target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

27/12/2012

Copé:Il a raison de s’inquiéter…

Copé:Il a raison de s’inquiéter…

Popeck à l’Elysée,jamais!

 

cope vsd 1.jpg

cope vsd.jpg

Et toutes ces mauvaises nouvelles qui arrivent...quand le chômage va baisser il est capable de se couper un doigt comme les yakuzas.Un homme d'honneur,ce M.Copé.

 

 

La dette publique recule de 14,5 milliards d'euros au 3e trimestre

La dette publique brute de la France a reculé de 14,5 milliards d'euros à environ 1.818 milliards d'euros au troisième trimestre, soit 89,9% du PIB.

La dette publique brute de la France a baissé de 14,5 milliards d'euros au troisième trimestre pour atteindre 1.818,1 milliards fin septembre, soit 89,9% du PIB, selon les statistiques publiées jeudi par l'Insee . Le ratio de dette sur PIB a ainsi baissé de 1,1 point par rapport au trimestre précédent.

La contraction constatée au troisième trimestre est surtout due à un désendettement des administrations centrales. La contribution de l'Etat à la dette publique a en effet diminué de 13,8 milliards d'euros sur ces trois mois. Plus marginalement, les administrations de la Sécurité sociale se sont elles aussi désendettées, leur contribution à la dette diminuant de 1,1 milliard d'euros, a précisé l'Insee dans un communiqué. Outre la dette de l'Etat, la dette publique au sens de Maastricht inclut en effet celles des administrations de sécurité sociale (227,3 milliards fin septembre), des administrations publiques locales (161,7 milliards) et des organismes divers d'administration centrale (9,8 milliards).

Malgré la réduction de sa dette brute, la dette nette publique de la France a quant à elle progressé au troisième trimestre de 24 milliards d'euros à 1.640 milliard d'euros, ce qui représente 81,1% du produit intérieur brut de la France, contre 80,3% au trimestre précédent, a annoncé l'Insee.

Le gouvernement s'attend à une dette publique de 89,9% du PIB fin 2012, puis de 91,3% fin 2013, avant une décrue à partir de 2014 (90,5%, puis 88,5% en 2015)

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/020...

 

Les Français ont meilleur moral en décembre mais préfèrent toujours épargner

Par Claude Fouquet | 27/12 | 10:13

Le moral des ménage s'est légèrement amélioré en décembre selon l'Insee. Mais leur sentiment sur l'opportunité d'épargner est historiquement élevé.

Les ménages français terminent l'année 2012 ave un moral en légère amélioration. Selon les chiffres publiés ce jeudi par l'Insee en effet, en décembre le moral des ménages s'est amélioré pour la première fois depuis le mois de mai dernier. L'indicateur de confiance calculé par l'Insee progresse de deux points.

Un léger mieux qui tient avant tout en une plus grande confiance en leur situation financière passée et à venir. Dans les deux cas, l'indicateur calculé par l'Insee progresse de eux points. Et de même, leur opinion sur le niveau de vie future en France s'améliore pour le deuxième mois consécutif.

Pour autant, si ce regain de confiance s'explique sans doute en grande partie par une moindre inquiétude sur l'inflation _ et dans ce domaine la sagesse retrouvée des prix du carburant y est sans doute pour quelque chose _ qui pèserait sans doute moins sur le pouvoir d'achat, rien ne dit que cela va venir soutenir la croissance et l'activité des prochains mois.

Envolée de l'épargne

Car force est de constater que les ménages interrogés demeurent plus fourmis que cigales. Leur opinion sur l'opportunité de faire des achats importants (voitures, gros électroménager, etc.) est en effet « quasi stable » (+1 point) souligne l'Insee.

Et dans le même temps, ils sont en décembre plus nombreux à considérer qu'il est opportun d'épargner (+1 point par rapport à novembre). « Ce solde a augmenté de 14 points depuis juillet et se situe largement au-dessus de sa moyenne de longue période » constatent les experts de l'Insee. En fait, à 38 points il est désormaisà un petit point seulement de son niveau record de juin 1995. Un sentiment que conforte les derniers résultats disponibles en matière d'épargne et notamment l'envolée des sommes placées sur le Livret A. Le produit phare des épargnants a en effet attiré 43,93 milliards d'euros en onze mois.

Mais la prudence semble devoir l'emporter et les conduire à continuer de privilégier leur bas de laine. Il est vrai qu'en décembre, et sans grande surprise, ils sont plus nombreux à anticiper une augmentation du chômage (l'indicateur calculé par l'Insee gagne 5 points.) Une crainte qui devrait se trouver conforter ce jeudi en fin d'après-midi avec la publication des chiffres des inscriptions à Pôle emploi pour le mois de novembre.

19ème hausse du chômage attendue

Selon toute vraisemblance, ces chiffres devraient marquer un 19ème mois de hausse consécutive du chômage. Fin octobre, 4,58 millions de personnes pointaient à Pôle emploi en métropole, dont 3,1 millions sans aucune activité, un chiffre inégalé depuis plus de 14 ans.

Et la situation ne devrait pas s'améliorer à court terme. Alors que l'Insee prédit une poursuite de la dégradation et 10,5% de chômeurs en métropole en juin 2013, François Hollande a répété la semaine dernière que le chômage n'allait pas « cesser d'augmenter pendant un an. »

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/020...

Desolé,votre papa va être trés triste mais vous ne serez jamais président de la république.Au Boukistan,en Tchéchénie,Depardiou peut vous pistonner,peut-être mais jamais en Gaule...

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu