target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

21/06/2012

UMP:J’aime pas Rosso Debord.

UMP:J’aime pas Rosso Debord.

 

rosso rit.jpg

Gens qui rit

rosso debord pleure.jpg

 Gens qui pleure…

 

J’aime pas Rosso Debord,la toutou de Copé qui s’est distinguée lors de son porte-parolat de l’UMP par une débauche de éléments de langage,par des attaques imbéciles,souvenez vous des perfidies sur Najat Valaud-Belkacem,et par une impolitesse permanente pendant les débats qui l’ont opposé à ses adversaires de gauche qui,de guerre lasse,la laisser parler toute seule.Seule solution pour avoir toujours raison…

J’aime pas Mme Rosso Debord car quand on perd une élection on ne pleure pas comme si on avait perdu son père et sa mère.Une élection,ça se gagne ca se perd,ce n’est pas une vie une élection…ou alors cette brave dame considère –t-elle qu’elle était élue à vie et que seule elle le méritait.Ses prestations ont du convaincre une majorité de ses électeurs de prendre une autre route,un autre député pour les représenter à l’assemblée nationale,cela fait partie de la vie de tous  hommes ou femmes politiques.On gagne en 2007,on peut perdre en 2012…et puis avec le bilan qu’elle défendait la patate était assurée.

Que Mme Rosso Debord fasse son cinéma,cela la regarde si le ridicule ne tue pas elle a une longue carrière en la matière.Ca commence à agacer,pour rester poli et aimable à l’égard de cette pauvresse,quand elle nous fait le coup de la miséreuse députée perdante qui n’a plus que ses soldes d’élue locale pour survivre et qu’elle serait la pauvresse obligée d’aller chercher du travail comme tous les pauvres français qui n’ont pas la chance,eux,

de posséder le carnet d’adresse de cette ancienne dépitée.

Ca commence à agacer quand cette présumée pauvresse ment éhontément sur ses prochains revenus car elle n’est pas à la rue Mme Rosso Debord,et loin de là.

Son cinéma cache sans doute sa honte.Voila des gens qui nous ont dit qu’il fallait lutter contre l’assistanat,lutter contre tous les profiteurs du système social qui fait que,selon eux,qu’en France la misère n’existe pas. Vitupérer contre tous ceux qui préfèrent se lever à 11 h du matin et gagner 430€ au lieu d’aller travailler pour en gagner  700 en se levant à 5 heures du matin…tous ceux qui font des fausses déclarations pour voler l’argent de ces pauvres français qui travaillent et se saignent aux quatre veines pour éduquer leurs enfants,s’acheter une maison quand les banques leur prête un peu de sous-sous…de toutes ces pauvres caissières que l’on exploite allégrement en leur imposant des horaires de travail à en mourir…de ces pauvres classes moyennes qui payent pour tous ces profiteurs…le pauvres qui payent pour les plus pauvres qu’eux,vous l’avez bien entendu ce discours comme moi depuis plusieurs années et particulièrement pendant cette campagne présidentielle qui tournait quelque fois a l’indigne…

Il y a un seul problème dans la belle histoire que nous ont racontée ces députés UMP,c’est que termes d’assistanat ce sont des champions.Les électeurs de droite,ouvriers,

employés,cadres moyens connaissent-ils les réelles conditions sociales et pécuniaires dont  bénéficient les députés battus…savent-ils qu’en termes de couvertures financières ces braves gens ne connaissent pas les mêmes conditions qu’un chômeur lamda…ceux-là mêmes qui ont réduit montant et durée des indemnisations de nos chômeurs se sont réservés un système d’indemnisation sur mesure,trés avantageux.Ce système Mme Rosso Debord va en bénéficier…

Le voila ce système.

« (…)Les autres, venus du privé, peuvent donc bénéficier de cette allocation d'aide au retour à l'emploi (AARE) versée par l'Assemblée nationale. Une forme d'entraide créée en 1995 à l'initiative de Philippe Séguin, alors président de l'Assemblée.
L'AARE, une sorte d'allocation chômage spécifique aux députés, est versée pendant trois ans maximum aux anciens élus à la recherche d'un travail. Elle cesse d'être versée dès lors que l'intéressé retrouve un emploi. Elle est dégressive dans le temps : durant les six premiers mois, son montant s'élève à 5.427 euros bruts, soit le montant de l'indemnité parlementaire de base. Elle passe ensuite à 70% de cette indemnité pendant six mois pour s'établir à 1.085 euros les six derniers mois*.

Cotisation de 0,5% de leur indemnité contre 2,4% pour un salarié du privé

Elle est également différentielle, comme d'ailleurs les allocations chômage classiques. Il faut donc comprendre que les autres revenus de l'ancien député, comme les indemnités d'élu local ou les revenus du patrimoine par exemple sont déduits du montant de l'AARE.
Pour financer cette allocation, l'Assemblée a donc mis en place un fonds spécial alimenté uniquement par les cotisations obligatoires des députés en exercice. Le montant de celles-ci est de 0,5% de leur indemnité, soit 27 euros par mois. En comparaison, les salariés du privé, eux, doivent verser une cotisation chômage de 2,4% (plus 4% pour leur employeur). Au soir du 17 juin, ce fonds disposait de réserves de près de cinq millions d'euros qui serviront, dans les tous prochains jours, aux députés battus.

Les autres, venus du privé, peuvent donc bénéficier de cette allocation d'aide au retour à l'emploi (AARE) versée par l'Assemblée nationale. Une forme d'entraide créée en 1995 à l'initiative de Philippe Séguin, alors président de l'Assemblée.
L'AARE, une sorte d'allocation chômage spécifique aux députés, est versée pendant trois ans maximum aux anciens élus à la recherche d'un travail. Elle cesse d'être versée dès lors que l'intéressé retrouve un emploi. Elle est dégressive dans le temps : durant les six premiers mois, son montant s'élève à 5.427 euros bruts, soit le montant de l'indemnité parlementaire de base. Elle passe ensuite à 70% de cette indemnité pendant six mois pour s'établir à 1.085 euros les six derniers mois*.
Cotisation de 0,5% de leur indemnité contre 2,4% pour un salarié du privé
Elle est également différentielle, comme d'ailleurs les allocations chômage classiques. Il faut donc comprendre que les autres revenus de l'ancien député, comme les indemnités d'élu local ou les revenus du patrimoine par exemple sont déduits du montant de l'AARE.
Pour financer cette allocation, l'Assemblée a donc mis en place un fonds spécial alimenté uniquement par les cotisations obligatoires des députés en exercice. Le montant de celles-ci est de 0,5% de leur indemnité, soit 27 euros par mois. En comparaison, les salariés du privé, eux, doivent verser une cotisation chômage de 2,4% (plus 4% pour leur employeur). Au soir du 17 juin, ce fonds disposait de réserves de près de cinq millions d'euros qui serviront, dans les tous prochains jours, aux députés battus.

*La dégressivité complète de l'AARE : montant maximum égal à 100% de l’indemnité parlementaire le 1er semestre (5514,68 €), puis 70 % (3860,25 €) le 2e semestre, 50% (2757,34 €) le 3e semestre, 40% (2205,87 €) le 4e semestre, 30% (1654,40 €) le 5e semestre et 20% (1102,94 €) le 6e semestre, soit un montant proche du SMIC.

http://www.zinfos974.com/Quels-avantages-pour-les-deputes...

Ca vous en bouche un coin…

Elle peut pleurer sur la perte de son mandat Mme Rosso Debord,ce qui est sur c’est que nous ne pleurerons pas sur son sort…sort que tout chômeur lui envierait.

Mme Rosso Debord était députée de Moselle.La Moselle grande région industrielle que celle là…J’attends qu’on me dise que cette brave femme est allée au secours des salariés mis au chômage comme des kleenex que l’on jette à la poubelle,qu’on me dise si cette brave s’est,un jour,enquis de la situation des chômeurs de longue durée laisse sur le carreau malgré toutes les promesses de leur patron et du gouvernement soutenu par Mme Rosso Debord…alors,je consentirais à avoir un peu de considération pour cette peureuse d’opérette.

Le détail sur le site de l’assemblée nationale :

  • députés

Cette allocation est un dispositif spécifique d'assurance chômage à l'instar de ce qui existe pour les salariés du secteur privé, les députés ne relevant pas, en effet, du régime des Assedic.

Ce dispositif d'allocation comporte cinq caractéristiques :

1. Cette allocation est versée aux députés non réélus à la recherche d’un emploi, ce qui exclut les fonctionnaires et tous ceux qui ont retrouvé un emploi. Les anciens députés qui ont atteint l’âge d’ouverture du droit à pension de député ne peuvent prétendre au bénéfice de cette allocation.

2. La durée de versement est limitée à 6 semestres (3 ans) au maximum.

3. L’allocation est dégressive : montant maximum égal à 100 % de l’indemnité parlementaire le 1er semestre (5.514,68 euros), puis 70 % (3.860,28 euros) le 2ème semestre, 50 % (2.757,34 euros) le 3ème semestre, 40 % (2.205,87 euros) le 4ème semestre, 30 % (1.654,40 euros) le 5ème semestre et 20 % (1.102,94 euros) le 6ème semestre.

4. L’allocation est différentielle : sont déduits de son montant tous les revenus que peut percevoir l’ancien député (mandats locaux, revenus du patrimoine, etc.).

5. L’allocation est financée uniquement par les cotisations versées chaque mois par les députés en exercice (27,57 euros) dans un fonds, le Fonds d’assurance mutuelle, différentielle et dégressive de retour à l’emploi des députés.

Sur proposition du Président de l’Assemblée nationale, le Bureau de l’Assemblée a décidé, le 6 avril 2011, que la gestion administrative, comptable et financière de ce fonds serait confiée, à compter du 1er janvier 2012, à la Caisse des dépôts et consignations.

Les demandes d’attribution de l’allocation sont donc désormais instruites par la CDC, qui assurera également le versement des allocations.

A ce jour, il n’y a plus aucun bénéficiaire de cette allocation, dont le nombre avait décru rapidement, passant d’une trentaine à l’issue des élections de juin 2007 (de juillet à décembre 2007) à deux seulement deux ans plus tard (de juillet à décembre 2009).

http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/fiches_syn...

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu