target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

26/07/2012

Sacré Borloo,il aurait du choisir de soutenir François Hollande…

Sacré Borloo:Avec toutes ces bonnes idées,il aurait du choisir de soutenir François Hollande…

borl.jpg

Que faut-il faire pour sauver la filière automobile ?

Associer tout d'abord à la discussion toutes les parties prenantes qui sont très nombreuses. Un plan en faveur de l'automobile ne se décide pas dans un bureau ministériel, comme est en train de le faire le gouvernement. Il est dans l'affichage total. La méthode ne convient pas. Il faut mettre tout le monde autour d'une table, constructeurs, sous-traitants, syndicats, élus locaux, énergéticiens pour lancer un Grenelle des véhicules du futur. C'est ce qui a été fait dans ma région et ce qui a permis d'arriver à l'accord entre PSA et Toyota pour assurer l'avenir de l'usine Sevelnord après le désengagement de Fiat.

Concrètement, quelles sont les mesures à prendre ?

Il faut poursuivre et amplifier le plan que j'avais mis en place en 2009 pour sauver l'industrie automobile française. Cela passe par un soutien massif à l'essor de la voiture décarbonée. L'Etat devrait passer une commande publique de 100.000 véhicules électriques d'ici à 2015 pour montrer l'exemple et garantir un volume de production aux constructeurs. Il faut aussi renforcer le bonus-malus que j'avais institué, en augmentant les subventions pour les voitures émettant peu de CO2 et en durcissant la pénalité pour les véhicules très polluants.Ce dispositif a déjà déplacé 4 millions d'achats en trois ans et permis à la France d'avoir le parc automobile le moins polluant au monde. Et il faut investir massivement dans les infrastructures pour favoriser le développement de l'automobile électrique : 900.000 prises à charge rapide chez les particuliers et 75.000 sur la voie publique pour qu'à l'horizon 2020, comme la France s'y est engagée, 20 à 25 % de la consommation d'énergie pour l'automobile soit d'origine électrique. Cela représente un investissement de 150 millions d'euros. Dans le cadre du grand emprunt(1), il est déjà prévu que 750 millions d'euros aillent à la recherche et au développement de la voiture du futur. Il ne faut surtout pas remettre en cause ce choix et au contraire le conforter.

Qui doit-être le chef d'orchestre d'une telle concertation ?

Cela devrait être le rôle du ministre d'un ministère qui a malheureusement été supprimé. Cela démontre l'erreur colossale qu'a été le démantèlement de ce qui était le ministère de l'ingénierie du XXI e siècle. Ce ministère que j'ai eu l'honneur et le bonheur de conduire regroupait l'énergie, l'urbanisme, les transports, l'écologie, soit 50 % de l'activité économique du pays. C'est cette synergie qui nous a notamment permis de poser les bases permettant de créer la croissance verte. Et,face au défi de l'avenir de la filière automobile, c'est ce levier qui nous manque aujourd'hui. Faute d'un vrai chef d'orchestre gouvernemental, c'est donc au Premier ministre de piloter ce travail de concertation nécessaire.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/inter...

(1)Il faudra qu’un jour les messieurs qui nous parlent abondamment de ce grand emprunt expliquent aux français comme il est financé.Par de la dette.

Nota :

Si j’ai tout bien compris,c’est M.Borloo qui a obtenu de haute lutte l’accord entre Peugeot et Toyota .C’est lui qui est aussi à l’origine du projet de plan de flexibilité qui devrait être mise en œuvre sur le site de Sevelnord.Sans ce plan,Peugeot ne pourra pas honorer ce contrat si on croit des sources autorisées comme confirmé par ces formules sibyllines tirées d’un article de la tribune »« Cette collaboration devrait s’étendre au-delà de 2020. Le japonais participera au développement et aux investissements industriels relatifs à cette prochaine génération, qui pourrait être produite à Sevelnord, si les conditions de compétitivité du site sont jugées acceptables par PSA. En revanche, et conformément à ce qu'avait affirmé début avril Didier Leroy, patron de Toyota Europe à Latribune.fr, aucune prise de participation ni production commune ne sont envisagées. » et « Les achats de Toyota vont donc représenter une bouffée d'oxygène, mais ils ne résoudront pas à eux seuls les problèmes structurels de Sevelnord, dont PSA a annoncé le 11 juillet qu'il reprendrait les parts de Fiat. »(2).M.Borloo sauveur de Peugeot,ca vaut bien un Pernod.

« Jean-Louis Borloo,député du Nord et président du groupe Union des Démocrates et Indépendants (UDI) à l'Assemblée nationale, s'est "félicité, qu'après un long travail de discussions et de négociations, un accord industriel et de commercialisation (ait été) trouvé entre PSA et Toyota". "Compte tenu de l'importance de l'usine Sevelnord en France et dans le Valenciennois, cet accord est considérable pour la région". En outre, au "moment où l'avenir de l'industrie automobile française est une préoccupation majeure pour notre pays, cet accord est un signe fort et confirme les capacités industrielles du groupe PSA", a-t-il estimé. "Ce projet nécessitera le soutien de tous, pouvoirs publics locaux et nationaux", a-t-il conclu. »

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/inter...

(2)http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aut...

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu