target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

10/02/2013

Front national:Info ou intox

Front national:Info ou intox

On ne sait pas exactement si le site F.de souche est un appendice ou une appendicite du Front national,force est de constater que ses méthodes l’en rapprochent fâcheusement.

A propos des zsp(zone de sécurité récemment mise en place par le ministre de l’intérieur on touche à l’extase….

Reprenant un article de Libération,F.de souche se mélange les pédales en citant le moitié,le tiers,le quart de l’article d’origine (voir ci-dessous).Il a pris la précaution d’avertir les lecteurs en précisant « Extraits choisis ».C’est en effet le problème,extraits choisis et bien choisis…..

N’étant pas fabriqué du même bois que les rédacteurs du site sus-cité,je vous joins les deux articles,ce qui vous permettra de former une opinion sans intervention d’un tiers.

Je recommande à nos « amis » de Français de souche de livrer la totalité de l’excellent dossier publié par Libération sur les ZSP. » Méthode Valls,la contre-enquête » publié le vendredi 8 février dernier.

valls libe 0.jpg

valls libe 23.jpg

 

L’objet du délit

francais de souche gard zsp.jpg

http://www.fdesouche.com/349431-gard-dans-la-nouvelle-zon...

 

L’article de Libération d’origine

Dans le Gard : «Les jeunes, plus tu leur fais peur, plus ils deviennent méchants»

Reportage A Saint-Gilles et Vauvert, les premiers résultats positifs de la ZSP n’ont pas éteint les critiques.

Par ANTOINE GUIRAL Envoyé spécial à Vauvert et Saint-Gilles (Gard)

Libération

A Vauvert, René, 87 ans, n’a toujours pas entendu parler de la «ZSP». «Comment vous dites ?» fait répéter le retraité gérant d’épicerie. Mais enfin, Manuel Valls est pourtant venu en personne l’installer ici ! C’était le 17 septembre : juste après avoir inauguré celle de Saint-Ouen dans le 93, le ministre de l’Intérieur classait Saint-Gilles et Vauvert en zone de sécurité prioritaire…

Quatre mois plus tard, ce territoire périrural d’environ 25 000 habitants, situé en zone gendarmerie, affiche des premiers résultats a priori probants, surtout pour la commune de Vauvert. Les cambriolages, plaie de cette région de la «Petite Camargue», reculent de 25,8% sur les trois derniers mois de l’année 2012 (comparé à la même période de 2011). Les atteintes aux biens chutent de 10%. Et près de deux fois plus d’affaires de drogue auraient été mises à jour. Mais les atteintes aux personnes, elles, ne reculent pas. Au contraire, elles doublent… Fournis par la gendarmerie, ces chiffres indiquent, comme toujours, une simple tendance et sont sujets à caution pour certains élus. Mais ils font, pour l’heure, la joie de la préfecture du Gard, mise sous pression par le pouvoir central pour transformer cette ZSP en symbole de la reconquête des territoires où règne le sentiment d’insécurité.

Sur le terrain, des moyens supplémentaires ont été déployés pour «mettre du bleu», effectuer des patrouilles plus visibles, passer à pied chez les particuliers et les commerçants. Seize gendarmes mobiles se relaient chaque mois pour venir épauler leurs collègues. Des réservistes (souvent des gendarmes retraités) ont été mobilisés pour créer une cellule de prévention des cambriolages. Le conseil général du Gard a débloqué un travailleur social pour venir en aide aux victimes et agir auprès de jeunes sur le point de basculer dans la délinquance. Enfin le parquet, moins présent qu’il ne devrait l’être et qui se débat dans des problèmes d’effectifs, a centralisé les dossiers de la ZSP entre les mains du procureur adjoint…

«Longue haleine». Aux législatives de juin, Saint-Gilles et Vauvert ont fourni des bataillons d’électeurs à l’avocat Gilbert Collard (FN), élu député de la circonscription. «La création de la ZSP ici, c’est une réponse politique à son élection, dit un artisan de Vauvert. L’insécurité, il n’y en a pas plus qu’ailleurs. C’est une affaire montée de toutes pièces». Au tabac-presse Le Gambetta, l’accueil est rugueux : «Oui, j’en vois plus des gendarmes… Mais ça ne sert à rien.»

Gérard Gayaud, maire UMP de Vauvert, n’est pas loin de penser pareil. Tout en déplorant que sa ville soit «stigmatisée» par la ZSP, il se dit «satisfait des moyens supplémentaires» mais souligne que deux braquages ont eu lieu en décembre et en janvier. Proche de Manuel Valls, son adversaire politique qui guigne la mairie en 2014, le conseiller général Jean Denat (PS), dit que «la ZSP est une affaire de longue haleine qui connaîtra des hauts et des bas mais permet à l’Etat de faire à échelle réduite ce qu’il ne peut plus faire à l’échelon national».

Dans le quartier des Bosquets qui concentre toutes les difficultés et un taux de chômage de plus de 50% chez les jeunes, les patrouilles ont été renforcées. Il y a eu quelques caillassages. La pharmacie dit avoir de bons rapports avec les jeunes qui «passent tout le temps pour se peser». La buraliste, pourtant braquée à l’arme blanche le 31 décembre, aussi. «Le problème c’est le sentiment d’impunité», explique-t-elle. Quant au boucher, 56 ans, d’origine tunisienne, il dit : «Les jeunes ici, ils sont comme les taureaux : plus tu leur fais peur, plus ils deviennent méchants.»

Défiance. A Saint-Gilles, distante d’une quinzaine de kilomètres, l’ambiance est beaucoup plus tendue. Surtout dans la vieille ville où les commerçants étalent, en pointant les «jeunes à capuche», la litanie des derniers faits divers et des «vieilles dames agressées». Le colonel Poty, commandant du groupement de gendarmerie du Gard, raconte qu’ici «la ZSP a créé des réactions épidermiques, des violences, de la défiance». Certains jeunes auraient cherché à «tester» la motivation des forces de l’ordre en multipliant les attaques. «Ces atteintes à la personne nous minent mais désormais l’Etat est de retour et fait son travail», assure Paul Badré (PS), adjoint à la sécurité du maire socialiste de la ville. Curieux paradoxe : la ZSP est plus efficace à Vauvert qui n’en voulait pas qu’à Saint-Gilles où la mairie de gauche était demandeuse. Dans un café du centre où des jeunes - «tous au chômage» - tuent le temps, une voix s’élève : «Ecrivez-le ! Ici on n’existe pas aux yeux de personne. On n’est rien. Mais ils vont nous entendre…»

http://www.liberation.fr/societe/2013/02/07/dans-le-gard-...

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu