target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

29/04/2013

Borloo:Il se prend vraiment pour le président de la république

Borloo:Il se prend vraiment pour le président de la république...

borloo tete.jpg

 Après quelques tergiversations,démentis des uns et des autres de son camp,M.Borloo serais intronisé président de la république dans le cabinet fantôme qu’il crée au sein de son parti.

A défaut d’avoir été nomme premier ministre,à défaut d’avoir ce qu’il faut avoir dans le bénard pour aller au casse-pipe à la dernière élection présidentielle M.Borloo joue au président de la république.

Ca l’amuse,ça lui fait passer le temps et ça fait rire dans les alcôves de la république.

Ce qui est plus grave c’est qu’il se prend au sérieux le zozo de M.Fillon.

Il s’excuse auprès de Mme Merkel a partit d’un brouillon d’un texte issu des méninges de M.Cambadelis ,il s’excuse au nom de qui de la France peu être.M.Borloo représente donc la France.Beau representant que celui-là

Pour quoi nous prend-il ce monsieur,pour qui nous prennent ils tous ces gredins qui a partir d’un texte partiaire remettent en cause la  politique de notre  pays de nos relations avec notre voisin.

Qui est-il pour se permettre de s’excuser.

On avait critiqué,les mêmes,Mme Royal qui s’était excusée auprès des africains du discours de M.Sarkozy de Dakar mais en le cas d’espèce,la situation n’est pas la même.Dans le premier cas,c’etait la parole d’un président en voyage officiel,dans le second il s’agit d’un texte du parti socialiste.A nous démontrer que François Hollande est encore premier secrétaire du parti,M.Borloo nous prend pour ce qu’il est lui:des zozos.

On fait un plat du mur des cons,on fait un plat d’un brouillon,on critique le président de la république française auprès d’une de ses partenaires européens…Demain,on devra leur demander la permission de critiquer la politique de nos voisins ou voisines.

On n’a pas vu autant de réactions quand des responsables allemands en particulier le ministre des finances de Mme Merkel critique,et il en a parfaitement le droit,certains choix du gouvernement français.

Compte tenu de la rection publie aujourd’hui par le porte-parole de Mme Merkel il y a peu de chance que Mme Merkel donne quelque importance au courrier de M.Borloo.

Pour conclure,quelques constats consternants :

Le président Hollande se bat pour plus de croissance en Europe,il obtient un ajout au traite ,c’e n’est pas assez,ça va pas assez vite au lieu de soutenir cette initiative vitale pour le France et l’Europe.On le critique en France alors que partout en Europe,y compris dans certains pays de l’Europe du nord,à l’époque M.Monti aussi…on veut changer de braquets sur la politique économique et sociale de la communauté.

En Hollande,le secrétaire du trésor américain qui visite l’Europe et nous fait la leçon,M.Barroso et on critique Hollande dans son propre pays.

On critique,on critique,et maintenant on s’excuse comme des valets qui auraient fauté devant son maître.

Pour M.Borloo Mme Merkel est le majordome de l’Europe et la France son servile serviteur.De cette europe là ,moi j’en veux pas.De plus Mme Merkel n’en demande pas autant.ça doit la gêner aux entournures d’être l’enjeu de une politique intérieure française qui se résume à des chicayas permanentes.

Le président hollande soulève les difficultés à un euro trop fort et à une mauvaise réaction de l’Europe face aux guerres des monnaies en particulier celle que mène le Japon,on le critique y compris Mme Merkel.Aujourd hui on s’aperçoit qu’on n’est pénalisé le manœuvres monétaires ,fort légitimes,des pas qui nous taillent des croupières sur le marchés internationaux.et l’Allemagne commence à subir les conséquences.

M.Borloo serait donc président de la république le 6 mai,je lui demande,avec un total respect,de bien réfléchir au fait y que dans les premiers ministres ou personnalités influentes d’un éventuel gouvernement d’union nationale il n’est la pas dans la liste des putatifs prétendants….

Je demande aussi s'il a bien compris le fonctionnment de la Vème republique.Le président de la république n'a pas à commenter les frasques partisanes y compris du parti dont il est issu.M.Borloo,il est vrai,a pris des cours de droit constititionnl auprès de maitre Sarkozy,une réfèrence en la matière.

Non aux dérives germanophobes - Lettre ouverte de Jean-Louis Borloo à la chancelière allemande


Madame la chancelière,

Les déclarations du candidat François Hollande prétendant renégocier le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance signé par vingt-cinq pays, avaient suscité à l'époque une grande incompréhension partout en Europe et notamment en Allemagne.

Ce gage impossible donné par le candidat socialiste à son aile gauche durant l'élection présidentielle explique, sans pour autant la justifier, la cacophonie actuelle de la gauche française. Les difficultés politiques de notre gouvernement et de sa majorité accentuent le phénomène.

C'est en effet comme cela qu'il faut interpréter la lamentable polémique actuelle :trouver un responsable aux difficultés de la France.

Président du l'Union des démocrates et indépendants (UDI), classée au centre droit, grande héritière de la construction européenne et de l'amitié franco-allemande, je peux vous affirmer que de telles déclarations n'engagent que leurs auteurs. Elles n'engagent ni le peuple français, dans sa très grande majorité, ni les parlementaires français, qu'ils soient du centre bien entendu mais aussi droite et de gauche. Aussi, je tiens solennellement à vous présenter nos excuses pour de telles prises de position.

Les pays ont des cycles. L'Allemagne, il y a moins de quinze ans, devait faire face à de très grandes difficultés et a su prendre des mesures adaptées. A son tour, la France connaît un cycle extrêmement difficile, mais, au-delà des contingences politiques à court terme, saura se redresser.

Il est indispensable de définir un nouveau projet européen, et d'ici le sommet de juin une nouvelle plateforme économique européenne. Préalablement, j'ai demandé au président de la République française de s'exprimer de toute urgence afin de sortir de cette incroyable et malsaine cacophonie. Je crois tout aussi indispensable qu'il vous rencontre urgemment.

Veuillez croire, madame la chancelière, en l'expression de ma très haute considération.

Jean-Louis Borloo

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu