target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

13/05/2013

Le Figaro:Ca devient insupportable…

Le Figaro:Ca devient insupportable…

 

le fig syrie.jpg

Ce samedi encore un titre alarmant et insultant sur le politique de notre président et de son ministre des affaires étrangères. »Syrie:la diplomatie française en échec…. »,le tout argumenté par un éditorial de M.Rousselin intitulé « Chimères syriennes « dont je vous livre le contenu.

Chimères syriennes

Se fixer un objectif sans se donner les moyens de l'atteindre est la meilleu­re recette pour un échec. En Syrie, la diplomatie française brille par ses in­cohérences. Exiger, depuis près de deux ans, le départ de Bachar el-Assad alors que celui-ci tient tête au prix d'un massacre quotidien n'a pour résultat que de rendre sans effet la parole de la France. Demander que le tyran soit déféré devant la Cour pénale inter­nationale sans entamer la moindre démarche revient à se donner bonne conscience tout en persévérant dans Terreur. Sans ligne directrice, la France n'a jamais choisi entre une option militaire impossible à mettre en œuvre et une action diplomatique qui exigerait un effort de tous les instants. Maintenant que Russes et Américains sont d'accord pour rechercher une solution politi­que, il serait temps que notre diplomatie se réveille.

Non, la Syrie n'est pas la Libye. Force est de constater que nos efforts louables pour unifier l'opposition ont échoué. Plus d'une centaine de groupes armés combattent les forces du régime dans la plus grande confusion. Notre aveuglement nous conduit à poursuivre des livrer des ar­mes à des insurgés que nous sommes incapables de contrôler sans que cela se retourne contre nous ? La plupart de nos partenaires européens refusent de nous suivre sur cette voie.

La Syrie est en phase avancée de désintégra­tion.Le conflit déborde des frontières du pays. Américains et Russes ont compris qu'il était trop tard pour espérer une victoire claire d'un camp sur l'autre. L'urgence est d'arrêter les dégâts et de cesser les effets de manches. Notre diplomatie est marginalisée. Elle doit enfin prendre Moscou au sérieux sur le dossier syrien. La France a contribué à l'échec de la première réunion de Genève, en juin 2012, en exigeant que le départ d'el-Assad soit un préalable à un règlement. Si Russes et Occi­dentaux se mettent d'accord pour cesser d'encourager les plus jusqu' au-boutistes dans chaque camp, ils auront davantage servi la paix que ceux qui brandissent des grands principes inopérants.

 Bien évidemment,comme toujours le titre ne correspond en rien au contenu du cahier intèrieur,mieux un article signé par Mme Lasserre dans la rubrique décryptage vient démentir de façon absolue le contenu de l’éditorial.

Preuve supplémentaire que les journalistes du Figaro n’ont rien à voir avec des pseudos spécialistes,commentateurs ou éditorialistes qui ne sont là que pour dézinguer la politique de François Hollande,travail de commande et non journalistique ou d’analyse objective d’une politique ou d’une situation.

Contraction aussi avec l’article « Paris à la traîne du tandem russo américain » qui présente une photo pleine page de la conférence des amis de la Syrie ,légendée –il fallait oser :la 3ème réunion des amis de la syrienne juillet à Paris,en présence de Laurent Fabius et de français Hollande.(c’était nous qui invitions et recevions mais le Figaro écrit on dit en présence,c’est les autres qui étaient en présence)…et voila le meilleur:La France était à l’initiative de ce groupe.

Echec de quoi quand on sait que les russes et les américains se résolvent à organiser une conférence…hypothtiques pour l’heure craignant pour les premiers que les israéliens se fâchent et de se retrouver dans un bourbier supplementaire,pour les seconds parce que les qu’ils tiennent le manche autorisés qu’ils sont a ne rien respecter….

Echec de qui quand Mme Lasserre dans le même numéro du figaro écrit,je cite :

Une conférence pour justifier l’inaction «  et en première page on évoque l’echec de notre diplomatie.Ne serait-ce  pas l’échec de M.Obama qui cède en tout à M.Poutine soutenu,appuyé en cela par le courageux M.Cameron.Ce qui justifie sans doute ce qu’écrit Mme Lasserre,je cite:

Et s’il s’agissait avant tout de gagner du temps, de dissimuler l'inaction des puissances internationales et d'éviter toute intervention dans le conflit syrien, qui a déjà fait 70 000 morts ?

De la Seconde Guerre mondiale au conflit du Kosovo, J'expérience a mon­tré qu'il valait mieux, pour mettre fin à une guerre, une victoire militaire sur le terrain qu'une conférence internatio­nale. La réunion que Russes et Améri­cains ont prévu de faire pousser sur les gravats des villes martyres syriennes a peu de chances d'aboutir. Pas plus que l'accord de Genève en juin 2012, dont elle s'inspire largement, l'initiative russo-américaine ne précise en effet le sort devant être réservé à Bachar el-Assad. Opposants de l'intérieur comme de l'extérieur ont refusé par avance toute solution diplomatique qui permettrait au président syrien et à ses proches  de rester au pouvoir. « Avant île prendre une quelconque décision,nous devons savoir quel sera le rôle d’'Assad.Ce point a clé laissé dans le flou de manière intentionnelle, selon nous, afin d'amener l'opposition à des négociations avant qu’une décision soit prise », comprend un membre de la Coalition nationale syrienne (CNS). En guerre depuis deux ans, les rebelles syriens ne croient plus à la diplomatie «Malheureusement, je ne pense pas qu'il reste une solution politique pour la Syrie.Je pense que cela est clair désormais »,a affirmé le porte -parole  du Conseil militaire suprême des rebelles.

Le fait de donner u ne nouvelle chance à la diplomatie semble en revanche servir à la fois les intérêts de Moscou et de de Washington.Après avoir pratiqué la politique du pire pendant deux ans,livré des armes au régime de Da­mas et bloqué à trois reprises avec son veto toute résolution contraignante du Conseil de sécurité de l'ONU, Moscou fait aujourd'hui mine de lâcher du lest en se disant favorable à une coopéra­tion avec l'Occident sur la Syrie. Le Kremlin a-t-il changé de politique ou s'agit-il d'une habile tactique destinée à gagner du temps ? Le rapprochement russo-américain court-circuite en tout cas, au moins à court terme, toute velléité d'intervention qui pourrait naître aux États-Unis face à la dégradation de la situation:l'utilisation d'armes chimiques,dont Barack Obama avait fait une « ligne congé », les raids israé­liens contre des convois d'armes et la montée en puissance des islamistes au sein de la rébellion. À supposer que le Kremlin, par pragmatisme ou réalis­me, envisage réellement de lâcher le régime de Damas, rien ne dit qu'il serait en mesure d'influencer son président,qui regarde aujourd'hui davanta­ge du côté de l'Iran que de celui de la Russie...

Le pas en arrière de Washington

Le mauvais prétexte des armes chimi­ques, utilisé en 2003 pour justifier l'in­vasion de l'Irak, l'échec de l'intervention en Afghanistan et la volonté de se tourner vers le monde émergent d'Asie : les États-Unis sont-ils prêts à tout pour éviter d'avoir à intervenir en Syrie ? À Moscou,le secrétaire d'État américain,John Kerry, qui a dû patienter trois heures avant d'être reçu par Vladimir Poutine,qui a fait une concession de taille au maître du Kremlin en renonçant à faire du départ Bachar El Assad un préalable aux négociations.

Ce pas en arrière remet en cause la parole américaine,la coalition était jusque là reconnue comme la seule représentante légitime.Damas ne s'y est pas trompé,saluant à chaude voix l'accord russo américain. Mais l'exemple pourrait servir ailleurs:en Iran notamment, où le président américain a promis de s'opposer par tous les moyens nécessaires à la bombe nucléaire. ».

Echec de la diplomatie française,mon œil.M.Obama a cédé sur tous les points.Je rappelle à M.Rousselin que deux principes avaient adoptés par les puissances européennes et américaines,primo le départ de Bachar El Assad,secundo la reconnaissance du conseil de l’opposition comme représentant légitime du peuple syrien.Parler d’échec de notre diplomatie est donc une fausseté de plus.Il n’y a qu’à lire l’excellent article de Mme Lasserre pour s’en convaincre.Mais alors que motive M.Rousselin quand il écrit « Exiger, depuis près de deux ans, le départ de Bachar el-Assad alors que celui-ci tient tête au prix d'un massacre quotidien n'a pour résultat que de rendre sans effet la parole de la France…Deux ans c’est aussi accuser M.Sarkozy et M.Juppé d’avoir entretenu des chimères et d’être de fieffés imbéciles…Balle au centre… Exiger, depuis près de deux ans, le départ de Bachar el-Assad (…)n'a pour résultat que de rendre sans effet la parole de la France « .Bien vu M.Rousselin sauf que vous oubliez un détail de taille…souvenez vous du mois d’aout 2011,je citerai un quotidien un peu plus objectif peut-être que celui dans lequel ce monsieur officie au service propagande et en tout cas plus soucieux de détailler les articles qu’il publie.Voila ce que rapporte le monde « C'est un recul notable si l'on se souvient que, dès août 2011, les Etats-Unis, la France,le Royaume-Uni et l'Allemagne avaient demandé par des déclarations solennelles et concertées la démission immédiate du dictateur de Damas. Plus rien de tel aujourd'hui. »

Echec de la diplomatie française ou reculade groupée devant M.Poutine…

« Notre aveuglement nous conduit à poursuivre des livrer des armes à des insurgés que nous sommes incapables de contrôler sans que cela se retourne contre nous ? La plupart de nos partenaires européens refusent de nous suivre sur cette voie. » Ecrivez vous.Diantre comme vous y allez…Des livraisons d’armes,certains n’ont pas attendu d’en livrer des armes…les Etats Unis en premier lieu en passant par la Turquie et des réseaux quataris,des conseillers de la CIA sur le territoire syriens,la France aussi livre des armes mais surtout du matériel d’observations et de visées…mais pourquoi tant faussetés dans vos affirmations.Ignorez vous les déclarations de M.Clinton rappelée une nouvelle fois par Le Monde » Hillary Clinton, marquée par le drame bosniaque, plaidait au sein de l'administration américaine, à l'été 2012, en faveur de livraisons d'armes à des groupes de rebelles syriens, pour modifier le rapport de forces sur le terrain – une position affichée ensuite par la France et le Royaume-Uni, quoiqu'avec moins d'entrain aujourd'hui. »Malheureusement pour vous c’était aussi la position de M.Hollande.

Vous avouerez cher monsieur que le doute s’installe à la lecture de votre petit libelle.Soit vous êtes totalement ignorant de ce dossier soit vous êtes un menteur. Je pencherai pour les deux affirmations.Le plus grave c’est que le papier de la journaliste qui elle connaît le dossier parfaitement passe en en troisième page.Le titre assassin de votre petite crotte rédactionnelle,je reste poli car j’aurai préféré écrire grosse merde éditoriale lui est bien en une….la propagande en première page,l’information et l’analyse reléguée en troisième,singulière vision du travail d’un quotidien réputé sérieux.

L’information parlons-en.Votre quotidien est devenu un degueuloir sur la personne du président de la république.Rendez vous compte que vous consacrez une page entière aux imbécilités de M.Guaino et de ses amis…

Alors cher monsieur pour vous permettre de mieux connaître la politique diplomatique de notre pays pour ce qui concerne la Syrie,merci de trouver ci-dessous les principes qui y commandent.C’est M.Fabius qui les définit ans un entretien accordé au Monde.

amis syrie.jpg

 Seuls, nous ne pouvons résoudre ce conflit, mais nous sommes constamment à l'initiative.

Nous entendons poursuivre selon quatre orientations. D'abord, continuer de pousser une solution politique : les Etats-Unis doivent pleinement s'engager, les discussions avec la Russie se renforcer ; nous proposons depuis longtemps un Genève II, faisant suite à la réunion de Genève en juin 2012 qui avait failli réussir.

Deuxième décision, nous allons augmenter notre soutien envers l'opposition modérée, la Coalition nationale syrienne qui doit s'élargir, s'unifier et garantir clairement à chaque communauté le respect de ses droits en cas de changement de régime. Pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, nous proposons de classer comme"organisation terroriste" au sens de l'ONU le Front Al-Nosra, opposé à Bachar Al-Assad mais filiale d'Al-Qaida.

Troisième décision,discuter avec nos partenaires européens de l'embargo sur les armes. D'un côté, il n'est pas question que les résistants et les civils continuent d'être bombardés : ils demandent légitimement les moyens de se protéger. De l'autre, on ne peut pas leur fournir d'armements susceptibles de tomber dans les mains du régime ou de mouvements terroristes.

Enfin, nous sommes en train de préciser nos enquêtes et nos plans d'action face à la possibilité d'utilisation par Assad d'armes chimiques. Il faut bouger et bouger vite. »

http://www.lemonde.fr/international/article/2013/05/09/laurent-fabius-nous-sommes-constamment-a-l-initiative-sur-le-syrie_3174172_3210.html

 

Et puis lisez attentivement l’article de Mme Lasserre,au moins vous pourrez dire que vous connaissez un peu le dossier dont vous parler à tort et à travers.

Je voudrai finir en vous disant deux ou trois choses fort simples.La plupart des éditorialistes qui officient dans l’organe de propagande qu’est devenu le Figaro sont des atlantistes confirmés.Votre journal a toujours combattu la politique étrangère du Général de Gaulle,vous continuez avec François Hollande et d’autres avant lui.Le but de votre billet est de soutenir la politique américaine sur ce théâtre,pas autre chose,vous n’acceptez pas que notre pays ait une politique étrangère indépendante…des Cameron bis nous devons être…Depuis que M.Obama a changé de positions,on voit le premier ministre britannique reçu par M.Poutine,le 13 mai prochain il sera reçu à la Maison Blanche.

Voila un homme qui vous plairez.

Pour l’heure nous menons notre politique,ce n’est pas parce que les deux puissances qui tiennent le manche dans cette région au travers de leur pions respectifs semblent avoir gagné la partie que nous devons parler de d’échec de notre diplomatie.Nous verrons les résultats des reculades de M.Obama si la conférence prévue voit le jour » La conférence internationale voulue par M. Obama sur la Syrie préfigure le traitement qu'il entend réserver au dossier nucléaire iranien. C'est un ballon d'essai, en quelque sorte. L'option militaire reste la hantise d'un président américain décidé à éviter tout nouveau bourbier pour son pays. Le spectre de la guerre d'Irak et de son cortège de mensonges à propos d'armes de destruction continue de hanter le successeur de George W. Bush. ».

Les réactions de opposition à Bachar El Assad ne sont pas très positives.L’idée d’avoir à négocier avec un assassin de masse ne les enchantent pas vraiment,vous le comprendrez.Aujourd’hui ils se sentent trahis,c’est le cas.

Le peuple syrien encore une fois a été ignoré c’est pour cela que la France a encore une carte à jouer.La sienne,ne vous en déplaise.

Je ne finirai pas ce billet en évoquant la position allemande qui me semble,sans acrimonie germanophobe,tenir d’un manque de sens politique évident.Et un manque de solidarité européenne évident.Et d’un humour certain.

Syrie:Berlin contre les livraisons d'armes

Le ministre allemand des Affaires étrangères,Guido Westerwelle,a réclamé l'arrêt des livraisons d'armes à la Syrie, parlant aujourd'hui à Varsovie au coté de son homologue russe, Sergueï Lavrov.
"Nous sommes convaincus que les livraisons internationales d'armes à la Syrie doivent cesser et que nous devons tout faire pour donner une chance à une solution politique", a-t-il dit.
Sergueï Lavrov avait auparavant annoncé la finalisation d'une livraison d'armes de la Russie à la Syrie.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/05/10/97001-20130510FILWWW00392-syrie-berlin-contre-les-livraisons-d-armes.php

Aller dire devant le ministre russe qu’on ne voulait plus de livraisons internationales d'armes alors qu’à Moscou M.Poutine annonçait qu’il livrerait de missiles sol air pour défendre la territoire syrien,fallait y penser.Défendre contre des avions or les rebelles n’en ont pas,des avions israéliens peut être.

Voila un diplomatie qui marche bien droit,celle qu’apprécie M.Rousselin.

A l’heure ou je publie ce billet,un attentat touche la Turquie.Manifestement c’est l’œuvre des services secrets syriens.Alors la conférence que M.Rousselin porte en bandoulière,c’est pas pour demain.

Pour deux raison essentielles:la Turquie soutient le Conseil de opposition syrienne ainsi que le Quatar,l’attentat de ce week end vient à point,la présence de M.El Assad à cette conférence compte tenu des dégâts causes par les de son armée et de ses milices alaouites l’ont totalement discrédité auprès du peuple syrien.

Quel serait l’honneur,la morale des deux puissances organisatrice(sic) a intégrer dans un processus de réconciliation celui qui est considéré comme le massacreur de son peuple.

Interrogeons nous sur le rôle de l’an dans cette mauvaise affaire est nous aurons la réponse sur la validité de cette nouvelle initiative qui ne répond en rien aux aspirations des syriens mais aux intérêts stratégiques de messieurs Poutine et Obama.

Aujourd’hui M.Cameron était reçu par M.Obama.

Plus de conférence  à l’horizon.

Messieurs Obama et Cameron se sont mis d’accord pour augmenter la pression sur Bachar El Assad pour qu’il décampe.le premier ministre britannique va encore plus loin.Il considère  que la farce a assez duré et menace d’action plus forte. "Assurément, nous n'écartons pas la possibilité d'une action plus forte en réaction à ce qui se passe sur le terrain" quand il a dit ça il a tout dit.

Elle est belle cette diplomatie qui sied  M.Rousselin,un discours à Moscou,un discours a Washington et pendant de temps la les syriens trinquent mais le figaro et son gourou accusent la france de mollesse sur ce théâtre d’opération.

Pour couronner le tout,le Figaro,celui qui titre sur l’échec de la diplomatie française publie un articulé intitulé « Syrie:Washington s'en remet à la diplomatie version Poutine »,échec de qui,échec de quoi en l’espèce pas de la diplomatie française au contraire que ce prétend le service propagande du Figaro.

 

Quelques points de repère qui viennent démontrer que M.Rousselin est un gros menteur.Aux ordres.

Syrie:une cruelle absence de leadership international

« Malgré toute la complexité de la donne interne et les rivalités régionales exacerbées, les leçons qui se dégagent de cet échec cuisant de la communauté internationale soulignent un manque de vision, de leadership, d'influence de l'Occident.
Notamment des Etats - Unis d'Amérique face à une tentative de retour en force de la Russie et à un accroissement du rôle des forces régionales. »

« La communauté internationale va devoir faire preuve de créativité et de plus de volonté pour trouver une issue au conflit. En attendant l'accord entre Washington et Moscou pour l'application de l'accord de Genève du 30 juin 2012, la guerre ravageuse continue et l'Armée syrienne libre demeures privée de moyens pour se défendre car  des puissances comme les Etats-Unis et l'Allemagne redoutent que la livraison d'armes à l'opposition puisse favoriser leur prolifération dans la région.Pour sortir de l'impasse,il faut tenter une option diplomatique de la dernière chance, et limitée dans le temps, comme la désignation d'un pouvoir transitoire par une résolution de l’ ONU rassurant toutes les composantes sy­riennes et la Russie. Et exiger en con­trepartie le départ de la tête du régime et de sa bande criminelle. Dans ce ca­dre,il appartient à Paris et Londres I d'inciter Washington à l'action, et de faire plus,en concertation avec des pays arabes et musulmans, pour inventer une issue ou recourir à tout moyen afin de mettre un terme à la tragédie. Il est temps d'agir! »

Libération 15 mars 2013

Syrie:l’UE au bord des armes

C est décidé:à la veille du  second anniversaire du déclenchement de la révolution syrienne, Paris j et Londres ont fait part de leur volonté de livrer des armes aux rebel­les, s'il le faut en s'affranchissant de! l'embargo imposé par l'Union européenne dans ce domaine. Une ini­tiative qui pourrait intervenir assez rapidement, les deux capitales allant demander que la réunion sur le maintien ou non de cet embargo sur les armes, prévue fin mai, «soit avancée», peut-être même avant la fin du mois. «Les modalités de cette levée de l'embargo sont à définir en urgence. C'est lorsqu'à mesurera qu'il ; ne peut survivre par la force des armes • que Bachar al-Assad bougera ou que la situation bougera sans lui», écri­vait jeudi Laurent Fabius dans Libé ration. L'UE a réagi hier en assurant qu'il était «possible» de discuter «sans délai» de l'opportunité de le­ver cet embargo qui interdit à ses membres toute livraison d'armes.

LA DÉCISION DE LIVRER DES ARMES À LA RÉBELLION EST ELLE UN TOURNANT?

Jusqu'à présent, nombre de membres de l'UE, comme l'Allemagne, s'opposaient à de telles livraisons jugeant qu'elles ne feraient qu'aggraver le conflit.A l'évidence,l’argument ne tient pas puisque le man­que criant d'armement des insurgés n'a pas empêché le régime d'utiliser des moyens sans cesse plus terribles contre l'insurrection et les popula­tions civiles, comme, dernièrement, le tir de missiles Scud contre les villes.

Donc, les fournitures en armes ne seront sans doute pas suffisantes pour que l'opposition parvienne à se constituer en une véritable armée. D'où la formation de cadres par des  officiers américains,qui, selon la presse américaine,se ferait actuellement en Jordanie. Officiellement, c'est parce que «! 'horreur est à son comble» en Syrie que Paris est déterminé à aller de | l'avant. Mais, dans la décision française et britannique, il y a sans doute aussi l'arrière-pensée de favoriser les forces de l'Armée syrienne libre en perte de vitesse face à l'émer­gence de formations jihadistes, comme le Front al-Nusra, plus com­batives, mieux organisées,voire mieux armées, qui ont revendis que la plupart des succès militaires de ces derniers mois.

Libération 15 mars 2013

Les Etats Unis avancent à tâtons sur le dossier syrien

John Kerry, qui doit faire oublier com­ment il avait auparavant misé sur Bachar al-Assad, a débloqué la semaine dernière une nouvelle aide de 60 millions de dollars (46 millions d'euros) à l'opposition sy­rienne. Il a surtout franchi un seuil symbolique en spécifiant pour la première fois que les Américains aideront directement l'Armée syrienne libre (ASL), par des moyens I «non létaux», tels que des rations  militaires et du matériel médical.

«Pour cela, au département d'Etat du moins, les Américains sont plutôt contents de voir les Britanniques et les Français montrer le chemin sur la  question de l'armement des opposants, explique un diplomate européen . Les Américains  ont toujours la même préoccupation que nous,ils veulent s'assurer que les  armes ne tombent pas entre les  mains des extrémistes. Mais ils ne sont pas mécontents d'avoir cette, pression de leurs alliés. »

Les avancées britanniques et françaises vont avoir énorme impact sur les Américains», veut croire Radwan Ziadeh, un op­posant basé à Washington. «Les Américains n'ont pas fini la réévaluation de leur politique. On n'est pas encore à un tournant, leur politique est toujours confuse, observe-t-il. Mais j'espère bien que les décisions britanniques et françaises' ouvriront aussi la voie à un soutien militaire américain. » D'autres signes, plus discrets, suggèrent aussi un activisme de Washington renforcé sur le terrain: les journaux Der Spiegel et The Guardian, ont révélé que des Améri­cains encadrent la formation de combat­tants de l'ASL en Jordanie, aux côtés d'instructeurs français et britanniques.Selon le New York TImes, les Etats Unis ont aussi pu jouer un rôle «pas clair» dans des livraisons d'armes croates , achetées par l'Arabie Saoudite et livrées aux rebelles syriens depuis décembre.

Libération 15 mars 2013

Sources:

http://www.lefigaro.fr/international/2013/05/12/01003-20130512ARTFIG00178-syrie-washington-s-en-remet-a-la-diplomatie-version-poutine.php

http://www.lesoir.be/241782/article/actualite/monde/2013-05-13/syrie-obama-et-cameron-veulent-accroitre-pression-sur-al-assad

http://fr.news.yahoo.com/cameron-nexclut-pas-une-action-plus-forte-contre-150915679.html

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu