target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

03/07/2012

C’est encore la faute du François

C’est encore la faute du François.

PSA supprimerait 10 000 emplois en France

hollande peugeot.jpg

M.Hollande alors candidat était allé à la rencontre des ouvriers de Peugeot lors du grand débat de second tout.M.Sarkozy attendait dans sa voiture et s’est éclipsé…

PSA Peugeot Citroën pourrait supprimer entre huit mille et dix mille emplois en France cette année, contre six mille suppressions envisagées jusqu'à présent pour l'ensemble de l'Europe,afin de faire face à la chute de ses ventes et de réaliser de nouvelles économies, rapporte l'agence de presse Bloomberg, mardi 3 juillet.

PLAN D'ÉCONOMIES

L'agence américaine, qui cite plusieurs sources syndicales, précise que jusqu'à 10 % des effectifs du groupe dans l'Hexagone pourraient ainsi être supprimés en 2012. Philippe Varin, président du directoire de PSA, a annoncé aux syndicats la semaine dernière que le groupe allait augmenter les objectifs de son plan d'économies d'un milliard d'euros pour 2012.

Selon l'agence, PSA pourrait discuter de son plan de réorganisation lors du comité central d'entreprise extraordinaire du 12 juillet. Personne n'était joignable dans l'immédiat chez PSA pour un commentaire.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/07/03/psa-sup...

 

Un des escrocs en chef prétend que M.Hollande serait un peu fautif (sic) parce qu’il ne donne pas confiance aux investisseurs et aux dirigeants d’entreprise.M.Juppé,c’est de lui qu’il s’agit,devrait un peu fermer sa gueu…et s’occuper de sa candidature à la présidence de l’UMP,élection qu’il remporterait s’il est tout seul à se présenter.

Que vient faire M.Hollande dans les erreurs stratégiques du groupe Peugeot.

Dans une entreprise,ce sont les dirigeants qui sont responsables…Pas l’état.

Et puis il faut être clair,les problèmes de Peugeot sont connus depuis plusieurs mois,bien avant l’élection présidentielle,les syndicat ont sonné le tocsin…Rien,on s’est contenté de rencontrer M.Varin pour faire de la mousse…et puis rien et aujourd’hui on exige de ce gouvernement de sauver Peugeot.Je crois qu’on se moque du monde dans les grandes largeurs.

Au dela,on peut se demander,en toute bonne foi,comment il se fait que toutes ces restructurations – des plans massif de licenciement – viennent aujourd’hui.Il y a peu encore M.Estrosi ministre de la désindustrialisation se félicitait de la politique industrielle de Peugeot,ses massives créations d’emploi et se louait de cette situation au regard de la mauvaise conduite de M.Goshn,PDG apatride des établissements Renault.

Tout ou tard il faudra que ces gens rendent des comptes.La pilule de mai ne suffit pas.

On ne peut s’exonérer  toutes ces erreurs de jugement,de stratégie et de politique si facilement,si gratuitement surtout quand on se permet de donner encore et encore des leçons.

Aujourd’hui lors de la séance consacrée à question de confiance au premier ministre ,M.Borloo a imploré le gouvernent de sauver Peugeot,entreprise patriotique en opposition sans doute à l’apatride de chez Renault a –t-il dit-.Et si la direction de Peugeot commençait à remettre en cause ses choix industriels et d’alliances internationales,ce serait sans doute très bénéfique à l’entreprise et à ses salariés et ainsi l’aide  de l’Etat ne serait pas vaine comme le furent les sparadraps à la mode Estrosi…En voulant sauver les emplois,on va sauver une direction qui ne sait plus où elle habite.Alliance avec General Motors,mésalliance avec BMW qui cesse toute coopération sur les moteurs hybrides…et tout les reste concernant les standardisation sur lesquelles Peugeot a pris pas moins de 5 ans de retard sur le groupe Volkswagen.

Oui,il faut sauver Peugeot mais pas sa direction.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu