target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

16/09/2012

Petroplus:Parti sans laisser d’adresse…

Petroplus:Parti sans laisser d’adresse…

petroplus.jpg

La suite:

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/09/14/les-sal...

Pour sur que l’autre excité y déjà seraient allé plutôt deux fois qu’une…Avec une histoire différente a chaque visite….

sar petro.jpg

 

Venez venez,je vais vous raconter une belle histoire….

Ca chauffe chez Petroplus.Ca chauffe pour François,Jean Marc et Arnault,les syndicats exigent que l’exécutif se déplace dans la raffinerie…il est vrai que le Mélenchon est passé par là.C’est lui qui demande a François Hollande de s’occuper dare dare des salariés de cette entreprise.il est vrai qu’il lui-même un peu président de la république puisqu’il a participé à la victoire de François Hollande à ce qu’il prétend.Il veut son du prétend-il…Je lui mettrais bien quelque part son du :mais je serte correct.Quoiqu’il en soit je fais une proposition a M.Melenchon :s’il connait si bien M.Chavez et que ce dernier aide financèrent les plus faibles des faibles,les travailleurs dans la peine et le besoin,pourquoi le Venezuela ne reprendrait-il pas cette  raffinerie,c’est une piste.

Nous reviendrons vers les déclarations de M. Mélenchon qui manifestement ne connait rien au dossier et n’est venu chez Petroplus que pour faire campagne contre le traité européen.

Le minsitre du redressemùent producrtif a ppur sa part proposé une rencontre au ministère comme il se fait à l’accoutumée,ben non il faut que l’attelage présidentiel et gouvernemental se déplace chez Pétroplus.Il est vrai que nos syndicalistes ont l’habitude de voir les ouistitis débarquaient dans leur entreprise pour les rassurer.Ainsi le président de la république,celui qu’on a dégagé,alors candidat,pas tout à fait encore mais un peu tout de même était venu leur annonçait la bonne nouvelle sur la continuité de leur activité pendant 6 mois grâce à un accord tout à fait inattendu mais arraché de main de maitre par lui.Lui seul,en toutes hypothèses,était capable de réaliser ce genre d’exploit.

Résultat:aujourd’hui ces messieurs de l’intersyndicale en sont à réclamer la venue du président de la république dans leur usine.A confondre un président candidat et un président élu qui ne leur a jamais fait de promesses inconsidérées,on risque de tout perdre,ne serait-ce pas le but ultime de certains responsables syndicaux locaux,je me le demande.

A force de voir l’excité ou de ses ministres se précipiter dans les usines en difficultés pour brasser de l’air et agiter  bras devant les cameras de la télévision locale et faire la une du quotidien local,les salariés on pris la mauvaise habitude de croire que tout était possible puisque les autres leur assurer que cela l’était.Sauf que tout cela faisait partie de la stratégie de nos anciens dirigeants.On ne peut rien faire mais on peut toujours tout dire…eh bien cette stratégie n’est pas celle de ce gouvernement.

Ainsi en est il de la société Pétroplus et de ses malheureux salariés.S’ils avait pu pour sauver leur peau aux élections,ils auraient promis la nationalisation…

Que les salariés de Pétroplus n’aient pas compris que celui qui était venu leur lancer à la cantonade,je cite «Il faut maintenant que l'on se batte pour le plus difficile,qui est le repreneur».Eh oui M.Sarkozy,le plus difficile c’était de trouver un repreneur.Et qu’a-t-il fait le ouistiti fatigant pour le trouver ce repreneur.Rien.

Les  syndicalistes de cette entreprise,si même je comprends leur désarroi devant la perspective de perdre leur emploi,ont la mémoire courte.D’abord leur cirque,j’ose le dire car c’est vrai,ils l’ont déjà fait aux prédécesseurs de François et d‘Arnaud,ensuite c’est eux et pas la gauche en campagne qui ont déclaré que le dossier Petroplus traité par M.Besson était vide…On se souvient d’ailleurs que ce ministre si consciencieux avait déserté son ministère lors de la passations des pouvoirs à M.Montebourg pour cause de mariage…Dossier Petroplus vide au ministère de l’industrie comme se fait ce ? »Le plus dur c’est de trouver un repreneur » dans la bouche de M.sarkozy cela voulait dire ce sera dur pour les autres puisque son ministre ne s’en était pas enquis…

Le plupart des potentiels repreneurs qui se sont présentés à l’heure d’aujourd’hui ne sont pas fiables.Alors à qui la faute,qui est responsable de ce gachis,Francois Hollande,Arnaud Montebourg.M.Ayrault ou toutes cette bandes de clampins qui nous ont dirigés à coups de déclarations fracassantes car ils n’étaient des responsables de rien mais candidats permanents.

Alors je dis les choses clairement:le gouvernement,en l’espèce les ministres responsables et en premier lui le premier d’entre eux doivent s’atteler à régler le sort de cette entreprise et de ses salariés mais je dis que les syndicalistes devraient aussi aller demander des comptes  à ceux qui les ont balladés.Ainsi allez voir les députés et sénateurs UMP qui ont voté une loi à la va vite pour se débarrasser du problème Petroplus,qu’ils manifestent devant leur permanence en leur demandant ce qu’ils ont fait en définitive pour sauver leur entreprise.Qu’ils aillent devant les bureaux de M.Sarkozy –ils en ont plein droit puisque c’est leurs impôts qui lui payent -qui est plein d’amis fort important dans le monde de la finance et de l’industrie,à moins qu’ils soient déjà partis en Belgique,pour lui demander de faire quelques chose pour eux quand il  rencontre le gotha de l’économie mondiale lors de ses conférences réglées par  Morgan Stanley.

La Seine Maritime comptait 4 députés UMP  à l’époque où les difficultés sont apparues dans cette entreprise,les quatre ont voté la loi de circonstance annoncée avec tambour et trompettes par M.Sarkozy lors de sa visite sur le site.L’opposition de l’époque avait condamné de ce coup de pipo supplémentaire.Que les syndicalistes si virulents envers le gouvernement actuel s’adresse d’abord aux réels responsables et leur demande des comptes.

En voila la liste avec les liens sur leur site :

Françoise Guégot

Jean-Yves Besselat

Alfred Trassy-Paillogues

Michel Lejeune

Il est hors de question dans mes propos d’exonérer les dirigeants gouvernementaux en poste aujourd’hui de leurs responsabilités.Ils sont là pour régler les problèmes qui ne l’ont pas été réglés avant.C’est cela qui est un peu gênant.Quand on voit sur des plateaux de télévisions ceux qui ont mis dans la mer.. de nombreuses entreprises par des promesses fallacieuses tant au patrons de celles-ci qu’aux salariés,quand on sait aujourd’hui qu’ils ont intimé l’ordre à certains chefs d’entreprise de la mettre en veilleuse pour ne pas gêner le candidat de leur cœur,quand on sait que la plupart des sociétés soit disant sauvées par le ouistiti l’ont été à coup de millions d’euros qui n’ont profité en fait qu’aux repreneurs,on s’étonne de la morgue de certains qui évoquent,par exemple Mme Nathalie ,des fautes morales de la gauche.Des fautes morales quand on exige que M.Varin déclare sur le perron de l’Elysée qu’il n’y aurait jamais de plan social chez Peugeot.On comprend mieux le malaise et les attaques insidieuses de l’UMP sur l’auteur du rapport sur le conflit d’Aulnay.Il se trouve pour la lanterne de M.Estrosi que M.Sartorius est un haut fonctionnaire aux ordres,comme il a l’insinué sur I télé,de Bercy mais pas de M.Montebourg.M.Sartorius a commis quelques rapports pour le ministère des l’économie sous la présidence de Nicolas Sarkozy.Il est vrai qu’entendre M.Estrosi donnait des leçons à un ingénieur des Mines dont les compétences sont multiples et avérées au contraire de celles de M.Estrosi qu’on cherche encore vaut mieux que d’écouter un discours du Malraux du pauvre.

On peut parler de ce que l’on connaît dés lors qu’on apporte des arguments tangibles et vérifiables,pour l’heure pour ce qui concerne les rigolos de l’UMP qu’on invite abondamment le compte n’y est pas.

Et enfin,que les choses deviennent raisonnables.Nous ne sommes pas en guerre civiles,quand je vois le leader CGT d’Aulnay qui est en fait un militant de Lutte Ouvrière se comportait comme il le fait,je crains de gros déboires non pas pour Peugeot mais pour ses camarades.

Les choses sont assez graves au plan économique dans notre pays pour qu’il ne soit pas nécessaire d’être constamment dans le conflit.D’autant que je trouve un peu cavalier d’exiger que le président de la république se déplace pour régler un conflit social.Je vois bien le Général de Gaulle ou Georges Pompidou prendre le train pour aller rencontrer les salariés de Pétroplus…Il est vrai qu’on n’aurait jamais oser le lui demander parce que lui a eu une grande et rare chance;c’est qu’il n’a pas eu un excité comme prédécesseur.

Il y a des ministres fort capables de gérer de ce problème.Qu’ils le fassent sous le contrôle du premier ministre.S’ils le font avec efficacité,ce sera plus profitable que des visites présidentielles d’apparat et d’échanges de bimbeloterie,si j’ose dire.

Enfin,il me semble important que nos compatriotes comprennent maintenant que le président n’est pas un super ministre,ni un commis voyageur qui confond exercice de l’état et candidature permanente.L’ère Sarkozy au contraire de ce que voudraient nous faire croire quelques saltimbanques qui confondent à escient des sondages de sympathisants UMP et les français est terminée.Nous sommes revenus aux us et coutumes de la V ème république tel que les avaient conçus le Général de Gaulle et Michel Debré.

Et c’est tant mieux.Il faut prendre l’habitude,se désintoxiquer du saltimbanque qui nous a mis dans une gadoue dont on aura beaucoup de mal à se sortir sans sacrifices.

Pour conclure,je voudrai vous citer deux déclarations faite quasi simultanément.La première c’est celle de M.Hollande devant les ouvriers d’Arcelor Mittal

. "Je ne veux pas me retrouver dans la situation d'être élu sur une promesse et ne pas revenir parce qu'elle n'aurait pas été tenue",l’autre c’est M.Sarkozy qui s’en est fendu devant les salariés de petroplus.

"Qu'est-ce que vous voulez ? Un président qui tente ou un président qui dit j'y peux rien ?".

Les salariés des deux entreprises apprécieront.Ils comprennent aujourd’hui qui était le président qui confondait dire et faire et celui qui tente lui de faire.Celui qui inventait des fables sur ses résultats et les dires de son adversaire ou celui qui a dit la vérité.

Désormais leur choix a été fait et je comprends leur ressentiment,leurs attentes grandes après 5 ans de foutage de gueule mais ce n’est pas en écoutant ceux qui manifestement ont remplacé Nicolas Sarkozy dans le « y’a qu’a faut qu’on » qu’ils sauveront leur entreprise,si elle est sauvable.

L’un est à l’Elysée,l’autre est parti sans laisser d’adresse….Le premier se prend tout sur le paletot,l’autre se voit encensé par une presse en mal de sensations et par une équipe de bras cassés qui se prennent pour de grognards alors qu’ils ne sont que des geignards…Y a pas de justice.

La petite histoire de Petroplus

Petroplus: Sarkozy annonce que «c'est signé» avec Shell

24 février 2012 à 13:44 (Mis à jour: 15:33)

 

En déplacement sur le site de Petit-Couronne, le Président a affirmé que le contrat avec Shell permettait une reprise d'activité pour six mois.

Le président Nicolas Sarkozy a annoncé ce vendredi aux salariés de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime) que le contrat avec Shell permettant une reprise temporaire d'activité était «signé».

«Je suis quelqu'un de parole. C'est signé» avec Shell, a déclaré le chef de l'Etat, en ajoutant : «Je ne dis pas que ça sauve la raffinerie, mais c'est signé, ça donne du boulot pour six mois.»

«Il y a une deuxième chose qui est faite, a poursuivi Nicolas Sarkozy lors de cet aparté avec les salariés de Petroplus, c'est l'argent qui a été viré aujourd'hui ou demain pour faire les travaux, pour remettre la raffinerie en état.» La somme débloquée pour ces travaux s'élève à 20 millions d'euros.

Le président de la République a affirmé que Shell allait «débloquer 20 millions (d'euros) de trésorerie» et qu'il fallait ajouter les «10 millions d'euros de quotas de CO2», ce qui représente «au total les 50 millions» permettant le redémarrage de la raffinerie.

«En résumé, a dit Nicolas Sarkozy, la raffinerie va redémarrer. Il y a de l'argent pour les travaux, il y a du boulot pour six mois.»

sarko petroplus 1.jpg

 

http://video.liberation.fr/video/fd3715f9835s.html

200 millions d'euros de stocks

Le contrat entre Petroplus et Shell, d'une durée de six mois, doit permettra à la raffinerie de redémarrer pour les besoins de la compagnie pétrolière qui fournira le brut et paiera le coût de sa transformation.

Nicolas Sarkozy a souligné que serait examiné la semaine prochaine au Parlement un texte visant à empêcher le détournement d'actifs d'une entreprise défaillante, ce qui concerne le pétrolier Petroplus, déclaré en faillite depuis la fin janvier.

L'objectif, a précisé Sarkozy, est «qu'on ne prenne pas les 200 millions d'euros que représentent les stocks».

«Il faut maintenant que l'on se batte pour le plus difficile, qui est le repreneur», a dit le chef de l'Etat.

La raffinerie de Petit-Couronne, qui emploie 550 personnes, est à l'arrêt depuis début janvier, peu après le gel par les banques des lignes de crédit de la maison mère Petroplus. Le tribunal de commerce de Rouen a placé fin janvier la raffinerie en redressement judiciaire pour une période de six mois.

Sarkozy «pare au plus pressé»

«On voit bien quelle est l'intention du candidat sortant», a commenté François Hollande, le candidat PS à la présidentielle : «Essayer de parer au plus pressé dans les quelques jours qui lui restent pour terminer son mandat et faire ce qui n'a pas été fait depuis cinq ans.»

«Ce n'est pas ainsi qu'on mène la politique de la France. La politique de la France, ce n'est pas une campagne électorale, c'est un mandat de cinq ans confié à l'un d'entre nous, qui doit être à la hauteur des engagements qu'il a pris», a encore dit le député de Corrèze.

«Je rappelle que Shell était autrefois propriétaire du site. Il y a comme un retour qui n'est, hélas, que provisoire», a encore dit François Hollande.

«Je ne veux pas gâcher l'annonce qui a pu être faite, car je sais qu'elle correspond à une action industrielle de Petit-Couronne», mais «je ne suis pas pour des solutions provisoires mais pérennes». Il a assuré ne pas avoir fait de «promesses inconsidérées».

http://www.liberation.fr/politiques/01012392020-petroplus...

À lire aussi

L'intersyndicale de Petroplus veut être reçue en urgence par Besson

Les syndicats de la raffinerie de Petit-Couronne sont inquiets pour l'avenir du site, menacé de fermeture.

Sarkozy en route pour la raffinerie de Petroplus

Confronté à un taux de chômage record depuis 1999, le chef de l'Etat, candidat à sa réélection, s'est récemment investi personnellement dans deux dossiers emblématiques d'entreprises menacées : Lejaby et Photowatt.

Vers un redémarrage de Petroplus Petit-Couronne ?

La raffinerie est en train de négocier un contrat ponctuel avec le groupe Shell, ce qui devrait permettre un redémarrage du site, placé en redressement judiciaire.

Les syndicats de Petroplus veulent être reçus par Sarkozy

http://www.liberation.fr/economie/01012396132-les-syndica...

L’Etat met du carburant dans Petroplus

http://www.liberation.fr/economie/01012391447-l-etat-met-...

Le sort de Pétroplus Petit-Couronne «n'est pas réglé»

http://www.liberation.fr/economie/2012/04/27/le-sort-de-p...

Les syndicats de Pétroplus accusent Besson d'avoir laissé un «dossier vide»

http://www.liberation.fr/economie/2012/05/22/les-syndicat...

L’Assemblée appelée au chevet de Petroplus

http://www.liberation.fr/politiques/01012392916-l-assembl...

PETIT-COURONNE - Sarkozy annonce le redémarrage de Petroplus et poursuit son duel avec Hollande

Et donné le coup d'envoi de la "bataille essentielle". "Il y a aujourd'hui trois ou quatre repreneurs intéressés, a-t-il dit, il faut qu'on essaie de trouver un industriel, nous ne l'avons pas encore trouvé".

L'occasion pour le candidat socialiste de promettre une loi qui obligerait des firmes à céder leurs unités de production plutôt que les fermer. "Je ne veux pas me retrouver dans la situation d'être élu sur une promesse et ne pas revenir parce qu'elle n'aurait pas été tenue", a-t-il ironisé

Informé de la visite surprise et des propos de M. Hollande, Nicolas Sarkozy a riposté, à distance. "Il a raison de ne rien dire (qu'il ne pourrait tenir), on va finir par se demander s'il pense quelque chose, à force de rien dire", a-t-il raillé. "Qu'est-ce que vous voulez ? Un président qui tente ou un président qui dit j'y peux rien ?", a-t-il lancé.

http://www.20minutes.fr/politique/886077-sarkozy-annonce-...

Petroplus, le gouvernement(Fillon-ndla) va proposer son appui

http://lci.tf1.fr/economie/petroplus-le-gouvernement-va-p...

Les vidéos :

http://videos.tf1.fr/infos/2012/petroplus-trois-urgences-...

http://videos.tf1.fr/jt-we/petroplus-et-florange-sarkozy-...

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu