target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

22/12/2012

Sarkozy:Tricherie sur les frais de campagne…un récidiviste

Sarkozy:Tricherie sur les frais de campagne…un récidiviste

Ou il n’y a pas de fumée sans feu…

 

sar pre camp.jpg

 Le 02/12/2011 :Même Le Point l’avait compris,c’est dire…

M.Copé a beau faire des ronds de jambes devant les  medias médusées par son talent d’imposteur pour ne pas dire usurpateur,il est bien admis que M.Sarkozy a abusé des moyens de l’état pour faire campagne.Les petites histoires de notre grand avaient déjà commencé aux dernières régionales au cours desquelles des abus répétitifs avaient été constateés.au point que dans certains fédérations UMP qui ne savait plus à quel saint se vouer pour payer ou  o les frais occasionnés par les nombreuses visites du président.de tous les français et surtout des pauvres…

Déjà le 10 février 2010,l’Express hebdomadaire d’extrême gauche comme chacun le sait,signalait quelques faits bizarres,le 16 novembre le site Impôts-Economie en remettait une couche un an après …Nul à l’UMP ou au palais ne pouvaient ignorer que les fantaisies du président candidat permanent étaient dans le collimateur de la presse,accessoirement de ses adversaires politiques et plus grave de la commission des comptes de campagne.

Et tout permis qu’ils se sentaient ils se son autorises à continuer leur cirque méprisant non seulement les règles en matière de financement de campagne et ceux qui sont charges de faire respecter ses règles.Le respect des adversaires on le sait était parfaitement accessoire pour ces zouaves,il n’est point besoin de leur demander des comptes à ce sujet.

 On dit qu’un homme averti en vaut deux,il est donc étonnant que le président non candidat s’est comporte comme un candidat président alors que le président M.François Logerot de la Commission des comptes de campagne avait averti:   

 « Si au cours de ces manifestations auxquelles il participe dans la période précédant l’annonce éventuelle de sa candidature à la prochaine élection, le chef de l’Etat est amené à exposer les éléments d’un programme de futur candidat,le coût de l’organisation de ces manifestations devrait être réintégré ultérieurement au compte de campagne, en tout ou partie« .

Rien n’y a fait il est vrai qu’un dieu est au dessus des lois,mieux c’est lui qui les fait .Surtout que pour lui…

M.Copé a bonne mine.Demain,si les affaires de M.Sarkozy ne s’arrangent pas avec les conséquences que l’on sait sur le budget de l’UMP dont le président actuel,moins contesté aujourd’hui qu’il le sera demain, s’accroche comme un bigorneau à ses 12 % de popularité,passera sous le seuil de pauvreté.L’UMP au RSA…des partis politiques.Un parti d’assistés,voilà une bonne affaire pour François.Et un juste retour des choses.

 

Qui paie les déplacements électoraux de Nicolas Sarkozy?

 

Par Hugo Soutra, publié le 10/02/2010 à 19:27

Ces temps-ci, le chef de l'Etat multiplie les déplacements dans des régions que l'UMP souhaite défendre ou conquérir. Sur place, il tient parfois des réunions politiques. Des activités à intégrer aux comptes de campagne des candidats?

"Le rôle d'un président n'est pas de faire campagne pour les présidents de région", déclarait Nicolas Sarkozy, fin janvier, sur TF1. Pourtant, à près d'un mois des élections régionales, le Président de la République multiplie les voyages présidentiels "ciblés" dans toute la France.  

Ces voyages stratégiques tranchent avec les simples allers-retours en province, organisés habituellement au rythme d'un par semaine. Le 8 décembre, Nicolas Sarkozy rendait ainsi visite aux Alsaciens. Mardi, il était dans le Loir-et-Cher avec Hervé Novelli. Entre-temps, il s'est déplacé en Corse le 2 février. Et le 18 février prochain, il sera en Guyane. 

Un voyage national et non partisan, avec des interludes privés?

Déplacement officiel ou partisan?

Mardi, en déplacement dans le Loire-et-Cher pour clôturer les assises sur l'avenir des territoires ruraux, Nicolas Sarkozy n'a pas manqué de sortir de ses habits de chef d'Etat. Accompagné de quatre membres du gouvernement dont... Hervé Novelli, le candidat UMP pour les régionales dans le Centre, le chef de l'Etat a fait allusion à la campagne électorale à plusieurs reprises. 

Ce voyage officiel entretient le doute sur certains déplacements jugés "partisans" de Nicolas Sarkozy. En effet, à en croire plusieurs sondages, le Centre serait une des régions qui pourrait basculer à droite en mars prochain. Un déplacement plus stratégique que ne le laisse croire le chef de l'Etat. 

Ces régions ont pour point commun d'être gérées par la droite ou de pouvoir basculer, à l'issue du second tour des régionales, le 21 mars prochain.  

Alerté par un sondage Ifop du risque que la région Corse bascule à gauche au cours du prochain scrutin territorial, le Président de la République a tenu à répondre à l'inquiétude grandissante de l' UMP. 

D'où la présence du secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand pendant ce voyage officiel. D'où le déjeuner en compagnie du ticket UMP, tête de liste en Corse, Camille de Rocca Serra?Ange Santini, avec les régionales au menu du jour. D'où aussi le meeting privé de la fédération locale, animé par Nicolas Sarkozy, qui a réuni plus de 600 militants UMP selon des informations du Figaro. D'où, enfin, les sept heures passées en Corse contre à peine deux pour les autres allers-retours provinciaux. 

"C'était un voyage répondant à ses prérogatives de chef de l'Etat, où il a annoncé des mesures nationales concernant le développement durable. En marge de ce déplacement, il a eu un déjeuner privé et une réunion privée. Qu'il reste une heure de plus ou de moins en Corse, cela ne change strictement rien au coût de son déplacement", se défend l'Elysée. 

L'UMP estime ne pas avoir à payer le déplacement

Selon un responsable UMP de Corse-du-Sud, la location de la salle pour la réunion privée (1000 euros), le cocktail (1500 euros) et le matériel de sonorisation (900 euros) ont été pris en charge par les deux fédérations UMP insulaires et par l'UMP nationale, à hauteur d'un tiers chacune.  

En revanche, ni l'Elysée ni l'UMP ne revendiquent d'avoir réglé la note du déjeuner avec les têtes de liste corses. Joint par LEXPRESS.fr, le gérant du restaurant traditionnel A.Casetta indique avoir envoyé la facture à l'intendant de l'Elysée. 

Selon le député apparenté PS René Dosière, spécialiste des comptes de l'Elysée, l'équipe présidentielle a commis une autre erreur: ne pas réclamer à l'UMP un remboursement partiel des frais de déplacement du chef de l'Etat. 

Nicolas Sarkozy aurait-il tenu un meeting UMP en Corse s'il n'était venu sur l'île en voyage officiel?  

Le trésorier de l'UMP de Corse du Sud, François Ristorcelli, comme le secrétaire général Franck Giovanucci l'affirment: "La totalité des frais de déplacements revient à l'Elysée. La fédération n'a financé que le meeting à l'hôtel Campo Dell'Oro, puisque Nicolas Sarkozy y était à titre personnel." 

"Loin, donc, d'avoir une influence sur l'élection", jugent les responsables de l'UMP en Corse. De ce fait, "il n'y a pas besoin de la faire figurer dans les comptes de campagne", estiment-ils. 

"C'est habile mais pas très honnête: ne pas faire figurer dans les comptes de campagne une réunion animée par Sarkozy, devant 700 militants et à six semaines des régionales" leur permet de ne pas payer une partie du déplacement, selon René Dosière.  

"On s'est foutu de ma gueule"

 

Pour le service juridique de la Commission des Comptes de campagnes, joint par LEXPRESS.fr, "seuls les frais de déplacements de la préfecture d'Ajaccio à l'hôtel et l'ensemble des prestations sont imputables à la fédération, dans la mesure où la réunion est interne au parti et n'a pas de visée électorale." 

"J'avais déjà posé des questions sur le financement des forces de l'ordre accompagnant les déplacements de Sarkozy, et on s'était clairement foutu de ma gueule, s'insurge René Dosière. Aujourd'hui, je m'interroge toujours sur la manière dont l'Elysée intègre des dépenses de l'UMP dans ses frais. J'attends une réponse." 

Les opposants corses, Paul Giaccobi en tête, pourront néanmoins saisir la commission, qui n'a pas rendu là un jugement officiel. Ce type d'événement n'a jamais été traité par la Commission des Comptes de campagnes et ferait donc jurisprudence.  

En attendant, René Dosière, lui, ne manquera pas de "déposer une question écrite sous 8 à 10 jours" à ce sujet à l'Assemblée nationale. 

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/qui-paie-les-deplacements-electoraux-de-nicolas-sarkozy_848020.html

Qui paye la campagne de Sarkozy ?

Nicolas Sarkozy l’a dit et redit, lors de son émission du 27 octobre : il ne sait pas encore s’il sera candidat.  » La question de ma candidature sera tranchée quelque part fin janvier- début février« , a-t-il précisé, entretenant le suspense. La belle histoire !

Rarement non-candidat a autant fait campagne. Voilà plusieurs mois que Sarkozy visite systématiquement 2 départements par semaine. A ce jour, seuls 2 départements ( l’ Hérault et l’ Ardèche) n’ont pas eu les honneurs de la visite de Sarkozy.

Le rituel est toujours le même, comme le relate un journaliste de Libération :  » Une visite au pas de charge, une brève allocution devant des ouvriers ou des agriculteurs, puis une table ronde dans un gymnase ou une salle des fêtes gavés d’élus et de militants UMP ».

Chaque fois, solidement encadré par des cordons de gendarmes ou de policiers, Sarkozy ne voit de la France profonde que quelques travailleurs triés sur le volet… et des bataillons de membres de l’UMP, devant lesquels il lui arrive de discourir à huis clos. La visite de Sarkozy donne lieu  à un déploiement de forces considérables ( voir Combien a coûté le déplacement de Sarkozy à Chaumont ?). Et une partie du département visité est déclaré zone interdite.

Ces virées départementales offrent 3 avantages aux yeux du non-candidat Sarkozy : elles lui permettent d’abord de draguer, les unes après les autres, les catégories sociales à reconquérir ( agriculteurs, médecins, commerçants, cadres et ouvriers, auxquels il avait promis de « gagner plus ».Ensuite, les visites de Sarkozy lui assurent, même si ces rencontres, au départ, restent confidentielles, de fortes retombées immédiates au niveau local : France 3 et la presse régionale qui couvrent l’évènement ont, selon Sarkozy, autant sinon plus d’influence que les journalistes nationaux. Enfin, ces tournées présidentielles ne coûtent rien au non-candidat Sarkozy. Non seulement elles se font avec les moyens et aux frais de l’ Etat ( et donc des contribuables), mais en plus leur coût ne figurera pas dans les fameux comptes de campagne, ouverts en principe depuis le 1er juillet.

Ce dernier point explique à lui-seul pourquoi le non-candidat Sarkozy tient à le rester le plus longtemps possible…

Maj: Selon le président de la Commission des comptes de campagne François Logerot, une partie des frais de déplacements de Sarkozy pourrait être intégrée à son compte de campagne : « Si au cours de ces manifestations auxquelles il participe dans la période précédant l’annonce éventuelle de sa candidature à la prochaine élection, le chef de l’Etat est amené à exposer les éléments d’un programme de futur candidat,le coût de l’organisation de ces manifestations devrait être réintégré ultérieurement au compte de campagne, en tout ou partie« .

source: le canard enchainé

http://www.impots-economie.com/qui-paye-la-campagne-de-sarkozy/

La totale sur Google sur requête »qui paie les déplacements électoraux de Nicolas Sarkozy ».(lien à copier)

http://www.google.fr/#hl=fr&gs_rn=1&gs_ri=hp&cp=6&gs_id=55&xhr=t&q=qui+paie+les+deplacements+electoraux+de+nicolas+sarkozy&pf=p&tbo=d&rlz=1W1PBEA_fr&sclient=psy-ab&oq=qui+paie+les+deplacements+electoraux+de+nicolas+sarkozy&gs_l=&pbx=1&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_qf.&bvm=bv.1355534169,d.d2k&fp=890aea5ce7150b2d&bpcl=40096503&biw=1360&bih=467

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu