target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

18/02/2013

Copé:Insupportable….lamentable !

Copé:Insupportable….lamentable!

cope doigt.jpg

http://www.dailymotion.com/video/xxl31p_cope-jean-marc-ay...

 

Produire plus, produire mieux et vendre à qui ?La réponse à la prochaine émission de radio de M.Copé.

Il est très fort ce Copé,il recommande à la gauche de faire ce que n’a pas fait la droite….80 milliards d’économie en Allemagne dés 2010,45 milliards en France avec les résultats qu’on connait…Une seule remarque quant à ces réductions de dépenses:comment se fait-il que le gouvernement de M.Ayrault se retrouve avec un déficit de plus de 2 milliards dans le budget des allocations familiales.Et la liste est longue des patates chaudes qu’a laissées l’ancienne majorité et son gourou.

La politique économique que veut développer Jean  François Copé,c’est celle qui est appliquée en Espagne et en Italie.Avec les résultats obtenus par ces deux pays.Ce gus raconte n’importe quoi…N’importe quoi qu’il ne livre pas à ses électeurs ni aux français d’ailleurs.L’UMP n’a pas de programme.Il est très intéressant de constater que M.Elkabach n’a pas poursuivi sur ces propos,il eut été intéressant de faire préciser à monsieur Copé les chiffres de la croissance et le taux de chômage de ces deux pays.et pourquoi M.Monti malgré toutes ses qualités se retrouvent a ramer derrière un clown.

Si on veut que Marine Le Pen se retrouve a 27 ou 28 % au premier tour en 2017,t’écoutes M.Copé,tu appliques sa politique qu’on ne connait pas exactement malgré ses simagrées et grandes tirades et tu attends que le Françou sauve les meubles….

Deux questions à Popeck :

*Dés lors qu’il va présenter une « émotion » de censure sur la politique économique du gouvernent il est certyain,devant la catastrophe présente,de la faire voter avec succés.Ainsi il aura renverser la gouvernent de M.Ayrault et aura provoquer des élections législatives anticipées.Qu’il nous livre la programme que l’UMP présenterait si ces élections devaient avoir lieu demain.C’est son espoir secret sinon sa « émotion » de censure ne sera qu’un artifice de plus pour faire du bruit à l’Assemblée,rassurer ses électeurs sur sa combattivité  et passer a la télévision et chez M.Elkabach ,c’est son sport favori.

*Il vient faire des grands discours sur la formation,rien n’a été fait pendant 10 ans mais passons…il évoque 15 milliards d’euros en oubliant les 55 milliards d’euros d’aides au entreprises -hors allégement de charges – qui produisent 3 millions de chômeurs et les

1000 chômeurs par jour sur la couenne desquels M.Copé fait son bout de gras en omettant de dire que la plupart des plus « gros » plans sociaux ne sont que des queues de comètes du derniers quinquennat….quand on voit des salaries de Fralib manifestaient dans les rues,on se demande qu’a fait ce gouvernement,l’ancien s’entend,pour résoudre les difficultés de ces derniers…la liste est longue croyez moi.Je n’ose évoquer le cas PSA,ce serait trop cruel.

Reste que la plus importante des difficultés de ce monsieur dans sa campagne pour retrouver l’affectivité (sic) des français mais surtout un peu de crédibilité c’est qu’il ne peut défendre une de ses positions dés lors qu’il n’en a pas,alors il ment.

Ce qui suit est édifiant quand on prétend gouverner la 5 eme puissance du monde et qu’on donne les leçons à tout ce qui passe.Quand on est tricheur quasi permanent,quand on institue le mensonge comme ligne politique dans son,parti,il est difficile de changer de cap….

M.Ayrault attend avec sérénité le débat sur la  motion de censure présentée par M.Copé,je crains qu’au fil du temps les amis de M.Copé s’aperçoivent qui les a encore mis dans un traquenard.

cope impotss hollande.jpg

L'élément de discours n'est pas nouveau : la droite critique régulièrement une gauche dépensière, quand elle est au pouvoir, et obligée d'augmenter les impôts pour compenser les pertes. Lundi matin, sur Europe 1, Jean-François Copé a défendu sa volonté de déposer une motion contre la politique budgétaire du gouvernement. Le patron de l'UMP a ainsi dénoncé l'action des socialistes depuis leur arrivée au pouvoir : "En neuf mois,il (François Hollande) a plus augmenté les impôts que ce que nous avons fait en cinq ans." Et de donner un chiffre : les socialistes sont responsables de "32 milliards d'euros" de hausses d'impôts.

Nicolas Sarkozy s'est en effet forgé l'image du champion des baisses d'impôts. En 2007, il a ainsi favorisé les ménages et allégé l'impôt sur la société. Les prélèvements obligatoires, qui avaient augmenté sous le gouvernement de Dominique de Villepin, ont ainsi été baissés de 44,1% du PIB en 2006 à 43,4% du PIB en 2007. Pendant trois ans, le gouvernement Fillon a réussi à stabiliser ce taux autour des 42,5%... au détriment de la dette publique qui a, elle, fortement augmenté. La crise économique ayant entraîné deux plans de rigueur, les impôts sont finalement repartis à la hausse en fin de quinquennat, au point d'atteindre les 43,9% du PIB en 2011.

Vers un pic historique des prélèvements obligatoires

Il est difficile d'estimer, avec précision, la hausse des impôts sur l'année 2012, coupée en deux par l'élection présidentielle et l'alternance politique. Le dernier projet de loi de finances du gouvernement Fillon, appliqué jusqu'en juin 2012 donc, permet toutefois d'établir le taux de prélèvements d'obligatoires jusqu'à l'élection de François Hollande à 44,5% du PIB - chiffre confirmé par un rapport annuel de Bercy (p.19). Concrètement, les impôts sont passés de 818,9 milliards d'euros en 2007 à 920,9 milliards en 2012. Soit 102 milliards de hausse sur cinq ans.

Depuis leur arrivée au pouvoir, les socialistes ont procédé à des hausses d'impôts. Certaines d'entre elles sont entrées en vigueur avant la fin de l'année, au 1er juillet, 1er août ou 1er septembre. Si l'Insee n'a pas encore publié ses chiffres pour l'année 2012, Les Echos ont fait le calcul : les impôts ont augmenté pour s'établir à un taux de 44,9% du PIB. Dans son édition de lundi, le quotidien économique estime par ailleurs qu'avec les hausses d'impôts qui sont appliquées depuis le 1er janvier 2013, le taux de prélèvements obligatoires atteindrait "un pic de 46,3%" du PIB. Le gouvernement battrait donc le record de la Ve République : c'est en 1999, sous Jospin, que les impôts se trouvaient au plus haut, représentant 44,9% du PIB. Bercy prévoit toutefois de réduire ce taux à 45,9% du PIB pour 2017.

En traduisant ces pourcentages en euros, les impôts ont donc augmenté d'un peu plus de 24 milliards d'euros - et non 32 milliards - depuis l'élection de François Hollande. Il ne s'agit toutefois que de hausses des prélèvements obligatoires. D'autres impôts indirects ont été ou vont être augmentés - une hausse de la TVA, au 1er janvier 2014, doit ainsi permettre de financer le Pacte de compétitivité. Mais, même en additionnant toutes les nouvelles taxes que les Français sont susceptibles de payer, il est difficile de parvenir aux 102 milliards d'euros de hausse d'impôts de la période 2007-2012. Jean-François Copé semble par ailleurs avoir oublié le programme fiscal du président-candidat Sarkozy : ce dernier souhaitait augmenter le taux de prélèvements obligatoires jusqu'à 46,9% du PIB en 2017.

http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Cope-quadruple-le...

 

A quoi sert la motion de censure :

http://www.politique.net/2009012702-a-quoi-sert-une-motio...

 


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu