target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

02/09/2012

Marseille:Un préfet qui mérite à être entendu….

Marseille:Un préfet qui mérite à être entendu….

Ecouter,c’est autre chose ….

gaere nomme.jpg

http://www.wat.tv/video/gardere-nomme-prefet-police-41ttb...

C’était le 24 août 2011

Alain Gardère : "Marseille n'est pas à feu et à sang"

Le Préfet délégué pour la sécurité et la défense de la région PACA, Alain Gardère / AFP / Gérard Julien

Chaque jour de la semaine sur RTL , Laurent Bazin reçoit un invité autour du sujet qui fait l'actualité. Jeudi matin, Alain Gardère, préfet délégué pour la sécurité et la défense de la région PACA, répondait aux questions de notre journaliste. Il y a tout juste un an, le 29 août 2011, le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, envoyait à Marseille son ancien directeur-adjoint de cabinet "pour qu'une situation maîtrisée de la sécurité règne dans cette ville, enfin". Il était alors devenu le troisième préfet des Bouches-du-Rhône en deux ans. En avril dernier, Alain Gardère avait énoncé une proposition décoiffante en suggérant de faire sauter à la dynamite un bloc du quartier sensible du Clos la Rose, théâtre de règlements de comptes quotidiens et de trafics de drogue, malgré les multiples opérations de police.

 Alain Gardère, préfet délégué pour la sécurité et la défense de la région PACA : "Marseille n'est pas à feu et à sang"

7752048240_rtl-vous-du-31-aout-2012.mp3

La chronique du 31 août 2012 Laurent Bazin : votre bilan est mis en cause par Samia Ghali, une élue socialiste, sénatrice, des quartiers nord de Marseille, qui réclame l'armée face aux caïds. Faut-il placer Marseille en état d'urgence ?

Alain Gardère : la réponse du ministre de l'Intérieur et du président de la République est assez claire sur ce sujet. Pour en avoir parlé avec madame le Sénateur Ghali, elle souhaiterait une intervention de l'armée pour empêcher les acheteurs d'accéder à la vente de produits stupéfiants dans les cités. Cette idée a déjà été testée par les policiers à Marseille en mettant des compagnies de CRS autour des cités. Elle n'a que peu d'effets puisque les acheteurs vont acheter la drogue ailleurs. L'armée n'a absolument pas les techniques d'intervention en milieu urbain. Seule la police a les moyens de techniquement travailler en profondeur

Ça pourrait être des policiers, monsieur le préfet. Jean-Pierre Mignard, socialiste et avocat implanté à Marseille, dit 'état d'urgence'. C'est-à-dire qu'on fait assurer par des policiers la sécurité de ces cités dans lesquelles apparemment ils ne rentrent plus.


C'est faux ! Je m'insurge contre cette phrase, cette affirmation. Je le démontre à qui voudra le constater. Les policiers sont quotidiennement dans les cités de Marseille. Cette phrase, elle est fausse. Je vais moi-même dans les cités. Je rends hommage au travail des policiers, de la police judiciaire et de la sécurité publique et des CRS qui sont quotidiennement à Marseille.

14 morts à Marseille-ville, 19 morts dans l'agglomération, c'est tolérable ? Par règlement de comptes.

Je vous rappelle que l'année dernière Marseille connaissait un nombre de vols à main armée incalculable, un nombre de vols avec violence considérable. Tous ces chiffres sont aujourd'hui à la diminution. La ville de Marseille n'est absolument pas à feu et à sang tels que le décrivent les médias.

Telle que le décrit Madame Ghali aussi.


Au jour d'aujourd'hui, Marseille est une ville plutôt paisible. Ce matin, d'ailleurs, elle est très paisible. Hier soir, elle était très paisible. Il y a une poignée d'individus dans quelques endroits, dans quelques cités, qui, effectivement, de temps en temps, 14 fois cette année, une vingtaine de fois l'année dernière, trouvent le moyen de s'entretuer pour des raisons différentes à chaque fois. Je vous rappelle que sur ce sujet, d'abord, la prévention de ce type de tuerie est extrêmement difficile à faire malgré les efforts de la police judiciaire qui résout plus de la moitié de ces homicides. La plupart de ces caïds, comme vous les appelez, sont des individus connus des services de police, souvent arrêtés. Ils sont extrêmement difficiles à prévoir au quotidien. Même dans les enquêtes judiciaires, la police judiciaire entend parfois des mots, des menaces, mais on ne peut pas arrêter tout le monde sur une simple menace. Ces menaces, parfois à Marseille, elles passent à exécution.

Vous n'avez pas l'air de trouver spectaculaire, comme nous le trouvons de l'extérieur, mais nous ne connaissons pas effectivement votre métier aussi bien que vous, vous n'avez pas l'air de trouver spectaculaire que 19 personnes se soient retrouvées victimes de règlements de comptes ?

Je ne suis pas là pour compter les morts, pour compter les chiffres. ce qui m'intéresse, ce sont les procédures judiciaires qui sont diligentées par la police. Cette année, la police judiciaire a arrêté 3 gros dealers-tueurs. C'est passé complètement inaperçu. Ces gens avaient quand même tué du monde. Je fais référence à ces 3 jeunes gens qui avaient été tués le 26 décembre et brulés dans leur voiture à Pennes-Mirabeau. Le tueur a été arrêté et actuellement incarcéré. Ça a pris 6 mois. Les mères sont heureuses que le tueur de leurs enfants a été arrêté. Voilà des gens qui sont maintenant sous les verrous, qui a permis une certaine paisibilité dans les quartiers nord.

Vous dites 'je n'ai pas besoin de renforts, j'ai ce qu'il me faut'...

Oui,je persiste à dire que le nombre de policiers à Marseille est suffisant. Il faut sans doute le redéployer de manière différente. C'est ce que nous allons faire à travers les zones de sécurité prioritaires. J'ai rencontré les élus des quartiers nord pour leur dire ce que nous allons faire. Je pense bien évidemment aux habitants des cités qui voient les policiers rentrer. Il y a une nette amélioration sur un certain nombre de données à Marseille, en particulier les vols à main armée, les vols avec violence, même les cambriolages. Cela dit, je ne me réjouis de rien. Je suis parfaitement lucide de la difficulté de la tâche qui m'est confiée. Je suis également conscient que ces règlements de comptes donnent une très mauvaise image de la ville.

Une rumeur court et dit que votre départ serait déjà programmé ?

Je ne me prononcerai pas sur ce sujet. Je suis un haut fonctionnaire. J'ai été un policier, directeur de la sécurité publique à Paris. J'ai été nommé préfet. Je suis préfet délégué à Marseille. Je ferai mon travail jusqu'au bout et si on me demande d'aller faire une autre mission ailleurs, j'irai Monsieur.

Voir aussi 31/08/2012 - 13h17 Marseille, une "ville plutôt paisible" selon le préfet Gardère Alain Gardère, préfet délégué pour la défense et la sécurité à Marseille, a affirmé vendredi matin au micro de RTL que le nombre de policiers était "suffisant" à Marseille, ville qui selon lui n'es...

Voir les commentaires.

Ecouter:

http://admedia.rtl.fr/online/sound/2012/0831/7752054616_reportage-qu-en-pensent-les-habitants-de-la-cite-phoceenne.mp3

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu