la-Perche, Président de la communauté de communes du Pays de Saint-Yrieix

Jean-Paul Bret, Maire de Villeurbanne, vice-président du Grand Lyon 

Luc Carvounas, Sénateur du Val-de-Marne, Maire d?Alfortville, 1er Vice-Président de Plaine centrale du Val-de-Marne

Gérard Caudron, Maire de Villeneuve d?Ascq, vice-président de Lille Métropole 

Francis Chouat, Maire d?Evry, Président de la Communauté d?agglomération Evry Centre Essonne

Gérard Collomb, Sénateur du Rhône, Maire de Lyon, Président du Grand Lyon

Martine David, Maire de Saint-Priest, Vice-Présidente du Grand Lyon 

Philippe Doucet, Député du Val d’Oise, Maire d'Argenteuil, Président de la communauté d’agglomération Argenteuil-Bezons 

Philippe Eesnol, Sénateur des Yvelines, Maire de Conflans-Sainte-Honorine

Sébastien Pietrasanta, Député des Hauts-de-Seine, Maire d'Asnières-sur-Seine

Pascal Popelin, Député de Seine-Saint-Denis, 1er adjoint au maire de Livry-Gargan 

Christian Teyssedre, Maire de Rodez, Président du Grand Rodez

Daniel Vaillant, Ancien Ministre, Député de Paris, Maire du 18e arrondissement, Conseiller de Paris

Maurice Vincent, Sénateur de la Loire, Maire de Saint-Étienne, Président de Saint-Etienne Métropole

http://www.lejdd.fr/Politique/Roms-les-amis-de-Valls-orga...


Valls:les ignobles et les inconscients sont à l’œuvre…

Valls:les ignobles et les inconscients sont à l’œuvre…

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

"L'odeur de la vase risque de lui coller à la peau, celle de la honte" déclare-t-

Besancenot à propos de Manuel Valls

Si M. Besancenot commençait à comprendre que les français qui ne sont pas d’accord avec lui –et Dieu qu’ils sont nombreux - avec lui et d’accord avec M.Valls ne sont pas tous des électeurs du Front national,cela lui  permettrait de mieux appréhender les réalités de la société française .Il n’en demeure pas moins vrai que les discours  de ce monsieur auront l’effet inverse de ce qu’il recherche,ils iront grossir les rangs des électeurs de Marine Le Pen,la bécassine de Bachar,le plus grave c’est qu’il ne se rend même pas compte.

«On peut le dire autrement,on peut le dire comme dit le Parti communiste français qui le traite de xénophobe, on peut dire qu'il est un problème pour la République comme l'a dit la ministre du Logement Mme Duflot» Mélenchon

"Manuel Valls naturalisé devrait se rappeler qu'il est un enfant d'immigré" Mélenchon

« Certains s'égarent dans des formes de transgression qui, moi,ne me plaisent pas beaucoup. » Benoit Hamon

« Il n'y a pas de droit des nations dites supérieures contre des nations dites inférieures. « Benoit Hamon

"Soit on va concurrencer Marine Le Pen sur son terrain, soit on la combat avec nos valeurs" Benoit Hamon

« Je ne veux pas que la gauche se donne l’impression d’agir alors qu’elle ne ferait que commenter l’actualité"  Benoit Hamon

« Etre de gauche, mon cher Manuel, ça ne se proclame pas, ça se prouve", M.Emmanuelli

Quand dans un gouvernement 2 ministres –M.Hamon et Mme Duflot –et un député socialiste,ancien premier secrétaire du parti,sont accord avec le leader masqué ou non d’un parti d’extrême gauche,c’est que soit ce gouvernement n’est pas digne de gouverner le France soit que ces deux ministres n’ont rien à faire dans un gouvernent digne de gouverner le pays.

Oui M.Emmanuelli être de gauche,ça se prouve.Reste à savoir de quelle gauche on parle…Celle qui accepte que le France se fasse chier dans les bottes au nom d’un humanisme suranné et imbécile,celle qui croit encore que la gauche se brule les doigts à chaque fois qu’elle ose parler vrai,des problèmes de ses électeurs et pas de soit disant prescripteurs pleins de bonnes intentions,celle qui veut plaire à Besancenot mais à plus à Popol,soit celle qui affronte les défis qui lui sont opposés avec intelligence et bon sens.Pour l’heure,il apparait que le bons sens est du coté des français,plus du côté de certains de ceux qui prétendent les administrer.

La gauche que veulent les français,c’est celle de M.Valls pas la votre.

Quand M.Domenach ne fait pas le pitre à la nouvelle édition,émission de la mi-journée sur Canal + menée de main de pitre par un histrion qui rit bêtement à chaque fois qu’on moque Francois Hollande,il redevient le journaliste politique dont les analyses transperceraient un  char d’assaut.

Ainsi le papier qu’il signe sur le site de Marianne est d’une clarté assassine.Oui Mme Duflot doit quitter le gouvernent et à défaut de le quitter d’être virée avec d’autres pantins qui n’auraient jamais du être nommés ministres si on n’avait pas considéré – François Hollande le portera comme une croix –que les équilibres des courants du PS et d’une bien fragile majorité présidentielle comptaient plus qu’un bonne et pertinente équipe ministérielle.

Pourquoi Cécile Duflot doit quitter le gouvernement !

NICOLAS DOMENACH

Que Cécile Duflot quitte le gouvernement et que l’écologie y entre en force, voilà qui devient urgent ! Difficile, et même impossible en effet qu’elle s’y niche encore davantage, alors que son désaccord touche à l’essentiel, et que la cause de la défense de l’environnement n’est pas servie comme elle pourrait l’être. Après tout, Nicolas Hulot ferait beaucoup mieux l’affaire… 

Imaginons un instant que la ministre du Logement n’ait été qu’un bloc de sincérité, et qu’elle n’ait en aucune façon tenté par une manœuvre politicienne de ressouder derrière elles des troupes désorientées par les désaffections et les critiques contre la politicaillerie vaine des Verts accrochés au pouvoir comme la vérole au bas clergé breton. Oui, prenons au sérieux, un moment, cette hypothèse, et accordons crédit à cette femme d’engagement de convictions fortes et anciennes. 

Après tout, le mouvement qu’elle a longtemps dirigé, et qu’elle tient encore en sous-main, a toujours défendu les exclus, et les immigrés, plus encore parfois que l’écologie. Au point même de symboliser un angélisme laxiste qui a fait beaucoup de mal à la gauche, tant fut tardive sa révolution sécuritaire impulsée par les maires de banlieues et de grandes villes. 

Mais si donc Cécile Duflot est parfaitement sincère et considère qu’avec les Roms Manuel Valls était allé « au delà de ce qui met en danger le pacte républicain », alors elle n’a d’autres choix que de quitter l’équipe gouvernementale, comme en d’autres temps Jean-Pierre Chevènement avait eu le courage de le faire. Car peut-être n’en avait elle pas pris connaissance avant ( ?!!!!), mais la politique du gouvernement, comme l’avait souligné sa porte parole Najat-Valaud Belkacem  après le conseil des ministres, est celle « défendue avec fermeté et humanité par Manuel Valls »… 

On peut discuter de l’équilibre entre ces deux termes, considérer que le ministre de l’Intérieur eut été mieux inspiré d’avancer avec plus « d’humanité encore que de fermeté », mais c’est lui qui porte la politique validée par le Président. Et sa collègue du Logement si elle l’avait ignoré, ou si elle considérait que Manuel Valls allait au delà de ses prérogatives pouvait toujours dans une gouvernance commune bien comprise se retourner vers Jean-Marc Ayraut, le chef du gouvernement,  il existe, plutôt que d’interpeller publiquement le Président de la République, ce qui revenait à le placer dans une position pour le moins délicate, pour ne pas dire impossible. 

L’indélicate en effet le mettait en demeure publiquement de choisir entre ses deux ministres au risque de faire exploser sa majorité. François Hollande n’avait plus de choix qu’entre de mauvais choix, puisque s’il ne bouge pas, il accrédite sa réputation de mollasson et s’il tranche plus nettement encore qu’il ne l’a fait en faveur de Valls, il affaiblit la majorité à quelques mois des élections municipales et européennes. 

Ajoutons que cette situation impossible lui a été imposée au soir même d’une équipée à Florange, qui avait été bien menée rennes serrées, sans faute de conduite ni d’images, ce qui était un exploit rare. Or, patatras…C. Duflot a volontairement tout parasité, ce qui revenait à nuire au Président à qui elle doit pourtant beaucoup, à commencer par son poste ministériel… 

On dira qu’elle n’est pas la première à avoir fait entendre des fausses notes dans cet orchestre où se produit en moyenne un couac par semaine. Certes. Mais ce n’est pas un couacounet ; c’est un « canard… de barbarie », si vous me permettez l’expression. Celui-ci touche à l’essentiel. Il ne s’agit pas d’une discordance mineure sur le niveau de la TVA ou même d’une dissonance plus grave sur l’équilibre justice-sécurité, mais d’un désaccord sur les valeurs républicaines, sur ce qui fonde censément le pacte suprême, non seulement entre les partis démocratiques mais entre les citoyens. C’est une rupture de ce pacte qui avait produit le divorce du pays avec Nicolas Sarkozy, que nous avions alors qualifié de« voyou », car il avait assimilé cyniquement délinquance et immigration. 

Ce que n’a pas fait Manuel Valls. Pas plus qu’il n’a limité les naturalisations, au contraire il les a doublées, pour ne prendre que cet exemple. Mais si vraiment Duflot et ses proches croient à l’amalgame qu’ils répercutent entre les deux ministres de l’Intérieur, alors encore une fois une rupture fondatrice s’impose. La ministre du Logement ne saurait demeurer une seconde de plus à la même table ministérielle que celui qu’elle tient pour un « voyou qui brise lui aussi le pacte républicain ». 

Ajoutons que pour l’écologie elle-même, le départ de Duflot pourrait être bénéfique, car son bilan vert est pour le moins gris. Ne parlons pas de sa loi sur le logement, qui n’est pas bouleversifiante : on pourra en peser plus tard les conséquences positives ou négatives. Mais la cause de l’environnement, qu’elle est censée incarnée, ne tient pas elle la place, première, qui devrait être la sienne. Alors même que l’opinion a évolué en sa faveur, alors que la défense de la nature est devenue une priorité face aux catastrophes environnementales que les Verts avaient prévues mais dont ils se sont désinvestis, la candidate de ce parti qu’elle soutenait, Eva Joly, a tout juste dépassé les 2% !!! 

Aucune autocritique ne s’en est suivie, notamment sur leur gauchisme infantile. Aucun examen de conscience ni de projet : trop heureux des places qui leur étaient offertes – par Hollande !- aux parlements comme au gouvernement, ces mouvementistes héritiers de 68 se sont assis comme on s’endort dans leurs fauteuils, et n’ont plus porté ni approfondi cette grande idée d’une sortie de crise écologiste, qui faute de défenseurs n’a cessé de reculer. L’écologie à cause d’eux, se réduit à ne plus être qu’une fiscalité… 

Certes, les socialistes, et François Hollande le premier ne les ont pas aidés, tant leur culture est imprégnée d’un culte du progrès scientifique auquel a toujours sacrifié la gauche. Ajoutons qu’ils ne se sont pas départis de leur morgue de parti dominant, loin s’en faut, et qu’ils tiennent les écologistes pour des bouffeurs de carotte et de pilpil, et souvent de dangereux illuminés, qui s’ils avaient existé autrefois auraient empêché l’érection du mont Saint Michel ou du Pont du Gard (entre autres), afin de ne préserver l’ordre naturel. Mais si cet archaïsme technocratique demeure vivace au PS, l’écologie n’en a pas moins progressé dans leurs têtes aussi, notamment grâce à leur gestion commune dans les municipalités. 

Mais encore faudrait-il que l’idée écolo soit défendue par des personnalités auxquelles ils accordent du crédit. Or s’ils respectent la manœuvrière Cécile Duflot, ils n’ont aucune considération pour ce qu’elle pourrait, devrait défendre, cette idée d’alternative verte qui ne cesse de reculer depuis qu’elle est au gouvernement ! Si elle quittait le gouvernement, elle pourrait davantage s’en préoccuper et laisser venir celui dont l’entrée à plusieurs fois été ratée, Nicolas Hulot. 

Cuirassé d’expériences, parfois malheureuses, l’ancien animateur d’Ushuaia jouit d’un charisme et d’une popularité sans comparaison, et peut s’appuyer sur une réflexion qui fait que lorsqu’on l’écoute, on se dit : « mais bon sang pourquoi n’est il pas au gouvernement ? » S’il y était nommé, il y aurait enfin un écologiste… Tiens et pendant qu’ils y sont, l’Elysée pourrait embaucher Yann Arthus Bertrand au service photo. Enfin ce pouvoir prendrait un peu de hauteur…

http://www.marianne.net/Pourquoi-Cecile-Duflot-doit-quitt...

Ciotti:Menteur et bientôt traitre…

Ciotti:Menteur et bientôt traître…

 

valls,ump,roms,ciotti,jdd,europe,sarkozy


Ainsi selon l’entretien qu’a accordé au JDD M.Ciotti aurait déposé une proposition de loi contre l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’espace Schengen.En fait de proposition de loi ce serait en fait une résolution –il y'a une contradiction entre le chapeau de l’article et la question du JDD,ce qu en dit long sur le, sérieux de cette affaire.

Une fois de plus,et cette question est permanente des lors que l’UMP et ses sbires s’aperçoivent un peu trop de tout ce qu’ils n’ont pas fait pendant ces 10 dernières années pourquoi ne l'a-t-il pas fait alors que les négociations pour l’entrée de ces deux pays dans l’espace Schengen ne date pas hier…D'autant qu'il avait toutes les choses de voir sa résolution votée par l’assemblée nationale puisque sa formation était majoritaire.

Pourquoi ne l’a –t-il pas fait,question légitime que devraient se poser tous les lecteurs du JDD….

Je vais vous le dire:Mme Merkel est pour et comme un bon toutou M.Sarkozy brasser de l’air devant les français enamourés et baisser son froc à Bruxelles. Ou a Berlin.

Je rappelle que les plus virulents contres ces entrées est la Hollande,ça ne s’invente pas.Pas la France,pas l’Allemagne,le France de M.Sarkozy,l’Allemagne de Mme Merkel,le couple idéal.

Aujourd’hui,ce monsieur fait du foin avec pas grand chose.Le premier ministre a répété aux roumains que sans efforts de leur part sur le contrôle des frontières et sur le dossier rom le France s’opposerait a leur entrées dans l’espace Schengen,le ministre de l’intérieur l’a  affirmé au moins par deux fois cette semaine,si je comprend bien Ciotti va présenter une résolution au parlement pour demander au gouvernement de décider et faire  ce qu’il a déjà décider de faire….Pour rien en somme !

Singulière vision de la politique que cela…Singulière quand il s’agit de la vraie politique,bien normal chez ces gens là car ils ne font pas de la vraie politique ils ne font que des embrouilles.Et plus important pour eux,il y a Marine,la sournoise,Marine qui leur ronge les pieds et les électeurs…surtout ne pas être en reste face à l’espiègle…alors il faut tenter de faire plus de bruit qu’elle surtout à Nice où l’affaire municipale se présente par la siège…Malgré tous les efforts médiatiques de notre maire bien aimé….Il est tellement persuadé que Nicolas Sarkozy est encore président de la république qu’il a cru qu’il était venu spécialement pour lui,pour plaider dans la campagne,Pour l’adouber en quels sorte.

 Revenons à M.Ciotti puisque c’est lui qui croit faire œuvre de grande politique alors que comme la majorité de ses collègues de l’UMP,ne fait que pisser dans un violon.

Faire du bruit,faire du foin avec rien,voila le véritable dessein de cette nouvelle manœuvre qu’est cette résolution.

On s’accorde à dire,à répéter que les français ont en assez de tous ces mensonges et balivernes.il est vrai qu’ils en ont eu leur sac pendant 5 ans et ça continue…Depuis l’ l’élection pourrie au poste de présidence de l’UMP ca n’a jamais cesser…pour finir sur deux carambouilles une sur le FN,l’autre marquant un sérieux écart aux obligations républicaines à Moscou.L’UMP se nourrit de mensonges sur elle-même,sur la politique du gouvernent et les personnes qui sont en charge de notre pays.Hier,ils ont remis le couvert sur le département de la Corrèze,et remarquez avec moi que la plupart des argument annone aujourd’hui le sont depuis mai 2012….

Dans cet entretien M.Ciotti n’a pas échappé à la règle.

Voila ce qu’il déclare:

« La circulaire d'août 2012 a créé un véritable appel d'air. En parallèle, les expulsions et les éloignements se sont quasiment arrêtés. ».

Diantre,voila qui est grave.

Deux questions au Monsieur de l’UMP…

*Combien de roms dans notre pays en a mai 2012,combien de roms sur notre territoire à septembre 2013 ? Que M.Ciotti reponde d’abord à cette question,il a l’air tellement sur de lui…

Sur quels chiffres,information,rapports M.Ciotti s’appuie-t-il pour pouvoir affirmer « les expulsions et les éloignements se sont quasiment arrêtés. ».

Aucun élément ne vient confirmer ces affirmations,mieux  l’occasion de cette quinzaine au cours de laquelle les roms sont devenus une obsession nationale alors qu’entre nous nous avons d’autres chiens à fouetter,des informations ont commencé à poindre.Certaines très fantaisistes,d’autre un peu moins,une de ces dernières devrait interpeller le député des Alpes Maritimes.

Pas de chances ce monsieur Ciotti.

Roms : plus d'expulsions sous Hollande que sous Sarkozy

DÉCRYPTAGE - D'un point de vue comptable, la politique menée par le gouvernement en direction des Roms s'inscrit dans la lignée de celle de Nicolas Sarkozy.

Ces mots ont provoqué l'indignation d'une partie de la gauche. "Les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie", déclarait Manuel Valls sur France Inter, mardi. Mercredi, Najat Vallaud-Belkacem apportait son soutien au ministre de l'Intérieur, estimant que la politique du gouvernement concernant les Roms était portée "avec fermeté et humanité". 

10.174 Roms expulsés au premier semestre 2013

 Si l'on se fie aux chiffres, les deux politiques menées par Nicolas Sarkozy et François Hollande envers les Roms semblent proches. Plus de 9.000 Roms avaient été expulsés en 2010, selon le ministère de l'Intérieur.Les trois quarts des 600 à 700 campements illicites avaient été démantelés. 

Le nombre des expulsions a même augmenté sous Hollande, selon Amnesty International. "Des records ont été atteints pour l'année 2012 et l'été 2013", selon l'organisation qui cite des chiffres de la Ligue des droits de l'homme et de l'European Roma Rights Center. "En 2012, 11.982 migrants roms ont été chassés des squats et bidonvilles", note Amnesty. Ils étaient 10.174 au premier semestre 2013

Valls et Sarkozy citent Rocard

Concernant les Roms, François Hollande serait donc dans la lignée de Nicolas Sarkozy. Son ministre de l'Intérieur Manuel Valls, comme l'ancien chef de l'État à Grenoble en 2010, cite Michel Rocard. L'ancien Premier ministre de François Mitterrand avait estimé que la France ne pouvait pas "accueillir toute la misère du monde".

Longtemps,Hollande ne s'est pas opposé à la politique menée par Nicolas Sarkozy en la matière. Même après le discours de Grenoble, pourtant vilipendé par une partie de la classe politique, le socialiste n'avait pas réagi,s'imposant le silence à moins de deux ans de l'élection présidentielle

En 2011, Hollande dénonçait "l'inaction concrète" de Sarkozy

(…)"Nous devons mettre un terme aux implantations sauvages de campements Roms. Ils constituent des zones de non-droit qu’on ne peut tolérer en France", avait ajouté le président de la République. Ce discours avait été tenu deux jours après l'organisation, à l'Élysée, d'une réunion sur "les problèmes que posent les comportements de certains parmi les gens du voyage et les Roms". 

En 2011, à quelques mois à peine de la primaire du Parti socialiste, François Hollande avait finalement réagi, dénonçant "l'inaction concrète de la politique de Nicolas Sarkozy". "Les renforts de policiers accordés pour Grenoble en juillet 2010 vont être retirés un an plus tard, avait-il déclaré dans les colonnes du Dauphiné Libéré. En définitive, ce discours de Grenoble a été à l'image du quinquennat : improvisation, inconstance et pour finir impuissance."

http://www.rtl.fr/actualites/info/politique/article/roms-...

Hormis les commentaires déplaisant sur la personne du président de la république,on y est habitué,de l’incorrection aussi reste que les chiffres sont là.

Cher M. Ciotti et vous êtes bien placé pour le savoir il n’y a pas mieux que les opposants pour critiquer la politique menée par un gouvernement.

Si Amnesty international affirme "Des records ont été atteints pour l'année 2012 et l'été 2013", selon l'organisation qui cite des chiffres de la Ligue des droits de l'homme et de l'European Roma Rights Center. "En 2012, 11.982 migrants roms ont été chassés des squats et bidonvilles", note Amnesty. Ils étaient 10.174 au premier semestre 2013.C’est que les vôtres sont mensongères.Le problème est que les lecteurs du JDD - le peu de lecteurs de ce périodique –auront eux enregistré que « les expulsions et les éloignements se sont quasiment arrêtés. ».

Si Dieu a décidé dans sa grandeur que le mensonge serait un péché véniel c’est qu’il s’est dit qu’un jour sur cette terre il y aurait l’UMP.Dans sa grandeur,il a décidé que ses membres ne subiraient pas les foudres que l’on destine aux commettants de   péchés mortels,ainsi Dieu aura éviter un carnage.Mais Dieu n’a pas dit que mentir ne devait pas être une faute non réprimée.Je crois que M.Ciotti est un grand chrétien,très attaché au mariage et à la charité chrétienne,il comprendra donc que mentir c’est quand même pécher…

Ainsi 5 Pater et 10 Ave suffiront à convaincre qu’il est mal de mentir…

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu